En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 1 min 52 sec
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 1 heure 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 2 heures 15 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 14 heures 45 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 18 heures 19 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 19 heures 50 sec
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 43 min 49 sec
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 2 heures 15 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 2 heures 16 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; La maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 2 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 14 heures 26 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 16 heures 56 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 18 heures 48 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 19 heures 23 min
© Reuters
© Reuters
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti reprend sèchement les Etats de l’UE au sujet de l'industrie européenne

Publié le 17 février 2020
L'ancien commissaire européen Mario Monti a sévèrement critiqué l'attitude des pays européens en rapport notamment au projet de fusion Alstom/ Siemens dans une interview qu'il a accordé à Politico.
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien commissaire européen Mario Monti a sévèrement critiqué l'attitude des pays européens en rapport notamment au projet de fusion Alstom/ Siemens dans une interview qu'il a accordé à Politico.

Atlantico : En quoi, tel que le souligne Mario Monti, la décision prise par Bruxelles de bloquer la fusion entre Alstom et Siemens n'est pas aussi insensée qu'elle peut le paraître ?

Rémi Bourgeot : En premier lieu, la récente intervention de Mario Monti confirme un tournant. Celui-ci invoque certes les sacrosaintes règles de la concurrence européenne, mais se fait en réalité surtout l’écho du malaise grandissant en Europe face à la logique qui favorise depuis environ quatre décennies les grandes constructions bureaucratiques au détriment de projets davantage ancrés dans la réalité industrielle. Le projet de fusion entre Alstom et Siemens reposait sur l’idée consistant à construire un « champion européen », qui serait seul capable de faire face à la concurrence du chinois CRRC sur les marchés européens et mondiaux. Notons pour autant que l’on n’avait pas hésité à consentir des transferts de technologie majeurs vers cette entreprise en échange d’un modeste accès au marché chinois. Par ailleurs, CRRC n’est pour l’heure que très marginalement positionné sur le marché européen, et une opinion assez générale prend désormais forme un peu partout en Europe, qui consiste à exiger un certain niveau de réciprocité et surtout de règles communes. En particulier, le projet de fusion devait permettre au champion européen de faire face à l’avantage dont bénéficie leur concurrent chinois en termes de subventions massives de la part de l’Etat chinois. Mais dans ce cas, rien n’empêcherait l’UE de renforcer ses protections, comme l’a très justement souligné Margrethe Vestager.

S'agit-il, comme l'affirme Monti, d'une erreur de compréhension de la part de ces quatre pays européens, sont-ils plus à blâmer que Bruxelles au sujet de l'absence de compétitivité de la zone européenne ?

On aurait difficilement pu concevoir de mettre en œuvre cette perturbation en profondeur de l’équilibre industriel entre entreprises et pays européens au prétexte de gérer les conséquences de la politique industrielle du Parti communiste chinois. Alstom-Siemens aurait effectivement eu une position écrasante dans les trains à très haute vitesse et dans les équipements de signalisation ferroviaire en Europe. De toute évidence, cette position n’était pas acceptable pour les autres pays européens ni pour les entreprises du secteur ferroviaire. Alstom et Siemens sont deux entreprises performantes et innovantes, dans un secteur promis à un bel essor du fait des politiques environnementales. On peut évidemment envisager une consolidation, comme c’est le cas dans les projets concernant actuellement l’intégration du canadien Bombardier. Mais on ne peut guère se contenter de créer des mastodontes qui ne reposent pas sur un véritable projet industriel et qui risquerait d’entraîner un recul de l’innovation et de la compétitivité in fine, quelle que soit les synergies de court terme.

On voit actuellement à l’œuvre une rupture qui a tout de même un caractère générationnel, et qui se manifeste jusqu’au cœur des institutions européennes et même à Bercy. La rhétorique centrée sur l’Airbus du ferroviaire et de tous les secteurs possibles est aujourd’hui affaiblie. L’enjeu vital pour l’économie européenne consiste surtout aujourd’hui à pouvoir remettre sur le devant de la scène de véritables projets technologiques centrés sur les compétences des entreprises européennes et de leurs ingénieurs en particulier, plutôt que de grandioses fusions creusant au passage les déséquilibres entre les pays partenaires.

Cette absence d'industries paneuropéennes capables d'être compétitives face aux géants chinois, par exemple, est-ce principalement explicable par l'idéologie protectionniste de certains pays européens ? Quelles peuvent être les autres explications ? Comment y remédier ?

Les milieux étatiques citent à l’excès l’exemple d’Airbus. Mais Airbus opère dans un marché très spécifique, caractérisé par un quasi-duopole mondial avec Boeing et une barrière d’entrée considérable, liée aux exigences légitimes de sûreté. Ces deux entreprises ont bénéficié d’une croissance exponentielle de l’aérien et d’une concurrence très limitée, leur permettant de pratiquer des innovations d’un type particulièrement incrémental. Dans ce contexte, elles ont eu tendance à s’enfermer dans un statu quo technologique. Boeing a renoncé au début de la décennie passée à se lancer dans un nouveau programme court/moyen-courrier qui aurait dû remplacer son 737, confronté à de lourdes limites structurelles liées au design d’origine des années 1960 (avion tout simplement bas), notamment parce qu’Airbus pouvait se permettre de proposer, de son côté, une version remotorisée de l’A320, qui soit encore cohérente, performante et sûre.

De la même façon on pourrait fusionner tout le secteur automobile européen sans que cela ne résolve le problème d’adaptation à l’enjeu de l’électrique, dans un contexte beaucoup plus compétitif. L’innovation et la productivité repose effectivement sur une logique fine d’intégration entre entreprises de diverses tailles, la recherche et les agences étatiques. Mais l’idée, en tant que telle très peu capitaliste, consistant à constituer des entreprises géantes à l’échelle continentale, sous l’impulsion des superstructures étatiques, n’a jamais produit de résultats généralisables.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 17/02/2020 - 17:56
Mécano industriel.
Le Maire et Macron voulaient à tout prix vendre Alstom ferroviaire à Siemens mais, aujourd'hui, Alstom se porte bien et est en train d'absorber la branche rail de Bombardier. L'Etat doit plutôt s'efforcer de créer un cadre favorable à l'investissement et aux entreprises et bien réfléchir avant de vouloir lui-même rentrer dans un mécano industriel auquel il n'entend rien alors qu'il a déjà beaucoup de peine à maîtriser les domaines régaliens qu'il a en charge.
zelectron
- 17/02/2020 - 17:18
Rien qu'en France : des champions abattus, disloqués, dispersés
Creusot Loire, CGE, Alcatel Lucent, Pechiney, l'acier Français (désormais Mittal) au lieu de le fusionner avec les allemands, italiens et bien d'autres leaders, la liste est longue de l’interventionnisme politique "qui se mêle de ce qui ne le regarde pas, à tout bouts de champs" Ne parlons même pas des myriades de PMI sous-traitantes qui en sont mortes ! UN GRAND MERCI A TOUTE NOTRE CLASSE POLITIQUE POUR CES EXPLOITS fabuleux de crétinisme patent.