En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 8 min 41 sec
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 1 heure 33 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 2 heures 50 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 5 heures 48 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 7 heures 31 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 8 heures 36 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 30 min 56 sec
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 2 heures 2 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 3 heures 26 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 5 heures 59 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 6 heures 48 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 8 heures 43 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 19 heures 11 min
© Jean-Pierre MULLER / AFP
© Jean-Pierre MULLER / AFP
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

Publié le 22 février 2020
L’ouverture du salon de l’agriculture ne va pas échapper à l’inévitable manifestation des militants écologiques qui vont, comme d’habitude, protester contre les pratiques des agriculteurs alors qu’ils devraient en faire leurs alliés. Le monde de l’agro-alimentaire et celui de l’écologie sont condamnés à s’entendre.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’ouverture du salon de l’agriculture ne va pas échapper à l’inévitable manifestation des militants écologiques qui vont, comme d’habitude, protester contre les pratiques des agriculteurs alors qu’ils devraient en faire leurs alliés. Le monde de l’agro-alimentaire et celui de l’écologie sont condamnés à s’entendre.

Le salon de l’agriculture va une fois de plus être l’occasion de voir s’affronter les hordes de nouveaux consommateurs, plus ou moins épaulés par les écologistes et les agriculteurs inquiets ou en colère contre les mutations incohérentes et le laxisme des politiques qui ne songent  qu’à une chose, préserver leur capital électoral.

Les nouveaux consommateurs existent bien sûr. Ils sont d’âges très différents, il appartiennent à divers catégories socio-professionnelles et lieux de vie, ils habitent la ville ou la campagne mais on sait qu’une mutation est en marche. Mais très difficile de dresser de typologies. Les hommes de marketing se prennent la tête pour les définir et les regrouper. Ils sont tellement contradictoires dans leurs attitudes et dans leurs choix.

Il y a des “repentis” qui ont radicalement changé leur alimentation pour raison de santé ou d’éthique, il y a des “épicuriens” qui privilégient leur plaisir mais y intègrent certaines préoccupations nutritionnelles, en passant par les pragmatiques, qui se concentrent sur leur pouvoir d’achat.

Enfin, il y a aussi la majorité des écologistes qui achètent bio, naturel ou circuit court. Par gout, par idéologie. Mais globalement, beaucoup des écolos et des nouveaux consommateurs se rejoignent pour remettre en question le modèle dominant de production et de distribution des produits agro-alimentaires. Le digital et les réseaux sociaux ont facilité le développement de tous ces courants. La critique porte sur la grande distribution, mais fait aussi et surtout le procès des agriculteurs.

Au moment du salon de l’agriculture, les enfants de la ville vont venir caresser les animaux de la campagne et leurs parents vont gouter les produits du terroir, mais dans les tribunes politiques et les salons parisiens du 11eme arrondissement ou d’ailleurs, on va continuer de taper sur les agriculteurs et plus généralement sur le monde paysan. Sympathiques, pittoresques mais ... paysans quand même !

Quelle erreur, quelle bêtise que de taper sur les agriculteurs en les accusant de tous les maux dont souffre la planète. Quand on reprend ce que leur reprochent les différentes chapelles de l’écologie, des ayatollahs aux militants de l‘écologie, on hallucine.

Les agriculteurs sont coupables de tout et de n’importe quoi. Pêle-mêle, si on fait l’inventaire, il ressort un acte d’accusation qui n’en finit pas. Ils sont coupables de tout : 

-D’empoisonner la terre de nos pères en la gavant de glyphosate donc ils sont responsables de l’apparition des perturbateurs endocriniens et donc de la multiplications des différents formes de cancers.

-De détruire les équilibres naturels en accélérant la déforestation pour dégager des terres cultivables.  

-De modifier les espèces végétales à des fins de productivité ou de marketing.

-D’être les plus gros émetteurs de gaz à effets de serre.  

-De ne pas entretenir la nature pour le bien des générations futures mais pour satisfaire les appétits à court terme des fonds d’investissement.

-De bloquer les prix des terres ici, mais de favoriser la spéculation à la hausse ailleurs.  

-De raréfier le terrains à bâtir ou d’obliger les populations à s’entasser dans des métropoles surdensifiées etc .. Sans parler de leur obsession structurelle à réclamer des aides et des subventions.

Alors le monde agricole n’a certes rien à voir avec celui des bisounours. En un demi siècle, il a du assumer tant bien que mal une des plus formidables mutations structurelles.

L’agriculture française a du faire face à une augmentation de la demande intérieure et extérieure considérable, les entreprises ont assumé les progrès technologiques, les innovations scientifiques et les conséquences sociales d’une telle transformation.

Le résultat est que le monde agricole a du (et doit encore) résoudre une équation qui ressemble fort à la quadrature du cercle.

Il doit à la fois produire des biens alimentaires et l’enjeu aujourd’hui est mondial parce qu’on sait très bien que les grandes zones de population ne sont pas toutes auto-suffisantes. Il faut donc, pour éradiquer les risques de famine ou de malnutrition, organiser des approvisionnements (que ça relève du marché ou de l’organisation des gouvernements).

Mais  dans le même temps, le monde agricole doit répondre à des exigences de qualité. Qualités nutritives, sanitaires et esthétiques.

Parallèlement, il doit protéger et entretenir cette nature qui peut s’abimer ou s’épuiser.

Enfin, le monde agricole doit remplir ces missions à un cout qui soit supportable par le consommateur et suffisant pour le faire vivre décemment. Et c’est bien là où le bât blesse. Parce que ce consommateur ne veut pas ou ne peut pas toujours payer le juste prix de revient de ses biens alimentaires mais il exige une campagne impeccablement entretenue et habitée.

Les écologistes sont en majorité partis en guerre contre le monde des paysans alors qu’ils auraient intérêt à s’en faire des alliés et réciproquement. Les écologistes n‘ont évidemment pas tort dans leur combat mais ils ne tiennent pas compte des contraintes auxquelles sont confrontés les agriculteurs.

1ère : la population mondiale ne pourra pas en totalité manger bio. Les rendements bio ne le permettraient pas, loin s’en faut. Les pouvoirs d’achat non plus. Les mouvements écologiques sont donc complètement utopiques s’ils persistent à faire du prosélytisme dans ce sens. La Food révolution est inéluctable mais elle implique une période de transition qu’il faut accepter de gérer.

2ème : le consommateur à sans doute envie de modifier ses modes alimentaires. Moins de protéines animales et plus de protéines végétales. Mais les agriculteurs ne sont pas contre évidemment, encore faut-il cesser de culpabiliser les éleveurs qui garderont leur place.

3ème : le consommateur a besoin de qualité et de plaisir. L’agriculteur le sait et beaucoup d’entre eux ont compris que leur survie passait par la production de produits haut de gamme, labellisés et marketés, d’où le succès des produits de marques, de terroir. Si seulement les écologistes qui protègent la planète se battaient avec la même énergie pour le plaisir et le goût d’y vivre.  

4ème : le monde agricole a un immense atout dont il ne profite guère dans son combat quotidien contre ses adversaires. Cet atout, c’est la qualité de sa formation scientifique et la qualité de son enseignement. L‘enseignement agricole française est en marge de l’Education nationale dont il ne dépend pas administrativement. C’est un des mieux organisés dans le monde. Avec ses lycées agricoles, ces BTS et son réseau d’école ingénieurs agro de très haut niveau. Les produits de cet enseignement sont partout dans l’économie. On les trouve dans toutes les branches de l’agriculture (productions animales ou végétales), dans l’industrie agro-alimentaire, également dans la pharmacie, l‘industrie agro-chimique, dans la banque, les fonds d’investissement  et, chose beaucoup moins connue, dans l'assainissement, l’irrigation et tout ce qui touche à l’environnement où les agro sont incontournables.

« La Food révolution » est une aventure qui est née sur la paillasses des écoles d’ingénieurs agro. Les mouvements écologiques s’en sont souvent emparés. Ils ont eu raison. L’erreur est d’en faire une idéologie de transformation du système économique parce que ça n’est pas l’objet.

La Food Révolution est en germe évidemment. Elle va toucher les grandes marques de l’alimentaire, les réseaux de la grande distribution et le monde agricole.  Il faudra donc que chacun se regarde dans son miroir et se penche sur son expérience et sa valeur ajoutée. Il faudra évidemment que chacun réfléchisse à sa raison d’être ( qui n’est pas seulement une mode ) et à la mise en place de nouvelles façon de travailler et d’innover, collaboratives, empathiques.

Mais au final, les uns comme les autres, producteurs, consommateurs écologistes ou pas, ne peuvent pas oublier que le changement a forcément un fondement scientifique et que les faits éclairés par la science sont têtus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires