En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

BP à l'heure du bilan

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 32 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 11 heures 10 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 53 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 39 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 50 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 52 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 54 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 15 heures 48 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 31 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 47 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 19 heures 1 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 53 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 57 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Endettement

Les finances publiques saines, gages de souveraineté et réactivité face aux crises

Publié le 18 avril 2020
La crise sanitaire provoqué par le Covid-19 a révélé en Italie, Espagne et France un manque d’anticipation. Elle accentue aussi l’état calamiteux des finances publiques.
Gabriel A. Giménez Roche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gabriel A. Giménez Roche est enseignant-chercheur en économie à NEOMA Business School et chercheur associé à l’Institute Économique Molinari.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise sanitaire provoqué par le Covid-19 a révélé en Italie, Espagne et France un manque d’anticipation. Elle accentue aussi l’état calamiteux des finances publiques.

L’axe Madrid-Paris-Rome, renforcé par les gouvernements de la Belgique, la Grèce et du Portugal, réclame plus de solidarité européenne et accuse d’égoïsme les pays disciplinés. Au-delà de leur propre victimisation, les pays surendettés craignent leur perte de souveraineté budgétaire. Néanmoins, ce ne sont pas les règles de l’Union européenne qui sont en cause, mais plutôt l’irresponsabilité budgétaire historique des pays surendettés.

La notion de taux prudentiel d’endettement a une raison d’être. C’est celle de déterminer quelle partie de ses revenus, voire de son patrimoine, peut-on sacrifier au remboursement d’une dette sans réduire les activités régulières du débiteur. Ce taux se situe idéalement autour de 30 % des revenus pour un ménage et 40 % pour une entreprise. Pour les États, ce taux a la particularité d’être calculé non pas sur les seuls revenus de l’État, mais sur le PIB du pays, c’est-à-dire, sur les revenus générés par toute la population. Ce calcul repose sur l’idée que la richesse de l’État dépend, in fine, de celle de son peuple. Ainsi, on recommande un taux d’endettement/PIB plafonné à 60 % pour un pays développé et à 40 % pour un pays en voie de développement.

Cette règle prudentielle d’endettement vise essentiellement deux choses. Tout d’abord, habituer l’État à optimiser ses dépenses en temps normal et à discipliner l’équipe au gouvernement, quelle que soit sa couleur politique. En pratiquant la discipline budgétaire, un gouvernement montre sa capacité à faire un usage plus efficace des moyens mis à sa disposition et à éviter tout gaspillage. En outre, en limitant son endettement, un gouvernement se donne a priori une large marge de manœuvre dans l’éventualité d’une crise majeure. Si besoin est, il pourra mobiliser des moyens financiers supplémentaires.

Cette marge de manœuvre existe en principe si le niveau d’endettement est inférieur au seuil d’alerte pour les investisseurs. Historiquement, ce seuil d’alerte se situe à un niveau d’endettement équivalent à 100 % du PIB. La crise de 2008 a néanmoins poussé certains pays développés à dépasser dangereusement ce seuil. Reste que plus l’endettement d’un gouvernement est inférieur au seuil d’alerte, plus il peut augmenter sa dette sans faire les frais de taux d’intérêt plus élevés obligeant le pays en question à augmenter la fiscalité ou à faire jouer l’inflation. Le respect d’un taux prudentiel d’endettement assez bas permet à un gouvernement d’avoir une bonne marge de manœuvre, lui évitant de dépendre de la solidarité de quiconque.

Les calculs de ces marges pour les pays les plus endettés de l’UE versus nombre de pays qui le sont beaucoup moins (Tableau) permet de constater que les premiers n’ont plus ou presque plus de marge de manœuvre budgétaire. A l’inverse, les pays disciplinés de l’Union européenne sont en capacité de s’endetter davantage pour faire face à la crise, en bénéficiant de taux d’intérêts à 10 ans plus bas que ceux des « cigales ».

La France ne s’en sort pas trop mal, jusqu’à présent, avec un taux obligataire bas lié à la taille de son économie et au volume de ses avoirs. En outre, le secteur bancaire français est le plus grand de la zone euro, ce qui permet de bénéficier pleinement des opérations massives de refinancement de la Banque centrale européenne. Cela n’empêche pas la France d’être pénalisée vis-à-vis les pays budgétairement exemplaires de la zone euro et par rapport aux pays scandinaves n’étant pas membres de la BCE.

Cette situation appelle deux commentaires. Tout d’abord, les règles budgétaires de l’Union Européenne ne visent pas à priver les pays membres de leur souveraineté. Bien au contraire. Si l’on n’entend pas l’Allemagne, l’Autriche, l’Irlande, les Pays-Bas - et encore moins les pays scandinaves, baltes et de l’Est de l’UE - réclamer plus de solidarité, c’est pour une raison simple. Ils n’en n’ont pas besoin, parce que leur discipline budgétaire leur permet de préserver leur souveraineté.

Ensuite, la France est la grande bénéficiaire de la bonne gestion de ses voisins. Les excédents primaires des « fourmis » évitent que nos déficits ne plombent la confiance dans l’euro. Ils sont un formidable vecteur de confiance en période de crise. Rétrospectivement il apparait que nous avons été bien légers en fustigeant l’attitude prudente des pays vertueux nous entourant. Ils nous protègent et il ne faudrait pas que les marchés remettent en cause la confiance qu’ils nous accordent, ce qui rapprocherait les taux obligataires français de l’Espagne ou de l’Italie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 19/04/2020 - 08:55
Oui AJM
On se demande comment le déficit budgétaire a pu subtiliser les masques....Mais comme on dit dans le film c'est pas parce que l'on n'a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule....Quand Atlantico manque de bras, le dimanche, qu'il fasse appel à Ganesha pour écrire un article , au moins on ne se fera pas chier....
cmjdb
- 18/04/2020 - 16:19
FINANCES PUBLIQUES
EXCELLENT ARTICLE PARTICULIEREMENT BIEN DOCUMENTE.
Comment les pays européens pourraient-ils accueillir les demandes d'aides de la France et comment réagiraient leurs populations ?
Pour un PIB/H de 36 K€ en Allemagne et 33 K€ en France,
la dette/H 21 K€ " " 33 K€ "
avec des déficits commerce extérieur en France, contre excédents en Allemagne, dépenses publiques somptuaires en France et… on le voit des performances de santé calamiteuses en France, chômage, etc... Et qu'on ne nous rebatte pas les oreilles avec l'indice de pauvreté… En Allemagne, on est en dessous du seuil de pauvreté avec 1/4 de plus qu'en France...

ajm
- 18/04/2020 - 15:31
Idiot
Article idiot et très mal documenté : des pays endettés et "club med" comme la Grèce et le Portugal ont pris, en matière sanitaire, les bonnes mesures à temps , contrairement à la France ou l'Espagne. Ces pays ne sont pas touchés à priori par la pandémie mais, pour autant, risquent d'en subir les conséquences sur leur économie, par exemple le tourisme pour la Grèce.