En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 42 min 6 sec
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 2 heures 10 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 2 heures 51 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 2 heures 53 min
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 19 heures 35 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 20 heures 33 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 21 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 22 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 1 heure 20 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 1 heure 42 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 2 heures 53 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 20 heures 6 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 20 heures 55 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 21 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 23 heures 18 min
© AFP
© AFP
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

Publié le 01 avril 2020
Branko Milanovic évoque les conséquences de la crise sanitaire du Covid-19 et ses répercussions sur la question des inégalités, sur l'économie mondiale et dans le domaine de la finance.
Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic évoque les conséquences de la crise sanitaire du Covid-19 et ses répercussions sur la question des inégalités, sur l'économie mondiale et dans le domaine de la finance.

Que peut-on dire de l'impact de la pandémie sur la répartition mondiale des revenus ? Il est difficile de dire quoi que ce soit de significatif aujourd'hui car nous n'avons aucune idée de la durée de la pandémie, du nombre de pays qui seront touchés, du nombre de personnes qui mourront, ni de la déchirure ou non du tissu social des sociétés.  Nous sommes totalement dans l'ignorance. La plupart de ce que nous disons aujourd'hui pourrait se révéler faux demain. Si quelqu'un a raison, ce n'est pas nécessairement parce qu'il est intelligent, mais parce qu'il a de la chance. Mais, dans une crise comme celle-ci, la chance compte pour beaucoup...

Quelle est la probabilité que la crise réduise les revenus mondiaux ? La figure ci-dessous montre les taux de croissance réels par habitant dans le monde de 1952 à 2018. La ligne épaisse donne la mesure conventionnelle : elle indique si le PIB réel moyen par habitant du monde a augmenté ou diminué. (Tous les calculs sont effectués en dollars de pouvoir d'achat égal.) Le PIB mondial par habitant n'a diminué que quatre fois : en 1954, 1982, 1991 et, plus récemment, en 2009, en conséquence de la crise financière mondiale. Chacune de ces quatre baisses mondiales a été provoquée par les résultats obtenus aux États-Unis. Cela est tout à fait compréhensible. Les États-Unis étaient jusqu'à récemment la plus grande économie du monde et lorsqu'ils ont ralenti, le taux de croissance mondial a été affecté.

Une autre mesure de la croissance mondiale est ce qu'on appelle le taux de croissance démocratique ou le taux de croissance réel de la population (ligne fine dans la figure ci-dessous). Elle pose la question suivante : en supposant que la répartition des revenus dans chaque pays reste la même, quelle a été l'expérience de croissance moyenne dans le monde ? Pour le dire plus simplement : si le PIB par habitant de l'Inde, de la Chine et d'autres pays peuplés augmente rapidement, plus de gens se sentiront mieux que si le PIB par habitant de certains pays riches, mais petits, augmentait. Ou encore différemment : pensez à l'époque des années 1960, lorsque le PIB total du Benelux était similaire au PIB total de la Chine. Dans un calcul ploutocratique, l'augmentation des deux comptera autant. Dans un calcul démocratique, l'augmentation de la Chine comptera beaucoup plus parce que beaucoup plus de gens ressentiront une amélioration. Cette deuxième mesure pèse donc les taux de croissance des pays avec leur population. On y constate que le monde n'a jamais eu de taux de croissance négatif, sauf en 1961, lorsque le désastre du (appelé ironiquement) Grand Bond en avant Chinois a réduit le revenu par habitant de 26 %, et a fait basculer le monde en négatif.

Que pouvons-nous dire de l'évolution probable des deux mesures en 2020 ? Le FMI, qui ne calcule que la première mesure, a récemment estimé que le PIB mondial serait réduit d'au moins autant que pendant la crise financière mondiale. La seconde mesure ne sera probablement pas négative car la Chine est en voie de guérison et, comme nous l'avons vu, ce sont les pays les plus peuplés qui déterminent en grande partie le sort de cette mesure. Pourtant, nous ne savons pas comment l'Inde sera affecté par la crise. Si son taux de croissance devient négatif, il pourrait - combiné avec les taux de croissance presque certainement négatifs de la plupart des pays d'Europe et d'Amérique du Nord - provoquer la deuxième récession populaire depuis les années 1950.

Les effets négatifs de la crise sur la croissance seront donc très forts. Mais elle n'affectera pas tout le monde de la même manière. Si le déclin économique est le plus grave, comme il apparaît actuellement, aux États-Unis et en Europe, l'écart entre les grands pays asiatiques et le monde riche se réduira. C'est la principale force qui a conduit à la réduction des inégalités mondiales depuis 1990 environ. Nous pouvons donc nous attendre, à l'instar de ce qui s'est passé après 2008-2009, à une accélération de la diminution des inégalités mondiales. Comme après 2008-2009, la réduction des inégalités mondiales ne sera pas obtenue par les forces "bénignes" de la croissance positive des économies riches et émergentes d'Asie, mais par les forces "malignes" de la croissance négative des pays riches.

Cela aurait les deux effets suivants. Premièrement, sur le plan géopolitique, le déplacement du centre de gravité de l'activité économique continuera à se déplacer vers l'Asie. Le fait de décider de "pivoter" vers l'Asie ou non sera de plus en plus sans importance. Si l'Asie continue à être la partie la plus dynamique de l'économie mondiale, tout le monde sera naturellement poussé dans cette direction. Deuxièmement, la baisse des revenus réels des populations occidentales surviendra exactement au moment où les économies occidentales sortiront de la période d'austérité économique et de faible croissance, et l'on pourrait s'attendre à ce que l'absence de croissance des classes moyennes qui a caractérisé ces pays depuis la crise financière prenne fin. 

En termes purement comptables, nous sommes donc susceptible de voir se reproduire dans une certaine mesure la crise financière mondiale : la détérioration de la position relative des revenus de l'Occident, l'accroissement des inégalités au sein des pays riches (car les travailleurs à bas salaires et plus vulnérables sont perdants), et la stagnation des revenus des classes moyennes. Le choc de la crise du coronavirus pourrait donc constituer un deuxième choc dramatique pour la position des pays riches au cours des 15 dernières années.

On peut s'attendre, dans certains domaines, à un renversement de la mondialisation. Cela est particulièrement évident, à relativement court terme (un à deux ans), pendant lequel, même dans le cadre du scénario optimiste sur la gestion de la pandémie, la circulation des personnes et éventuellement des marchandises sera beaucoup plus contrôlée qu'avant la crise. Bon nombre des obstacles à la libre circulation des personnes et des biens pourraient provenir de la crainte fondée d'une réapparition de la pandémie. Mais certains d'entre eux seront liés aux intérêts économiques des entreprises. La suppression des restrictions sera donc difficile et coûteuse. Nous n'avons pas supprimé les mesures de sécurité aérienne coûteuses et lourdes, malgré l'absence d'attentat terroriste depuis des années. Il est peu probable que nous les supprimions dans ce cas également. Il y aura également une crainte non déraisonnable que le fait de dépendre entièrement de la gentillesse d'étrangers dans les conditions d'urgence nationale ne soit pas nécessairement la meilleure politique. Cela sapera également la mondialisation.  

Cependant, nous ne devons pas surestimer ces obstacles au commerce et à la circulation de la main-d'œuvre et des capitaux. Lorsque notre intérêt personnel à court terme est en jeu, nous sommes très prompts à oublier les leçons de l'histoire : ainsi, si plusieurs années passent sans nouvelles turbulences majeures, nous sommes, je pense, susceptibles de revenir aux formes de mondialisation que nous avons connues avant la crise du coronavirus.

Mais ce qui ne reviendra peut-être pas à l'état antérieur, c'est la puissance économique relative des différents pays et l'attrait politique des modes de gestion des sociétés libéraux par rapport aux modes plus autoritaires. Les crises aiguës comme celle-ci tendent à encourager la centralisation du pouvoir car c'est souvent la seule façon pour les sociétés de survivre. Il devient alors difficile de se défaire du pouvoir de ceux qui l'ont accumulé pendant la crise, et qui peuvent d'ailleurs prétendre de manière crédible que c'est grâce à leur capacité ou à leur sagesse que le pire a été évité. Ainsi, la politique restera turbulente.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires