En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 58 sec
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 1 heure 4 sec
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 4 heures 3 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 5 heures 18 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 6 heures 20 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 6 heures 35 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 6 heures 56 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 21 min 3 sec
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 3 heures 52 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 4 heures 31 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 6 heures 54 sec
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 6 heures 26 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 6 heures 45 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 18 heures 45 min
© Michael Kappeler / POOL / AFP
© Michael Kappeler / POOL / AFP
Atlantico Business

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

Publié le 28 mai 2020
Sur l’Union monétaire, sur le nucléaire et sur l’immigration, Angela Merkel tente d’installer un paradigme auquel les Allemands s’opposaient sévèrement jusqu’à maintenant. La crise du coronavirus et son habileté politique ont tout changé.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sur l’Union monétaire, sur le nucléaire et sur l’immigration, Angela Merkel tente d’installer un paradigme auquel les Allemands s’opposaient sévèrement jusqu’à maintenant. La crise du coronavirus et son habileté politique ont tout changé.

La chancelière Angela Merkel est aujourd’hui la dirigeante occidentale la plus soutenue par son opinion publique. Sa popularité et la confiance qu‘elle inspire lui valent près de 80 % d’opinions favorables. L’année dernière à la même époque, Angela Merkel se savait condamnée dans son propre parti, la CDU se préparait à organiser sa succession après les élections législatives de 2021.

La fin de mandat qui allait correspondre aussi à la fin de 20 années de pouvoir à la tête de la CDU et de 15 ans à la Chancellerie s’annonçait bien morose.

L’épidémie du coronavirus et la façon de la gérer a tout changé. La pandémie a rabattu les cartes politiques et lui a permis de revenir en grâce auprès de l’opinion publique. Ce qui lui vaut une popularité extraordinairement forte et lui donne une autorité et liberté politique qu‘elle n’avait jamais connues.

En cette période très troublée, les Allemands ont découvert que la Chancelière était habitée d’un calme, d’une pondération et d’une prudence qui ont rassuré les populations qui étaient très inquiètes comme partout en Europe. « Muter Merkel » (Mère Merkel) a su parler aux Allemands non pas comme à des enfants, mais à des citoyens doués de raison et de responsabilité.

Aidée par une organisation du système de santé performante parce que sans doute décentralisée, aidée par une préparation technique qui ont permis aux Allemands de disposer de tests et de masques assez vite, la situation sanitaire a été très sévère en termes de décès, mais plutôt en deçà de ce qui s’est passé en Italie, en Espagne et en France. Surtout, l’activité économique ne s’est jamais arrêtée malgré le confinement dont les Allemands sont désormais sortis. Alors en Allemagne comme ailleurs, les experts n’excluent pas l’hypothèse d’une deuxième vague certes, mais ils l’estiment peu probable et au cas où la deuxième vague se produirait, ils se déclarent prêts à y faire face.

Ce bilan conjugué aux perspectives offre à Angela Merkel des opportunités auxquelles elle ne pouvait même pas rêver.

D’abord, elle est plus libre de son agenda à la tête de son parti puisque les élections pour lui trouver un successeur ne sont plus d’une actualité urgente. Beaucoup de ses challengers ont jeté l’éponge parce que la CDU qui était au fond du trou l’année dernière a retrouvé des couleurs grâce à la popularité d’Angela Merkel. Donc sur le terrain électoral, assez peu de nuages. 

Ensuite, elle va disposer des outils et des moyens de gouverner non pas seulement en Allemagne mais aussi en Europe puisque dès le premier juillet, elle présidera l‘Union européenne pour six mois. Assez de temps pour décider et lancer une stratégie offensive et donner à l’Europe un deuxième souffle.

Enfin, et alors que beaucoup en Europe pensent que le coronavirus aura donné le coup de grâce à une Europe fragile, tout se passe comme si Angela Merkel allait utiliser le traumatisme de l'épidémie pour relancer l’Union européenne et surtout pour engager l’Allemagne dans une direction opposée à beaucoup de ses tentations identitaires. 

Tout se passe comme si Angela Merkel avait décidé de terminer sa carrière politique en sauvant l’Union européenne et la zone euro, ce qui veut dire qu’elle va obliger les Allemands à accepter des concessions qu’ils ont toujours refusées. Elle considère que la situation politique personnelle va le lui permettre.

Les trois dossiers sur lesquels elle entend faire changer les Allemands sont au niveau de l’Union monétaire, avec la possibilité d’accepter une mutualisation des dettes, au niveau de la politique énergétique en revenant sur le refus quasi idéologique de faire du nucléaire et sur la politique migratoire et l’acceptation de fermer les frontières.

1er changement, l’Union européenne et la zone euro. Angela Merkel a compris et elle convaincu le grand patronat de l’industrie allemande que dans le monde nouveau de l’après Covid, l’Allemagne aurait encore plus besoin des marchés européens qu’avant et pas seulement pour y passer ses vacances.  Il va donc falloir protéger et aider les pays de l’Europe du Sud : la Grèce, l’Italie, l’Espagne et la France. L’opposition de la Chancelière, à peine voilée, face à la décision de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe de critiquer la BCE et sa politique non conventionnelle va dans ce sens. Mais son accord de principe avec Emmanuel Macron de lancer des emprunts européens garantis par tous les États membres va encore plus loin. Elle va à l’encontre du tabou de la mutualisation des dettes et permet de trouver des moyens de financer la relance et la sortie de crise.

2e changement, l’acceptation d’un retour au nucléaire. Angela Merkel a engagé une campagne d’explication auprès de son opinion publique pour la convaincre de sortir d’une contradiction qui peut freiner son développement et son crédit. Sous la pression des écologistes dont elle avait besoin, Angela Merkel a renoncé au nucléaire au profit d’un développement des énergies naturelles. Mais face aux besoins en électricité qui vont devenir considérables avec la transition énergétique des transports notamment (l’automobile en particulier), l’Allemagne a été obligée de relancer ses centrales au charbon, ce qui fait de l’Allemagne le pays le plus pollueur d’Europe, et l‘Allemagne est obligée d’acheter de l’énergie nucléaire à la France. Alors Berlin n’a sans doute pas pris la décision de construire des centrales, mais Berlin étudie désormais le possible allongement de la durée de vie des centrales nucléaires en service et dont la fermeture était programmée. Cette décision-là n’a pas provoqué de tollé de protestation de la part des écolos.

3e changement. La fin officielle d’une politique d’immigration très libérale. Angela Merkel sait qu’elle avait fait une erreur en ouvrant ses frontières à une immigration massive, en provenance de Turquie notamment, et cela pour répondre à ses problèmes d’emplois. Les pays européens l‘avaient mal compris et les Allemands eux-mêmes l’avaient mal accepté. La Chancelière a opté pour une immigration très choisie, très sélective et pour le reste, elle défend désormais la décision des Européens de fermer les frontières vis-à-vis des pays tiers et notamment de la Turquie. Mais en plus, elle maintient fermées les frontières allemandes aux ressortissants qui n’appartiennent pas à l’Union européenne. Tout faire pour empêcher une nouvelle vague migratoire et ne pas répondre au chantage des pays complaisants avec l’islamisme

Ces changements-là sont évidemment importants. Parce qu‘ils transgressent les courants politiques qui dominent et façonnent la culture allemande, les verts et la gauche, sans parler les extrêmes droite et gauche. Pour Angela Merkel, ils sont nécessaires à la modernisation de l’Allemagne et lui permettent de répondre aux contraintes nouvelles de la mondialisation et de la transition écologique. Angela Merkel estime qu‘elle en a désormais les moyens politiques et la liberté. Un peu comme le Général de Gaulle qui avait impose l’indépendance de l’Algérie à un électorat qui y était initialement opposé. Un peu comme François Mitterrand qui a imposé à sa famille le tournant très libéral en 1983 alors qu’il avait été élu sur un programme très socialo-communiste en 1981.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 28/05/2020 - 17:25
Oui Oui
JMS a une illumination par semaine pour justifier son rond de serviette...on se souvient de ses élucubrations sur les anglais qui allaient demander asile à Calais sur autant de radeaux de la Merduse! On connait la suite mais hélas , à Atlantico, la caravane passe et elle oublie un âne qui continue à braire ....C'est....
lasenorita
- 28/05/2020 - 16:40
La France devait prendre 6 migrants!
Je corrige..160:28 cela fait 5,7 donc la France ne devait prendre que 6 migrants voir https://www.breizh-info.com/2020/05/25/144278/malte-france-europe-migrants...voir https://www.breizh-info.com/2020/05/28/144480/immigration-migrants-mediterranee-italie..voir https://www.breizh-info.com/2020/05/22/144193/suede-poignarde-par-un-clandestin-soudanais-en-tentant-de-sauver-une-jeune-fille-dun-viol...voir https://www.breizh-info.com/2020/05/25/144321/suede-migrant-africain-viol...si l'Allemagne a besoin de main d'œuvre: qu'elle GARDE, chez elle, les ''clandestins'' musulmans! Nous, les Français nous n'en avons pas besoin: nos prisons sont pleines déjà de musulmans et nous avons 3 millions de chômeurs!.. L'U.E. ne doit pas nous ''obliger'' à prendre, chez nous, des terroristes musulmans ''clandestins'', nous n'avons RIEN demander! Quand est-ce que les ''moutons gaulois'' ne voudront plus se rendre à l'abattoir en souriant???
Liberte5
- 28/05/2020 - 15:14
Attendons pour voir...
notamment sur la mutualisation des dettes. Il y a des pays réfractaires , qui n'entendent pas boucher les trous "ad æternam", des pays du club Med. Des pays comme la France n'auront jamais assez d'argent pour satisfaire leurs goûts exagérés pour la dépense. Pour la France , cela va bientôt faire 50 ans qu'elle vote ses budgets en déficit. Et cela n'est pas prêt de changer.