En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 2 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 2 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 4 heures 18 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 9 heures 27 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 9 heures 56 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 10 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 13 heures 15 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 14 heures 54 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 2 heures 31 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 3 heures 26 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 5 heures 35 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 9 heures 42 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 10 heures 14 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 12 heures 10 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 14 heures 26 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 14 heures 57 min
© Philippe LOPEZ / POOL / AFP
© Philippe LOPEZ / POOL / AFP
Phase 2

Après avoir raté le confinement, le gouvernement tente de s’attribuer le succès du déconfinement

Publié le 29 mai 2020
Lors de ses annonces sur la deuxième étape du plan de déconfinement, Edouard Philippe a dévoilé un certain nombre de mesures qui vont changer le quotidien des Français comme la levée de l'interdiction de déplacement des 100 km. Est-ce une prise de risque de la part du gouvernement ?
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Sauveur Boukris
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sauveur Boukris est médecin généraliste.Enseignant à Paris, il participe à de nombreuses émissions de radio et de télévision sur les questions de santé. Il est l'auteur de plusieurs livres médicaux dont "Santé : la démolition programmée", aux Editions...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de ses annonces sur la deuxième étape du plan de déconfinement, Edouard Philippe a dévoilé un certain nombre de mesures qui vont changer le quotidien des Français comme la levée de l'interdiction de déplacement des 100 km. Est-ce une prise de risque de la part du gouvernement ?

Atlantico.fr : Le Premier ministre a décidé de desserrer l'étau lors de la deuxième étape du plan de déconfinement en levant notamment l'interdiction de déplacement au-delà des 100 km dès le 2 juin. Est-ce une prise de risque de la part du gouvernement ?

Arnaud Benedetti : La prise de risques eut été de ne pas desserrer l’étau compte tenu du ralentissement de la circulation du virus et de la nécessité de faire redémarrer la vie économique et sociale. Tout le monde s’accorde à reconnaître que les difficultés aujourd’hui sont devant nous. Le Premier ministre manage le retour à la vie normale, il le fait avec sobriété et prudence. Clairement, dans le duo exécutif, il a pris le "lead " dans le processus de déconfinement, en posant son ton et son tempo. Le ton rassure, redonne du volume à une parole de l’Etat qui en a singulièrement manqué durant la gestion de cette épidémie, il offre une stabilité psychologique à celle-ci, il rassure dans cette période délicate où l’opinion a été elle-même conditionnée à l’anxiété, voire à la peur, pour aller vite il renvoie une image de méthode et de sérieux. 

Mais tout ceci a un côté " micro-management", temporisation qui se heurte à l’impatience bien compréhensible des acteurs économiques mais aussi plus largement d’une grande partie des Françaises et des Français qui veulent retrouver le minimum minimorum de leurs libertés civilisationnelles : se déplacer et circuler librement, se retrouver, s’attabler à une terrasse, etc,... Le tempo du chef du gouvernement est sans doute en-deçà des aspirations de la société d’en revenir au cours naturel de son fonctionnement. Edouard Philippe solde en quelque sorte la séquence. Il imprime sa marque au moment, indéniablement; il y a intérêt; c’est un "Pompidou", toutes choses égales par ailleurs, qui rafistole, fait redémarrer, mais la suite immédiate est une autre affaire. 

Il délivre les Français de leurs contraintes, certes, mais  structurellement face à la vague qui s’annonce, il est presque mécaniquement indispensable que son temps soit compté, non pas qu’il ne dispose pas des qualités nécessaires pour affronter la suite de l’histoire au regard du potentiel humain de la macronie, mais la situation qui vient exige un choc psychologique, symbolique et le choc psychologique passe par un changement d’homme, sauf à risquer l’érosion et l’usure.

Sauveur Boukris : La décision d'interdire les deplacements au-delà de 100 km était une décision arbitraire, bureaucratique qui ne repose sur aucun argument scientifique. 100, 200 ou 300 km cela ne change rien à la diffusion du virus.

Lever cette interdiction relève du bon sens. Aujourd'hui, le risque est faible à condition que tout le monde porte des masques pendant encore quelques semaines. 

Cependant, il est dommage que cela soit possible à partir du 2 juin, cela prive les Français d'un beau week-end. Ils ont ete disciplinés, ils ont joué le jeu et ont contribué à reduire la contamination. Lever l'interdiction dès le vendredi 30 ou le samedi 31 mai aurait été une juste recompense de leurs efforts et sacrifices. 

Le timing de ce déconfinement est-il dû uniquement à des paramètres sanitaires ? Est-il raisonnable sur le plan sanitaire ? 

Arnaud Benedetti : Le sanitaire est en train de passer au second plan. Tout l’enjeu pour l’exécutif était de démontrer que sa politique de confinement a réussi et que la baisse du nombre de malades est indissociable des mesures prises à la mi-Mars. Pour autant, force est de constater qu’il lâche du lest sur le triptyque de l’immunité (protéger, teste, isoler). Il est rattrapé par les nécessités quasi-anthropologiques qu’une société ne peut se contraindre, malgré sa crainte de l’aléa, à une aseptisation forcée, sauf à dépérir et à s’effondrer. La réalité c’’est que la vie, c’est l’échange et qu’une cité ne peut indéfiniment s’enfermer. Néanmoins les paramètres épidémiques à ce stade s’améliorent.

Encore une fois le front qui s’annonce sera économique, social, et politique. Tout laisse à penser que le niveau de vie risque de ne plus être le même. C’est dans quelque mois quand les amortisseurs sociaux ne pourront peut-être plus jouer leur rôle, que les effets de ce que nous traversons risque de se traduire dans le quotidien. Force est de constater, à l’exception des secteurs les plus durement impactés (tourisme, restauration, ...) la phase a été plutôt socialement indolore. L’Etat-providence, tant décrié par la doxa techno-libérale, a permis d’assurer la cohésion de la société. 

L’enjeu maintenant c’est l’Europe. C’est là que le cœur de la bataille à moyen terme se noue. Macron a délégué à Philippe la tuyauterie ; le Président joue sa partition dans une cour européenne, au niveau macro, là où s’affrontent les États et où, en dépit des annonces, rien n’est joué. Les " frugaux " céderont-ils ? L’Allemagne payera-t-elle, nonobstant les déclarations de Merkel ? Les fédéralistes relâcheront-ils un temps leur orthodoxie budgétaire pour sauver la " vieille maison " tout en poursuivant leur politique libre-échangiste (la Commission vient de se prononcer pour un accord dans ce sens avec le Mexique ) ? Autant de questions qui déterminent la suite. Philippe a fait le job de soutier, Macron, lui, est confronté à une toute autre épreuve au moment, faut-il le rappeler, où sa majorité donne partout des signes de craquements.

Sauveur Boukris : Le gouvernement joue encore la prudence. Les mesures de deconfinement prises actuellement reposent essentiellement sur des critères économiques. Les services d'urgence et de réanimation ne sont plus saturés. Il n'y a pratiquement plus de nouveaux cas de Covid-19. Le nombre de décès se reduit de façon régulière et constante. La maladie est bien maîtrisée. J'espère qu'à partir du 15 juin ou début juillet, nous retrouverons une vie "normale" sans masques et que nous pourrons nous déplacer en Europe. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bobby Watson
- 29/05/2020 - 14:56
Titre mensonger: c'est un fiasco
Quel succès ? Des approximations, des demi-mesures, des informations alarmistes,... On ne voit qu'un gouvernement à la dérive, incapable de formuler à l'avance un calendrier précis qui permettrait aux entrepreneurs de préparer une relance économique éventuelle. Tout le contraire d'autres pays qui ont su intelligemment préparer leurs citoyens , de 15 jours en 15 jours, à un déconfinement total et organisé-
spiritucorsu
- 29/05/2020 - 12:55
Ne pas tricher avec les mots!
Le terrible désastre sanitaire,économique et social qui a révélé de l'incroyable légèreté,l'incurie et l'impéritie du roitelet ,de son 1er sinistre et de leur clique est total,le pays n'est plus qu'un champ de ruines où les sinistrés se comptent par millions et les morts par dizaine de milliers,à comparer avec d'autres pays d'Europe qui ont su prendre préventivement les mesures nécessaires et qui repartent à présent du bon pied,la France figure parmi les plus mauvais élèves.On ne peut donc parler de réussite sauf à vouloir travestir la vérité,en évoquant par un truchement sémantique une réussite dans le désastre,dans lequel persiste et signe le prince depuis le début de son règne calamiteux.En attendant,ce sont les Français qui vont obligatoirement payer la note dont on sait qu'elle va être salée.Gageons que devant une telle énormité,ils ne vont pas se contenter d'en rester là ,avec la crise sanitaire un point de non retour politique vient d'être atteint qui va bientôt solder les comptes définitivement.
gerint
- 29/05/2020 - 12:20
C’est une fin d’épidémie
Et c’est tout. Et c’est partout pareil, la même courbe évolutive à quelques nuances près. Dans la zone où j’habite sur les 1600 derniers dépistages dans un gros labo ces derniers temps: zéro positif. Il est vrai que la population est prudente. Mais c’est le virus qui « décide » avant tout. S’il
revient, ce que personne ne sait, ni sous quelle forme, ni quand, nous serons mieux préparés et moins enclins à nous faire berner par les autorités . Avec je l’espère un progrès des connaissances dont les traitements. Déjà on aurait pu mieux faire:
pour ce que j’ai vu autour de moi le traitement Raoult (si difficile à se procurer à cause de Véran-qu’il soit damné) quoi qu’on pense de lui n’est pas une lubie pour ce virus-là et l’expérience marseillaise et niçoise va dans le même sens