En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 5 heures 32 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 6 heures 52 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 8 heures 7 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 8 heures 44 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 11 heures 3 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 12 heures 32 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 13 heures 12 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 13 heures 14 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 6 heures 18 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 7 heures 27 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 8 heures 34 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 11 heures 41 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 12 heures 4 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 13 heures 15 min
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
Quand la Chine vole au secours de l’Italie

Le Coronavirus sera-t-il à l’UE et l’Occident ce que Tchernobyl fut pour l’URSS ?

Publié le 12 mars 2020
On a beaucoup opposé ces dernières semaines le modèle autoritaire chinois au modèle démocratique occidental. Et si le vrai sujet était beaucoup plus celui de la concurrence des civilisations...
Nicolas Baverez est docteur en histoire et agrégé de sciences sociales. Un temps éditorialiste pour Les Echos et Le Monde, il analyse aujourd'hui la politique économique et internationale pour Le Point.Il est l'auteur de Lettres béninoises et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Baverez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Baverez est docteur en histoire et agrégé de sciences sociales. Un temps éditorialiste pour Les Echos et Le Monde, il analyse aujourd'hui la politique économique et internationale pour Le Point.Il est l'auteur de Lettres béninoises et de...
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On a beaucoup opposé ces dernières semaines le modèle autoritaire chinois au modèle démocratique occidental. Et si le vrai sujet était beaucoup plus celui de la concurrence des civilisations...

Atlantico.fr : Alors que la crise du coronavirus continue de faire rage dans le monde et que les analystes ont beaucoup opposé le modèle autoritaire chinois et le modèle démocratique occidental dans la gestion de cette crise, il semblerait qu'un monde bipolaire soit en train de se redessiner.

Le coronavirus peut-il être à l'UE ce que Tchernobyl a été à l'URSS ? Le Parti Communiste chinois peut-il se renforcer grâce à sa meilleure gestion de la crise du coronavirus ?  

Nicolas Baverez : La pandémie de coronavirus constitue un test pour la capacité des systèmes politiques à gérer les risques globaux du XXIème siècle. Tchernobyl, en 1986, avait souligné l’inefficacité chronique du régime soviétique et le mépris absolu des dirigeants pour la population ; Mickael Gorbatchev s’en servit comme d’un levier pour accélérer la glasnost et la perestroïka, libérant les forces qui provoquèrent l’effondrement de l’URSS et de son empire. La catastrophe sanitaire que nous vivons est véritablement planétaire ; elle met en évidence les faiblesses et les forces des grands blocs qui se partagent désormais le monde.

Le total-capitalisme chinois fut dramatiquement défaillant dans la prévention de la crise, dont il n’a accepté de révéler l’existence que sous la pression des réseaux sociaux, mais s’est montré efficace dans sa gestion. Elle a privilégié des mesures drastiques de confinement, qui ont été servies par le caractère autoritaire du régime, l’obéissance de la population et le recours massif à la technologie. Xi Jinping, fragilisé, a fait le choix inverse de Gorbatchev qui reste un repoussoir pour les dirigeants chinois, en renforçant la centralisation du pouvoir, le contrôle de la population par la surveillance numérique et la répression de toute forme d’opposition. Avec pour résultat une sortie de crise rapide. Singapour et la Corée du Sud ont de même réussi à maîtriser l’épidémie en jouant sur la discipline de sa population mais aussi sur un recours massif aux technologies, notamment pour assurer un dépistage systématique et en temps réel de la population. 

Les démocraties ont sous-estimé le fléau en entretenant l’illusion qu’il resterait pour l’essentiel cantonné à l’Asie. A l’image de l’Italie, elles sont confrontées à l’emballement de la contagion au moment où celle-ci se stabilise  en Chine et en Corée. Comme pour le réchauffement climatique, les Etats-Unis, sous l’influence du national-populisme de Donald Trump, se sont installés dans le déni en cultivant l’illusion que l’Amérique était une île hors du monde. Avec des conséquences lourdes tant sur le plan sanitaire pour les quelque 40 millions d’Américains qui ne disposent pas d’une assurance-santé que sur le plan économique et financier. L’Europe a une nouvelle fois fait la preuve de son impuissance et de ses divisions. La préparation a été gravement défaillante, ce qui se traduit par des pénuries de matériel, d’équipements de protection et de médicaments. La solidarité ne fonctionne pas comme le montre l’absence de soutien à l’Italie, notamment pour l’envoi de kits de dépistage. Il n’y a ni leadership, ni stratégie sur le plan sanitaire comme sur le plan économique où l’on reprend l’arsenal des mesures de 2008 qui sont totalement inadaptées à un quadruple choc touchant l’offre, la demande, le crédit et le pétrole. Tout comme face aux migrants et au chantage de la démocrature islamique turque de Recep Erdogan, l’Union est en passe de perdre un nouveau test clé pour sa crédibilité. Et cet échec pourrait être celui de trop.              

Enfin, le drame le plus ample reste aujourd’hui caché. Il va se dérouler dans les pays qui refusent toute transparence sur l’épidémie comme l’Iran et au sein des pays émergents dont les systèmes de santé sont défaillants ou effondrés, notamment en Afrique.     

La pandémie de coronavirus éclaire ainsi les points faibles de tous les modèles, y compris celui de la Chine. Mais il est bien vrai que l’avantage restera à ceux qui sortiront les premiers de la crise. Et la Chine fait une nouvelle fois la course en tête, même si le prix est très lourd à payer pour sa population.   

Edouard Husson : Nous sommes en effet en train d'assister à la fin de l'Union Européenne. A quoi sert-elle? Elle a empêché de fermer les frontières nationales à temps; non pas que Schengen interdise absolument à un pays d'invoquer une situation d'urgence -l'Autriche le fait; mais les mentalités sont tellement formatées qu'Emmanuel Macron reproche à la Slovénie de fermer sa frontière avec l'Italie. Notre président fait en effet penser à ces dirigeants de l'URSS finissante incapables de changer de logiciel. Il est absurde de maintenir les élections municipales alors qu'on ne sait pas ce qui va se passer. On prend le risque de faire de chaque bureau de vote une mini-buvette de l'Assemblée nationale! 

Regardez comme l'Allemagne refuse d'aider l'Italie en lui envoyant du matériel. Il faut dire que l'Allemagne n'a pas assez de tests ni de lits d'hôpitaux à disposition elle-même. Et elle n'envisage pas de demander du quantitative easing à la BCE. Non, l'Europe mourra....guérie par l'ordo-libéralisme. 

Alors évidemment la Chine qui a mis le monde dans le pétrin se dit qu'il y a un coup de propagande à jouer: elle envoie masques et tests en Italie.  On ne sait pas s'il faut pleurer du ridicule infligé à la France et à l'Allemagne ; ou rire devant l'imposture d'un régime néo-totalitaire qui a l'indécence de donner désormais des leçons au monde. 

Pour ma part, je ne crois pas du tout que le régime chinois sorte renforcé. Au contraire, la crise a montré les failles du régime. La population, vieillissante, a pu constater le mépris dans lequel le PCC tient les personnes âgées. Nous allons assister, dans la grande tradition maoïste, à une bonne dose de propagande. Mais je ne serais pas étonné que Xi soit mis en difficulté prochainement par le reste de la direction du parti. Et je suis sûr que nous ne sommes pas au bout de nos surprises : c'en est fini du "modèle chinois ". 

La Chine privilégiant depuis tout temps la communauté et le collectif et l'Occident le triomphe de l'individu, ces différences culturelles ont-elles un impact dans la gestion du coronavirus ? Sommes-nous en train d'assister à un nouveau clash des civilisations ? 

Nicolas Baverez : Tout comme la démondialisation, la rebipolarisation du monde était engagée avant l’épidémie de coronavirus, avec la confrontation globale qui s’est installée entre les Etats-Unis et la Chine depuis l’élection de Donald Trump. Mais elle se trouve formidablement accélérée. Les raisons de sécurité qui sous-tendent la guerre commerciale et technologique lancée par les Etats-Unis contre la Chine sont renforcées par cette crise et Washington ne manquera pas de s’en servir pour faire pression sur ses alliés afin qu’il réduisent leur dépendance à Pékin. Le krach boursier et pétrolier relance la guerre des monnaies. La coopération internationale est à l’arrêt alors qu’elle n’a jamais été aussi nécessaire depuis le krach de 2008.   

L’enjeu de l’histoire du XXIème siècle est de nouveau la liberté politique. Il oppose les démocraties aux démocratures, mais aussi la démocratie libérale à la démocratie illibérale, qui se trouve au cœur du projet des populistes. Et cette crise sanitaire exacerbe les différences de modèle et de culture. Elle souligne une nouvelle fois que l’Occident n’a plus le monopole de l’histoire du monde et de la gestion des crises. Elle éclaire les dysfonctionnements et la perte d’efficacité des institutions démocratiques. Mais elle a aussi montré les failles du total-capitalisme chinois.

L’épidémie de coronavirus accélère les transformations du monde et met sous pression tous les régimes. A terme l’avantage ira à ceux qui sauront s’adapter pour répondre aux chocs qui se multiplient et se cumulent : choc sanitaire, choc économique et financier, choc technologique lié à l’intelligence artificielle, choc géopolitique avec la bipolarisation du monde mais aussi la guerre du pétrole engagée par l’Arabie Saoudite.       

Edouard Husson : Le sens de la collectivité peut déboucher sur le totalitarisme, comme dans le cas chinois; sur l'égoïsme national, comme dans le cas allemand; ou sur le repli comme dans le cas italien. N'oubliez pas que l'ltalie a produit le fascisme: je trouve oppressant le basculement italien; je lisais le naturel avec lequel le curé de la paroisse au "patient zéro" accepte la suspension des messes....Le gouvernement italien est en train de créer une réalité autarcique et mortifère.  L'histoire de la suspension des messes publiques et des funérailles est non seulement liberticide mais absurde du point de vue fonctionnel: une société a besoin de réconfort spirituel et d'espoir. L'Eglise polonaise a bien mieux réagi en demandant la multiplication du nombre de messes pour faire diminuer la fréquentation sans priver les gens de ce qui donne du sens à la vie et permet d'accepter la mort quand elle survient tragiquement. 

Qu'il s'agisse du monde confucéen ou du monde occidental, on ne peut pas généraliser ni les opposer l'un à l'autre dans une réédition de Huntington. D'abord il.y a une réalité basique: le modèle monétaire européen a asphyxié nos sociétés tandis que les pays d'Asie regorgent de liquidités utilisables. Ensuite, la Chine postmaoïste a infecté le reste du monde par sa mauvaise gestion interne et son arrogance mondialiste. La Corée ou le Japon sont, par contraste, des sociétés démocratiques conservatrices où la discipline sociale est mise au service du bien commun. Au sein du monde occidental, quel contraste entre la combativité britannique (ou américaine, malgré le sous-équipement sanitaire) et l'apathie allemande, qui va causer la fin de l'UE. Ou le fatalisme français, qui a consisté à maintenir la campagne des municipales et les élections alors qu'il est possible que l'on puisse encore inverser l'épidémie.  Au moment où je vous parle il n-y a pas encore de cas déclaré dans le sud-Ouest.  Va-t-on.prendre le risque d'universaliser l'épidémie sur le territoire pour ne pas avoir eu le courage de repousser les élections au mois de juin? 

L'Italie déplore plus de 600 morts à l'heure actuelle liés au coronavirus alors que la Chine - comme la Corée du Sud - a réussi à contrôler l'épidémie. Que peut faire l'Occident, concrètement, face à cela ? Comment peut-il se relever ?

Nicolas Baverez : L’Occident doit utiliser ses armes, à savoir la raison et la liberté. L’épidémie de coronavirus constitue aussi une occasion unique de bloquer la dynamique de la peur, de la panique et de la désunion. De réconcilier efficacité et respect des droits fondamentaux, autorité de l’Etat et mobilisation de la société, souveraineté des nations et solidarité des démocraties. Il convient pour cela de définir des priorités très claires pour faire face aux différents chocs. Sur le plan sanitaire, les leçons qui nous viennent d’Asie et d’Italie sont limpides : les antidotes efficaces sont le dépistage précoce et le confinement. Sur le plan économique, l’activation désordonnée des moyens traditionnels de la politique budgétaire et monétaire ne sert à rien. L’urgence va au soutien de l’offre et du crédit pour éviter des faillites d’entreprise en chaîne, ce qui suppose de privilégier des baisses effectives d’impôts et de charges d’une part, des garanties publiques permettant aux banques d’assurer le financement des entreprises - notamment des PME - d’autre part. Sur le plan technologique, le retard de l’Occident et plus encore de l’Europe sur l’Asie est flagrant ; il faut donc investir massivement dans la recherche et soutenir la relocalisation des activités stratégiques. La santé en fait assurément partie et sa stratégie doit être repensée de fond en comble, tant l’échec de son pilotage par le rationnement et la diminution de de la qualité des soins - contrepartie de sa gratuité généralisée - est patent et dangereux. Sur le plan stratégique, la crise du coronavirus démontre une nouvelle fois l’absurdité du repli sur les frontières nationales, du retrait chaotique des Etats-Unis du monde et des institutions multilatérales qui laisse le champ libre aux démocratures et aux djihadistes, de la désunion des démocraties et des Européens. Parce qu’elle touche à la santé des hommes, cette crise nous ramène à l’enjeu décisif des valeurs. Elle nous rappelle que la démocratie, avec tous ses défauts, demeure non seulement le seul régime qui respecte leur dignité mais aussi celui qui est le mieux à même de leur permettre de répondre aux risques globaux du XXIème siècle parce qu’elle repose ultimement sur leur engagement, leur intelligence et leur courage. 

Edouard Husson : Tout d'abord nous ne connaissons pas le taux de mortalité réelle. Il n'y a pas en Europe, du fait du sous-investissement dans les systèmes de santé, de capacité à tester massivement. L'Italie a été touchée précocement de par l'intensité de ses relations économiques avec la Chine. Ensuite la question est de savoir quelle est la meilleure réaction. Mettre tout le pays au ralenti, au risque de casser l'économie ? Ou bien laisser faire les actifs et aplliquer le confinement aux personnes âgées et aux sujets à risque? J'y reviens: le réflexe autarcique "fascisant" du gouvernement italien me semble une réponse absurde, digne des médecins de Molière administrant purge sur purge. La pseudo-compétence d'une Angela Merkel, qui affiche ses réflexes de scientifique alors qu'on lui demande d'être chancelière, ne vaut guère mieux: on n'attend pas de Madame Merkel qu'elle nous explique ce qui se passe mais qu'elle sauve l'économie européenne continentale. Comme Boris Johnson s'apprête à le faire pour la Grande-Bretagne grâce au budget du Brexit. 

Je ne crois pas du tout que nous assistions au déclin de l'Occident. Nous assistons à la fin -douloureuse - de ce qui paralyse la créativité occidentale: le mépris de la nation comme lieu privilégié de la création de valeur; le sous-investissement public; le monétarisme asphyxiant qu'on appelle ordo-libéralisme. Il ne faut pas oublier que le néo-libéralisme des années 1990 n'a été possible que par une alliance contre nature avec le post-maoïsme chinois. C'est cette hybridation monstrueuse qui est en train de vivre ses derniers instants.        

Propos recueillis par Edouard Roux

 

Nicolas Baverez a publié "L’Alerte démocratique" aux éditions de L’Observatoire en février 2020.

Edouard Husson a publié "Paris-Berlin : la survie de l'Europe" aux éditions Gallimard en novembre 2019. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 13/03/2020 - 15:43
L'UE du Traité de Lisbonne a
L'UE du Traité de Lisbonne a été créée par et pour les mondialistes. Et contre l'avis des populations (non-respect des référendums) https://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_Lisbonne Aujourd'hui, les réflexes qui jouent sont ceux de populations qui n'ont jamais consenti à ce hold-up de souveraineté. Il est temps, si l'UE ne veut pas mourir, qu'elle revienne au rêve de ses fondateurs : une Union des Nations qui s'apportent mutuellement le soutien de leurs différences.
spiritucorsu
- 12/03/2020 - 18:47
L'U.E.en phase terminale!
Pour ce qui est de la solidarité de la Chine avec l'Italie,on ignore souvent qu'il existe une importante communauté chinoise dans la péninsule,notamment au nord,des gens biens intégrés qui respectent leurs pays d'accueil(pas comme certains.)tout comme ceux qui vivent à Paris en particulier dans le XIIIème art.et dans d'autres quartiers,ce qui explique en partie ,ce geste d'entraide.En ce qui concerne l'U.E.,ses principes de base(sécurité,protection des personnes et de leurs droits,respect de la démocratie...)ayant été largement trahis et bafoués par des politiciens sans scrupule,elle est devenue une escroquerie intellectuelle et financière sous l'emprise d'un dogme qui maintient les peuples dans les chaînes.Avec le réveil de ces derniers,les britanniques ayant montré l'exemple et la phase de putréfaction s'accélérant sous l'effet du coronavirus,elle est appelée à disparaître.
clo-ette
- 12/03/2020 - 18:25
Socrate et Confucius
Socrate est à l'Occident ce que Confucius est à la Chine, il y a un humanisme et des droits de l'homme en Chine ce ne sont pas tout à fait les mêmes que les nôtres, la collectivité prime chez eux ,chez nous c'est l'individu . On aurait tort de mépriser la Chine, c'est une très vieille civilisation, encore faut-il la connaitre, lire "les entretiens de Confucius", d'Anne Cheng ( fille de François Cheng) et "Nourrir sa vie" de François Julien qui compare la pensée grecque et la pensée chinoise