En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

05.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

06.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

07.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Coronavirus

« En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 14 min 6 sec
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 35 min 45 sec
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 6 heures 5 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 11 heures 45 min
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 14 heures 45 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 17 heures 12 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Traquer et terrasser le fléau : la lutte acharnée de Pasteur et d’Adrien Loir contre le mal rouge des porcs dans le Vaucluse

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Economie
Choix cornéliens

Covid-19 : des morts plutôt que la crise ?

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Economie
En toute sécurité

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

il y a 22 heures 15 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 30 min 38 sec
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 49 min 57 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 6 heures 28 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 22 heures 38 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 17 heures 52 min
pépites > Santé
Soulager les soignants et les travailleurs
Covid-19 : la France s’engage à commander un milliard de masques auprès de la Chine
il y a 19 heures 48 min
décryptage > Société
Tentation

Coronavirus : la dérive totalitaire ?

il y a 21 heures 30 min
décryptage > Défense
Terrorisme

Afrique : malgré le coronavirus, la guerre continue

il y a 22 heures 4 min
décryptage > Santé
Exemple chinois

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

il y a 22 heures 32 min
© . REUTERS/Charles Platiau
© . REUTERS/Charles Platiau
WikiAgri

Gaspillage alimentaire, l'avenir de la lutte dépend aussi des start-ups

Publié le 12 février 2020
Ce lundi 3 février, jour anniversaire (le quatrième) du vote de la loi française contre le gaspillage alimentaire, un colloque organisé au Sénat par Arash Derambarsh et la sénatrice Nathalie Goulet dressait une forme de "bilan et perspectives" sur cette lutte particulière. Il en ressort que, si les avancées sont évidentes, il reste beaucoup de travail à accomplir.
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce lundi 3 février, jour anniversaire (le quatrième) du vote de la loi française contre le gaspillage alimentaire, un colloque organisé au Sénat par Arash Derambarsh et la sénatrice Nathalie Goulet dressait une forme de "bilan et perspectives" sur cette lutte particulière. Il en ressort que, si les avancées sont évidentes, il reste beaucoup de travail à accomplir.

Ce lundi 3 février 2020, la salle Médicis du Sénat a accueilli une petite centaine de personnes entre le matin et l'après-midi à l'occasion d'un colloque intitulé "gaspillage alimentaire, 4 ans après la loi", divisé en deux parties, "état des lieux et bilan de la loi" le matin, "prochaines étapes" l'après-midi.

Bilan d'étape 4 ans après le vote de la loi

"Quand il y a des gens qui ont faim, on ne peut pas jeter de la nourriture, il faut la leur donner." Cette "évidence", selon l'ancien ministre et député Frédéric Lefebvre, ne fut pas si simple à transformer en texte de loi. A l'origine du projet en compagnie d'Arash Derambarsh, il explique ainsi que "sortir de la logique financière pour basculer sur une logique humaine" (c'est l'esprit de la loi d'il y a 4 ans, passer de l'incitation financière à donner à l'obligation de participer à la nécessaire solidarité envers les démunis) fut tout sauf simple. Ainsi, il identifie deux difficultés rencontrées avant le vote de février 2016 : "passer d'une logique d'intéressement à donner des invendus à une logique d'obligation à ne pas jeter" et "il fallait une capacité pour collecter en face, donc multiplier les collecteurs", c'est-à-dire chambouler le monde associatif tel qu'il existait jusqu'alors. "Une multitude d'associations se sont créées", ajoute-t-il.

Ce rappel était nécessaire pour montrer tout le cheminement qu'il a fallu emprunter (Arash Derambarsh l'avait d'ailleurs aussi expliqué dans son ouvrage autobiographique "Tomber 9 fois se relever 10"). Car derrière le "bon sentiment", derrière l'évidence sur laquelle tout le monde se dit d'accord, rares sont ceux, finalement, qui acceptent de modifier leurs habitudes. Arash Derambarsh a complété ce propos en évoquant l'historique précis des tentatives pour ajuster différentes lois en glissant un amendement en faveur de cette vision de la lutte contre le gaspillage alimentaire, avant d'en arriver à cette fameuse loi.

Pour sa part, Geneviève Wills, directrice à Paris du Programme alimentaire mondial des Nations-Unies (PAM) pour la France et Monaco, a précisé que 821 millions de personnes ont faim dans le monde, avec une augmentation pour ces dernières années. Elle a évoqué l'action de sa structure à travers le monde, directement en lien avec tous les gouvernements. "Un tiers de la nourriture produite est gâchée", constate-t-elle au niveau mondial. "Aujourd'hui, nous favorisons les circuits courts et les achats locaux, et aussi des actions sur les pertes après récoltes. Ainsi, au Soudan du Sud, au Nigeria ou au Burkina Faso, il y a 30 à 40 % qui sont perdus au moment de la mise en silo, il faut travailler sur le stockage."

Elle a poursuivi avec les raisons qui l'ont poussées à soutenir l'action d'Arash Derambarsh. "Il nous a semblé essentiel de travailler pour intégrer le gaspillage alimentaire dans nos actions, à l'étranger mais aussi en France. (...) Nous avons apporté un soutien extrêmement actif aux associations dans le cadre de la lutte menée en France."

Une initiative citoyenne en étroite collaboration avec les associations

Arash Derambarsh a repris la parole pour détailler la chaine alimentaire : (Elle) "comprend quatre éléments : la production, la transformation, la distribution et la consommation. Premier maillon de cette chaine, les agriculteurs sont pris au piège, premières victimes d'une situation qui voit la grande distribution détenir 80 % du marché, et donc fixer les cahiers des charges à sa guise." Il explique aussi que les consommateurs sont, eux aussi, in fine, victimes de ce système : "Ils payent pour des critères choisis pour eux". C'est pour cela, a-t-il ajouté, qu'il a souhaité que la loi de lutte contre le gaspillage alimentaire soit axée au niveau de la distribution. Rappelons que cette loi prévoit une amende, à l'origine de 3 750 € et récemment portée à 10 000 € par le législateur, contre la grande surface prise en flagrant délit (puisqu'il s'agit désormais d'un délit) de refus de don de nourriture retirée des rayons et encore consommable à des associations.

Dorian Dreuil, administrateur de Action contre la faim, a cité les axes essentiels de son association (son nom est explicite) et aussi l'intérêt porté sur la problématique de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Au-delà, il a eu un propos fort intéressant concernant l'engagement citoyen : selon lui, notre époque vit un changement tel que le pouvoir n'appartient plus qu'aux seuls politiques, mais aussi aux mouvements citoyens. La lutte contre le gaspillage alimentaire est ainsi, selon lui, d'abord une action citoyenne, qui a trouvé des prolongements auprès de politiques ensuite.

Autre projet, redonner un toit à tous

Par ailleurs, en réponse à l'une des questions de la salle, Frédéric Lefebvre a repris la parole pour évoquer un projet qui lui tient à coeur, donner un toit à tous, en prenant comme exemple une initiative américaine menée dans l'Etat de l'Iowa : calculer ce que coûte le secours aux sans-abris pour réinjecter cet argent dans des logements offerts gratuitement. Au lieu de payer des maraudes, des assistances médicales, et autres, le contribuable, sans rien changer à son impôt, participerait ainsi à l'édification des logements nécessaires aux SDF.

Pour l'instant, il ne s'agit encore que d'un projet, qui doit encore passer par bien des étapes à commencer par une adhésion politique mais aussi populaire, mais l'idée émise par l'ancien ministre a déjà visiblement plu à une bonne partie de l'assistance, composée en grande partie de représentants du monde associatif.

Prochain objectif, que la loi française devienne européenne

La dernière partie de la table ronde du matin a tourné autour de la nécessité de faire vivre cette loi au-delà de nos frontières. Bien des efforts ont déjà été consentis dans ce sens, notamment une pétition européenne qui a recueilli plus de 1,5 million de signatures. Pour autant, toujours pas directive de la part de la Commission européenne, ou de projet de loi de celle du Parlement.

"On a eu deux sortes de guerres, sur les territoires et de religion. La prochaine pourrait être sur l'alimentation, et l'eau. Il faut faire vite !", dixit Arash Derambarsh, argumentant ainsi sur l'urgence d'agir au niveau international pour éviter que des personnes aient faim pendant que d'autres soient dans une opulence telle qu'il y ait gaspillage. Frédéric Lefebvre a abondé dans ce sens, ainsi que Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France intervenant par téléphone, occupé par ailleurs.

Nouveaux acteurs de la lutte, les nouvelles associations et les start-up

Notons que, parallèlement, il y eut quelques interventions de représentants associatifs dans le salle faisant état, en France, de difficultés dans l'application de la loi : cela reste un des enjeux, obtenir des grandes surfaces un comportement moins rétif à ce don devenu obligatoire.

Une phrase de Frédéric Lefebvre a finalement fait le lien entre le colloque du matin et celui de l'après-midi, commentant les moyens à se donner pour appliquer la loi de manière plus systématique : "Il faut que tout le monde se mobilise pour faire connaitre le dispositif pour obtenir une sorte de mode d'emploi ; peut-être que des régions comme les Hauts-de-France ou d'autres pourraient proposer des concours avec des start-up pour trouver des moyens innovants de faire connaitre et de faire appliquer la loi."

Le colloque de l'après-midi a eu trois intervenants. Je l'ai moi-même animé, accompagné de deux représentants de start-up : Jean Moreau, co-fondateur et président de Phenix, et Denis Olivier, CEO de MealCanteen.

Pourquoi les agriculteurs sont concernés par la lutte contre le gaspillage alimentaire

Pour ma part, j'ai évoqué l'importance de la lutte contre le gaspillage alimentaire y compris pour les agriculteurs : s'il s'agit en premier lieu d'éviter d'avoir des personnes qui souffrent de la faim, le fait qu'il y ait gaspillage contribue à donner une image déplorable à l'ensemble de la filière alimentaire. Et s'il y a aujourd'hui de l'agribashing, c'est aussi pour cette raison, l'impression de surabondance, voire de surproduction, sans souci apparent de ce que devient la nourriture produite. Ce manque de considération est l'un des facteurs qui conduit nombre d'agriculteurs au mal-être, et jusqu'au suicide. En d'autres termes, en cherchant à solutionner le gaspillage, on aide non seulement les démunis à sortir de la faim, mais aussi des personnes en mal-être, dont un nombre important de paysans.

Phenix, une application qui vise le zéro déchet en fin de journée

Phenix est une application qui existe depuis 2013-2014, a expliqué son président Jean Moreau. Elle consiste à trouver une seconde vie aux invendus alimentaires encore consommables. Trois canaux d'écoulement pour les produits alimentaires des grandes surfaces en fin de vie ont été mis au point : d'abord une application grand public qui permet aux consommateurs d'acheter à prix cassés ces produits sous forme de paniers individuels, ceux qui n'ont pas été retenus est proposé à toutes les associations caritatives de la zone géographique par palettes entières à travers une plateforme numérique, enfin le reliquat est proposé pour les animaux (via les éleveurs bien sûr) qui vont récupérer les fruits écrasés, le pain rassis... Phenix a créé 150 emplois en France depuis sa création, et a sauvé de la poubelle 70 millions de repas.

MealCanteen, pour une sélection des repas dans la restauration collective

Le start-up MealCanteen (en français : "repas de cantine") s'intéresse pour sa part à la restauration collective. Denis Olivier explique son principe : il s'agit de livrer uniquement les repas qui vont être consommés (et donc d'éviter tout gaspillage). Ainsi, les goûts de chacun sont identifiés, mais aussi les valeurs caloriques recherchées et bien d'autres aspects. On obtient des choix pré-définis (évidemment grâce à des questionnaires, personne ne choisit en lieu et place du consommateur), qui réduisent à la fois les files d'attente dans les selfs mais aussi le nombre d'assiettes qui ne sont pas finies : aux cuisines, on ne sort des réfrigérateurs que ce que voudra le convive. MealCanteen se rémunère sur les économies réalisées par les cuisines. "Le meilleur déchet, c'est celui qu'on ne produit pas", une phrase prononcée dans la vidéo promotionnelle de MealCanteen qui sonne comme un slogan.

Législation, ce qui manque encore

Si Phenix a été créé avant que ne passe la loi du 3 février 2016, celle-ci lui offre un argument de poids dans son approche avec les grandes surfaces pour éviter que la nourriture ne soit jetée. Pour autant, regrette Jean Moreau, "les contrôles manquent dans l'application de la loi, en dehors d'initiatives privées commes celles de Arash Derambarsh, rien d'officiel en vue, ce serait bien que la DGCCRF (Ndlr : l'organisme d'Etat chargé de contrôler les éventuelles fraudes) soit davantage sollicitée sur ce problème". De fait, faute de ces contrôles, il observe qu'il n'y "a pas eu de mouvement massif pour spontanément faire respecter la loi" de la part des grandes surfaces. Il espère donc que soit constituée "une équipe à la DGCCRF qui soit axée sur cette loi", qui visiblement n'existe pas aujourd'hui.

En revanche, pour Denis Olivier et sa start-up MealCanteen, clairement il manque quelque chose au niveau de la restauration collective, "pour réduire massivement le gaspillage alimentaire à sa source", avec "un impact extraordinaire sur les gaz à effet de serre", car "le gaspillage alimentaire est le troisième facteur mondial favorisant les gaz à effet de serre". Donc, selon lui, le législateur doit intervenir aussi sur la restauration collective publique, il a des arguments chiffrés pour cela : "L'Ademe a défini que la perte du fait du gaspillage alimentaire est de 68 centimes par plateau repas. 4 milliards de repas sont servis par an, soit 2,7 milliards de dépenses inutiles en France – 35 milliards de repas en Europe soit 21 milliards d'euros – qui pourraient être réorientés sur du local, du bio, de façon à ce que cette restauration collective mange mieux, et avec un impact sur le kilomètre et le CO2 très inférieur à ce qu'il est aujourd'hui."

L'action des start-up (bien sûr il en existe d'autres, mais Phenix et MealCanteen sont deux bons exemples) booste ainsi indéniablement l'évolution de notre société vers des prises de conscience vertueuses. Au même titre que les associations, elles sont actrices de la lutte contre le gaspillage alimentaire, peut-être en s'occupant moins du quotidien (encore que...), mais avec une vision davantage portée vers l'avenir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

05.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

06.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

07.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre marie
- 12/02/2020 - 20:12
Premier gaspillage : les ravageurs des cultures et des récoltes
Donc la solution : pesticides efficaces, variétés résistantes, stockage efficace, circulation rapide des denrées
Le reste, c'est "Marie Chantal s'occupe des pauvres"
evgueniesokolof
- 12/02/2020 - 15:18
Voila un article qui
sent bon la moraline et les admonestations qui l'accompagnent! Souvenez vous de la campagne contre le gaspillage sous Hollande? "Une assiette vide...." en clair, connard de Gilet Jaune , tu viens te plaindre alors que tu as balancé le croupion du poulet à la poubelle, sans même faire le tri alors qu'un SDF aurait pu en faire son repas
Les plus engagés dans le combat sont évidemment toujours les ONG et autres associations....Tiens la SPA par exemple qui ne devait pas gaspiller les dons des cons qui croient donner pour acheter des croquettes à Medor, puisqu'elle payait son président Sangnier plus de 13 000 euros/mois! Il a d'ailleurs saisi la justice: c'était pas assez!
Comme ce type d'article donne envie de vomir je ne vais pas en rajouter au gaspillage alimentaire