En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

03.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

06.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

07.

Fermeture des écoles : enseignants et élèves déjà au bord de la crise de nerfs

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

ça vient d'être publié
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 56 sec
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 11 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 12 heures 30 min
pépites > International
Lutter contre un retour du virus
Covid-19 : la Chine décide de fermer temporairement ses frontières aux étrangers
il y a 15 heures 41 min
light > France
Changement d’heure
Malgré le confinement, n’oubliez pas le passage à l’heure d’été ce week-end
il y a 17 heures 25 min
pépites > Politique
Face à la vague
Covid-19 : Edouard Philippe alerte contre "la vague extrêmement élevée" qui "déferle"
il y a 18 heures 26 min
décryptage > Politique
Ami entends-tu...

Et Didier Guillaume lança un appel à l'armée des ombres !

il y a 19 heures 49 min
pépites > Europe
Nouvelle personnalité
Royaume-Uni : le Premier ministre Boris Johnson a été testé positif au coronavirus
il y a 20 heures 29 min
décryptage > Politique
Conséquences politiques

Philippe Gosselin : "Nous avons refusé que l’équivalent des pleins pouvoirs soient votés pour le Premier ministre. Mais nous devons rester vigilants"

il y a 22 heures 33 min
décryptage > Justice
Responsabilités

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

il y a 23 heures 2 sec
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 16 min 28 sec
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 11 heures 56 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 14 heures 38 min
pépites > Politique
Deux semaines de plus
Coronavirus : Edouard Philippe officialise le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril
il y a 16 heures 7 min
pépites > Religion
"Urbi et Orbi"
Vatican : le pape François va présider une prière planétaire et bénir le monde entier face au Covid-19
il y a 17 heures 51 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le bulldog baille et quand les clous d’or piquent le ciel : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 19 heures 1 min
pépite vidéo > Santé
Immense tristesse
Julie, 16 ans, est la plus jeune victime du Covid-19 en France
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Europe
Commission européenne

Union européenne : l’intérêt général otage des bien-pensants ?

il y a 21 heures 30 min
décryptage > Social
Impact de la crise sanitaire

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Politique
Effet boule de neige

Le gouvernement est-il allergique au principe de responsabilité ?

il y a 23 heures 22 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Publié le 18 février 2020
L'affaire Griveaux a révélé le potentiel nuisible des mouvements radicaux. La publication des vidéos par l'activiste Piotr Pavlenski est l'illustration d'une volonté idéologique : faire éclater des régimes jugés factices et donc mauvais.
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il est l'auteur de Mensonges en gilet jaune : Quand les réseaux sociaux et les bobards d'État font l'histoire (Serge Safran éditeur) ou...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il est l'auteur de Mensonges en gilet jaune : Quand les réseaux sociaux et les bobards d'État font l'histoire (Serge Safran éditeur) ou...
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'affaire Griveaux a révélé le potentiel nuisible des mouvements radicaux. La publication des vidéos par l'activiste Piotr Pavlenski est l'illustration d'une volonté idéologique : faire éclater des régimes jugés factices et donc mauvais.

Atlantico : L'affaire Griveaux et ses dessous ou bien encore la montée de mouvements contestataires radicaux montrent à quel point la crise de la démocratie est plus avancée qu'on ne le pensait. Comment expliquer ce sursaut de mouvements jusqu'alors marginaux ?  La réalité d'un modèle sociétal qui ne séduit plus la population en est-elle l'explication première ?  Peut-on les quantifier, a-t-on une idée de leur poids ?  

Sylvain Boulouque : Si l'on part du cas Griveaux, rappelons avant tout que lorsqu'on a des responsabilités, on est censé faire attention à ce que l'on fait. Si on a une logique politique, et surtout à l'heure des réseaux sociaux où tout peut se fuiter sur internet à n'importe quel moment, on réfléchit à deux fois. Lorsqu'on est un homme politique aspirant à une carrière politique longue, en conséquence avec des fonctions importantes on ne se comporte pas comme un adolescent. Que l’on se rappelle le cas de Maurice Dejean pris en photographie par les services de renseignements soviétiques. De Gaulle l’a convoqué et a cessé d’être ambassadeur… Mitterrand et Chirac en savaient quelque chose ; certes les réseaux sociaux n'existaient pas, mais ils verrouillaient tout ! Du point de vue des affaires publiques, Griveaux a eu un comportement irresponsable. Si j’étais ironique j’ajouterais que ce sont les activistes qui ont permis d’éviter d’hypothétiques chantages à venir et ont peut être involontairement sauvé les intérêts supérieures de la nation…

En ce qui concerne la montée de l'activisme, elle est à nuancer. Le nombre d'activistes radicaux n'a pas réellement gonflé en soit, simplement leur influence a considérablement augmenté par le biais des réseaux sociaux. Le signalement des vidéos a été repris par des personnes que l’on ne peut pas considéré comme des militants radicaux des médecins des députés anciens élus LREM et des gardes du corps de président… Puisqu'ils ont la possibilité de diffuser ce qu'ils désirent à un large nombre de personnes, leur pouvoir d’influencer la vie publique ou de faire du « buzz » donc bien plus important. 

Il convient également de rappeler qu'une partie de l'opinion publique n'estime plus que la démocratie est le système idéal pour environ 33 % des sondés et environ 20 % de la population considère que la violence est un moyen de se faire entendre et surtout que près de 50 % de la population ne participe plus au système électoral considérant pour beaucoup qu’il ne sert à rien. Ce positionnement prend de l'ampleur, mais pour l'heure, elle demeure indépendante des éléments politiques radicaux et n’est pas forcément organisée.

Edouard Husson : Il faut d'abord se rappeler que le socle électoral des partis de gouvernement ne cesse de se rétrécir, d'élection en élection. En 2007, Sarkozy + Royal+ Bayrou, cela représentait 75% des voix. En 2017, Fillon + Hamon + Macron, c'est 50% des voix au premier tour. Et Macron est élu au centre, comme s'il était devenu impossible d'être élu à droite ou à gauche parce qu'on ne peut plus avoir les voix de Marine Le Pen ou celles de Mélenchon sur un compromis de second tour.

Pour autant, LFI comme le Rassemblement National se révèlent incapables d'imaginer une majorité alternative à partir de leur base électorale. Marine Le Pen est apparemment très loin de comprendre qu'elle devrait changer de programme économique pour être acceptée par une partie des dirigeants d'entreprise. Quant à la France insoumise, c'est le contraire: à force de jouer les uslami-bobos on perd l'électorat populaire. Le résultat de tout cela, c'est d'une part la prolifération des provocations d'extrême gauche, d'autre part l'imminence percée de candidats communautaires musulmans. 

Face à un pouvoir et des partis traditionnels qui semblent ignorer la fracture qui séparent de plus en plus profondément le peuple de ses dirigeants, une partie de la population semble de plus en plus tentée par ces mouvements radicaux. Comment expliquer que les partis traditionnels et le pouvoir en place restent aveugles face à cette crise de la défiance ? 

Edouard Husson : Les partis traditionnels n'ignorent pas la fracture. Ils essaient de repousser le moment de vérité.  Ils sont tétanisés. La peur est le sentiment dominant.  Regardez la manière dont Emmanuel Macron fait cogner sur les Gilets Jaunes puis sur les syndicalistes, à quelques mois d'écart. Et regardez comme un Wauquiez a été incapable d'assumer qu'il avait enfilé un gilet jaune. Aux dernières élections européennes, le parti de l'ordre a sauvé le macronisme.

En face, le Rassemblement National l'emporté d'une courte tête en nombre de voix, sans pour autant réussir ni à faire sauter le cordon sanitaire à droite ni à faire venir les nationistes de gauche pour voter avec les nationistes de droite. Je dis bien nationistes et non nationalistes. Car ce dont il s'agit c'est de défendre la nation comme cadre de la cohésion sociale, pas de haïr ni envahir les peuples voisins. En fait le contraste est total avec la Grande-Bretagne voisine où les dirigeants conservateurs ont réussi à canaliser l'électorat populaire et mettre en place le Brexit. 

L'aller-retour sur la candidature ou non d'Agnès Buzyn, la déclaration de Stanislas Guerini, qui s'apparente à un mensonge, expliquant que les ministres ne seront pas Maires... Si ces arrangements avec la vérité pouvaient jusqu'alors paraître innofensifs, comment sont-ils devenus insupportables pour une grosse partie de la population et comment expliquer qu'un pouvoir s'étant fait élire sur l'idée d'une nouvelle ère semble toujours l'ignorer ? 

Edouard Husson : Étape 1 de la crise : François Mitterrand, dans les années 1980, change de politique sans le dire. Etape 2: Jacques Chirac n'essaie même pas, à la différence de Mitterrand, de mettre en œuvre la politique sur laquelle il a été élu. Etape 3, Nicolas Sarkozy n'est pas obéi par une majorité qui juge que sur l'immigration et l'insécurité, il faut "garder le président de ses propres démons". Etape 4: Hollande assume la stratégie qui lui est proposée par Terra Nova, de faire la politique des métropoles en ignorant la France périphérique. Etape 5: Macron assume la violence policière contre une France périphérique qui se rappelle au bon souvenir du fils politique de François Hollande. Les dirigeants se sont d'abord caché à eux-mêmes puis ont fini.par assumer une coupure avec la majorité de la population. Pour assumer la violence d'État contre cette majorité délaissée, il faut des individus suffisamment dénués d'empathie. Emmanuel Macron n'a jamais honte de noyer ses publics sous des flots de paroles insignifiantes. Benjamin Grivaux étale ses fantasmes sur les réseaux sociaux. Le plus représentatif, si l'on ose dire, est Edouard Philippe, idéal-type du techno qui s'est abstrait définivement de quelque considération que ce soit pour les electeurs. Au point de se payer la tête de ses anciens électeurs du Havre en se présentant à leurs suffrages sans intention de quitter l'Hôtel Matignon. 

A LIRE AUSSI SUR LES SUITES DE L'AFFAIRE GRIVEAUX

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

03.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

04.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

05.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

06.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

07.

Fermeture des écoles : enseignants et élèves déjà au bord de la crise de nerfs

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
javottefoltz@hotmail.fr
- 21/02/2020 - 16:09
orthographe
Je regrette moi aussi, comme deux de vos commentateurs, que l'orthographe des rédacteurs d'Atlantico soient assez souvent incapables de faire la différence entre un participe passé et un infinitif. Quand 2 verbes se suivent, le second est à l'infinitif. Mais quand ces verbes sont les auxiliaires être ou avoir, le verbe qui les suivent sont au participe passé.
Ex j'ai laissé passer : passer est à l'infinitif. Mais j'ai passé, ou je suis passé : passer est au participe passé, se terminant par un é. Merci d'avance !!!
Till Eulenspiegel
- 19/02/2020 - 17:23
Lucidité
Ne faut-il pas simplement relever qu'un peuple a simplement les gouvernants qu'il mérite.Nos dirigeants sont le reflet de l'effondrement moral de la société prise dans son ensemble et le Français se rapproche peu à peu de l'américain plus que moyen dont 30 % de la population est convaincu que la Terre est plate.Cela ne risque pas de s'arranger quand on constate que les tablettes ,web et I Phones provoquent en 20 ans une perte d'intelligence de 25 % bien évidemment surtout sur les 15-35 ans.
La démocratie est en train de vivre ses derniers jours. Solon doit se retourner dans sa tombe
clo-ette
- 19/02/2020 - 15:31
Absolument
La "haute finance" a pris le pas sur le politique , et c'est évidemment malsain, pour toute sorte de raisons, la première étant que le peuple n'a plus le droit de donner le moindre avis, il peut voter certes tous les cinq ans, mais le matraquage est là avec diabolisation et coups bas, la représentation à la chambre des députés est une plaisanterie, etc ..".Les pouvoirs des maires se réduisent," c'est inquiétant !