En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

04.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 15 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 16 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 17 heures 16 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 19 heures 4 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 21 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 22 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 11 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 12 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 15 heures 55 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 16 heures 51 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 19 heures 56 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 21 heures 43 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 12 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 14 heures
© AFP/Archives
© AFP/Archives
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

Publié le 27 mai 2020
Le débat sur l'application StopCovid aujourd'hui à l'Assemblée Nationale soulève la question de l'articulation entre la légitimité d'un objectif politique et la restriction des libertés publiques. Après avoir parfois excessivement restreint les libertés publiques dès le début de l'épidémie le gouvernement est-il aujourd'hui dans une impasse face à l'impossibilité d'imposer cette application aux Français ?
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le débat sur l'application StopCovid aujourd'hui à l'Assemblée Nationale soulève la question de l'articulation entre la légitimité d'un objectif politique et la restriction des libertés publiques. Après avoir parfois excessivement restreint les libertés publiques dès le début de l'épidémie le gouvernement est-il aujourd'hui dans une impasse face à l'impossibilité d'imposer cette application aux Français ?

Atlantico.fr : En quoi le débat sur l'application STOP COVID, soumis aujourd'hui à l'Assemblée Nationale, pose la question de l'articulation entre légitimité d'un objectif politique et restriction des libertés publiques ? Comment doit-on placer le curseur ?

Edouard Husson : Je pense que pour bien répondre à cette question, il faut se référer à l’urgence de la situation. Lorsque la Corée a mis en place, en février et mars dernier, un traçage informatique, ce pays limitrophe de la Chine avait beaucoup de raisons de restreindre les libertés publiques pour des raisons de protection sanitaire. Le plus frappant dans l’application française, c’est que nous sommes fin mai, en fin d’épidémie. Prenons le temps de mesurer l’effet « Ligne Maginot ». On crie « Stop Covid » après la bataille. Du coup, il est évident que, s’il n’y a plus d’urgence, la question de la légitimité politique redevient la question prépondérante. Dans une démocratie, il faut particulièrement se méfier de tout ce qui permet la collecte de données personnelles par le gouvernement central. Surtout quand celui-ci coopère avec des entreprises à tendance monopolistiques portant les réseaux sociaux ou pourvoyeuses de big data. Nous sommes dans une situation d’inopportunité, au sens plein du terme, de ce qui est proposé au vote des députés. 

Afin de mettre en place cette application, le gouvernement a du ratifier certaines conditions concernant les libertés individuelles. Après avoir parfois excessivement restreint les libertés publiques dès le début de l'épidémie le gouvernement est-il aujourd'hui dans une impasse face à l'impossibilité d'imposer cette application aux Français ? Peut-on qualifier la mise en oeuvre de cette application de "gâchis sur les libertés publiques" ? 

Quand vous regardez de près, vous voyez que le gouvernement, effectivement, a pris des précautions. Le système est moins intrusif que ce qui a été mis en place en Corée. Ou, a fortiori, dans la Chine néo-totalitaire de Xi.  Et puis il est basé sur le volontariat ! C’est très différent de ce qui s’est passé en Asie. Mais la construction de la « Ligne Maginot » numérique surgit alors que de nombreux utilisateurs des réseaux sociaux font, depuis l’élection d’Emmanuel Macron, l’expérience de la censure sur les réseaux sociaux; après le vote de la loi Avia. YouTube vient de retirer une vidéo du Professeur Raoult datant de mars, sous prétexte qu’elle contreviendrait aux conditions générales du site - en fait parce qu’elle témoigne qu’il y avait un autre chemin de lutte contre l’’épidémie; et il est évident que pour qu’une telle décision soit prise, il faut une connivence entre les pouvoirs publics et les prescripteurs d’opinion . Nous sommes dans un climat d’affrontement: médias mainstream contre réseaux sociaux et gouvernement contre opinion publique. Le débat « Stop Covid » surgit aussi à un moment où dans les pays anglophones, en Allemagne, dans les pays du groupe de Visegrad, la constitutionnalité des mesures de confinement sont scrutées de près par juristes et citoyens. Alors, oui, on peut parler de « gâchis sur les libertés publiques », avec cette composante spécifiquement française, ne nous lassons pas de le souligner: le gouvernement mène la bataille précédente, celle qui aurait dû être livrée en février/mars. 

La mise en place de cette application, qui arrive au moment du déconfinement, doit être utilisée par au moins 65% des Français pour être efficace sur le plan sanitaire. La question de l'utilité de cette application est-elle légitime ? Si l'application devait-être utilisée par tous les Français, les infrastructures actuelles mis en place par le gouvernement seraient-elles à la hauteur de l'enjeu ?

Il faut d’abord comprendre que seulement 3/4 des Français ont un smartphone. Il faudrait donc que 85% de ceux qui ont un téléphone intelligent utilisent l’application. Dans le contexte que nous venons de décrire, c’est très peu probable. Il va y avoir une sorte de référendum et je suis prêt à parier, pour ma part, qu’il y aura une infime minorité de Français à télécharger l’application. En réalité le gouvernement devrait devenir coercitif pour que l’application ait une efficacité. Et même dans ce cadre il y a un risque pour les pouvoirs publics de désobéissance civile. Lorsque Madame Borne, ministre, déclare, ce 27 mai, qu’elle est favorable au port du masque, « tant qu’il n’y a pas de traitement ni de vaccin », il est facile de mesurer l’impact que l’attitude fondamentale du gouvernement peut avoir sur une application comme Stop Covid. 1. Le gouvernement, jusqu’à la fin avril, a mis en doute l’utilité des masques. 2. Le traitement existe: les résultats du traitement de l’épidémie à Marseille comparés au désastre sanitaire francilien montrent sans aucune hésitation possible l’efficacité de la méthode Raoult (multiplication des tests, minimisation du risque d’évolution grave de la maladie grâce à la combinaison hydroxychloroquine + azithromicine, hospitalisation chez les patients les plus atteints sans attendre les insuffisances respiratoires; peu de morts de moins de 70 ans à l’IHU de Marseille). 3. On n’a aucune certitude sur un vaccin (on n’a toujours aucun vaccin contre le SIDA 35 ans après la diffusion de l’épidémie). Et puis les promoteurs du vaccin se sont comportés de telle manière (pensons à Bill Gates, qui incarne, par excellence, le risque de dérive numérique liberticide) qu’ils ont fait peur, en parlant, par exemple, de vaccination obligatoire. Comment voulez-vous que les Français aient confiance dans la parole publique dans ces conditions ? Non, « Stop Covid » va faire un flop. Ce n’est pas une raison pour ne pas s’y opposer, au nom de la défense des libertés. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 28/05/2020 - 23:01
Hors de question pour moi
Et Covid n’a nul besoin de cette application pour stopper
J'accuse
- 27/05/2020 - 17:58
StopMacron
Mon commentaire d'il y a deux mois n'est évidemment plus accessible, mais je me souviens très bien avoir écrit: "cette appli coûtera cher, ne fonctionnera pas, et quand elle marchera, ce sera trop tard". Fonctionner n'est d'ailleurs pas encore sûr, puisqu'elle n'est toujours pas disponible et qu'on peut prévoir un grand nombre de bugs... qui ne seront pas corrigés, parce que à quoi bon ?
Elle pourrait même devenir le symbole de la gestion calamiteuse de l'épidémie, à égalité avec les masques que tout le monde avait à sa disposition en temps voulu, dixit Macron.