En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 7 heures 27 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 8 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 9 heures 17 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 10 heures 46 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 12 heures 5 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 12 heures 43 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 7 heures 12 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 8 heures 44 sec
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 8 heures 45 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 9 heures 6 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 10 heures 31 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 11 heures 48 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 12 heures 22 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 13 heures 8 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 13 heures 29 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 14 heures 20 min
© KAZUHIRO NOGI / AFP
© KAZUHIRO NOGI / AFP
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

Publié le 30 mai 2020
En confirmant que Renault prévoit de supprimer 15.000 emplois dont 4600 en France, le constructeur reconnaît que la stratégie de Carlos Ghosn fondée sur une course à la taille le conduisait dans le mur.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En confirmant que Renault prévoit de supprimer 15.000 emplois dont 4600 en France, le constructeur reconnaît que la stratégie de Carlos Ghosn fondée sur une course à la taille le conduisait dans le mur.

L’Etat actionnaire ne pouvait pas empêcher Renault de supprimer presque 5000 emplois industriels en France sur les 15 000 programmés dans le monde. Le prêt garanti de 5 milliards d’euros n’est qu’un prêt bancaire qui doit permettre au groupe de sortir du marasme commercial dans lequel l’épidémie du coronavirus l’a plongé au premier semestre de cette année. Et c'est un prêt, pas une subvention. Le prêt devra être remboursé. Mais au delà, l’Etat actionnaire a quasiment imposé un changement radical de stratégie par rapport à celle qu’avait pilotée Carlos Ghosn.

Il parait évident pour tous les experts du secteur que la crise du Covid, aussi violente et meurtrière qu’elle ait été, n‘a fait que révéler la fragilité du constructeur... Une fragilité structurelle engendrée par la stratégie qui était celle conduite précédemment et qui ne pouvait pas réussir, contrairement à la conviction de l’ancien président de Renault. Alors l’Etat actionnaire et les nouveaux dirigeants ne font pas (encore) le procès de Carlos Ghosn, mais à partir du moment où ils déchirent ses plans et en étudient de nouveaux, ça revient à régler ses comptes.

1er point : la stratégie du groupe va devoir changer. Comme l’indique « une note interne et confidentielle », Renault sort d’une stratégie qui était portée par l’ambition personnelle de Carlos Ghosn. L’ancien président était obsédé par la taille. Il voulait faire de l’alliance Renault-Nissan le premier constructeur mondial, et coûte que coûte se hisser à la hauteur de Toyota et dépasser les Allemands de Volkswagen. Et Carlos Ghosn avait cette obsession depuis que Barack Obama en personne lui avait proposé de prendre la présidence de General Motors, avec pour mission de redresser cette entreprise emblématique, avec d’ailleurs un salaire pharaonique. Carlos Ghosn avait refusé, parce qu’il a compris que, quitte à être le roi du monde, il serait plus à l’aise dans une structure comme Renault Nissan qu’il aurait façonné à sa main, la gouvernance, plutôt que de s’installer à Detroit et d’être l’otage des fonds de retraites américains.

Après la crise financière de 2008, il a donc façonné la gouvernance Renault- Nissan pour s’affranchir de la pression des actionnaires, du côté français comme du côté japonais, et appliquer une stratégie d’expansion mondiale avec comme objectif 10 millions de véhicules produits par an et vendus dans le monde entier. Au moment de son éviction par les Japonais, l'objectif avait été quasiment atteint. En quantité. Parce qu’en valeur, on savait déjà coté Renault et coté Nissan que les fondamentaux étaient très vulnérables. Les marges opérationnelles n’étaient pas au rendez-vous, la conjoncture mondiale était en train de se retourner et l’industrie de l’automobile n’était pas préparée à affronter la révolution digitale et la transition écologique. Pour le digital et notamment la connectivité, les constructeurs allaient dépendre des grands du digital...et pour assumer la transition vers l’électrique, ils dépendaient déjà des Chinois, grands fabriquant de batteries.

Carlos Ghosn savait ces vulnérabilités, il évitait prudemment d’en parler parce que là, il sentait bien qu‘il n‘avait pas les moyens d’imposer à ses actionnaires l’effort d’investissement que la révolution technique imposait. Et qu’un jour ou l’autre, il faudrait rebattre les cartes du pouvoir de l’alliance. Est-ce que les Japonais craignaient cette perspective ? Sans doute ! Toujours est-il que les successeurs de Carlos Ghosn se sont retrouvés au cœur d’un faisceau d’ambiguïtés qui ressemble à un nœud de vipères :

Au niveau de la gouvernance de l’alliance, puisque les équilibres de pouvoir n’étaient pas clairs.

Au niveau des productions, la cohérence et la complémentarité n’étaient pas optimales, pas plus que les synergies.

Enfin, on savait que les marchés allaient piquer du nez. Ce qui s’est retrouvé, dans les chiffres d’affaires et les résultats, aussi bien chez Nissan, qui est en proie à des difficultés considérables que chez Renault qui a, c’est évident, une surcapacité de production. Du temps de Carlos Ghosn, Renault avait été calibré pour produire plus de 5 millions de véhicules par an. Alors que son volume effectif n’atteint pas 3,5 millions. Ce décalage est bien antérieur à la catastrophe du virus. Mais il est incontournable.

2e point, les mesures de redressement vont très classiquement se résumer à « tailler dans le vif » pour trouver assez vite 2 millions d’euros d’économie en exploitation. Alors que la direction affirme n’avoir aucun tabou, les suppressions de postes toucheront plus lourdement les usines installées à l’étranger que les centres de production français. Les projets d’extension au Maroc, en Roumanie et en Russie sont suspendus. En Chine, Renault va sans doute abandonner la partie.

Alors en France, on sait que quelques sites seront menacés, à Choisy-le-Roi, à Dieppe où on produisait l’Alpine A 110 (7 par jour, et tout est dit). Flins sera reconverti à l’électrique, et les effectifs de 2600 salariés tomberont à 1600 via des départs naturels. La direction s’engage à ce qu il n’y ait pas en France de licenciements secs.

3e point, la nouvelle stratégie de Renault reste à écrire. Jean-Dominique Senard ne manque pas d’enthousiasme certes, mais lui-même doit savoir que le seul plan de redressement ne suffira pas à offrir un avenir solide au groupe. L’Etat lui apporte de la trésorerie en aidant la demande immédiate (les primes à l’achat), les banques apportent des prêts qui vont permettre de respirer jusqu’à la mise en place du plan d’économies, mais ça n’est pas en expliquant « urbi et orbi » que l’avenir de Renault passera par l’électrique que la direction va rassurer tout l’écosystème. D’ailleurs, le ministre de l’économie Bruno Le Maire est très prudent, il ne peut pas imposer à une entreprise de marché de ne pas prendre les mesures d’équilibre nécessaires. En revanche, comme actionnaire, il peut attendre une stratégie plus forte.

Tout le monde sait que la perspective de multiplier les voitures électriques est un discours qui plait aux amis de Nicolas Hulot ou aux électeurs de la gauche bobo... mais les mêmes savent très bien que l’électrique ne plait pas au gros du marché des automobilistes. D’abord, parce que si la voiture est écologiquement sympathique ; elle n’est pas très pratique à cause de sa faible autonomie. Surtout dans un pays qui ne s’est pas équipé de bornes ou de systèmes rapides de recharge des batteries. D’où le peu de succès commercial de ce type de produit.

D’autre part, notre incapacité à produire des batteries nous met sous la dépendance des Chinois. L’Airbus des batteries est là encore un projet sympathique, mais avant qu’il soit opérationnel, il faudra beaucoup d’années et beaucoup de milliards d’euros. Il faudra aussi ouvrir des exploitations de terres rares en Europe, donc convaincre les écologistes qui s’y opposent, parce que les terres rares sont au cœur des batteries, que leur extraction est très polluante et si 95% des batteries viennent de Chine, c’est bien parce que les Chinois sont assez peu regardants sur les conditions écologiques de l’extraction.

Ce type de discours est sans doute trop cynique pour imprégner la parole politique, il correspond pourtant à une réalité assez incontournable.

Ajoutons à cela que, pour le constructeur automobile qui fournira la voiture propre et digitale, s’il ne maitrise si le digital, ni la batterie, il laisse à d’autres plus de la moitié de la valeur du produit.

En clair, Renault pourra vendre de voitures électriques, les dirigeants et les politiques pourront toujours raconter qu’elles sont fabriquées et conçues en France, il n’empêche qu’une énorme partie de la valeur ira dans la poche des GAFAM, fournisseurs de logiciels et de composants et dans la poche des Chinois pour la batterie. Au dossier de la souveraineté nationale, on doit pouvoir faire mieux !

Il est évident que ni la direction de Renault, ni l‘Etat actionnaire ne peuvent raisonnablement se contenter d’une stratégie aussi classique qu’ils sont en train de présenter actuellement. Il faudra accoucher de perspectives autrement plus ambitieuses et s’interroger pour savoir si la stratégie de Renault sera toujours de fabriquer des voitures automobiles ou alors d’offrir des solutions plus larges de mobilités.

Après tout, Louis Renault, à la fin du XIXème siècle, a inventé tout un mode de vie avec son automobile. A l’époque, il n’y avait ni encombrement ni risque de pollution. Au contraire, les moteurs thermiques ont été accueillis par les écologistes d’alors à bras ouvert. La pollution des voitures à cheval et le conservatisme des cochers étaient insupportables.

Les automobiles d’aujourd’hui ne sont supportables que parce qu‘elles paraissent indispensables au plus grand nombre. Qu’elles soient électriques ou pas, ça n’est pas d’une voiture individuelle dont on a besoin aujourd’hui, c’est plutôt d’un moyen ou d’une solution de mobilité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 01/06/2020 - 20:10
industrie automobile
Disons 10 ans, Ford et GM travaillerons pour TESLA. Conduisez une TESLA et vous n'aurez plus envi de conduire une bagnole a pistons. Si vous vivez sous une latitude ensoleillee vous n'avez meme pas besoin de payer pour le carburant. les constructeurs essayent mais ils n'ont pas la ferveure d'un Musk. BMW, Mercedes, des mecaniques si parfaites! Profondement dans leur coeur, non ils veulent pas les abandonner. Aussi tragique que de perdre un enfant...
1.) nucleaire. 2.) photovoltaique. 3.) eoliennes.
L'epidemie montre que beaucoup de gens peuvent travailler de chez eux. Ca resout une grosse part du probleme du transport publique et de la circulation.
Think! Be flexible.
L'article? Tres bien ecrit, savant, mais, blablabla blabla blablablabla bla.
Clodo31
- 01/06/2020 - 15:52
Désolé
Mais les faits sont têtus, sous C. Ghosn, Renault-Nissan était bénéficiaire, maintenant l'alliance est déficitaire. Le reste n'est que littérature......
tatouzou
- 01/06/2020 - 14:23
Là bagnole n'est pas morte
Les solutions alternatives à la voiture individuelle sont malcommodes, chères et ne se développent qu'à coups de subventions et d'interdictions.
Tout constructeur qui abandonnerait aujourd'hui la voiture individuelle à essence ou gazole, très pratique et bon marché, ne pourra se développer que dans une stratégie de niche pour bobos.
Quatre français sur cinq habitent en province: les difficultés de circulation des Parisiens ne les concernent guère, pas plus que la pollution de l'air. Ils ont par contre besoin d'une voiture plusieurs fois par semaine, voire tous les jours, et l'épouvantail du CO2 ne leur fait plus peur.
Le problème de Renault est avant tout un problème de gouvernance, avec un État actionnaire qui s'imagine pouvoir dicter sa loi aux clients, qui s'empresseront d'aller chez les concurrents, et des syndicats jusqu'auboutistes, qui ne peuvent que contribuer à couler l'entreprise.