En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

07.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 15 min 35 sec
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 1 heure 23 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 2 heures 36 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 3 heures 2 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 4 heures 18 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 4 heures 26 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 4 heures 51 min
décryptage > Economie
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

il y a 4 heures 52 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 20 heures 43 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 20 min 7 sec
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 1 heure 41 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 2 heures 13 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 4 heures 1 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 4 heures 26 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 4 heures 51 min
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 20 heures 18 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 21 heures 2 min
© KAZUHIRO NOGI / AFP
© KAZUHIRO NOGI / AFP
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

Publié le 30 mai 2020
En confirmant que Renault prévoit de supprimer 15.000 emplois dont 4600 en France, le constructeur reconnaît que la stratégie de Carlos Ghosn fondée sur une course à la taille le conduisait dans le mur.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En confirmant que Renault prévoit de supprimer 15.000 emplois dont 4600 en France, le constructeur reconnaît que la stratégie de Carlos Ghosn fondée sur une course à la taille le conduisait dans le mur.

L’Etat actionnaire ne pouvait pas empêcher Renault de supprimer presque 5000 emplois industriels en France sur les 15 000 programmés dans le monde. Le prêt garanti de 5 milliards d’euros n’est qu’un prêt bancaire qui doit permettre au groupe de sortir du marasme commercial dans lequel l’épidémie du coronavirus l’a plongé au premier semestre de cette année. Et c'est un prêt, pas une subvention. Le prêt devra être remboursé. Mais au delà, l’Etat actionnaire a quasiment imposé un changement radical de stratégie par rapport à celle qu’avait pilotée Carlos Ghosn.

Il parait évident pour tous les experts du secteur que la crise du Covid, aussi violente et meurtrière qu’elle ait été, n‘a fait que révéler la fragilité du constructeur... Une fragilité structurelle engendrée par la stratégie qui était celle conduite précédemment et qui ne pouvait pas réussir, contrairement à la conviction de l’ancien président de Renault. Alors l’Etat actionnaire et les nouveaux dirigeants ne font pas (encore) le procès de Carlos Ghosn, mais à partir du moment où ils déchirent ses plans et en étudient de nouveaux, ça revient à régler ses comptes.

1er point : la stratégie du groupe va devoir changer. Comme l’indique « une note interne et confidentielle », Renault sort d’une stratégie qui était portée par l’ambition personnelle de Carlos Ghosn. L’ancien président était obsédé par la taille. Il voulait faire de l’alliance Renault-Nissan le premier constructeur mondial, et coûte que coûte se hisser à la hauteur de Toyota et dépasser les Allemands de Volkswagen. Et Carlos Ghosn avait cette obsession depuis que Barack Obama en personne lui avait proposé de prendre la présidence de General Motors, avec pour mission de redresser cette entreprise emblématique, avec d’ailleurs un salaire pharaonique. Carlos Ghosn avait refusé, parce qu’il a compris que, quitte à être le roi du monde, il serait plus à l’aise dans une structure comme Renault Nissan qu’il aurait façonné à sa main, la gouvernance, plutôt que de s’installer à Detroit et d’être l’otage des fonds de retraites américains.

Après la crise financière de 2008, il a donc façonné la gouvernance Renault- Nissan pour s’affranchir de la pression des actionnaires, du côté français comme du côté japonais, et appliquer une stratégie d’expansion mondiale avec comme objectif 10 millions de véhicules produits par an et vendus dans le monde entier. Au moment de son éviction par les Japonais, l'objectif avait été quasiment atteint. En quantité. Parce qu’en valeur, on savait déjà coté Renault et coté Nissan que les fondamentaux étaient très vulnérables. Les marges opérationnelles n’étaient pas au rendez-vous, la conjoncture mondiale était en train de se retourner et l’industrie de l’automobile n’était pas préparée à affronter la révolution digitale et la transition écologique. Pour le digital et notamment la connectivité, les constructeurs allaient dépendre des grands du digital...et pour assumer la transition vers l’électrique, ils dépendaient déjà des Chinois, grands fabriquant de batteries.

Carlos Ghosn savait ces vulnérabilités, il évitait prudemment d’en parler parce que là, il sentait bien qu‘il n‘avait pas les moyens d’imposer à ses actionnaires l’effort d’investissement que la révolution technique imposait. Et qu’un jour ou l’autre, il faudrait rebattre les cartes du pouvoir de l’alliance. Est-ce que les Japonais craignaient cette perspective ? Sans doute ! Toujours est-il que les successeurs de Carlos Ghosn se sont retrouvés au cœur d’un faisceau d’ambiguïtés qui ressemble à un nœud de vipères :

Au niveau de la gouvernance de l’alliance, puisque les équilibres de pouvoir n’étaient pas clairs.

Au niveau des productions, la cohérence et la complémentarité n’étaient pas optimales, pas plus que les synergies.

Enfin, on savait que les marchés allaient piquer du nez. Ce qui s’est retrouvé, dans les chiffres d’affaires et les résultats, aussi bien chez Nissan, qui est en proie à des difficultés considérables que chez Renault qui a, c’est évident, une surcapacité de production. Du temps de Carlos Ghosn, Renault avait été calibré pour produire plus de 5 millions de véhicules par an. Alors que son volume effectif n’atteint pas 3,5 millions. Ce décalage est bien antérieur à la catastrophe du virus. Mais il est incontournable.

2e point, les mesures de redressement vont très classiquement se résumer à « tailler dans le vif » pour trouver assez vite 2 millions d’euros d’économie en exploitation. Alors que la direction affirme n’avoir aucun tabou, les suppressions de postes toucheront plus lourdement les usines installées à l’étranger que les centres de production français. Les projets d’extension au Maroc, en Roumanie et en Russie sont suspendus. En Chine, Renault va sans doute abandonner la partie.

Alors en France, on sait que quelques sites seront menacés, à Choisy-le-Roi, à Dieppe où on produisait l’Alpine A 110 (7 par jour, et tout est dit). Flins sera reconverti à l’électrique, et les effectifs de 2600 salariés tomberont à 1600 via des départs naturels. La direction s’engage à ce qu il n’y ait pas en France de licenciements secs.

3e point, la nouvelle stratégie de Renault reste à écrire. Jean-Dominique Senard ne manque pas d’enthousiasme certes, mais lui-même doit savoir que le seul plan de redressement ne suffira pas à offrir un avenir solide au groupe. L’Etat lui apporte de la trésorerie en aidant la demande immédiate (les primes à l’achat), les banques apportent des prêts qui vont permettre de respirer jusqu’à la mise en place du plan d’économies, mais ça n’est pas en expliquant « urbi et orbi » que l’avenir de Renault passera par l’électrique que la direction va rassurer tout l’écosystème. D’ailleurs, le ministre de l’économie Bruno Le Maire est très prudent, il ne peut pas imposer à une entreprise de marché de ne pas prendre les mesures d’équilibre nécessaires. En revanche, comme actionnaire, il peut attendre une stratégie plus forte.

Tout le monde sait que la perspective de multiplier les voitures électriques est un discours qui plait aux amis de Nicolas Hulot ou aux électeurs de la gauche bobo... mais les mêmes savent très bien que l’électrique ne plait pas au gros du marché des automobilistes. D’abord, parce que si la voiture est écologiquement sympathique ; elle n’est pas très pratique à cause de sa faible autonomie. Surtout dans un pays qui ne s’est pas équipé de bornes ou de systèmes rapides de recharge des batteries. D’où le peu de succès commercial de ce type de produit.

D’autre part, notre incapacité à produire des batteries nous met sous la dépendance des Chinois. L’Airbus des batteries est là encore un projet sympathique, mais avant qu’il soit opérationnel, il faudra beaucoup d’années et beaucoup de milliards d’euros. Il faudra aussi ouvrir des exploitations de terres rares en Europe, donc convaincre les écologistes qui s’y opposent, parce que les terres rares sont au cœur des batteries, que leur extraction est très polluante et si 95% des batteries viennent de Chine, c’est bien parce que les Chinois sont assez peu regardants sur les conditions écologiques de l’extraction.

Ce type de discours est sans doute trop cynique pour imprégner la parole politique, il correspond pourtant à une réalité assez incontournable.

Ajoutons à cela que, pour le constructeur automobile qui fournira la voiture propre et digitale, s’il ne maitrise si le digital, ni la batterie, il laisse à d’autres plus de la moitié de la valeur du produit.

En clair, Renault pourra vendre de voitures électriques, les dirigeants et les politiques pourront toujours raconter qu’elles sont fabriquées et conçues en France, il n’empêche qu’une énorme partie de la valeur ira dans la poche des GAFAM, fournisseurs de logiciels et de composants et dans la poche des Chinois pour la batterie. Au dossier de la souveraineté nationale, on doit pouvoir faire mieux !

Il est évident que ni la direction de Renault, ni l‘Etat actionnaire ne peuvent raisonnablement se contenter d’une stratégie aussi classique qu’ils sont en train de présenter actuellement. Il faudra accoucher de perspectives autrement plus ambitieuses et s’interroger pour savoir si la stratégie de Renault sera toujours de fabriquer des voitures automobiles ou alors d’offrir des solutions plus larges de mobilités.

Après tout, Louis Renault, à la fin du XIXème siècle, a inventé tout un mode de vie avec son automobile. A l’époque, il n’y avait ni encombrement ni risque de pollution. Au contraire, les moteurs thermiques ont été accueillis par les écologistes d’alors à bras ouvert. La pollution des voitures à cheval et le conservatisme des cochers étaient insupportables.

Les automobiles d’aujourd’hui ne sont supportables que parce qu‘elles paraissent indispensables au plus grand nombre. Qu’elles soient électriques ou pas, ça n’est pas d’une voiture individuelle dont on a besoin aujourd’hui, c’est plutôt d’un moyen ou d’une solution de mobilité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 01/06/2020 - 20:10
industrie automobile
Disons 10 ans, Ford et GM travaillerons pour TESLA. Conduisez une TESLA et vous n'aurez plus envi de conduire une bagnole a pistons. Si vous vivez sous une latitude ensoleillee vous n'avez meme pas besoin de payer pour le carburant. les constructeurs essayent mais ils n'ont pas la ferveure d'un Musk. BMW, Mercedes, des mecaniques si parfaites! Profondement dans leur coeur, non ils veulent pas les abandonner. Aussi tragique que de perdre un enfant...
1.) nucleaire. 2.) photovoltaique. 3.) eoliennes.
L'epidemie montre que beaucoup de gens peuvent travailler de chez eux. Ca resout une grosse part du probleme du transport publique et de la circulation.
Think! Be flexible.
L'article? Tres bien ecrit, savant, mais, blablabla blabla blablablabla bla.
Clodo31
- 01/06/2020 - 15:52
Désolé
Mais les faits sont têtus, sous C. Ghosn, Renault-Nissan était bénéficiaire, maintenant l'alliance est déficitaire. Le reste n'est que littérature......
tatouzou
- 01/06/2020 - 14:23
Là bagnole n'est pas morte
Les solutions alternatives à la voiture individuelle sont malcommodes, chères et ne se développent qu'à coups de subventions et d'interdictions.
Tout constructeur qui abandonnerait aujourd'hui la voiture individuelle à essence ou gazole, très pratique et bon marché, ne pourra se développer que dans une stratégie de niche pour bobos.
Quatre français sur cinq habitent en province: les difficultés de circulation des Parisiens ne les concernent guère, pas plus que la pollution de l'air. Ils ont par contre besoin d'une voiture plusieurs fois par semaine, voire tous les jours, et l'épouvantail du CO2 ne leur fait plus peur.
Le problème de Renault est avant tout un problème de gouvernance, avec un État actionnaire qui s'imagine pouvoir dicter sa loi aux clients, qui s'empresseront d'aller chez les concurrents, et des syndicats jusqu'auboutistes, qui ne peuvent que contribuer à couler l'entreprise.