En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

04.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 40 min 23 sec
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 55 min 55 sec
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 1 heure 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 1 heure 57 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 20 heures 13 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 21 heures 28 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 44 min 59 sec
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 1 heure 8 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 1 heure 37 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 1 heure 47 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 2 heures 21 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 4 heures 13 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 19 heures 34 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 21 heures 12 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 1 jour 5 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Atlantico Business

Santé, éducation, transports publics... Le capitalisme moderne menacé par le déficit d’équipements collectifs...

Publié le 13 février 2020
Partout dans le monde, des USA à la Chine, en passant par l’Europe, tous les grands acteurs de l’économie de marché révèlent un besoin d’équipements collectifs que le système financier international est incapable de financer...
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Partout dans le monde, des USA à la Chine, en passant par l’Europe, tous les grands acteurs de l’économie de marché révèlent un besoin d’équipements collectifs que le système financier international est incapable de financer...

C’est le mal du siècle. Le monde entier découvre depuis dix ans, un besoin grandissant d’équipement collectifs. Tout se passe comme si l’économie de marché, boostée par la mondialisation avait laissé de côté la nécessité de développer des équipements collectifs. Tout se passe comme si les mécanismes du capitalisme n’avaient pas trouvé les moyens de les financer.

Dans les grandes et vieilles démocraties politiques, la montée des populismes est évidemment un résultat de la mutation mal acceptée lié à la globalisation des économies qui a engendré des poches de chômages insupportables, mais aussi par la dégradation des équipements collectifs.

Aux Etats-Unis, 1ère puissance économique du monde, les résultats économiques sont bons, la bourse est au zénith et le chômage est au plus bas. Il n’empêche que Donald Trump va se retrouver face à une demande populaire et sociale que le marché peut difficilement satisfaire, les inégalités de revenus et de fortune n’ont jamais été aussi fortes, d’autant plus douloureuses que l’offre de biens publics et sociaux est faible. Le système de santé sélectionne ses patients, le système éducatif aussi. Quant aux équipements collectifs (routes, autoroutes, voies de chemin de fer), ils sont dans un piteux état.

En Grande Bretagne, les Anglais qui ont voté pour le Brexit ont aussi voté pour une amélioration des services publics (santé, éducation, transports collectif, etc ). Boris Johnson a fait des montagnes de promesses qu’il aura du mal à financer.

Mais en Europe, on sait très bien que l’Allemagne a beaucoup négligé l’entretien de son réseau routier et ferré. Elle va devoir réviser toute sa stratégie de production électrique qui est l'une des plus polluantes du monde. Les écologistes ont exigé l’arrêt des centrales nucléaires mais ils ne peuvent pas accepter encore longtemps d’être les plus gros émetteurs de gaz toxique à cause de leur charbon.

L’Italie, l’Espagne, le Portugal doivent revoir toutes leurs infrastructures. La France n’a pas de leçon à donner. Elle a abandonné la moitié de l’Hexagone, donc la moitié des Français qui n’ont pas les moyens d’habiter dans les grandes métropoles. D’où les Gilets jaunes qui se sont reconnus sur les ronds-points.

L’état du réseau ferré secondaire est lamentable, les équipements culturels sont fragiles et insuffisant, l’Education nationale ne remplit pas ses objectifs, le système de santé est sur- saturé.

La Chine, qui n’est pas un pays très démocratique, commence à grogner dans ses campagnes contre l’urbanisme, la pollution, le manque de transports. La crise du coronavirus a permis de découvrir que la Chine, 2e puissance économique du monde, n’avait pratiquement pas de système de santé, pas d’hôpitaux, pas de médecins. Pékin nous dit qu’il est capable de construire un hôpital en quinze jours, très bien. Mais ça n’est pas un hôpital qu'il faudrait construire, mais des milliers d’hôpitaux parce que dès qu’on s’éloigne du centre de Pékin ou de Shanghai, il n’existe même pas un dispensaire capable d’administrer un simple vaccin contre une banale grippe. Alors s’il s’agit de lutter contre une épidémie causée par un virus nouveau, la seule solution est de confiner la population. Cette catastrophe a révélé deux choses, la place de la Chine dans la chaîne de valeur des produits de consommation ou d’équipements individuels, et son déficit en équipements collectifs de santé mais aussi d’éducation et de transport. La Chine est sans doute très riche, mais la majorité des Chinois sont extrêmement pauvres et mal traités.

Cette situation qui touche tous les pays de la planète offre un terrain propre au désordre social et politique, qu’on soit dans une vieille démocratie ou pas. Donald Trump a besoin que Wall Street soit en forme, mais il doit aussi promettre à son noyau d’électeurs de leur permettre des conditions de vie meilleure. Tout comme Boris Johnson. Emmanuel Macron et Angela Merkel sont dans des positions identiques.

Même Xi Jinping, qui a pourtant mis en place un des régimes les plus centralisés et les plus autoritaires du monde, sera obligé de tenir compte de son opinion publique.

Il faut reprendre Machiavel : tout gouvernant doit tenir compte de l‘état d’esprit et le ressenti de ses gouvernés, sinon le peuple se révolte.

Le problème, c’est que les mécanismes d’économie de marché n’ont pas les mécanismes financiers pour faire face à ces demandes de biens collectifs.

Ces biens d’équipements collectifs nécessitent des investissements à long terme. Une voie de chemin de fer, une centrale électrique,un système de santé ou d’éducation, des systèmes pour lutter contre le réchauffement climatique etc… ont une durée de vie de plusieurs générations. Un siècle et plus.

Or, les moyens de financements dégagés par les organisations de marché sont très souvent des financements à court terme et même à très court terme. L’argent recyclé et investi dans l’économie moderne est en général l’argent épargné par les actifs. L‘horizon est donc très court.

D’autant que la crise de 2008 a mis en évidence la nécessité de répondre à des problèmes d’équilibre très urgent.

Toutes les politiques accommodantes mises en place par les banques centrales ont eu pour objectif d’apporter des liquidités pour éviter les ruptures de trésorerie. Les banques centrales ont permis d’éviter une asphyxie totale de l’économie mondiale. Sauf qu‘en pratiquant des taux d’intérêt à zéro ou presque, on n’a dissuadé les investisseurs de s’engager sur le long terme. Le taux d’intérêt rémunère « le temps qui passe ». Avec des taux zéro, la contrainte du système est de trouver un équilibre très rapidement.

Le financement de grands projets d’équipement, qui sont pourtant nécessaires et que les pays occidentaux ont pratiquement abandonnés depuis les années 2000 est très difficile à mettre en œuvre. Le financement de projet à très long terme nécessite une impulsion politique très forte et pour les politiques, cela revient à arbitrer une dépense budgétaire contre une dépense d’investissement.

Pour des élus, cela revient à diminuer ses dépenses de fonctionnement (moins de fonctionnaires , moins d’aides sociales) pour accroître ses dépenses sur les projets à très long terme. Autant dire que pour des politiques élus pour 5 ans en moyenne, c’est du suicide électoral.

Les banques centrales sont évidemment au cœur du système. Elles ont l’outil pour fabriquer de la monnaie. Mais le marché qui gère ces liquidités n’a aucun intérêt à les gérer sur le long terme.

Cette interrogation est au centre du discours de Christine Lagarde, depuis qu’elle est présidente de la BCE. Son ambition est de trouver l’équation qui permettrait à la banque centrale de faire évoluer ses objectifs. La Banque centrale européenne a pour objectif d’assurer l’équilibre et la sécurité du système bancarisé et financier,pour que le système économique fonctionne. Depuis la crise, il faut reconnaître que les banques centrales (y compris la BCE) ont fait le job.

Sauf qu’en assurant l’équilibre de financement du système, les banques centrales ont exonéré les gouvernements démocratiques de faire leur job qui est aussi de préparer l’évolution du système à long terme. Et pour ce faire, les gouvernements auraient dû ouvrir des grands travaux de réforme avec des projets à long terme. Ils ne l’ont pas fait. D‘où le blocage actuel et le désaccord entre les opinions populaires et les gouvernances, entre les élites et le peuple. Et le problème n’est pas franco-français.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 14/02/2020 - 09:29
La fin de la mondialisation ?
"Les signaux sont chaque jour plus clairs : la phase actuelle de mondialisation touche à sa fin. Née dans les années 1980 avec le système boursier mondial et la chute du mur de Berlin, elle a reposé sur une utopie : une planète unifiée par le libre-échange, régie par le marché et la démocratie" ( F Lenglet)
PhloxxX
- 13/02/2020 - 23:10
D'habitude le marché règle tous les problèmes
Je suis un peu surpris aujourd'hui parce que d'habitude on nous explique le marché règle tous les problèmes.
Alors si le marché n'est pas en mesure de construire des infrastructures, et si les politiques n'ont pas les moyens de les construire parce qu'ils privilégient leur réélection on a du souci à se faire.
zelectron
- 13/02/2020 - 20:55
Les équipements? vous plaisantez !
Nous avons tellement de fonctionnaires qui peuvent suppléer, qu'il est inutile d'en acquérir !
remettons les chaises à porteur en service . . . et puis jetons nos papiers gras dans les rues pour donner du travail aux employés de mairie en chômage technique,
les nouvelles cocottes en papier 5 à 10% plus complexes à fabriquer, il faudrait aussi un préposé aux gobelets plastiques (non dégradables) à la machine à café . . .