En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 2 heures 15 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 35 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 4 heures 50 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 27 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 7 heures 46 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 9 heures 15 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 9 heures 55 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 9 heures 57 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 3 heures 57 sec
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 4 heures 10 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 5 heures 17 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 6 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 24 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 8 heures 47 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 30 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 9 heures 55 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 9 heures 57 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Atlantico Business

Les bourses s’effondrent... mais pourquoi ne les débranche-t-on pas ?

Publié le 17 mars 2020
Les cours de bourse ne valent plus rien. Du coup, certains acteurs commencent à se demander pourquoi on ne fermerait pas carrément les bourses en attendant le retour au calme.
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les cours de bourse ne valent plus rien. Du coup, certains acteurs commencent à se demander pourquoi on ne fermerait pas carrément les bourses en attendant le retour au calme.

Hier lundi, il aurait sans doute fallu arrêter les opérations boursières. Les ventes flambaient comme le virus en Europe. La Bourse de Paris a terminé à -5,75%, après avoir cassé un plus bas à -10%. Les traders en avaient les larmes aux yeux d’avoir évité un nouveau krach. Et c’est vrai qu’en remontant à mi-pente comme cela, les marchés ont sauvé la face, mais certainement pas la valeur des actifs. D’où la question qui hante désormais les investisseurs et les observateurs. Quand est-ce-que les bourses occidentales cesseront de fonctionner pour arrêter le massacre ? Quand va-t-on débrancher les marchés financiers comme on débranche la plupart des entreprises ?

En cette période de confinement, il ne fait pas bon, pour s’occuper, de regarder l’évolution de son plan d’actions. L’épargnant craint pour son investissement en actions alors que les investisseurs professionnels ne sont pas plus avancés sur la gestion d’un portefeuille de titres en telle situation de crise sanitaire, et de crise qui dure. Mieux vaut prendre un abonnement à Netflix.

Les cours de bourse s’effondrent parce que les entreprises qu’ils incarnent et représentent ne travaillent plus qu‘au ralenti. Parce qu’une entreprise ne crée sa valeur que si elle fonctionne et qu’en ce moment, pour beaucoup, ce n’est plus le cas.

Avec des usines à l’arrêt, des points de ventes fermés et des travailleurs au chômage partiel, les conditions ne sont pas réunies pour que les entreprises puissent avoir une vision sur leur avenir proche.

La seule chose certaine pour l’instant, c’est, pour beaucoup de secteurs, la dégradation de leur chiffre d’affaire et donc de leurs bénéfices. Et ce, malgré les mesures d’urgence des banquiers centraux qui réinjectent des liquidités, malgré les annonces de gouvernements qui promettent d’ouvrir les vannes budgétaires, malgré la simultanéité et la coordination internationale de ces deux politiques – monétaires et budgétaires.

Le seul indicateur que semblent regarder les marchés est la propagation du virus et le nombre de cas (aujourd’hui on ne compte plus que les cas graves). Bref, rien ne semble pouvoir juguler la panique, mise à part l’évolution de l’épidémie, difficilement prévisible.

Tout comme les frontières se ferment, faut-il fermer temporairement les marchés boursiers qui établissent des cours de bourse qui n’ont plus d’autres significations que de mesurer la peur collective ?

Le projet de fermeture des marchés n’est pas tabou et bon nombre d’acteurs en discutent.

NYSE-Euronext, l’opérateur de la Bourse de Paris, le CAC 40, ainsi que d’autres bourses européennes et américaines, renvoie la balle, pour ce qui est de la France, à l’AMF – l’Autorité des Marchés Financiers qui en est le régulateur. Sauf que l’AMF n’a d’autorité que sur l’indice parisien et qu’elle justifie vouloir une réponse coordonnée. Une coordination qui peut mettre du temps avant d’autres dégâts.

Le problème qui fait hésiter les régulateurs est très simple. Le marché boursier est un facteur de liquidité et le système économique fonctionne parce que les marchés sont liquides à tout moment. Ils permettent aux actionnaires ou aux épargnants de recouvrer ses actifs à tout moment, de l’ouverture des marchés à la fermeture leurs actifs. On peut vendre ou acheter son titre avec un prix donné par le marché, c’est la base de l’investissement.

D’ordinaire cette mécanique est essentielle à la confiance dans le système. Exactement comme l’est la valeur d’une monnaie. Si on arrête la cotation, si on suspend la liquidité et on crée un précédent qui ébranlerait la confiance de tout investisseur. Ce qu’on paierait dans le futur.

Il y a pourtant eu des précédents. Mais ils n’ont jamais été décidés par les opérateurs de marchés. Le CAC40 n’a par exemple jamais fermé de manière exceptionnelle, depuis qu’il a été créé en 1988.

Mais si on prend l’histoire récente, on découvre que les bourses mondiales ont quand même été débranchées a des moment clés.

A Paris en mai 68, la Bourse a cessé ses activités pendant une quinzaine de jours à cause du contexte social, et avant ça, elle avait été interrompue en temps de guerre (1914 et 1940 pendant 9 ans).

Aux Etats-Unis, les attentats terroristes de 2001 qui ont abattu les tours du World Trade Center, avaient entraîné la fermeture temporaire de Wall Street, parce qu’il était devenu impossible de se connecter aux plateformes d’échange à cause des dégâts occasionnés.

On est passés tout près de la fermeture en 2008. Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne, parlait de « débrancher les marchés ». Les dirigeants politiques des principaux pays y réfléchissaient. Mais finalement les opérateurs s’y sont opposés et ont eu le dernier mot.

Sans aller jusqu'à la fermeture, il existe des mesures de prévention envers des krachs et de protection. Ces mesures sont d’ailleurs plus nombreuses et plus puissantes aux Etats-Unis qu’en Europe. Le système de coupe-circuits (circuits-breakers) s’active dès qu’il y a une chute importante. Ainsi, quand un titre baisse de plus de 7% (contre 10 en France), son échange est interrompu pendant 15 minutes (contre 3 minutes en France), pour permettre aux opérateurs de prendre du recul et d’apaiser les esprits. La chute ne peut pas dépasser 20% sur une séance. Mais le problème, c’est que la baisse peut s’étaler sur plusieurs séances…

Et quand on voit les clôtures sur les huit derniers jours, c’est bien ce qu’il se passe actuellement. Maintenant, la vraie question est de savoir quels sont les effets d’un effondrement aussi brutal.

A priori, de tels krachs ont pour objectif de mettre en phase la valeur marchande d’une entreprise avec sa valeur économique à un moment donné. Alors, sauf pour ceux qui ont un besoin urgent de cash, les autres n’ont qu’à faire le dos rond et attendre que les affaires reprennent et que ça remonte.

Le problème au pays de la bourse, c’est que ces périodes troubles aiguisent les appétits de ceux qui spéculent et notamment spéculent en pariant à la baisse (la vente à découvert).

Et une entreprise dont les titres se vendent massivement peut très bien changer de main en quelques jours. Les actionnaires paniquent ou ont besoin de cash, ils vendent à d’autres actionnaires qui pensent faire l’affaire de leur vie. Bref, certaines entreprises se retrouvent en risque de faiblesse économique puis capitalistique. C’est la double peine.

La bourse va sans doute continuer de déraper jusqu'au moment où le virus se calmera devant le vaccin miracle, le traitement ou les anticorps qu’il aura contribué à fabriquer. Le virus a ceci de particulier est qu’il fabrique sa propre mort. En attendant, il le fait très cher payer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 18/03/2020 - 20:13
Casser le thermomètre n'a jamais arrêté la fièvre, n'en déplaise
aux quelques grands cons irresponsables qui siègent pour quelques temps encore à l'Elysée ou à Matignon !...
Et que vont pouvoir faire 100. 000 gendarmes contre 66 millions de français en colère ???
Ça va se payer au prix fort et pas que dans la rue et sûr ...
bien au delà de nos frontières !...
assougoudrel
- 17/03/2020 - 12:01
Il faut leur mettre
des slips.