En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 33 min 22 sec
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 2 heures 4 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 2 heures 6 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; La maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 2 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 14 heures 16 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 16 heures 46 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 18 heures 38 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 19 heures 13 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 1 heure 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 2 heures 4 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 14 heures 34 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 18 heures 9 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 18 heures 50 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 19 heures 42 min
© LILLIAN SUWANRUMPHA / AFP
© LILLIAN SUWANRUMPHA / AFP
Conclusions hâtives

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

Publié le 27 février 2020
L’épidémie de Coronavirus et son impact sur l’économie mondiale ont vite inspiré des réflexions sur les méfaits du libre-échange et de l’intégration des chaînes de production mondiale. Voici une radioscopie des questions que nous avons effectivement intérêt à nous poser…
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’épidémie de Coronavirus et son impact sur l’économie mondiale ont vite inspiré des réflexions sur les méfaits du libre-échange et de l’intégration des chaînes de production mondiale. Voici une radioscopie des questions que nous avons effectivement intérêt à nous poser…

Atlantico.fr : Le coronavirus est perçu par certains comme une preuve des limites de la mondialisation, notamment sur la question des frontières. Qu’en est-il réellement ? Quelles conclusions seront tirées de cette crise majeure et de son impact planétaire ?

Mathieu Mucherie : Il y des bonnes façons d’attaquer la mondialisation, ou du moins de la questionner, mais là c’est la façon la plus atrocement stupide. Nous sommes dans une affaire que je le crois est multiséculaire et qui précède très largement ce qu'on a appelé la mondialisation, il y a 40 ans. Ou alors on ne parle pas de mondialisation, on parle de  l'internationalisation des échanges qui existe depuis la période romaine ! Depuis la nuit des temps il y a toujours eu des échanges commerciaux : le long de la route de la soie, sur toutes les voies romaines il y avait des épidémies et même des pandémies, on va pas refaire de toute l'histoire de la peste ! C'est complètement idiot de lier ça à la mondialisation, par rapport à l'époque pré mondialisée, c'est à dire, par exemple, le 14e siècle. Je pense qu'on peut dire qu'aujourd'hui, des épidémies frappent à hauteur de quelques milliers de morts et non plus quelques millions, alors que la population, par ailleurs, entre temps, a été multipliée par dix où par vingt.

C'est complètement idiot de faire un lien entre la mondialisation « libérale », ce qu'on observe depuis quarante ans c’est-à-dire la massification des échanges internationaux, l'interpénétration sans cesse croissante, etc… Et les grands mouvements de santé et les choses liées au virus, ça n'a pas de sens. Évidemment, le transport aérien, qui est l'un des vecteurs de cette mondialisation, est vecteur de transmission. Mais puisque l’on peut dire ça d'à peu près tout ce qui permet de voler, d'échanger, de conduire en France…on va accuser la voiture parce qu'il y a des gens qui se pulvérisent sur les platanes? Quand on invente la voiture, on invente que l'accident de voiture.

Effectivement, la mondialisation a favorisé le développement de la logique épidémique mais développe aussi la richesse de ces peuples-là qui lui permet de mieux lutter contre les épidémies ! Par exemple, quand le président chinois a déclaré que c'est la plus grave épidémie depuis 1949 en Chine, je suis persuadé que non. C'est la plus grave épidémie, reconnue, depuis 1949, la mieux traitée etc… Mais dans un pays où il y a eu 15 millions de morts au moment du Grand Bond en avant et 25 millions de morts au moment de la révolution culturelle, ça m'étonnerait qu'on ait à faire à la plus grave épidémie en Chine depuis 1949. Simplement le fait que ce soit mondialisé, le fait que ce soit aussi au passage médiatisé, le fait que ce soit quelque part internationalisé oblige les chinois, à intervenir tout de suite massivement, à faire des quarantaines, etc. Ça permet de limiter le nombre de morts, chiffre finalement qui sera limité à 10000. Et alors que n'importe quelle autre épidémie de cette nature là, il y a 50 ans, il y a 500 ans, fait 10 fois plus de morts. 

Le fait d'avoir des économies spécialisées ne peut pas favoriser les difficultés liées aux blocages provoqués par l’épidémie ? 

Vous êtes un peu dans l’idée du flux tendu, ce qu'on appelle le toyotisme. C'est une économie tout à fait réticulaire. S'il y a un maillon de la chaîne qui saute, est neutralisé ou mis en quarantaine, tous les maillons de la chaîne vont être perturbés. C'est parce que les grandes chaînes de valeur mondiales se sont organisées comme ça depuis 40 ans, ce qu’on appelle la défragmentation des chaînes de valeur, c'est à dire leur fragmentation extrême. On a trouvé que c'était une façon résiliante d'organiser les échanges de faire en sorte que dans un objet il y ait 800 fournisseurs ou sous traitants. Ils sont en interaction complexe les uns avec les autres. Et ce genre de virus nous expose effectivement à des perturbations de valeurs globales et donc une petite affaire comme par exemple le manque de tel ou tel matériau comme le palladium ou le thorium peut éventuellement avoir des conséquences en cascade sur tout un tas d'objets, sur la fabrication de tout un tas de choses. 

Mais là nous parlons de la Chine. Elle n’est pas particulièrement spécialisée, elle fait de tout. La province de Hubei, qui doit avoir 50 millions d’habitants est vaguement spécialisée. Il y a un petit peu plus de construction automobile qu’ailleurs. 

On ne peut donc pas dire qu'on est dans une crise de l'hyper spécialisation. Je ne pense pas. Là, on a plutôt affaire à une province plutôt généraliste. Il n’y a pas un secteur qui est particulièrement embêté. Tous les secteurs sont touchés et en réalité, les secteurs qui sont le plus perturbés sont les secteurs plutôt globaux, par exemple, le tourisme. Les Chinois ne viennent plus à Venise ou aux Galeries Lafayette, mais se ne sont pas des éléments d'hyper spécialisation. C'est plutôt la Chine prise comme un bloc finalement. 

Depuis quelques années, il y a une logique qui s'est développée, encore embryonnaire, celle du retour dans l'intégration, de retour de l'intégration verticale, de l'intégration extrême. Le meilleur exemple étant Tesla ou encore mieux, SpaceX. Ce sont des boites qui désormais decident de faire elle même quatre vingt pour cent de leurs objets, de leurs fusées, de leurs automobiles… Ce sont des mouvements qui commencent à apparaître. Et effectivement, des logiques du type virus peuvent être un argument supplémentaire pour pousser à une intégration plus verticale, plus radicale. Le contre exemple qui en a d’ailleurs souffert c'est Apple. Apple qui dépend de Foxconn, Foxconn qui dépend de quelques usines en Chine. Et du coup, de fil en aiguille, on peut se retrouver à ne plus avoir actuellement de téléphone portable dans quelques mois…. Malgré tout, les sous traitants font ce qu'ils peuvent, les chaînes de valeur sont relativement globalement résiliente et ont fini par y arriver.

Je ne pense pas que l'intégration verticale soit la grande réponse, c’est une parmi d'autres pour un certain type d’entreprises, notamment les entreprises sur le segment de la très haute qualité qui veulent absolument tout contrôler. C'est à surveiller, par contre, ce que ça serait intéressant de voir dans 10 ans, dans 20 ans, si des boites SpaceX ou Tesla font des émules, ça sera intéressant. Mais je ne pense pas que les histoires de virus soient dans le top 3 ou top 4 des raisons pour lesquelles cette logique de retour de l'intégration passe.

Même pour ce qui concerne les productions importantes mais souvent délocalisées comme celles des médicaments ? On peut donc se passer de certaines régions du monde ? 

Je ne suis pas un spécialiste, mais j'ai l'impression que dans le domaine de la pharma, ce qui compte vraiment, c'est les cerveaux. C'est toute la partie recherche. Ça, c'est vraiment très important. Et c'est plutôt défragmenté sur des gens qui travaillent à partir de publications à comité de lecture. Ça se passe un petit peu entre la Corée du Sud, la Californie et l'Europe, si vous voulez. Et je pense pas que ça soit hyper hyper concentré en un point.

Par contre, si la production est touchée, en Inde par exemple… Mais le grand avantage de la production c'est que ça prend quelques mois, mais ça se substitue plus vite, ça se remplace. Produire des vaccins, c'est toute une affaire en matière de logistique. C'est une affaire en termes de recherche et développement. Je ne pense pas, par contre, que ce soit très, très compliqué pour une boite américaine ou européenne de reprendre la main sur la partie production de vaccins.

Ce qu'on a mis le plus souvent un peu loin, au milieu de la chaine de valeur au niveau de la production. C'est probablement là où il y a le plus de candidats possibles. Donc, s'il y a un moment, il y a un Chinois qui ne peut plus produire, on peut être à peu près certain qu’un Vietnamien va pouvoir se substituer. Mais cela c’est à l'échelle locale, de secteur. Si cela se produit à l’échelle macro, c'est à dire que toute la Chine ne peut plus produire. Là, c'est très embêtant. Parce qu'on ne peut pas remplacer la Chine comme ça au pied levé. Si c'est une province chinoise ou un sous segment chinois ou un secteur chinois, ça, par contre, on peut trouver des Thaïlandais ou des Mexicains qui feront le job.

Si ça prend des proportions énormes je suis premier à dire qu'on ne peut pas remplacer la Chine. On pourrait pas facilement remplacer Taïwan non plus. C'est dire qu'il y a trop de production de semi-conducteurs. Regardez vos objets sans Taïwan c’est très compliqué. Vous avez quelques pays ou quelques quelques sites, par exemple, qui sont cruciaux. Il ne faut pas qu'il arrive, par exemple, un énorme tremblement de terre du côté de la Silicon Valley, parce que ça serait embêtant.

Aujourd'hui, vous avez 60 des actifs financiers mondiaux, quels qu'ils soient, qui sont localisés à New York. Si jamais New York est engloutie par un raz de marée, c'est embêtant, c'est génant. Souvenez vous que ce qui faisait vraiment flipper les financiers le 11 septembre 2001 ce n'était pas les deux tours qui n’avaient pas un immense intérêt, ni le nombre de morts parce qu'ils s'en foutaient complètement. Ce qui était très embêtant, c'est qu'on avait peur que le bâtiment de la Fed de New York soit atteint, car en dessous il y a les réserves d'or mondiales.

Il y a quelques endroits qui sont très particuliers. Il y a quelques sous secteurs où quelques pays qui sont plus névralgiques que d'autres, mais tant que ça reste à une certaine échelle, tant qu'on est pas dans un scénario Walking Dead, c'est perturbant mais les chaînes de valeur sont plus résiliente qu'on le croit. Les sous traitants, on arrive vraiment à les mettre en concurrence avec les autres. Et puis, je serais très cynique. Je serais tenté de dire qu’en Asie on revient à l’usine assez vite, on arrive à trouver le moyen de forcer les gens à revenir. En Chine, elles ont rouvertes dès la semaine dernière. Evidemment, en France, ça serait trop tôt. Elles ne rouvriraient pas. C'est clair.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 26/08/2020 - 22:20
Forme et fond!
Des idées dans un charabia que même le plus mauvais programme de synthèse vocale n'osrait cracher!
Mais Atlantico, SI!
pierre de robion
- 26/08/2020 - 22:11
Chère Senorita,
Quand vous écrivez "Il faut privilégier, à l'achat, les produits fabriqués ''en France'': cela favorise notre agriculture et nos industries....", je m'aperçois que votre ignorance n'a d'égale que votre naïveté!
Mais chère Madame, on ne fabrique plus rien en France, tout vient d'Asie, d'Allemagne, d'Italie ou même d'Espagne, sinon des USA!
Le déficit abyssal de notre balance commerciale en est la preuve éclatante!
Or sans l'Euro et le soutien de la BCE et donc de l'Allemagne nos magasins seraient vides comme en Yougoslavie sous Tito!
Les "eurosceptiques " devtaient y réfléchir!
Et puis qui peut se payer une chemise made in Francee à 180€? Vous? Pas moi en tout cas!
tubixray
- 28/02/2020 - 09:58
Mondialisation piège à c--
Tiens donc, mais l'Europe alors ?... Ne nous avait on pas promis une zone de libre échange, de paix et de prospérité ?
Il y a eu certes un transfert industriel vers les pays de l'est mais surtout l'entrée en force de la mondialisation avec les plus grandes marques qui vendent au même prix des produits dont le coût de revient a été divisé par 10 en 30 ans.
La ligne ferroviaire de fret Wuhan / Dourges (pas de Calais) est désormais arrêtée. On y apprend qu'il contient des stocks destinés à Decathlon mais que Danone serait aussi concerné ......
Que les naïfs portant un sac à dos vendu 5 € se posent des questions.
Quant à Danone, les informations sont plus vagues ... à creuser.