En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

06.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

07.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 10 heures 34 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 15 heures 3 sec
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 16 heures 28 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 19 heures 1 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 21 heures 3 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 21 heures 31 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 22 heures 15 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 22 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 10 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 11 heures 33 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 17 heures 57 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 20 heures 56 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 21 heures 23 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 22 heures 8 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 22 heures 27 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 22 heures 41 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 22 heures 59 min
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
© IAN LANGSDON / POOL / AFP
Lieux de culte

Edouard Philippe, un Premier ministre (pas si) discrètement anticlérical ?

Publié le 20 mai 2020
Le Conseil d'Etat a ordonné lundi 18 mai au gouvernement de lever l'interdiction totale de réunion dans les lieux de culte. Edouard Husson revient sur la politique du gouvernement vis-à-vis des cultes et sur la laïcité.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Conseil d'Etat a ordonné lundi 18 mai au gouvernement de lever l'interdiction totale de réunion dans les lieux de culte. Edouard Husson revient sur la politique du gouvernement vis-à-vis des cultes et sur la laïcité.

Un verdict qui dérange? 

Le Conseil d’Etat a donc rendu, le 18 mai 2020, son verdict concernant le maintien de l’interdiction des cérémonies publiques du culte. Le dispositif en place est « disproportionné », en particulier au vu de la possibilité subsistante de se réunir à dix personnes. Le jugement rendu est un sérieux désaveu de l’attitude du gouvernement et une grande victoire pour les associations, communautés et individus qui avaient porté plainte contre le gouvernement. 

Il est encore trop tôt pour mesurer l’impact du verdict. Le ton neutre sur lequel la Conférence des Evêques de France a commenté la décision cachait mal l’embarras d’avoir à sortir de relations apparemment stabilisées avec le gouvernement et avec l’Etat. Au fond, il y avait eu connivence entre Monseigneur de Moulins-Beaufort, président de la CEF et le Premier ministre: la conférence épiscopale avait en quelque sorte pris les devants, juste avant la mi-mars, pour recommander la fin des cérémonies publiques, évitant au gouvernement d’avoir le mauvais rôle. Les relations s’étaient légèrement tendues fin avril début mai, lorsque le gouvernement avait finalement refusé d’affronter les musulmans en autorisant les catholiques, pourtant mieux préparés, à reprendre le culte avant les autres. Mais on n’était pas allé au-delà des protestations. Au fond, la CEF ne veut pas mettre en cause le modus vivendi qui s’était instauré ces dernières années. 

Laïcité équilibrée et laïcité asymétrique

Il vaudrait pourtant la peine de regarder de plus près ce qu’a signifié l’attitude du gouvernement depuis le début du confinement. Lors de son discours au Collège des Bernardins, le 9 avril 2018, le président de la République avait décrit la laïcité comme une « règle d’airain », à la base du « vivre-ensemble » et qui ne souffre aucun compromis. Ce que le Président n’avait pas dit, c’est qu’il y a en France, depuis les grands affrontements du XIXè siècle, deux conceptions de la laïcité. La première, héritage des édits de tolérance de Louis XVI vis-à-vis des protestants et des Juifs, repose sur la distinction claire entre le religieux et le spirituel mais n’interdit pas la participation des confessions au débat public pourvu qu’elles respectent la neutralité de l’Etat et son autorité. La seconde, qui puise dans l’expérience de la Révolution française est d’abord anticatholique. Elle entend ramener le catholicisme à la sphère privée, effacer sa présence culturelle, historique et sociale. Les républicains ont toujours hésité entre les deux attitudes, la laïcité comme équidistance de l’Etat vis-à-vis de tous les cultes et la laïcité asymétrique, d’abord anticatholique: ces deux attitudes sont bien incarnées par les discours antinomiques, à dix ans d’intervalle, de Nicolas Sarkozy et d’Emmanuel Macron devant les catholiques. Le premier avait expliqué que, dans notre histoire, le curé avait toujours atteint plus profondément, pour le meilleur, les consciences, que l’instituteur. Le second avait invité les catholiques à participer à un débat public sur la bioéthique mais en acceptant d’emblée de reconnaître qu’ils étaient minoritaires. 

Un anticatholicisme (peu) raisonnable 

Edouard Philippe a beau venir du parti de Nicolas Sarkozy, il est beaucoup plus proche d’Emmanuel Macron. Le confinement l’a révélé fermé à toute considération spirituelle: son premier mouvement avait été d’interdire les rassemblements lors des enterrements. Et surtout capable de s’accommoder de la scandaleuse inégalité de traitement entre les musulmans et les autres croyants que la laïcité asymétrique a laissé s’installer: rien n’a été entrepris contre les individus ou les communautés qui ont brisé, durant le confinement, l’interdit de l’appel public à la prière depuis le minaret des mosquées. Rien n’a été fait, au-delà de quelques contrôles initiaux, pour faire respecter le confinement dans des quartiers où la population est majoritairement musulmane. Et ce sont les représentants du culte musulman qui ont eu gain de cause contre les catholiques pour retarder la réouverture des cultes publics. Jusqu’à ce que des laïcs engagés et des communautés marginalisées par l’establishment épiscopal parce que jugées trop traditionnelles par beaucoup de nos têtes mitrées, fassent triompher l’état de droit. 

Il y a fort à parier que, malgré l’urgence de la reprise des cérémonies publiques au moment où les catholiques, privés de messe publique à Pâques, entament la décade qui mène de l’Ascension à la Pentecôte, les pouvoirs publics ne vont pas se presser. Et nos évêques ne vont pas s’appuyer sur le verdict du Conseil d’Etat pour les mettre sous pression. Monsieur Philippe a l’air si raisonnable et pragmatique à côté de son président. Pourquoi le mettre en mauvaise posture? Et pourtant, il faudrait justement dénoncer un anticléricalisme - après Vatican II il vaut mieux parler d’anticatholicisme tant le catholicisme s’est décléricalisé -  d’autant plus pernicieux qu’il est calme et tranquille. Il se peut que Monsieur Philippe quitte l’Hôtel Matignon dans les prochaines semaines. Il est tout à fait possible, du coup, qu’il regagne en popularité auprès des électeurs de son ancien parti. Peut-être même aurait-il des gestes, alors, pour regagner les faveurs des catholiques. Tout le monde serait soulagé, à commencer par la Conférence épiscopale. Ce serait une grave erreur. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 21/05/2020 - 11:21
Les rites des Francs- mac
copient les rites religieux , ( autel, officiant etc ... ) ( j'avais lu cela sur un livre dont l'auteur était un ancien Franc mac )
Papy Atlantico
- 21/05/2020 - 10:55
TPV
Philippe est un Franc-mac. Baroin aussi, on est mal barré...
OLYTTEUS
- 20/05/2020 - 20:29
religion et politique
les. évêques ont eu grandement tort de ne pas ruer dans les brancards quand EPhilippe n'a pas réagi à leurs propositions, attitude fort
inélégante er incoh érente puisque c'est le même. qui les avait sollicité .
le pire a été l'attitude vis à. vis. de nos anciens et nos morts. digne des totalitarismes.