En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 9 min 27 sec
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 28 min 11 sec
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 54 min 11 sec
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 3 heures 29 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 19 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 22 heures 19 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 1 jour 21 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 26 min 32 sec
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 49 min 7 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 1 heure 33 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 2 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 2 heures 36 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 3 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 3 heures 58 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 20 heures 15 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 1 jour 6 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 1 heure
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Face à l'angoisse

Coronavirus : et vous, quel est votre profil psychologique face à la crise ?

Publié le 25 mars 2020
Certains veulent tout savoir, d’autres surtout être rassurés. Et beaucoup ressentent le besoin de s’accrocher à des éléments d’espoir comme le montre l’emballement autour du professeur Raoult. Politiquement, le défi de la gestion de profils très différents est complexe.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certains veulent tout savoir, d’autres surtout être rassurés. Et beaucoup ressentent le besoin de s’accrocher à des éléments d’espoir comme le montre l’emballement autour du professeur Raoult. Politiquement, le défi de la gestion de profils très différents est complexe.

Atlantico.fr : En temps de crise les individus réagissent différemment certains ont besoin de se raccrocher à des certitudes, d'autres préfèrent ne rien savoir. Quels sont les types de réactions les plus communes ? Comment ces réactions évoluent-elles en fonction du type de crise à laquelle la population est confrontée ? Dans le cas de la crise actuelle, note-t-on une évolution des réactions, en fonction du profil psychologique des individus, entre le début de l'épidémie de coronavirus et aujourd'hui ? 

Jean-Paul Mialet : La crise sanitaire actuelle est une menace pour la santé de chacun et non une crise politique ou sociale. Je n’ai pas l’expertise d’un sociologue pour décrire les réactions collectives dans ce genre de situation. En revanche, j’ai l’habitude dans mon cabinet de voir comment chacun réagit quand une menace pèse sur sa santé. L’anxiété pousse à deux formes d’adaptation: l’évitement ou la maîtrise. 

Certains préfèrent rester dans l’ignorance, et vont à l’extrême jusqu’au déni : les faits alarmants ne sont pas reconnus, les soins proposés sont refusés. D’autres veulent tout connaître, enquêtent minutieusement sur leurs résultats d’examen avec l’aide d’Internet et contestent les décisions médicales. Entre l’évitement total et la maîtrise complète, tout peut se voir. Quand la menace est grande, peu de personnes parviennent à garder leur sang froid, à mesurer le danger à son vrai niveau, sans le surestimer, ni le sous-estimer. Peu parviennent à se remettre avec confiance entre les mains de ceux qui sont là pour les aider à surmonter l’obstacle. 

On a observé, face à la révélation d’une maladie grave, plusieurs étapes - au nombre de cinq - dans l’acceptation. Ces étapes fournissent matière à réflexion pour votre question. La première phase est une phase de déni, elle est suivie d’une phase de colère (« c’est injuste ! »), puis d’une phase de négociation (« je ferai ce que vous voulez si vous me donnez…»), survient ensuite une phase de dépression (« tout cela est inutile ») qui précède la résignation terminale (« je suis préparé, attendons ») Mais le parcours varie en fait selon l’histoire et la psychologie de chaque individu. Certains, disons les « insouciants », n’ont jamais voulu voir les réalités en face ; ils resteront plus longtemps dans le déni avant de sombrer brutalement dans la dépression. D’autres, les « combatifs », se rattrapent volontiers à la colère et deviennent agressifs, jusqu’au moment où ils admettent que la situation leur échappe… Outre la psychologie individuelle, l’environnement a également sa part d’influence: on voit des colères renforcées par l’incompréhension d’un soignant, ou des marchandages-chantages aggravés par un excès d’empathie de l’entourage. 

Peut-on transposer ces observations individuelles à la crise sanitaire grave que nous traversons? Avec prudence, je dirai que oui. Dans cette crise, il s’agit à la fois d’une menace diffuse et d’un deuil. Le confinement conjugue la sécurité du refuge et la désolation de la perte de vie sociale : par delà les murs qui vous protègent, l’animation s’en est allée. A mesure que l’on s’enfonce dans la crise, le déni des débuts et la colère de ceux qui ne tolèrent pas qu’on touche à leur liberté cèdent la place à l’abattement et à la résignation. La peur grandit face à un ennemi qu’on ne voit pas et qui peut être véhiculé par tous les autres. Chacun devient plus sourcilleux pour son périmètre de sécurité et lance un regard noir à l’importun qui s’approche de moins de deux mètres. 

Ce type de crise, où la peur naît de la menace d’une contagion invisible, ne peut être comparée à une crise politique ou sociale. Notons en passant que j’ai connu une autre crise, celle de 68, dont on peut dire qu’elle était l’opposé diamétral de celle-ci : dans un chaos joyeux, l’expression libre et brouillonne de la population soulevait des inquiétudes. Mais l’appréhension des « réacs » de l’époque, appréciant l’univers rassurant des règles établies, n’avait rien à voir avec l’inquiétude que suscite cette crise sanitaire où chacun sent sa vie ou celle de ceux qu’il aime mise en péril.

De telles crises imposent de déployer des règles strictes. Pensez-vous qu’il y a face aux règles deux types d’individus : ceux qui se plient rigoureusement aux règles et ceux qui les bafouent ? 

Jean-Paul Mialet : Commençons par le début. Le champ d’expérience de l’enfant est borné par les règles de parents. En principe, ces règles ne sont pas destinées à satisfaire l’autorité de parents despotiques, mais à préserver l’enfant et à lui apprendre à évoluer au mieux dans son environnement matériel et humain : certaines règles sont destinées à lui éviter de se blesser physiquement ; d’autres à posséder les codes qui évitent de blesser socialement la communauté à laquelle il appartient, en risquant d’être rejeté. Tout est déjà posé dans ce premier constat : les règles délimitent un champ d’exploration. Elles représentent une sécurité rassurante pour les enfants frileux, mais un frein pour les enfants curieux qui veulent toujours découvrir plus. Par la suite, ces enfants feront des adultes qui soit se protègent derrière des règles, soit s’émancipent des règles pour s’aventurer dans la création. Vous noterez que j’oppose là deux attitudes de respect neutre des règles. Mais vous parlez de « bafouer », c’est à dire d’offenser : c’est le cas de ceux qui se révoltent contre les règles. La révolte contre les règles, comme le respect religieux des règles, est la conséquence d’un développement où l’on n’a pas appris à aimer les règles. Ceux qui ont appris à intégrer les règles au moment voulu, même s’ils sont créatifs et enclins à créer leurs normes plutôt qu’à suivre celles des autres, se plient aux règles qu’on leur donne quand elles ont un sens. Et ceux qui ont été écrasés par les règles sont toujours préoccupants pour la communauté, soit parce que leur vénération de la règle en fait des individus potentiellement totalitaires, soit parce que leur révolte contre les règles en fait des délinquants en puissance. 

Le profil psychologique des individus ne joue-t-il pas également sur la perception que les individus ont des informations qui leur sont communiquées ? Par exemple, peut-on dresser un lien entre les individus qui ont accueilli avec beaucoup d'espoir les annonces du Professeur Raoult au sujet de la chloroquine, leur appartenance politique et leur profil psychologique ? 

Bruno Cautrès : Nous manquons de données quantitatives récentes pour apprécier exactement les contours sociologiques ou le profil psychologique des personnes qui accueillent avec espoir ou avec scepticisme les annonces et les prises de position du Professeur Raoult. Mais les travaux de psychosociologie des opinions montrent qu’en général on ne reçoit jamais les informations sanitaires ou les informations scientifiques de la même manière selon tout un ensemble de variables filtrantes. La dimension subjective est en effet très importante ici : nos valeurs, nos croyances antérieures, nos systèmes de représentations collectives et mentales mais aussi les grands traits de caractère jouent un rôle de filtre très puissant. Par exemple, les personnes qui voient le monde social et leur environnement comme menaçant, qui ressentent la peur de l’avenir ou qui ressentent leur contexte comme menaçant, sont davantage méfiantes vis-à-vis de l’information technologique ou scientifique. En l’occurrence, il est certain que depuis quelques jours un doute s’installe dans l’opinion à propos de ces questions : d’après le Baromètre quotidien mis en place par BVA pour suivre la crise du Covid-19, une suspicion croissante s’exprime quant à la qualité des informations relatives au coronavirus, alors que les polémiques se multiplient. 42% des Français (seulement) se déclarent confiants dans la qualité des informations qu’ils trouvent sur le coronavirus dans les médias et 43% se montrent confiants à l’égard des informations reçues de la part des pouvoirs publics. 

Jean-Paul Mialet : Le professeur Raoult représente l’exemple d’une personne qui prend des libertés vis à vis des règles. Mais la voie qu’il a choisi est précisément celle de la créativité : il est chercheur et non administrateur. Je ne pense pas qu’on puisse classer selon un profil psychologique ou politique ceux qui ont manifesté de l’intérêt pour sa personne : ils sont plutôt tout simplement des pragmatiques en quête d’un traitement. Et le Professeur Raoult, dont l’expertise dans ce domaine n’est pas contestable, prétend en connaître un. 
Face à cette épidémie dévastatrice, beaucoup cherchent à espérer et le Professeur Raoult bénéficie bien sûr de cette attente. En abuse-t-il ? L’avenir nous le dira. Des recherches sont en cours.

Mais je devine une autre interrogation derrière votre question. Le Professeur Raoult semble bafouer l’ordre établi. Or cet ordre est celui auquel on peut reprocher d’avoir contribué à la situation présente. Son allure d’insoumis (on a parlé d’un « gilet jaune de la Science ») ne lui aurait-elle pas profité ? Pourquoi pas ? La défiance envers les politiques est aujourd’hui bien ancrée dans une large part de la population, et cette défiance n’épargne pas les chercheurs académiques qui conseillent le pouvoir. Mais ce point est marginal : ce n’est pas son côté rock’n’roll qui lui vaut cette notoriété soudaine, mais l’espoir qu’il représente. 

En psychiatrie, nous sommes exposés en permanence à la recherche pharmacologique. Tous mes amis chercheurs admettent que les travaux de Raoult sur la Chloroquine ne sont pas exempts de faiblesses et ne pourraient donner lieu à des publications dans des revues qui font autorité. Mais ils s’étonnent, puisque le temps presse et que les décès s’accumulent, que l’on n’ait pas tenté d’explorer cette piste rapidement et d’obtenir des résultats préliminaires par des recherches cliniques simples comme on en faisait autrefois, sans trop se préoccuper de la rigueur méthodologique. Ce pragmatisme est d’autant plus justifié que la chloroquine n’est ni coûteuse, ni vraiment dangereuse. D’où une autre question : si l’on a tant tardé à s’intéresser à ce traitement, est-ce à cause du manque de rigueur qu’exige la science d’aujourd’hui ou à cause de l’homme et son tempérament provocateur ? Dans les deux cas, on peut s’interroger sur le manque d’ouverture ? A moins que nous soyons aujourd’hui ligotés par le principe de précaution et le risque zéro…

La psychologie des individus ne permet-elle pas également d'expliquer certaines basculement historiquement, montées de leaders politiques jusqu'alors inconnu ....  ? En d'autres termes, certains individus n’ont-ils pas tendance, par exemple, à se radicaliser préférant suivre un leader contestable plutôt que de rester dans l'inconnu ? 

Bruno Cautrès : C’est l’une des questions essentielles qui, au plan international, va se poser au plan politique après la crise. La solution autoritaire (moins de démocratie et plus d’efficacité)  pourrait tenter certaines franges des populations. Le sentiment de peur, l’inquiétude, la perception de l’avenir comme incertain et menaçant, sont assurément des éléments qui ne poussent pas dans le sens d’une plus forte demande d’intégration internationale ou européenne. Là encore, il faut prendre en compte les valeurs et les croyances : on ne se « convertit » pas à l’autoritarisme politique si l’on n’y est pas un peu prédisposé. Si des individus qui n’y sont pas prédisposés devaient basculer dans la radicalité politique, par exemple autoritaire, cela ne pourrait se faire que dans le cas d’une réponse défaillante des systèmes politiques démocratiques. Il est, à cet égard, fondamental que nos gouvernements fassent preuve d’efficacité et de rapidité dans leurs réactions et dans la gestion de la crise.

Jean-Paul Mialet : Comme je vous l’ai dit, face à une maladie grave, vient un moment où l’on est prêt à tout pour s’en sortir. C’est le moment du « marchandage », propice à toutes les illusions. L’intelligence et la connaissance n’ont pas beaucoup de prise sur cette quête de solutions magiques : l’un de nos présidents atteint d’un cancer ne s’est pas privé d’aller frapper à n’importe quelle porte, sans souci de la science ! Les plus forts ne peuvent maîtriser ce retour aux illusions magiques de l’enfance, où des parents protègent de tout et ont une solution pour tout. Bien des gourous vivent cette faiblesse dans le domaine de la santé : ils accueillent des individus perdus qui ont besoin d’être pris en charge par une figure parentale toute-puissante, remplie de certitudes rassurantes. Hélas, ce que l’on gagne en sécurité, on le perd en autonomie en redevenant un enfant qui suspend son jugement et s’en remet totalement à l’autre.

C’est ainsi : lorsque tous les repères s’effondrent, il y a le besoin de se raccrocher à ce qui peut représenter un nouveau repère, comme le naufragé à son bout de bois. Ce phénomène individuel peut certainement être transposé au niveau collectif. Lorsqu’on se sent abandonné par la puissance que l’on a mise en place pour vous guider et vous protéger dans un monde de concurrence, ceux qui représentent un contre-modèle et prétendent posséder la solution de tous vos maux ont une grande force d’attirance. Mais - est-il besoin de le préciser ? - le gourou en politique représente le danger d’un pouvoir totalitaire. La responsabilité du politique est d’accompagner la population sans qu’elle se sente laissée à elle-même, pour éviter cette vulnérabilité au gourou. Resterait à définir ce que l’on appelle accompagner : comment peut-on se sentir « accompagné » à une époque où toute forme d’autorité suscite la méfiance et où chacun est soupçonné de ne suivre que des ambitions personnelles?

Face à ces différentes réactions, comment le pouvoir peut-il adapter sa réponse et sa communication de crise ? Comment devrait-il les prendre en compte ? 

Bruno Cautrès : La difficulté est d’informer de manière cohérente tout en tenant compte des attentes et inquiétudes différenciées qui existent dans le public. C’est une problématique classique de la communication de crise. Le point d’information quotidien ou presque qui est fait en fin de journée est une bonne méthode car elle crée un point de repère alors que tout semble tellement incertain et angoissant. Mais il faudrait que les membres du gouvernement « sanctuarisent » davantage ce rendez-vous en évitant de prendre la parole en dehors. En ce moment dramatique que nous vivons, seuls le Président, le Premier ministre et le ministre de la santé (ou son DG) devraient s’exprimer en ce moment. Les prises de parole récentes, par exemple de G. Darmanin (sur les congés payés) ou JM Blanquer  (nous parlant d’une date de reprises des cours le 4 mai bien avant que le Conseil scientifique ne se prononce sur l’extension du confinement !) sont à cet égard catastrophiques : elles créent un sentiment de non-coordination et d’impréparation. La transparence dans l’information, le respect des différentes sensibilités dans le public, l’efficacité doivent primer. Rien ne serait pire que le sentiment que l’on cache des choses ou qu’il y a un agenda caché dans la communication gouvernementale. De même, l’appel à continuer à travailler sur les chantiers alors qu’une bonne partie du pays est en télétravail peut créer le sentiment d’une asymétrie dans l’exposition au risque qui n’est pas cohérente avec l’appel à l’unité nationale. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Atlantico
- 25/03/2020 - 17:20
Frangipanier123Tours
Je souscris à votre proposition. Cet individu s'exprime comme un adolescent immature qui se révolte contre l'autorité, sans doute pour paraître plus fort qu'il n'est.
clo-ette
- 25/03/2020 - 12:20
système immunitaire
Vitamine C + Vitamine D
Frangipanier123Tours
- 25/03/2020 - 12:03
Proposition
Je propose à un médecin - qui lutte pied à pied depuis plusieurs jours et au mépris de sa propre santé -
d'embarquer DE FORCE le "sous-homme" qui a osé choisir le pseudo "J'accuse"
et de l'emmener auprès d'un malade du COVID 19 intubé qui lutte depuis 15 jours (360 heures !!!) pour ne pas mourir ...