En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

06.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

07.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 19 min 50 sec
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 1 heure 38 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 2 heures 10 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 2 heures 53 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 3 heures 40 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 5 heures 16 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 7 heures 58 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 31 min 5 sec
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 1 heure 46 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 2 heures 24 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 3 heures 23 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 5 heures 32 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 7 heures 33 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 22 heures 10 min
© Thomas COEX / AFP
© Thomas COEX / AFP
Base légale

Coronavirus : les fondements juridiques de plus en plus fragiles des restrictions de libertés décidées par le gouvernement

Publié le 19 mai 2020
Qu’il s’agisse de la liberté de culte ou des exilés du confinement, les problèmes d’absence de bases légales claires aux verbalisations des 100 kilomètres se posent notamment pour les exilés du confinement.
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Qu’il s’agisse de la liberté de culte ou des exilés du confinement, les problèmes d’absence de bases légales claires aux verbalisations des 100 kilomètres se posent notamment pour les exilés du confinement.

Atlantico.fr : Le Conseil d'Etat a ordonné hier de lever l'interdiction de réunion dans les lieux de cultes décidée par l'État dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Comment expliquer ce nouveau camouflet pour le gouvernement ?

Didier Maus : Le Conseil d’Etat est intervenu dans le cadre d’une procédure parfaitement encadrée, celle du référé liberté. Elle permet à des requérants, personnes physiques ou morales, de demander au juge des référés « d’ordonner toutes mesures nécessaires à la sauvegarde d’une liberté fondamentale  (en cas) d’atteinte grave et manifestement illégale (à l’une de ces libertés) ». Dans l’ordonnance rendue le 18 mai le Conseil d’État a été saisi par plusieurs personnes physiques et des organisations à vocation religieuse. Les unes et les autres contestaient l’interdiction de célébrer des offices religieux autres que les cérémonies funéraires, et encore pour ces dernières dans la limite de vingt personnes présentes. De manière très traditionnelle le juge des référés a mis en balance d’un côté « la liberté du culte (laquelle) présente le caractère d’une liberté fondamentale », de l’autre « l’objectif de valeur constitutionnelle de protection de la santé ».  Il s’agit alors de savoir si les atteintes à une quelconque liberté sont « nécessaires, adaptées et proportionnées à l’objectif de sauvegarde de la santé publique ». Ce test des trois éléments (la nécessité, l’adaptation et la proportionnalité) est le même que celui effectué par le Conseil constitutionnel ou la Cour européenne des droits de l’homme lorsqu’il s’agit d’apprécier la légalité d’une limitation à une liberté fondamentale, qu’elle soit de nature constitutionnelle ou conventionnelle. Après avoir longuement rappelé les fondements de la liberté religieuse, c’est-à-dire à la fois la liberté de croyance et la liberté de participer à des cérémonies cultuelles, le juge des référés en vient à considérer, au vu des autres contraintes plus ou moins restrictives en vigueur en période d’état d’urgence sanitaire, que « l’interdiction générale et absolue… de tout rassemblement ou réunion dans les établissements de culte (à l’exception des cérémonies funéraires) présente un caractère disproportionné au regard de l’objectif de préservation de la santé publique. » Il enjoint donc au Premier ministre de modifier dans un délai d’une semaine les dispositions litigieuses du décret du 11 mai 2020. 

Prétendre qu’il s’agit d’un véritable camouflet pour le gouvernement est quelque peu exagéré : le Premier ministre avait lui-même évoqué, mezzo voce, la possibilité d’assouplir les contraintes le plus rapidement possible. En réalité, là où le gouvernement est sanctionné, c’est d’avoir soutenu que les réunions de fidèles dans une église, un temple, une synagogue ou une mosquée faisaient partie de la même catégorie que la présence d’un public dans une salle de spectacle. Cette assimilation était – on le comprend – inacceptable pour les pratiquants les plus concernés. Comparer le déroulement des rites à une mise en scène relève, même dans une République laïque, d’une profonde erreur d’analyse et de perception. Il est nettement plus facile de prescrire des mesures de distanciation sociale lors d’un office religieux que lors d’un concert techno ou de jazz. C’est une évidence. Le juge des référés du Conseil d’État l’a simplement rappelé.

De nombreux Français, à l'annonce du confinement, ont choisi de se réfugier dans des zones non contaminée afin d'y séjourner le temps de la pandémie. Dans le même temps, afin de limiter les déplacements de population, l'État a mis en place un système de verbalisation qui sanctionne toute personne incapable de présenter un justificatif de domicile inférieur à 100 km du lieu de contrôle ou dont l'immatriculation du véhicule la situe dans un département  supérieur à 100 km du lieu de contrôle. Sur quelles bases légales de telles sanctions peuvent-elles s'appuyer ?

La base légale de la limitation à 100 km du rayon de déplacement autour de son domicile se trouve à l’article 3 du décret du 11 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire Cet article découle lui même de la loi du 11 mai 2020, promulguée quelques heures avant la signature du décret. Le Conseil constitutionnel a, dans sa décision du 11 mai, encore quelques instants plus tôt, jugé les nouvelles dispositions de l’article L. 3131-15 du code de la santé publique conformes à la Constitution. Il a pris soin de relever que les dispositions relatives à la « possibilité d’interdire ou de réglementer la circulation des personnes et des véhicules… portent atteinte à la liberté d’aller et venir ». Il aurait été difficile de dire autre chose. Ceci étant, le Conseil constitutionnel, comme il le fait toujours en pareille situation, dresse le bilan entre l’atteinte aux libertés et les autres paramètres constitutionnels pertinents. Il relève, en particulier, que ces restrictions ne peuvent être instituées que dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, que de ce fait elles cessent avec la fin de l’état d’urgence sanitaire, qu’elles ne peuvent être prises que pour des motifs d’ordre sanitaire (ce qui exclut, par exemple, l’ordre public classique), et qu’elles elles doivent être strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu. De plus il est clairement confirmé que « le juge est chargé de s'assurer que ces mesures sont adaptées, nécessaires et proportionnées à la finalité qu'elles poursuivent. » Cette dernière phrase signifie que la légalité du décret imposant des limitations de circulation peut être vérifiée par le Conseil d’État,  à condition qu’il soit saisi. On peut parfaitement soutenir qu’un rayon de 100 km est trop réduit ou, au contraire, trop grand. Le juge sera conduit à apprécier que ce rayon n’est pas manifestement disproportionné par rapport à l’objectif  poursuivi, en l’espèce une réduction de la circulation à moyenne et longue distance. 

Il existe, bien évidemment, des dérogations, mais aucune ne concerne le « rapatriement » entre une résidence secondaire et le domicile principal. Il faut, alors, considérer qu’il y a nécessité de rejoindre le lieu de son activité professionnelle. Les allers/retours entre Paris et le Calvados ou entre Bordeaux et le Pays basque tombent sous le coup de l’interdiction.

Il ne fait aucun doute que cette mesure est parfois mal vécue par les intéressés. Il est probable que le gouvernement l’assouplira ou la supprimera soit début juin soit au plus tard fin juin. Son maintien est incompatible avec la promesse faite par le Premier ministre à propos de la liberté de circulation retrouvée au moment des vacances.

Selon une interview du ministre M. Lemoyne, publiée dimanche dans le JDD, le cercle des 100 km "pourra augmenter de façon concentrique". Que cela signifie-t-il ? Comment cela pourrait-il concrètement s'appliquer ?

La réponse est très simple. On peut passer, avec les mêmes restrictions, d’un rayon de 100 km à un rayon de 200, voire 300 km. Cet élargissement ne sera pas plus difficile à appliquer que le précédent. Le point de référence sera toujours le domicile. Un rayon de 500 km permettrait d’importants déplacements (par exemple Paris/Lyon), mais n’autoriserait pas un Brestois à aller à Lyon. Au-delà de 1000 km, il devient quasiment possible de traverser la France dans tous les sens.

Cette juridiction exceptionnelle sur la question des 100 km pourrait-elle avoir un impact juridique à moyen ou long terme dans la limitation des déplacements individuels ? 

Il est probable que certaines personnes prendront le risque de ne pas respecter le rayon actuel de 100 km. La verbalisation est donc possible. À chacun de mesurer sa probabilité d’être contrôlé. Si la distance totale est inférieure à 200 km la rencontre, par exemple entre des amis, peut avoir lieu à une distance inférieure pour les uns et les autres à 100 km. Cela peut permettre de découvrir les charmes de la France des territoires inconnus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 20/05/2020 - 08:00
UN MONTANT OBJECTIVEMENT DISCRIMINANT
La proportionnalité de la sanction (amende de € 135) n'est pas examinée, alors qu'étroitement dépendante des ressources du contrevenant elle est dissuasive pour un smicard (qui en général ne s'y risque pas) et dérisoire pour un cadre supérieur qu'en général elle ne décourage pas (cf. l'essaimage vers l'ouest ou la campagne de nombre de parisiens entre l'annonce et l'entrée en vigueur du confinement et leur discret retour dont personne ne parle...). Cet aspect de bon sens est la plupart du temps purement et simplement omis et ce n'est sans doute pas par hasard vu l'origine sociologique des journalistes des médias.
J'accuse
- 19/05/2020 - 15:40
Jésus superstar
Avec l'annonce par le ministre de la (non-)culture, du maintien de la fête de la musique, l'interdiction des rassemblements cultuels est intenable.