En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Coronavirus : Il y en a certains (et c’est déjà beaucoup trop) qui croient que c’est le Mossad !

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Covid-19

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 39 min 37 sec
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 1 heure 4 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 8 heures 14 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 14 heures 38 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 1 jour 24 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 19 heures 38 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 58 min 22 sec
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 1 heure 11 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 2 heures 13 sec
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 2 heures 21 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 7 heures 51 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 13 heures 31 min
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 16 heures 31 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 18 heures 58 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 20 heures 57 min
© Jean-Pierre MULLER / AFP
© Jean-Pierre MULLER / AFP
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

Publié le 22 février 2020
L’ouverture du salon de l’agriculture ne va pas échapper à l’inévitable manifestation des militants écologiques qui vont, comme d’habitude, protester contre les pratiques des agriculteurs alors qu’ils devraient en faire leurs alliés. Le monde de l’agro-alimentaire et celui de l’écologie sont condamnés à s’entendre.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’ouverture du salon de l’agriculture ne va pas échapper à l’inévitable manifestation des militants écologiques qui vont, comme d’habitude, protester contre les pratiques des agriculteurs alors qu’ils devraient en faire leurs alliés. Le monde de l’agro-alimentaire et celui de l’écologie sont condamnés à s’entendre.

Le salon de l’agriculture va une fois de plus être l’occasion de voir s’affronter les hordes de nouveaux consommateurs, plus ou moins épaulés par les écologistes et les agriculteurs inquiets ou en colère contre les mutations incohérentes et le laxisme des politiques qui ne songent  qu’à une chose, préserver leur capital électoral.

Les nouveaux consommateurs existent bien sûr. Ils sont d’âges très différents, il appartiennent à divers catégories socio-professionnelles et lieux de vie, ils habitent la ville ou la campagne mais on sait qu’une mutation est en marche. Mais très difficile de dresser de typologies. Les hommes de marketing se prennent la tête pour les définir et les regrouper. Ils sont tellement contradictoires dans leurs attitudes et dans leurs choix.

Il y a des “repentis” qui ont radicalement changé leur alimentation pour raison de santé ou d’éthique, il y a des “épicuriens” qui privilégient leur plaisir mais y intègrent certaines préoccupations nutritionnelles, en passant par les pragmatiques, qui se concentrent sur leur pouvoir d’achat.

Enfin, il y a aussi la majorité des écologistes qui achètent bio, naturel ou circuit court. Par gout, par idéologie. Mais globalement, beaucoup des écolos et des nouveaux consommateurs se rejoignent pour remettre en question le modèle dominant de production et de distribution des produits agro-alimentaires. Le digital et les réseaux sociaux ont facilité le développement de tous ces courants. La critique porte sur la grande distribution, mais fait aussi et surtout le procès des agriculteurs.

Au moment du salon de l’agriculture, les enfants de la ville vont venir caresser les animaux de la campagne et leurs parents vont gouter les produits du terroir, mais dans les tribunes politiques et les salons parisiens du 11eme arrondissement ou d’ailleurs, on va continuer de taper sur les agriculteurs et plus généralement sur le monde paysan. Sympathiques, pittoresques mais ... paysans quand même !

Quelle erreur, quelle bêtise que de taper sur les agriculteurs en les accusant de tous les maux dont souffre la planète. Quand on reprend ce que leur reprochent les différentes chapelles de l’écologie, des ayatollahs aux militants de l‘écologie, on hallucine.

Les agriculteurs sont coupables de tout et de n’importe quoi. Pêle-mêle, si on fait l’inventaire, il ressort un acte d’accusation qui n’en finit pas. Ils sont coupables de tout : 

-D’empoisonner la terre de nos pères en la gavant de glyphosate donc ils sont responsables de l’apparition des perturbateurs endocriniens et donc de la multiplications des différents formes de cancers.

-De détruire les équilibres naturels en accélérant la déforestation pour dégager des terres cultivables.  

-De modifier les espèces végétales à des fins de productivité ou de marketing.

-D’être les plus gros émetteurs de gaz à effets de serre.  

-De ne pas entretenir la nature pour le bien des générations futures mais pour satisfaire les appétits à court terme des fonds d’investissement.

-De bloquer les prix des terres ici, mais de favoriser la spéculation à la hausse ailleurs.  

-De raréfier le terrains à bâtir ou d’obliger les populations à s’entasser dans des métropoles surdensifiées etc .. Sans parler de leur obsession structurelle à réclamer des aides et des subventions.

Alors le monde agricole n’a certes rien à voir avec celui des bisounours. En un demi siècle, il a du assumer tant bien que mal une des plus formidables mutations structurelles.

L’agriculture française a du faire face à une augmentation de la demande intérieure et extérieure considérable, les entreprises ont assumé les progrès technologiques, les innovations scientifiques et les conséquences sociales d’une telle transformation.

Le résultat est que le monde agricole a du (et doit encore) résoudre une équation qui ressemble fort à la quadrature du cercle.

Il doit à la fois produire des biens alimentaires et l’enjeu aujourd’hui est mondial parce qu’on sait très bien que les grandes zones de population ne sont pas toutes auto-suffisantes. Il faut donc, pour éradiquer les risques de famine ou de malnutrition, organiser des approvisionnements (que ça relève du marché ou de l’organisation des gouvernements).

Mais  dans le même temps, le monde agricole doit répondre à des exigences de qualité. Qualités nutritives, sanitaires et esthétiques.

Parallèlement, il doit protéger et entretenir cette nature qui peut s’abimer ou s’épuiser.

Enfin, le monde agricole doit remplir ces missions à un cout qui soit supportable par le consommateur et suffisant pour le faire vivre décemment. Et c’est bien là où le bât blesse. Parce que ce consommateur ne veut pas ou ne peut pas toujours payer le juste prix de revient de ses biens alimentaires mais il exige une campagne impeccablement entretenue et habitée.

Les écologistes sont en majorité partis en guerre contre le monde des paysans alors qu’ils auraient intérêt à s’en faire des alliés et réciproquement. Les écologistes n‘ont évidemment pas tort dans leur combat mais ils ne tiennent pas compte des contraintes auxquelles sont confrontés les agriculteurs.

1ère : la population mondiale ne pourra pas en totalité manger bio. Les rendements bio ne le permettraient pas, loin s’en faut. Les pouvoirs d’achat non plus. Les mouvements écologiques sont donc complètement utopiques s’ils persistent à faire du prosélytisme dans ce sens. La Food révolution est inéluctable mais elle implique une période de transition qu’il faut accepter de gérer.

2ème : le consommateur à sans doute envie de modifier ses modes alimentaires. Moins de protéines animales et plus de protéines végétales. Mais les agriculteurs ne sont pas contre évidemment, encore faut-il cesser de culpabiliser les éleveurs qui garderont leur place.

3ème : le consommateur a besoin de qualité et de plaisir. L’agriculteur le sait et beaucoup d’entre eux ont compris que leur survie passait par la production de produits haut de gamme, labellisés et marketés, d’où le succès des produits de marques, de terroir. Si seulement les écologistes qui protègent la planète se battaient avec la même énergie pour le plaisir et le goût d’y vivre.  

4ème : le monde agricole a un immense atout dont il ne profite guère dans son combat quotidien contre ses adversaires. Cet atout, c’est la qualité de sa formation scientifique et la qualité de son enseignement. L‘enseignement agricole française est en marge de l’Education nationale dont il ne dépend pas administrativement. C’est un des mieux organisés dans le monde. Avec ses lycées agricoles, ces BTS et son réseau d’école ingénieurs agro de très haut niveau. Les produits de cet enseignement sont partout dans l’économie. On les trouve dans toutes les branches de l’agriculture (productions animales ou végétales), dans l’industrie agro-alimentaire, également dans la pharmacie, l‘industrie agro-chimique, dans la banque, les fonds d’investissement  et, chose beaucoup moins connue, dans l'assainissement, l’irrigation et tout ce qui touche à l’environnement où les agro sont incontournables.

« La Food révolution » est une aventure qui est née sur la paillasses des écoles d’ingénieurs agro. Les mouvements écologiques s’en sont souvent emparés. Ils ont eu raison. L’erreur est d’en faire une idéologie de transformation du système économique parce que ça n’est pas l’objet.

La Food Révolution est en germe évidemment. Elle va toucher les grandes marques de l’alimentaire, les réseaux de la grande distribution et le monde agricole.  Il faudra donc que chacun se regarde dans son miroir et se penche sur son expérience et sa valeur ajoutée. Il faudra évidemment que chacun réfléchisse à sa raison d’être ( qui n’est pas seulement une mode ) et à la mise en place de nouvelles façon de travailler et d’innover, collaboratives, empathiques.

Mais au final, les uns comme les autres, producteurs, consommateurs écologistes ou pas, ne peuvent pas oublier que le changement a forcément un fondement scientifique et que les faits éclairés par la science sont têtus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Coronavirus : Il y en a certains (et c’est déjà beaucoup trop) qui croient que c’est le Mossad !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires