En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

07.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 48 min 29 sec
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 19 heures 17 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 19 heures 54 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 21 heures 8 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 21 heures 54 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 23 heures 55 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 2 heures 23 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 3 heures 4 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 3 heures 39 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 19 heures 33 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 20 heures 20 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 21 heures 36 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 23 heures 16 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 1 jour 9 min
© Rob Carr / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
© Rob Carr / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

Publié le 30 mai 2020
La relance de l’activité en France, le petit patron français l’attendait avec impatience pendant le confinement. Mais une fois arrivée, elle ne fait vraiment pas rêver. Elle pousse même à l’épuisement et au désir de partir. Voici pourquoi.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La relance de l’activité en France, le petit patron français l’attendait avec impatience pendant le confinement. Mais une fois arrivée, elle ne fait vraiment pas rêver. Elle pousse même à l’épuisement et au désir de partir. Voici pourquoi.

La relance de l’activité est le mot d’ordre officiel. Le problème est qu’aucun petit patron (mais je gage que très peu de gros font mieux que lui) ne sait exactement où il met les pieds en rouvrant son entreprise. Disons même que, comme me le disait mon expert-comptable Olivier Bouteille, personne ne sent l’avenir, et personne n’est capable de préjuger de la façon dont ça va se passer. Et c’est dans ce contexte anxiogène que l’État a repris sa manie de tout réglementer, de tout compliquer, et de passer outre toutes les marges de manoeuvre qui permettaient encore de tenir. 

La relance de l’activité, c’est le cirage complet pour le petit patron

Comme me le disait Olivier Bouteille, mon expert-comptable, la semaine dernière, personne ne sait où il va. Il est impossible aujourd’hui de sentir, dans cette espèce de semoule où chacun pédale en essayant d’avancer, vers où le marché, les marchés vont. La consommation est une inconnue absolue. Les Français dépenseront-ils rapidement l’épargne accumulée pendant le confinement ? Si oui, pour acheter de quoi ? Les modes de consommation vont-ils évoluer vers plus de durable, de local, d’écologique, de « primaire », ou bien reprendront-ils leur cours habituel ? 

Ces questions sont sans réponse aujourd’hui. Et pourtant, il faut reconstituer les stocks, rouvrir, payer les salariés, les cotisations, les fournisseurs…

La situation est particulièrement compliquée pour les commerçants et les restaurateurs, qui sont encore exposés à la peur du consommateur devant la contagion, et dont le comportement est très incertain. Certains, comme Michel Sarran, que nous citons, ont même annoncé qu’ils attendraient avant de rouvrir. "Il ne faut pas se précipiter, rouvrir trop tôt, trop vite tant que le virus circule, c'est dangereux. Nous devons avoir la certitude de garantir la pleine sécurité de nos employés et de nos clients", a-t-il écrit sur Twitter.

Affronter les risques de contagion du personnel

Comme le montre très bien une étude de la CPME sur la question, la première étape de la reprise passe par un travail de conviction auprès des salariés. Certains ont peur de reprendre. D’autres ont pris goût au télétravail et souhaiteraient le continuer, au moins pour une part majoritaire de leur temps. D’autres qui n’y ont pas eu accès adoreraient l’essayer. 

Bref, l’employeur doit remotiver ses équipes, les rassurer. Et pour peu qu’il ait un problème de trésorerie, ce travail d’explication fait monter la température. Qui s’occupe de savoir si le patron est angoissé, s’il a peur, s’il a envie de rester chez lui ? Dans tous les cas, la démotivation des salariés devant la reprise est un problème diffus, difficile à cerner, mais qui affectera la productivité des entreprises (et des administrations, déjà très basse) et leur chiffre d’affaires. 

La bureaucratie d’avant est déjà revenue

Mais la relance de l’activité n’est pas encore arrivée que déjà la manie bureaucratique a repris ses droits. Le petit patron, comme avant le confinement, doit mobiliser un temps grandissant de sa vie quotidienne dans des paperasses sans intérêt inventées par des chefs de bureau en mal d’occupations et de légitimité. Bien entendu, ces inventions rococo sont toujours pratiquées au nom de l’équité, de la solidarité, de la bonne gestion de l’État. Mais ce qui est un passe-temps pour le chef de bureau qui invente et une torture ruineuse pour celui qui le subit. 

Il suffit de voir les procédures de protection du salarié dans les entreprises pour comprendre que tout ce que le ministère de la Santé (et souvent au-delà) compte de bureaucrates obsessionnels s’est ligué pour empoisonner la vie du petit patron qui a le malheur de ne pas laisser ses salariés au chômage. La lutte obstinée de l’administration française contre l’emploi privé a repris, et elle sévira au moins autant qu’avant…

Continuer des semaines de 100 heures quand tout le monde s’arrête ?

Le sujet en filigrane est celui de la persistance d’élites incompétentes malgré la crise. On aurait pu penser que le confinement et l’effondrement économique produiraient une remise à plat du lourd appareil bureaucratique que les élites ont mis en place pour encadrer et surveiller le pays. Faute d’une remise à plat, on aurait pu espérer une prise de conscience des méfaits de cette bureaucratie sur le bien commun : sur l’hôpital, sur l’école, sur le dynamisme des entreprises et de la richesse. 

Que nenni ! le Ségur de la Santé, les discours sur l’industrie, montrent que les élites sont bien décidées à ne rien changer à ce qui nous plombe. Les hôpitaux resteront sous le joug d’une caste de comptables sans imagination qui forent la roche jusqu’à l’épuisement de la haveuse. Les entreprises ne vont pas tarder à retrouver les cortèges d’inspecteurs en tous genres qui viennent leur soutirer toujours plus d’argent comme les gabelous goûtaient la soupe des paysans pour vérifier qu’ils avaient payé le juste impôt sur le sel. 

Et malheur à tous ceux qui se défouleront sur les réseaux sociaux… Les gabelous les y surveillent et ne manqueront pas les soumettre à l’inquisition fiscale. 

Dans ces conditions, faut-il encore passer cent heures par semaine au travail, alors que tout indique que des vacances succèderont au confinement, puis des mesures sur le temps de travail qui justifieront que les entrepreneurs soient à l’avenir les seuls à encore consacrer leur énergie à un pays qui les déteste ?

La tempête fiscale approche…

Depuis bientôt trois mois, l’État a nationalisé la masse salariale du secteur privé… sans le moindre fifrelin pour financer cette audacieuse opération. On sait que l’ensemble coûte déjà 450 milliards au contribuable. L’excès de cette dépense est tel que la dette publique paraît désormais hors de contrôle. 

Les responsables de la BCE (c’est passé inaperçu en France) n’ont pas caché leur inquiétude sur ce point. Selon toute vraisemblance, malgré les plans sur lesquels Macron et la Commission Européenne communiquent, qui devraient apporter des centaines de milliards aux pays en difficulté, il faudra tôt ou tard lever massivement l’impôt pour financer des dépenses publiques que personne n’envisage, semble-t-il, de réduire. Il est à peu près acquis qu’une taxe sera levée pour financer les EHPAD, une autre servira à aider les commerçants victimes de pertes d’exploitation, et l’héritage sera taxé au premier euro pour renflouer les caisses. 

Mais le programme fiscal ne devrait pas s’arrêter là. Songez donc bien que vos 100 heures par semaine vont désormais servir à éponger le chômage partiel dont vos salariés qui n’ont pas tous envie de revenir travailler ont bénéficié… Pendant ce temps, les fonctionnaires, eux, échappent à l’effort. 

Article publié initialement sur Le Courrier des Stratèges

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 31/05/2020 - 06:10
Il faut virer 2/3 des inutiles dans les administrations
35 % d'administratifs à l'APHP, 2 fois plus d'administratifs à l'Education Nationale qu'en Allemagne pour le même nombre d'élèves
J'ai connu une "directrice de la qualité des soins" dans un tout petit hôpital de la banlieue parisienne dont le salaire représentait probablement celui de 3 ou 4 infirmières et qui passait son temps à rédiger des notes débiles et à m'appeler pour savoir ce qu'il fallait faire quand un patient avait un soucis en rapport avec la qualité des soins....j'ai heureusement quitté l'hôpital depuis longtemps pour le privé mais c'était il y a 20 ans....et cela ne s'est pas arrangé depuis...
Cela fera économiser bien plus que ce qu'un nouvel impôt pourra rapporter à l'Etat.
Mais comment demander à un pouvoir de se saborder ?
La France mourra de sa bureaucratie