En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 55 min 9 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 2 heures 34 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 2 heures 57 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 4 heures 8 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 21 heures 21 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 22 heures 9 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 22 heures 57 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 1 heure 56 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 3 heures 25 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 4 heures 5 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 4 heures 7 min
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 20 heures 50 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 21 heures 48 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 22 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 23 heures 20 min
Coronavirus

Covid- 19 : Pourquoi le coronavirus pourrait vous tuer même si vous ne l’attrapez jamais

Publié le 09 mars 2020
Avec la désorganisation du système de santé et le manque de places dans les hôpitaux, l'impact du Covid-19 pourrait être plus important qu'on ne le pense. En effet, faute de traitement adequat vous pourriez mourir du coronavirus sans même l'avoir attrapé.
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean de Kervasdoué est un économiste de la santé français, titulaire de la chaire d'économie et de gestion des services de santé du conservatoire national des arts et métiers (CNAM)et membre de l’Académie des technologies. Il a été directeur général des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Jean de Kervasdoué
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean de Kervasdoué est un économiste de la santé français, titulaire de la chaire d'économie et de gestion des services de santé du conservatoire national des arts et métiers (CNAM)et membre de l’Académie des technologies. Il a été directeur général des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec la désorganisation du système de santé et le manque de places dans les hôpitaux, l'impact du Covid-19 pourrait être plus important qu'on ne le pense. En effet, faute de traitement adequat vous pourriez mourir du coronavirus sans même l'avoir attrapé.

Atlantico : Le nombre de cas ne cesse d'augmenter ces derniers jours. Nos hôpitaux et autres infrastructures médicales ne risquent-elles pas d'être saturés prochainement ?

Stephane Gayet: On sait aujourd’hui qu’en France, le nombre de foyers épidémiques n’est plus contrôlable. C’est dire que petit à petit, tous les départements français devraient être touchés par le phénomène infectieux CoVid-19. Nous sommes de moins en moins en mesure d’identifier le cas index (le premier cas) lorsqu’un nouveau foyer épidémique se déclare.
Il est frappant de constater que les directives adressées par les autorités de santé aux professionnels de santé ainsi qu’aux établissements de santé sont changeantes, ce qui traduit les difficultés que le système de santé éprouve dans la gestion de cette infection à coronavirus SARS-CoV-2. La discipline n’est pas le point fort des Français, et les consignes rappelées tous les jours sont mal suivies. La prévention n’est pas culturelle en France ; notre système de santé est principalement tourné vers la médecine curative, mais c’est en train de se modifier peu à peu. Le refus des vaccins par une partie importante de la population témoigne d’une faible acceptation de cette méthode préventive pourtant d’une efficacité dépassant largement l’efficacité moyenne des traitements curatifs, à l’exception de quelques classes de médicaments comme les antibiotiques.

Il est aujourd’hui admis qu’un grand nombre de personnes infectées par le virus SARS-CoV-2 font une forme bénigne de la maladie, mais sont des disséminateurs de virus. D’où le caractère pratiquement incontrôlable de l’extension en France, en tenant compte de ce que nous avons vu. On considère qu’en moyenne une personne malade en contamine deux autres, et compte-tenu de la durée d’incubation de la maladie, le phénomène épidémique double toutes les semaines. Les décisions administratives de fermer des lieux de forte concentration humaine comme les écoles et d’interdire tous les événements sources d’attroupements vont dans le bon sens, car elles ont fait la preuve de leur efficacité.
Nous payons également notre manque d’adhésion à la vaccination grippale, car l’épidémie saisonnière de grippe est active actuellement et la circulation concomitante des deux virus complique le repérage et la gestion des cas de CoVid-19. De plus, il faut s’attendre à ce qu’une personne malade de la grippe et simultanément contaminée par le SARS-CoV-2, présente une forme plus sévère de CoVid-19 (co-infections).

Concernant l’aptitude de l’offre de soins française à prendre en charge en hospitalisation tous les malades le nécessitant, cela risque en effet d’être fortement tendu. Parmi les mesures de maîtrise de l’augmentation des dépenses de santé, notre pays a fait le choix d’une réduction régulière du nombre de lits d’hospitalisation, depuis plusieurs années. Si la répartition décrivant 80 % de formes bénignes, 15 % de formes nécessitant une hospitalisation et 5 % de formes graves se vérifiait en France, la prise en charge de ces 5 % serait plus que scabreuse. Concernant les 15 %, dans la mesure où il n’existe à ce jour aucun traitement curatif, on sera sûrement amené à récuser l’indication de l’hospitalisation pour un grand nombre.

Jean De Kervasdoue: L’épidémie du coronal virus montre que nous avons un système organisé comparé à celui d’autres pays comme les Etats -Unis`. Ce virus génère seulement pour une petite partie des personnes touchées une nécessité d’aller aux urgences. Si les gens font preuve d’un minium de citoyenneté et respectent la consigne du gouvernement et des médecins de ne pas se rendre à l’hôpital si l’on soupçonne un cas de coronavirus , tout devrait bien se passer.

Notre système hospitalier est-il suffisamment préparé à de telles crises épidémiques ? Peut-il anticiper les prochains jours d'épidémie ? Avons-nous suffisamment de place et de matériel ?

Stephane Gayet: Notre système hospitalier est sous tension depuis plusieurs années. A côté de notre organisation sanitaire administrative, du maillage territorial et des plans de crise qui prévoient de façon très détaillée - sur le papier - la façon de répondre à un phénomène épidémique, ce sont les équipements de soins (lits, respirateurs) qui risquent d’être en nombre insuffisant. Et sans parler des effectifs des équipes médico-paramédicales qui sont en souffrance permanente dans la quasi-totalité des établissements de santé publics.
On peut dire que notre système hospitalier est apte à faire face à des épidémies localisées, en raison notamment du bon fonctionnement de l’aide apportée par les régions non touchées aux régions touchées. Mais la gestion d’une épidémie de niveau national, surtout si elle s’inscrit dans une pandémie (difficultés dans ce cas à faire fonctionner l’entraide entre les pays), est critique. Car le dimensionnement toujours en réduction régulière du nombre des équipements de soins est aux antipodes d’une bonne capacité de réponse à ce type de situation. Le volet le plus critique sera probablement le nombre de respirateurs disponibles (les 5 % de formes graves nécessitent le plus souvent une assistance ventilatoire) ; ce qui conduit certaines personnes à se dire : « Sachant que l’infection CoVid-19 est en voie de s’étendre à tout le territoire, il est mieux d’être contaminé actuellement, alors qu’il y a encore beaucoup de respirateurs disponibles, que dans un ou deux mois. »
On peut affirmer que le nombre de décès en Chine dans la région source du départ de l’épidémie a été aussi élevé du fait d’une incapacité de l’offre de soins à absorber tous les malades graves en même temps.

Jean De Kervasdoue: Les cas de détresse respiratoire que déclenche le coronavirus conduisent inévitablement les patients en salle de réanimation. 

En France, il y a 4500 lits disponibles dans les hôpitaux publics, auxquels s’ajoutent 500 lits dans le privé. À l’heure actuelle, 54 lits sont occupés dans le privé  et 258 dans les hôpitaux publics. Donc pour l’instant nous pouvons faire face à une augmentation du nombre de cas. 

En revanche, cela peut commencer si on dépasse 1000 personnes en services de réanimation. Cela sera le cas si on atteint 20 000 à 30 000 porteurs de virus. Et à mes yeux, c’est un scénario hautement probable auquel il faut se préparer dès aujourd’hui.

Les autres services peuvent-ils finir par être délaissés au profit du coronavirus ?

Stephane Gayet: C’est plus que probable compte-tenu des données épidémiologiques que nous avons vues. S’agissant des interventions de chirurgie non urgente (interventions dites réglées), on pourra les différer bien sûr sans trop de difficultés. Mais quant aux lits de médecine de cardiologie, oncologie (cancérologie), soins continus…, ils seront probablement réquisitionnés.
Fatalement et bien que cette affirmation ne soit pas politiquement correcte, on peut dire qu’il y aura une perte de chance pour un nombre plus ou moins grand de malades souffrant d’une autre pathologie que de l’infection CoVid-19. Car pour beaucoup de maladies évolutives, un retard de prise en charge thérapeutique aggrave le pronostic.
La définition des priorités sera délicate.
Et notre système hospitalier sortira de cette crise, encore plus affaibli.

Qu'en est-il pour les autres pays européens ? 

Stephane Gayet: C’est la même situation qu’en France. L’Italie, avec ses presque 6000 cas et ses plus de 200 morts, vit une situation tout à fait critique. Des mesures drastiques ont été décidées ; on va même jusqu’à interdire les cérémonies religieuses, telles que les mariages et les enterrements ; au moins 15 millions de personnes dans le nord du pays sont confinées en quarantaine.

Les autres pays européens et la Suisse connaissent la même crise sanitaire, à des degrés variés. La gestion de cette crise est très délicate et il ne fait pas bon être ministre de la santé actuellement.
Plusieurs pays seraient prêts à agir comme l’Italie, mais avec la crainte d’un fort préjudice économique. Cependant, tout compte fait, c’est peut-être la bonne solution. On souhaite aux autorités de santé d’être bien inspirées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

02.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 11/03/2020 - 10:40
@ajm
Hier il y a eu 135 morts pour la Lombardie, peuplée de 10 millions. Rapporté à la taille de la France cela ferait 904, pour un an 333 000 morts ( à comparer avec 10000 morts annuels de la grippe).
Certes il y aura peut être moins de morts, ou peut être plus , surtout que c'est une maladie à "effet de levier" c'est à dire que si le nombre de malades est multiplié par 10, le nombre de mort augmentera beaucoup plus . En effet les chiffres qui circulent sont 80 % de cas bénins, et le reste devant être hospitalisés avec 5 % sous assistance respiratoire. Si les cas graves bénéficient des soins adéquats la mortalité ne serait que de 2 %, si non elle monte vite ( presque 4 % en Chine, avec poutant seulement 80 000 malades) : difficile d'imaginer ce que ce serait avec un stade épidémique.
On voit les effets sur les bourses, on imagine les effets politiques.
Cà risque d'être l'événement le plus important depuis l'effondrement chaotique du bloc de l'est.
Après vous pouvez penser qu'il y a des choses plus importantes à parler ici ( comme quoi ? comme la performance de Foresti qui a fait sortir de ses gonds Rayski ?)
moneo
- 10/03/2020 - 12:31
Corona viru smort sur ordonnace
En Italie on trie selon l'âge... c'est ce qui nous attend. Autre problème on va mourir parce que d'autres pathologies ne seront pas prises ou trop tard au service des urgences qui sera dépassé. compte tenu de la grippe toujours présente impossible au départ de faire la différence, d'ou déjà de patients complètement désorientés ou la médecine généraliste et le 15 s e renvoient la balle.. il peut y avoir des exemple cocasses ou tragiques.pour d es raison d'argent le pSG va rencontrer Dortmund demain soir .Mbappé officiellement est malade /mal à la gorge . avec température. question Grippe ? angine? Corona virus ? le PSG sait Mais en cas de Corona que va t il faire? parce que c'est toute l'equipe, ;les entraineurs ;tout le personnel qui est menacé... du coup faire les matchs c'est la possibilité de contaminer l'équipe Allemande ...
ajm
- 09/03/2020 - 23:38
Limitation d'articles sur le même sujet
Pourrait-on limiter à 4 ou 5 maximum le nombre d'article quotidien sur ce foutu corona-virus ?