En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 29 min 24 sec
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 52 min 8 sec
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 2 heures 30 sec
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 2 heures 2 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 19 heures 15 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 20 heures 4 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 20 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 22 heures 27 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 38 min 53 sec
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 1 heure 20 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 2 heures 16 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 2 heures 2 min
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 18 heures 45 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 19 heures 42 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 20 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 21 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 22 heures 30 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

Publié le 02 avril 2020
Jean-Yves Archer aborde le sujet sensible de la sortie de crise et des conséquences du coronavirus.
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer aborde le sujet sensible de la sortie de crise et des conséquences du coronavirus.

Plusieurs personnalités ont affirmé, sans possibilité factuelle de recouper leurs dires, que le capitalisme allait changer et que nous irions vers des lendemains qui chantent. Bruno Le Maire parle même de capitalisme respectueux sans détailler le contenu de son dernier slogan à la sonorité douce voire doucereuse.  Je ne partage pas cette vision plane de l'Histoire que notre passé dément. La violence est inhérente aux soubresauts du capitalisme surtout lorsque près de deux tiers des potentiels productifs sont à l'arrêt simultanément ce qui est une dramatique épreuve.

Avant le passage à l'an 2000, des milliers de lignes ont été écrites dont certaines ont été balayées par le vent chaud de l'Histoire. Au final, pas de grand bug et un monde qui a continué à tourner comme avant. Ce fait incite à la modestie pour les temps présents. Bien des économistes ont la plume agile ou déformée par le confinement au point d'assurer, mordicus, qu'il y aura un monde d'après, un post-Covid 19.

Rien n'est moins sûr car le redémarrage va susciter une frénésie comparable à celle de la sortie de la " pace car "  après un incident lors d'un grand prix de Formule 1.

A peine remis sur les rails, chaque agent économique va faire vrombir son moteur. Il y aura une course frénétique à la restauration des marges et à la relance d'activité " quoi qu'il en coûte " pour reprendre un slogan présidentiel.

Le monde marchand reprendra ses droits et la forme de totalitarisme qu'il induit au mépris de la justice sociale ou de l'écologie réaliste.

Il n'existe pas, dans le système international, d'institutions en capacité de piloter une sortie de crise harmonieuse alors même que les États-Unis rejettent, sous le présent mandat crépusculaire, toute action multilatérale.
Il faudrait rebâtir des accords de Bretton-Woods dans bien des domaines pour que le capitalisme change de fil rouge. Là, nous sommes face à des forces rugissantes bridées qui verront la fin du confinement comme un droit de tirage illimité sur les ressources à nouveau pleinement disponibles.

C'est une chimère de croire que le monde va changer en mieux, il sera – à l'inverse – encore plus violent pour fêter ses retrouvailles avec l'univers lenticulaire du profit.

Même en Europe, en moins de dix jours, la zizanie s'est montrée sans nul fard au sujet des soutiens sanitaires réciproques tout autant qu'au motif crucial des eurobonds. Oui, l'Union est en danger et en tant qu'européen hardi, je déplore l'importance des forces centrifuges qui iront peut-être jusqu'à entraîner la dislocation de la monnaie commune qui ne pourra porter nominalement ou juridiquement  l'enflure du bilan de la BCE.

Quand la création monétaire est déconnectée du format de l'économie réelle, il y a un moment où la valve de dépressurisation de l'autocuiseur cède au prix d'une crise monétaire potentiellement incontrôlable.

Une guerre, une fois terminée, apporte la joie libératrice de la paix et une vraie aptitude au changement. Ici , dans cette bataille – plutôt que le terme juridiquement impropre de guerre -, nous serons face à un virus baladeur dans l'hémisphère sud et avec un taux d'incertitude quant à sa nouvelle survenance en Occident face à des populations qui n'auront pas toutes été immunisées.

Or, tant les marchés financiers que les agents économiques lambda récusent l'incertitude. Elle réduit l'ampleur des investissements et excite un court-termisme qui n'est pas compatible avec nos défis pluri-décennaux que sont, à titre d'exemple, le démantèlement de nos réacteurs nucléaires ou la mutation urgente de notre modèle agricole.

La césure post-Covid-19 ne débouchera pas sur un nouveau modèle de développement brièvement évoqué par le président Macron mais sur une reproduction d'un capitalisme cupide et vorace. Il suffira de contempler le boom des fusions-acquisitions et le statut, in fine, du salariat.

" Dans une nation qui est dans la servitude, on travaille plus à conserver qu'à acquérir. Dans une nation libre, on travaille plus à acquérir qu'à conserver ". ( Montesquieu, in De l'esprit des lois ).

La France de 2021 ne sera pas exempte de cicatrices nées en 2020, elle sera une nation dans la servitude ne serait-ce que par son niveau d'endettement et le taux de mortalité de ses entreprises rendues agonisantes par la profondeur au fer rouge de la récession.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Geon
- 03/04/2020 - 09:11
Nos dirigeants vont se faire virer…
Il n’y a pas que nos dirigeants qui doivent trembler. Il y a surtout l’énorme couche de bons à pas grand-chose, qui grouillent dans les ministères, ainsi que dans la fonction publique territoriale, avec des émoluments indécents. La première chose à faire serait de les sortir de leurs bureaux, pour faire un état de leurs contributions au bon fonctionnement du pays. Un énorme nettoyage, consistant à supprimer des postes inutiles, parasitaires, et garantis à vie est à entreprendre. Tous ces gens qui perçoivent ou vont percevoir des pensions de retraites indécentes pendant de très nombreuses années, doivent réduire leurs prétentions. Le plafonnement de leurs pensions de retraite est à mettre en œuvre d’urgence, ainsi que le prélèvement d’IRPP à la source, peu importe l’endroit où ils vivent ou vivront sur la planète. Tout ce qui est versé par l’Etat doit être soumis à l’impôt. Cela fera un premier trou colmaté dans la passoire qui recueille les « contributions sociales » des ceux qui travaillent vraiment.
moneo
- 02/04/2020 - 17:51
Hum...
le capitalisme c'est pas bien....la décroissance c'est bien? il ne suffit pas d'exprimer un avis anti capitaliste encore faut il nous expliquer pourquoi notre pays si peu capitaliste ;si dépendant de l'argent public, donc du capitalisme de connivence est dans une telle panade et incapable d'avoir prévu des sorties de secours malgré un nombre incroyable de hauts fonctionnaires.. Si donc le capitalisme de connivence c'est pas bien ( ce que je pense) le capitalisme tout court ,c'est pas bien ;.Que reste t il? la dictature Etatique? Pourtant ça ne marche pas .ah c'est vrai La chine actuelle a fait un bond en avant en abandonnant le grand bond en avant de MAO ;les chinois sont contents ... mais le prix à payer c'est l'absence totale de libertés individuelles ...est cela le nouveau modèle? faut il construire une nouvelle utopie verte décroissante ...sacrifiant des millions d'emplois comme l'interlude actuel l'illustre? avec parait il plus de solidarité ?oui mais comment.avec le niveau de prélèvements actuels , serait ce bénéfique? n'aboutirait on pas à la fameuse formule :ils font semblant de nous payer alors, nous, on fait semblant de travailler .
J'accuse
- 02/04/2020 - 16:33
La vraie crise ne sera pas celle-là
La mise à l'arrêt de l'économie va provoquer une immense misère sociale, qui va exploser contre le pouvoir politique.
L'économie capitaliste est comme un chat: elle retombe toujours sur ses pattes, et il n'y a pas de souci à se faire pour elle.
En revanche, les Français seront dans le plus grand dénuement; une fois la peur du virus apaisée (elle n'est pas raisonnable), nos dirigeants vont se faire lyncher.
Vous vous souvenez des gilets jaunes ? C'était une aimable plaisanterie comparée avec ce qui va se déclencher dans les mois qui viennent, et balancer des milliards pour calmer les colères ne suffira pas.
Ce qui les fait réfléchir pour la sortir du confinement ne sont pas les modalités sanitaires mais la peur de la furie populaire. Comment la maîtriser ? Personne ne pourra ...