En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 10 heures 30 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 12 heures 31 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 14 heures 3 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 15 heures 27 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 18 heures 21 sec
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 18 heures 48 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 20 heures 9 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 20 heures 33 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 12 heures 9 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 13 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 14 heures 51 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 17 heures 8 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 17 heures 49 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 19 heures 32 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 20 heures 37 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

Publié le 31 mars 2020
Alors que le gouvernement est mobilisé sur le plan sanitaire face au Covid-19, Bruno Le Maire tente d'apporter des solutions afin d'aider l'économie française et pour sauver les entreprises et l'emploi en cette période difficile liée au confinement.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le gouvernement est mobilisé sur le plan sanitaire face au Covid-19, Bruno Le Maire tente d'apporter des solutions afin d'aider l'économie française et pour sauver les entreprises et l'emploi en cette période difficile liée au confinement.

Le gouvernement, par l’entremise de Bruno Le Maire, vient de publier neuf types de mesures pour les entreprises et l’emploi. « Le gouvernement est en solidarité totale avec les entreprises et leurs salariés, et continuera d'être pleinement mobilisé dans les jours et les semaines à venir ». Les voici donc, par grands thèmes, et ce qu’on peut en penser.

Les types de mesures

1 – Stopper les faillites, en allongeant notamment le règlement des impôts. L’idée est d’éviter une cascade de faillites par l’allongement des délais de paiement, avec les problèmes de trésorerie qui suivent. C’est l’État qui monte au front et accepte d’être payé plus tard. Il s’agit ainsi de pouvoir reporter sur trois mois les cotisations sociales et les impôts des entreprises et de demander à étaler dans le temps les impôts dus, suite à un accord individuel du percepteur. En même temps, le paiement des factures de gaz et d’électricité pourra être décalé (sur demande) et les loyers commerciaux seront suspendus pendant un ou deux mois (sur demande aussi). Evidemment, compte tenu du cas de force majeure qu’est cette crise, les « pénalités de retard ne seront pas appliquées». Ceci concerne surtout, bien sûr, le secteur des BTP.

2 – Soutenir les entreprises les plus faibles. Dans les cas plus graves de fragilités de petites et très petites entreprises, une aide de 3500 euros sera accordée aux entreprises, microentreprises et travailleurs indépendants qui auront cessé leur activité ou auront connu une baisse de 70% de leur chiffre d’affaires en mars. Si nécessaire, la Médiation du crédit, logée à la Banque de France et dans ses antennes aidera à rééchelonner les crédits et la Médiation des entreprises interviendra pour régler au mieux et au plus vite les conflits (retard de paiement, services ou marchandises non conformes…).

3 – Prêter 3 mois de chiffre d’affaires à toutes les entreprises avec garantie d’État. Jusqu’au 31 décembre, les entreprises de toute taille pourront demander à leur banque habituelle un prêt garanti par l’État, pour soutenir leur trésorerie. Ce sera un prêt jusqu’à 3 mois de chiffre d'affaires, ou deux années de masse salariale pour les entreprises innovantes ou créées depuis janvier 2019. Ce prêt sera accordé rapidement par les banques, sans remboursement la première année et amortissable sur cinq  ans au maximum.

4 – L’État financera 84% du salaire net des personnels en chômage partiel. Plus précisément, l’entreprise verse d’abord une « indemnité égale à 70% du salaire brut (environ 84% du net) à ses salariés. Les salariés au SMIC ou moins sont indemnisés à 100% ». L’entreprise sera remboursée par l’Etat pour les salaires jusqu’à 6 927 euros bruts mensuels, soit 4,5 fois le SMIC.

Ce qu’on peut en penser

1 – Il faudra mieux estimer les coûts. Evidemment c’est difficile et risqué, puisque c’est donner une idée sur la durée et les modalités de la crise de production, sur les milliards prévus pour soutenir les trésoreries des entreprises, avec les garanties publiques, plus le coût du PIB perdu, plus celui du chômage partiel. Immédiatement, les uns diront que c’est trop peu (syndicats), les autres trouveront les conditions trop restrictives (entreprises), mais d’« autres » feront les calculs. Ils verront monter la dette publique, vers 130% du PIB : une dérive italienne, si la croissance ne repart pas assez vite ! Les agences de rating vont vite dégainer, en abaissant la note France. Il faudra que la Banque Centrale Européenne achète plus de Trésor, pour que les rendements ne s’envolent pas. A -0,1% aujourd’hui pour le bon à 10 ans France, c’est parfait : il ne faut pas faire trop peur. La dette française augmente, mais c’est contrôlé et pour mieux repartir !

2 – La solidité du système bancaire est cruciale. Pour aider les trésoreries, les entreprises qu’elles connaissent, il n’y a que les banques, surtout de proximité pour les TPE et PME. Elles vont prendre les premiers risques et il faudra que l’état les aide : leurs notations baissent déjà. Plus tard, on devra se souvenir qu’un financement bancaire stable quand le temps se couvre vaut mieux qu’un financement un peu moins cher par le marché, mais qui disparaît sous la pluie. Et que dire par temps de tornade ?

3 – Avoir une attitude économique, ni morale, syndicale ou politique, par rapport aux dividendes. Les dividendes sortent toujours de la trésorerie de l’entreprise, ils ne l’enrichissent jamais. Ils n’enrichissent pas plus l’actionnaire (ânerie constamment entendue) que vous ne vous enrichissez en retirant 20 euros sur votre compte, au distributeur de billets ! Il faut donc que tous les dividendes soient stoppés pour les entreprises qui demandent quoi que ce soit : ceci les affaiblirait encore plus ! Il est évident aussi qu’il est exclu qu’elles rachètent leurs titres, si elles cherchent des aides. Si elles le font c’est la preuve qu’elles n’ont pas besoin d’aides !

4 – Faire la chasse aux « optimiseurs » : il faut annoncer des sanctions pour tous ceux qui profiteront indûment de ces aides (chiffres gonflés…). Ils peuvent exister, qui sait ?

5 – Quelle homogénéité en zone euro ? Difficile de savoir ce qui se fait ailleurs : mieux vaudrait agir et, autant que possible, comme les autres, avec des mesures semblables. On aurait une meilleure vision de l’action européenne ! On doit travailler à des présentations homogènes.

6 – Sortir du concours de pronostics sur le PIB perdu. L’Insee a dit 3% par mois de confinement : les experts ont mieux à faire à trouver les meilleures sorties qu’à recalculer.

7 – Surtout, mettre le redémarrage de l’économie au cœur du dispositif. Peut-on demander que les salariés confinés prennent une semaine de vacances ou deux, et leur donner alors une prime ? Le soutien au  chômage partiel est un palliatif, pas une vitamine. Il a été demandé par 220 000 entreprises pour 2,2 millions de salariés en quelques jours, ce qui peut représenter un coût énorme. Il ne sera pas tenable s’il dure et s’étend. Donc il faut repartir, en étant confinés, en attendant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires