En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

ça vient d'être publié
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 4 min 25 sec
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 29 min 34 sec
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 6 heures 59 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 13 heures 23 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 23 heures 9 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 18 heures 23 min
pépites > Santé
Soulager les soignants et les travailleurs
Covid-19 : la France s’engage à commander un milliard de masques auprès de la Chine
il y a 20 heures 19 min
décryptage > Société
Tentation

Coronavirus : la dérive totalitaire ?

il y a 22 heures 1 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 13 min 5 sec
décryptage > Politique
Coronavirus

« En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 45 min 17 sec
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 1 heure 6 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 6 heures 36 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 12 heures 16 min
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 15 heures 16 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 17 heures 43 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 19 heures 42 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Traquer et terrasser le fléau : la lutte acharnée de Pasteur et d’Adrien Loir contre le mal rouge des porcs dans le Vaucluse

il y a 21 heures 49 min
décryptage > Economie
Choix cornéliens

Covid-19 : des morts plutôt que la crise ?

il y a 22 heures 15 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

Publié le 20 février 2020
Demain aura lieu le premier Conseil européen sur le budget depuis le Brexit. Une réflexion sur les nouveaux enjeux s'impose.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Demain aura lieu le premier Conseil européen sur le budget depuis le Brexit. Une réflexion sur les nouveaux enjeux s'impose.

Atlantico : Alors que le départ du Royaume-Uni de l'UE représente un manque à gagner de 75 milliards d'euros pour l'Union Européenne, quels enjeux pourraient être privilégiés et quels enjeux pourraient être défavorisés ?

Christophe Bouillaud : Le premier enjeu de tous, c’est le montant global de ce budget pluriannuel (2021-2027). Il est au-dessus de 1000 milliards d’euros pour les six années concernées, 1087 milliards pour être exact à dépenser en six ans selon la proposition de la Présidence du Conseil européen en date du 5 décembre 2019 – un chiffre impressionnant à première vue -, mais en fait, on resterait seulement à un peu plus de 1% de la richesse annuelle produite dans l’Union européenne qui transiterait par le budget de cette dernière. Avec ces 1,07%, on trouve la vérité actuelle de l’Union européenne. En effet, ce chiffre d’un peu plus de 1% de la richesse produite correspond à ce qui est alloué à l’UE par ses Etats membres depuis le milieu des années 1990. La première information à retenir, c’est donc que les Etats membres ne montrent vraiment aucune volonté de développer un budget réellement fédéral au niveau de l’Union, capable de jouer un rôle majeur du point de vue macroéconomique ou géopolitique.

Après, dans ce cadre contraint, le budget pluriannuel, toujours selon la proposition de la Présidence du Conseil européen en date du 5 décembre 2019, semble continuer le mouvement amorcé depuis au moins deux décennies d’un basculement très progressif des vieilles politiques de l’UE -et avant elle de la Communauté économique européenne -, soit l’agriculture et la politique des fonds structurels, vers des politiques nouvelles, soit essentiellement l’appui à l’innovation, à la recherche, au sécuritaire, et maintenant aux aspects de prévention du changement climatique et d’adaptation à ce dernier, le tout enrobé dans une fort classique ambiance de suspicion pour des excès de dépenses dans tous les domaines. La seconde information à retenir, c’est donc que les conflits sur le budget pluriannuel vont rester les mêmes que depuis des années.

La seule possible nouveauté se trouve plutôt du côté des recettes. D’une part, le dossier des ressources propres de l’Union européenne semble se rouvrir doucement. D’autre part, les contributions des pays déjà les plus contributeurs seraient calculées sur des bases « sans les rabais », est-ce possible ? En tout cas, cela sera intéressant de regarder comment évoluent les négociations sur cet enjeu majeur des recettes. Est-ce que l’on se mettra d’accord pour allouer ou pour inventer des sources propres de recettes à l’Union européenne ?

Comment pourraient se définir les rapports de forces au sein de l'UE ?

Ils sont partis pour être des plus classiques : les pays riches contributeurs, essentiellement du nord et du centre-ouest de l’Union européenne, vont essayer de bloquer toute augmentation du budget européen, les pays du sud et de l’est de l’Union vont réclamer plus de transferts ; les pays bénéficiant de la PAC, dont la France, vont essayer de la défendre, contre ceux qui n’en bénéficient pas beaucoup. Comme d’habitude, tous les Etats auront exactement la politique de leurs petits intérêts boutiquiers.

A ces aspects classiques qui font de ces négociations un vaste marchandage, va peut-être s’ajouter cette fois-ci le problème posé par la tentation d’utiliser les fonds européens comme moyen de pression contre les Etats membres qui ne respecteraient pas les normes de l’Etat de droit – proposition présente dans le texte du Président du Conseil. Cela risque de tanguer très sérieusement si vraiment la Pologne et la Hongrie se sentent menacés par des conditionnalités dures à ce sujet. En même temps, cela ne sera pas si nouveau : les pays d’Europe du nord sont obsédés depuis des décennies par les détournements de fonds européens effectués dans les pays d’Europe du sud. C’est un effet à long terme sur la manière de gérer les finances européennes du « Mezzogiorno » italien : le sud de l’Italie a été le théâtre de tant de détournements depuis les années 1960 que tout fonctionne désormais comme s’il ne fallait avoir confiance en personne.  

Dans un entretien accordé à Politico, Mark Rutte, le Premier Ministre néerlandais, a déclaré que les discours pro-européens français masquaient la volonté de voir se construire une « Europe française » et non une « Europe européenne ». En ce sens, et alors que la France est de plus en plus isolée sur la scène européenne, quel sort pourrait leur être réservé ?

S’il s’agit là pour Mark Rutte de dénoncer le fait que le projet de budget fait la part belle à des choix qui auront des retombées financières ou autres positives en France, comme par exemple sur la PAC, c’est là une position de négociation classique. C’est l’éternel poison du « juste retour » où chacun regarde seulement ce que lui coûte l’Union par rapport à ce que cela lui rapporte. La France n’est pas plus isolée dans ce jeu de marchand de tapis que n’importe quel autre pays.

S’il s’agit de dénoncer par « Europe française », une Union européenne qui évoluerait vers la recherche d’une plus grande puissance sur la scène internationale appuyé sur un embryon de vrai budget fédéral, Mark Rutte n’est vraiment guère en droit de se plaindre. En effet, la messe est déjà dite : le budget européen pluriannuel  2021-2027 évoluerait à peine à la hausse, et, de fait, les partisans d’une Europe plus fédérale par le montant de son budget, dont au moins en paroles Emmanuel Macron, ont déjà perdu. Ils sont plus qu’isolés. Ils sont inexistants, puisque, de toute façon, ils ne voudront pas provoquer une crise institutionnelle majeure en demandant un vrai saut qualitatif à 5% du revenu européen par exemple.

Une fois cette considération de fait prise en compte, l’affrontement devient alors plus symbolique : Mark Rutte veut bien montrer à ses électeurs par ses déclarations, typique de la « Ligue hanséatique », que les quelques gains minimes se comptant certes en quelques dizaines de milliards d’euros qu’enregistrera éventuellement la France ne signifient rien pour l’avenir, et inversement, il est probable qu’à la fin, Emmanuel Macron chantera devant les caméras des journées télévisés à la fin de ce sommet européen ou du prochain les louanges d’un magnifique compromis qui prépare l’Europe puissance qu’il appelle de ses vœux. Des deux côtés, les opinions publiques seront impressionnées par les milliards dont on discutera, sans pouvoir mesurer le caractère marginal des finances de l’Union européenne dans la mécanique globale de nos sociétés. Mais, au final, ce budget pluriannuel risque bien d’être un non-événement…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 21/02/2020 - 00:27
Vieux cadavre animé.
L'Europe de Bruxelles est une vieille femme fardée et ridicule qui ne fait plus illusion depuis longtemps et que quasi seul, parmi les chefs d'état ou de gouvernement de ce continent, notre président actuel semble trouver séduisante. Mais la macabre mascarade autour de cette morte vivante ne dure encore que parce que personne ne veut prendre la responsabilité officielle de sa mort et de son nécessaire ensevelissement en grande profondeur pour raison de salubrité publique.
Till Eulenspiegel
- 20/02/2020 - 19:08
Vacuité et aveuglement
Nos énarques Bruxellois discutent dans leur tour d'ivoire sans se soucier des problèmes rencontrés en ce moment par les citoyens européens qu'ils considèrent comme une quantité négligeable ,vulgus pecus qui pourtant va leur exploser au visage.En transformant la communauté européenne en sordide auberge espagnole tournée vers un mondialisme destructeur ,ils trahissent la volonté première des créateurs de cette communauté qui voulait rapprocher les peuples européens par une collaboration Economique et culturelle .
Bruxelles a détruit la citoyenneté européenne .Elle ne veut pas de citoyens mais des consommateurs sans cerveau malléables et subissant une immigration non voulue mais décidée en haut lieu en toute connaissance de cause des conséquences catastrophiques.L'Europe est déjà morte son encéphalogramme est déjà totalement plat .C'est simplement une question de quelques années.
J'accuse
- 20/02/2020 - 15:17
Je propose ... 0 €
Le plus vaste détournement d'argent public de l'histoire, pour engraisser des élus recasés qui méprisent leurs électeurs, de faux assistants parlementaires vrais militants de partis, des commissaires déjantés et idéologues placés par leurs amis, ainsi qu'une armée de fonctionnaires hors-sol, et déverser des centaines de milliards d'euros de subventions aux pays de l'Est qui ne sont venus dans l'UE que pour ça.
Si encore ces parasites bruxellois ne faisaient rien, on s'en accommoderaient, mais ils rédigent et votent des directives scélérates et des normes idiotes qui s'imposent à nous, et signent des traités de libre-échange qui finissent de détruire notre agriculture et notre industrie.
Comment s'en débarrasser ?