En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

02.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

03.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

04.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

05.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

06.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

07.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 7 heures 57 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 9 heures 6 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 10 heures 45 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 12 heures 53 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 14 heures 19 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 15 heures 27 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 1 jour 7 heures
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 8 heures 21 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 9 heures 23 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 11 heures 18 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 13 heures 43 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 14 heures 35 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 1 jour 7 heures
© JOHN THYS / AFP
© JOHN THYS / AFP
Christine m’a tuer

L’Italie, victime de la pandémie… ET de Christine Lagarde

Publié le 15 mars 2020
La réponse de la BCE et de sa présidente, Christine Lagarde, face à la crise du Coronavirus a été beaucoup critiquée. Interrogée sur la défiance entourant la dette italienne, Christine Lagarde a précisé que la BCE n'avait pas pour "mission de réduire les spreads", soit l'écart entre le taux italien et le taux allemand de référence.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réponse de la BCE et de sa présidente, Christine Lagarde, face à la crise du Coronavirus a été beaucoup critiquée. Interrogée sur la défiance entourant la dette italienne, Christine Lagarde a précisé que la BCE n'avait pas pour "mission de réduire les spreads", soit l'écart entre le taux italien et le taux allemand de référence.

Nous ne sommes « pas ici pour fermer les spreads », « not to close the spreads » : il aura suffi de ces 5 mots sibyllins pour faire remonter les rendements italiens de 1,1% le 11 mars à 1,8% le 13 et faire de l’Italie le point le plus faible encore du système européen, aux yeux de tous ! Qui donc a tenu ces propos ? Christine Lagarde, lors de sa conférence de presse du jeudi 12 mars, alors qu’elle essayait d’aider toute la zone ! Elle avait même obtenu une victoire : un vote à l’unanimité pour augmenter ses achats de bons du trésor (120 milliards d’euros) et des conditions plus favorables pour financer toutes les banques de la zone, sans leur demander pour autant de faire plus de crédits (TLTRO). C’était donc, en fait, une baisse des taux aux banques qu’elle annonçait, pour qu’elles fassent plus de crédits si elles voulaient, ou plus de marge, ou les deux. Avec, en plus, d’autres annonces qui assouplissaient, sur plusieurs mois, les régulations bancaires en matière de besoins de fonds propres, de détermination de « crédits douteux » et de stress tests. Bref, tout le monde pouvait respirer.

C’était merveilleux pour l’Italie, aussi et surtout, on pouvait penser que la BCE allait acheter ainsi plus de bons du trésor et donc freiner, au moins, la hausse des rendements qui grevait encore davantage son déficit budgétaire, déjà au-delà de 2% du PIB. Cette hausse des rendements allait donc s’apaiser, elle qui venait du surendettement du pays. Les marchés financiers s’inquiétaient en effet de plus en plus de ce pays, avec sa dette publique égale à 140% de son PIB et une récession en cours. Son système bancaire aussi allait pouvoir souffler : l’Italie pourrait emprunter pour plus de 250 milliards d’euros supplémentaires à des taux plus bas. Bien sûr, l’Espagne aussi allait profiter de toutes ces actions de la BCE, mais moins car elle inquiétait moins, avec des rendements à 0,6% pour ses bons du trésor à 10 ans et donc près de 200 milliards (seulement !) de financements supplémentaires à taux privilégiés. 

Mais il ne fallait pas en parler, ni de l’Espagne et surtout pas de l’Italie !! 

Mais que faire, quand des journalistes soulèvent ce lièvre, non pas celui de mesures qu’ils jugeraient trop faibles par rapport à ce que fait la Fed, mais celui de mesures jugées trop favorables à la seule Italie sans le dire, sous un manteau égalitaire ? Ils demandent alors à Christine Lagarde que va-t-il se passer pour l’Italie dont les achats de bons du trésor par la BCE devraient tutoyer, sinon transgresser, « la règle du capital ». Cette « règle » veut que la BCE ne puisse pas détenir en portefeuille plus de bons du trésor d’un pays que ce pays n’a de part dans son capital : 13,8% pour l’Italie, 21,4% pour l’Allemagne et 16,6% pour la France.

Il aurait fallu répondre comme Benoit Coeuré : « les limites dépendent de nous » dans son interview au Financial Times du 17 juin 2019. La Cour européenne de Justice, avait-il ainsi dit, a d’abord souligné le rôle des limites dans le financement du trésor par la BCE, pour éviter un financement monétaire du budget. Mais elle a aussitôt ensuite laissé une large latitude d’action à la BCE. Pas de financement monétaire donc, autrement dit pas d’achats directs au Trésor même, mais des limites à gérer de façon souple, en fonction des circonstances. « Nous sommes dans notre mandat de recherche d’une inflation à 2% à moyen terme, aurait ainsi pu dire Christine Lagarde, et ceci dans le cadre précisé par la Cour Européenne de Justice. Nous sommes dans la réponse adéquate et mesurée aux circonstances exceptionnelles que nous vivons ». Et ajouter : « bien sûr, nous suivons très soigneusement ce qui se passe et sommes prêts à agir en fonction de la tournure des événements ».  

Bref positif et vague. Mais dire « nous ne sommes pas ici pour fermer les spreads », alors que toute la politique de soutien de la BCE est précisément de le faire (!), peut être compris comme la fin de ces mesures, ce qui est impossible, ou pire comme la préparation à des mesures de soutien à l’Italie (l’OMT) si les choses s’aggravent, ce qui ne peut être le cas puisque les problèmes politiques italiens ont fait que l’Italie n’a pas signé cet accord, à moins que ce soit la trace des messages et des résistances allemands !

Dans les heures qui ont suivi, Christine Lagarde et François Villeroy de Galhau ont clarifié et apaisé le jeu, mais il faut se dire ici quelques vérités : l’Italie est le gros maillon faible de la zone euro et il n’est sûr du tout que les trois mots de Mario Draghi : Whatever it takes suffiraient aujourd’hui.  Il faut donc continuer à réparer le système bancaire italien, donc le tissu de ses PME, et aider à consolider aussi son système politique (mais sans le dire).

Donc, oui, il faut aider à réduire les spreads italiens ou autres, c’est la philosophie du quantitative easing, plus aider au remodelage du tissu bancaire, en Italie et en Allemagne (mais on n’en parle pas). Ce sera long et compliqué, ou alors tout saute ! Cette gaffe va peser quelque temps : il faudra réparer, mais sans rechute bien sûr. La morale de l’histoire est simple : « ne pas tout dire n’est pas mentir, c’est parler en banquier central.» !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires