En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

05.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

06.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 22 sec
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 15 heures 31 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 17 heures 3 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 18 heures 57 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 20 heures 39 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 22 heures 59 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 23 heures 48 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont plus les pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 1 jour 14 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 1 jour 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 17 heures
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 15 min 6 sec
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 16 heures 33 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 18 heures 31 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 19 heures 21 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 21 heures 15 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 23 heures 29 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 1 jour 1 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 1 jour 27 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 17 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 17 heures
© Thomas COEX / AFP
© Thomas COEX / AFP
Tentation liberticide

Covid-19 : une nouvelle servitude volontaire

Publié le 24 mai 2020
Plus que l’inefficacité de certains gouvernements face au Coronavirus, c’est la privation des libertés qui est le vrai problème.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plus que l’inefficacité de certains gouvernements face au Coronavirus, c’est la privation des libertés qui est le vrai problème.

Depuis le début du confinement, nombreuses sont les voix qui ont critiqué le président de la République et son gouvernement pour des questions d’inefficacité face au virus. Et comment, en effet, ne pas dénoncer la succession de ratés et de mensonges qui ont accompagné ces derniers mois? Il suffit de penser à l’absence de masques et le discours fluctuant les concernant, à l’insuffisance des tests, au discours fluctuant sur la prise en charge des cotisations sociales ou du chômage partiel, au comportement gouvernemental sur le traitement mis en place par Didier Raoult, à la réouverture quelque peu chaotique des écoles. Cependant, si nous en restons à la question de l’efficacité, nous ne pourrons pas rendre compte complètement de ce qui est en jeu. 

Pour le faire comprendre, je vais prendre un exemple dans un pays jugé efficace dans sa lutte contre le COVID 19, l’Allemagne. Rendons-nous dans le Land de Rhénanie du Nord/Westphalie, dont le Ministre-Président a la réputation d’avoir bien organisé la riposte au virus. Cette région d’Allemagne n’a jamais connu le degré d’angoisse qui a caractérisé, chez nous, l’Alsace ou l’Ile-de-France. La région a connu un semi-confinement, lieux de culte magasins et cafés y sont déjà rouverts depuis quelques semaines. Eh bien, les parents viennent de recevoir un courrier d’un certain nombre de directeurs d’établissements scolaires indiquant qu’à la rentrée la classe ne pourrait certainement pas reprendre normalement: une partie conséquente des cours se ferait en ligne. Le plus frappant dans cette annonce, c’est l’absence de justification des mesures prises, l’absence de consultation des parents, l’absence de débat politique qui a entouré les conditions de reprise de l’école. Actuellement, de nombreux établissements scolaires du même Land ont d’ores et déjà planifié de ne plus accueillir les enfants d’ici les vacances d’été plus que quelques jours. Le sentiment dominant dans les familles est celui de l’arbitraire; c’est d’autant plus frappant que l’angoisse de l’épidémie a reculé du fait de la bonne gestion de la crise sanitaire. Nous ne sommes pas dans la situation française, où la colère et la peur des lendemains économiques se mélangent au sentiment de privation de liberté. 

La privation des libertés est le vrai problème

Lorsque nous envisagerons le printemps 2020 avec le recul, nous nous rendrons compte avant tout de l’arbitraire du confinement. Il y a dix-huit mois, l’Italie s’enorgueillissait d’avoir placé au pouvoir deux partis anticonformistes, certains disent populistes; eh bien regardez comme un gouvernement technocratique a instauré un confinement quasi autarcique, qui risque de plonger la société italienne dans une crise sociale sans précédent. On est frappé par la passivité du peuple italien. Certes la Lombardie et le Piémont ont été très durement touchées mais cela suffit-il à expliquer l’absence de confinement différencié selon les régions et l’absence de débat politique? En Italie comme ailleurs, l’Eglise s’est largement soumise à l’injonction de fermeture quasi-totale des églises et d’absence de messe publique. Quel contraste avec la période de la bien plus sévère crise espagnole, voici un siècle, où tout le monde se fabriquait des masques en tissu et où personne n’aurait imaginer d’empêcher les citoyens qui le désiraient d’aller à la messe. 

En l’espace de quelques semaines, une grande partie de la planète a accepté des décisions de confinement généralisé. Les modalités varient d’un pays à l’autre. Mais le plus frappant est l’absence de contestation. On pouvait bien comprendre que, durant quelques jours ou quelques semaines, le temps de se procurer tests et masques, on prît des mesures de précaution. Mais regardez comment la Grande-Bretagne ou les Etats-Unis, berceaux des libertés occidentales, ont accepté l’arbitraire gouvernemental, lui même enraciné dans une expertise prétendument scientifique, en fait peu fondée en raison. Le grand Boris Johnson, que son instinct portait d’abord à ne pas arrêter l’économie du pays, aura finalement suivi les avis d’un scientifique d’Imperial College, Monsieur Ferguson, dont la principale caractéristique est de s’être toujours trompé - par exagération grossière - dans ses modèles épidémiologiques. Aux Etats-Unis, Donald Trump, dont l’instinct est favorable à la liberté, se débat malgré tout, avec une équipe scientifique de la Maison-Blanche très mainstream et catastrophiste et le contraste est frappant entre les Etats gouvernés par des démocrates, où les tendances liberticides l’emportent et les Etats républicains, où l’on se préoccupe de mettre fin aussi rapidement que possible au confinement. Certes le ressort moral des Américains n’a pas disparu: évêques catholiques et responsables des églises luthériennes dans l’Etat du Minnesota ont, en trois jours, fait plier le gouverneur qui refusait d’autoriser la réouverture des lieux de cultes. Mais il y a quelques jours Bill Gates expliquait sérieusement que l’on devrait garder les lieux de culte fermés jusqu’à la fabrication d’un vaccin contre le COVID 19. 

Le risque d’une nouvelle servitude volontaire

On pourrait multiplier les exemples de menaces qui pèsent sur nos libertés. Comprenons-nous bien: il ne s’agit pas de dire qu’il aurait fallu sacrifier la prudence sanitaire à la défense des libertés. Mais tous les spécialistes sérieux disent qu’il aurait suffi que 90% d’une population porte un masque pour que l’épidémie soit sérieusement freinée tout en évitant de paralyser la vie économique et de porter atteinte aux libertés. Ce sont des choix qui ont été faits au départ; et ils ne sont pas ceux d’une société qui placent la liberté avant toute chose. Bien entendu, il y a, d’un côté de la balance, le poids des bureaucraties, la fascination pour une expertise plus scientiste que scientifique, le goût de nos dirigeants pour les perspectives mondialistes et le rêve d’un gouvernement mondial; mais qu’avons-nous à mettre en face? Ne payons-nous pas cinq décennies d’individualisme exacerbé, au cours desquels les citoyens de nos démocraties ont consciencieusement défait les liens sociaux pour se retrouver seuls face à l’arbitraire de l’Etat? 

Que se passera-t-il si l’épidémie est récurrente? C’est dans cette perspective que se placent les directeurs d’école de Rhénanie du Nord/Westphalie : et ils apportent leur réponse, celle d’un semi-confinement permanent. On imagine les conséquences d’un retour au confinement, tous les six mois. Nos économie de liberté n’y survivraient pas. Nous serions de plus en plus soumis à des contrôles informatiques. Depuis trois mois, nos gouvernants ont mis en cause le silence de la Chine sur le début de l’épidémie. En revanche ils n’ont pas remis en cause ce que révèle leur aveuglement sur cette Chine néo-totalitaire, qui connaît vraisemblablement le nombre le plus élevé de victimes du Coronavirus au monde et qui n’a réussi à endiguer la pandémie chez elle qu’avec une suppression totale des libertés. 

Il est temps de réagir. Dans le monde anglophone, les recours contre le confinement pour inconstitutionnalité se multiplient. En France, c’est le juge des référés qui a répondu favorablement à la demande de réouverture des églises aux fidèles pour assister à la messe. En Allemagne aussi, les défenseurs des libertés commencent à se mobiliser. Nous sommes vraisemblablement au début d’un énorme débat qui structurera la vie politique des prochaines années dans nos démocraties. La question est de savoir si nous nous obstinons dans la servitude volontaire que nous avons choisie ces derniers mois.  
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ginseng
- 26/05/2020 - 09:30
bien sur,mais une fois de
bien sur,mais une fois de plus les chinois servent de bouc emissaire,pour masquer le déclin relatif des pays occidentaux.
Liberte5
- 24/05/2020 - 23:27
Cette crise sanitaire révèle ce que nous savion déja.
La France n'est plus un pays de liberté et cela depuis longtemps. Les lois Pléven et Gayssot sont liberticides.Les médias sont dans le politiquement correct, et refusent d'inviter ceux qui transgressent. Notamment sur les chaînes publiques.Réduire les libertés aujourd'hui ,n'est plus un problème pour le pouvoir. Il sait que les Français ne diront rien. Il a raison de penser cela.
Le gorille
- 24/05/2020 - 23:01
La fuite
Merci M. Husson, vous qui avez donné le "la". Merci aux commentateurs dont je partage les impressions, sauf L'éléphant. Je souhaite rebondir sur celui de BW : juin 40. Son parallèle est saisissant : fuite et panique. Oui, le mot "guerre" a été prononcé de manière tout à fait indue, mais pour les laboratoires qui travaillent sur un vaccin et les médecins qui cherchent des traitements, il reste d'actualité. La guerre donc : il fallait un chef de guerre qui acceptât d'envoyer à la mort, ou simplement comprendre que la mort ne pouvait pas lui être imputée. Mais depuis quand fait-on la guerre en ne faisant que fuir et se terrer ? Et ce, doublé d'une panique elle-même accentuée d'une hystérie quasi collective ? La peur a été aux commandes, c'est à peu près la seule chose de vraie. Et la peur est mauvaise conseillère, dit-on. La peur, et un effet d'entraînement dû à la Chine, pays totalitaire ! Et comment accepter ce qu'on dit encore : la Chine ne dit pas tout ? C'est proprement idiot... bien sûr !
On ne saura jamais ce qu'il eût fallu faire. Mais maintenant, il y faut réfléchir... pour ne pas tuer par l'économie... Et ce que j'entends ou lis me fait bien peur.