En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

05.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

06.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

07.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 35 min 31 sec
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 17 heures 24 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 18 heures 11 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 19 heures 39 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 22 heures 10 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 23 heures 48 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 1 jour 24 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 17 heures 37 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 18 heures 39 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 20 heures 29 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 22 heures 46 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 1 jour 4 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 1 jour 45 min
© Olivier HOSLET / EPA / AFP
© Olivier HOSLET / EPA / AFP
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

Publié le 28 mai 2020
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dévoilé un plan de relance de 750 milliards pour aider les pays européens à surmonter la crise économique suite à l'impact du Covid-19. Comment ce plan va-t-il être réparti et comment sera-t-il financé ?
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dévoilé un plan de relance de 750 milliards pour aider les pays européens à surmonter la crise économique suite à l'impact du Covid-19. Comment ce plan va-t-il être réparti et comment sera-t-il financé ?

Atlantico.fr : Hier, la Commission Européenne a proposé un plan de relance massif de 750 milliards pour aider l'Europe à sortir de la récession due au coronavirus. Comment cet argent va-t-il être réparti ?

Jean-Paul Betbeze : De fait, la Commission Européenne n’a pas été arrêtée par la Cour Fédérale Allemande. Elle propose encore plus de projets, avec donc encore plus de milliards d’euros à trouver ! Ce n’est pas une provocation, même si certains pourront dire que ceci y ressemble. Le projet de la Commission Européenne est en effet un nouveau plan de relance, Next Generation EU, avec une enveloppe de 750 milliards d’euros et non plus 500 – comme proposé par Angela Merkel et Emmanuel Macron, plus 1 100 milliards (les anciens 1 000 milliards du Green Deal de fin 2019, revus à la hausse).

La répartition de ces 1 850 milliards obéit à deux logiques : une « logique de composantes », si l’on peut dire et une « logique par objectifs » :

• la « logique de composantes » comprend trois parties : le Green Deal (où l’on retrouve l’essentiel du programme pluriannuel présenté par Ursula Dan den Leyen : rénovation énergétique des bâtiments, énergie renouvelable, mobilité propre, neutralité carbone…), plus la partie de « Renforcement et résilience du marché intérieur », avec les soutiens à des secteurs stratégiques (5G, Intelligence Artificielle, cyber, cloud...) et la partie de « relance socialement juste » (SURE : financement de chômage partiel, soutien aux compétences et à l’éducation numérique, salaire minimum « juste » européen…),

• la « logique par objectifs » qui comprend des soutiens à l’investissement public pour 80% (plans nationaux examinés centralement, hôpitaux, transition énergétique…), à l’investissement privé pour 15% (renforcement du Plan Juncker, soutien à des entreprises en difficulté et à l’autonomie stratégique de certains secteurs, tel le médicament) et, pour 5% un fonds dédié à renforcer la santé et la protection civile eu Europe.

Nous sommes donc face à un ensemble de propositions plus intégrées et augmentées, par rapport au Plan Green Deal de 100 milliards d’euros et de 250 par rapport à la proposition Merkel-Macron qui avait déjà fait réagir, parce qu’elle mutualisait les financements, distincts des projets (500 milliards de transferts et 250 de prêts désormais). Nous sommes donc face à des transferts, mot tabou. On parle de 82 milliards pour l’Italie, 77 pour l’Espagne et 39 pour la France, soient les écarts entre les apports en financements, au niveau européen, de chaque pays et les projets financés dans chaque pays.

Comment ce plan de relance va-t-il être financé ?

• Pour aller aussi vite que possible, le Plan de relance s’inscrit dans le cadre du CFP (Cadre Financier Pluriannuel – 7 ans) qui n’avait pas pu être bouclé en février pour 1095 milliards, mais rien ne sera prêt avant janvier 2021. 

• Pour lever les oppositions, il est prévu qu’une part importante des financements dépendra d’une validation d’ensemble, donc de discussions, débats, réformes : c’est sans doute le prix à payer pour le passage à une union de transfert. 

• Pour lever cet argent, l’Union (la Commission de Bruxelles) propose de le faire elle-même sur les marchés, sur la base de garanties des Etats membres, donc de milliards qui ne sont pas censés être déboursés par eux, et donc pas écrits chez eux en dettes, mais en engagements. C’est là la magie ! Ces emprunts réalisés au nom de l’UE, les premiers du genre, se placeront sans problème à des taux très bas. Le marché cherche des placements sûrs. Pour lui, ce sera du quasi bund allemand.  Ces montants seront ensuite versés aux états pour financer les projets. 

• Mais avant, l’Union doit relever le plafond des ressources propres, de 1,2% à 2% du RNB européen, ce qui n’ira pas de soi. Alors, pour réduire le coût du remboursement, la Commission propose de créer de nouvelles ressources qui lui seraient propres, c’est-à-dire allouées au budget européen, non aux budgets nationaux. Ce seraient tout ou partie des nouvelles taxes carbone aux secteurs maritime et aérien ou du  mécanisme d'ajustement carbone aux frontières. La Commission songe aussi à une taxe sur les plateformes numériques voire à un impôt européen sur les sociétés. Pour elle, ces ressources permettraient de rembourser l’emprunt et les intérêts, mais on voit que la mutualisation de la dette mènerait à une fiscalité européenne rendant le budget communautaire moins dépendant des États membres, donc plus fédéral. Vaste programme !

Ces 750 milliards suffiront-ils à relancer l'économie européenne ? 

Non, car tout dépend de la pandémie et des besoins liés à la relance. 

La pandémie frappe certes partout en zone euro, mais surtout les PME, surtout les PME grecques, espagnoles et italiennes. Les enquêtes de la Banque Centrale Européenne montrent ainsi que ces PME ont été les plus touchées par la crise sanitaire, les plus demandeuses de financements bancaires supplémentaires et font face à plus de difficultés. Les PME espagnoles et italiennes, déjà fragiles avant le virus, ont plus de besoins et s’adressent à des banques déjà fragiles. Tel n’est pas le cas en Allemagne, où les banques régionales répondent favorablement aux demandes, relativement limitées de leurs PME, généralement solides. La France se trouve dans une situation intermédiaire, avec des PME souvent fragiles qui discutent avec des banques solides : elles obtiennent en général satisfaction, sans hausse notable des conditions. Mais nul ne sait si ceci sera suffisant si la pandémie s’installe et surtout si la consommation ne retourne pas rapidement à la situation antérieure.

Non, surtout, car on ne sait pas à quel point il faudra changer les structures de distribution et de production, avec les obligations de distanciation. Non, car on ne sait comment évoluera le système concurrentiel, avec des entreprises qui pourront plus rapidement revoir leurs chaînes de production, robotiser davantage, se protéger de raids…

Ce qui est sûr, c’est que le prix de la pandémie sera de plus en plus élevé, celui de ses préventions plus élevé encore et celui de la nouvelle compétitivité supérieur. Mais, dans ce contexte, il faut commencer à réparer, à unir, à baliser le futur, à préparer les esprits des patrons, des salariés et des politiques. Les banques et les marchés financiers sont au courant, seuls certains (experts ?) pensent que taxer les riches résoudra tout. Souhaitons que ceci ne devienne pas une autre pandémie, elle serait pire que l’actuelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 29/05/2020 - 09:07
Excellente préparation avec les bons choix
pour son déploiement dans l'UE. Nous pouvions avoir des doutes sur l'UE, mais aujourd'hui nous pouvons qu'être satisfaits d'1 telle mise en œuvre et ou chaque Province de l'UE (comme le dirait Montesquieu) ne subit pas, mais sera relancée, pour son Avenir et notre Avenir. Notre Avenir à nos +de 500 millions d'habitants et qui sans cette force Commune (ds 27) ne serait qu'1 descente individuelle aux Enfers. Un avenir n'est possible, pour l'avenir, qu'avec 1 force Commune. En effet, le Monde se fera qu'avec ds plaques formant 1 entité géographique économique, géographique Politique, géographique Militaire, avec ses masses de Populations permettant 1 consolidation Sociale, agricole, culturelle, Sportive, car son Histoire Commune le permet.
Ceux qui ne pensent & se pensent que dans 1 repli individuel n'ont rien compris à la Nature de l'Homme. En fait, ils pensent comme des Néandertaliens qui ont disparu, ne pouvant accepter 1 communication sociale plus grande qu'1 lieu-dit. 1 confetti n'offre aucune joie, mais des milliers de Confettis sont 1 Fête. Évidemment, ça ne veut pas dire que par Miracle tout se passera sans efforts, sans chicanes, sans l'envie d'être 1 Communauté d'Avenir
spiritucorsu
- 28/05/2020 - 23:17
Ne pas stresser le troupeau avant l'abattage!
Que l'auteur de l'article se rassure,les oligarchies en place n'ont aucunement l'intention de payer la note alors qu'il est si facile d'en faire porter le poids par les masses laborieuses de la classe moyenne ainsi que les retraités.Les eurocrates de Bruxelles y ont déjà pourvu en annonçant officiellement la création d'un nouvel impôt européen pour éponger la dette.Alors pour rendre la chose plus indolore,on chloroforme le troupeau à coup de valises de billets fictives dont de toute façon,il ne verra pas la couleur.Tous les équarisseurs vous le diront,il ne faut pas stresser la bête avant l'abbatage,cela donne un mauvais goût à la viande.
lasenorita
- 28/05/2020 - 13:59
La France est le dindon de la farce!
La France contribuera pour environ 17,6% au budget européen,donc elle paiera le plan de 500 milliards dans cette proportion soit 88 milliards alors qu'elle recevra que 39 milliards!L'Italie recevra 172 milliards et l'Espagne 140 milliards!..Il faut être anti-Français pour se féliciter de ce plan..alors que la France a la plus forte baisse du PIB à cause du covid et que a France a le plus fort déficit commercial de l'U.E.:70 milliards...Payer 88 milliards pour en avoir 39 n'est pas juste ni équitable pour le contribuable le plus taxé du monde!...