En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

06.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

07.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 10 heures 35 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 15 heures 1 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 16 heures 30 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 19 heures 2 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 21 heures 5 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 21 heures 33 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 22 heures 16 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 22 heures 33 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 22 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 10 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 11 heures 34 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 16 heures 9 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 17 heures 58 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 20 heures 57 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 21 heures 25 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 22 heures 9 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 22 heures 28 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 22 heures 42 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 23 heures 41 sec
© VINCENT KESSLER / POOL / AFP
© VINCENT KESSLER / POOL / AFP
Wonderboy déchu

Pourquoi il sera long et difficile de réparer la casse symbolique générée par la rhétorique du "nouveau monde"

Publié le 09 février 2020
Lors de la campagne présidentielle de 2017, Emmanuel Macron a beaucoup insisté sur cette idée de "nouveau monde" - qu'il représentait et dont la société semble de plus en plus accro -, face à un "ancien monde" en perte de vitesse et dépassé. Or, avec les évènements sociaux qui se déroulent en France depuis des mois, cette symbolique semble avoir cassé le lien qui, auparavant, unissait ces deux mondes.
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de la campagne présidentielle de 2017, Emmanuel Macron a beaucoup insisté sur cette idée de "nouveau monde" - qu'il représentait et dont la société semble de plus en plus accro -, face à un "ancien monde" en perte de vitesse et dépassé. Or, avec les évènements sociaux qui se déroulent en France depuis des mois, cette symbolique semble avoir cassé le lien qui, auparavant, unissait ces deux mondes.

Atlantico : Que pensez-vous de cette idée de "nouveau monde" ? Quelles sont ses caractéristiques ? Marque-t-elle une réelle différence avec celui d'avant ?

Christophe Boutin : Rappelons d’abord deux choses. La première est que dans les écrits de nombre d'auteurs politiques, et plus encore dans les discours politiques, il y a bien souvent l’annonce d’un « nouveau monde », d’une « nouvelle société ». L'homme est ainsi fait qu'il est généralement insatisfait de ce qui l'entoure, qu'il souhaite l’améliorer, et il écoute donc volontiers ceux qui lui proposent des changements. La seconde, pour nous centrer cette fois sur la politique française des dernières années, est la lassitude d'un électorat confronté à l'immobilisme du pouvoir politique en place et à son impuissance à traiter de manière efficace les problèmes qui inquiètent de manière prioritaire les Français - on retiendra pour faire simple les questions de l’immigration, de l’insécurité et de l'identité. C’est sans doute pourquoi, sur les trois derniers présidents élus, deux d’entre eux présentaient un programme de rupture très claire avec les méthodes qui étaient celle de leurs prédécesseurs : Nicolas Sarkozy, élu en 2007, et bien sur Emmanuel Macron, élu dix ans plus tard sur cette même logique – et ce même si, de manière assez amusante, ces deux hommes ont participé, plus ou moins, et à des titres divers, aux gouvernements de leurs prédécesseurs dont il stigmatisaient l'immobilisme.

Quant au « nouveau monde » spécifique d’Emmanuel Macron, au plan sociétal c’est celui dans lequel les forces vives de la nation, les « winners », les « premiers de cordée », prennent le pouvoir politique pour mettre en oeuvre les réformes nécessaire, des réformes dont les résultats, certes, leur bénéficieront, mais bénéficieront aussi à l’ensemble de la société. Une approche qui suppose à rebours un « ancien monde » bloquant l’arrivée au pouvoir des « meilleurs », et symbolisé par une classe politique, autiste, fermée sur elle-même, incapable d'appréhender les nouvelles problématiques de la modernité. Or cette classe politique attirait en même temps des critiques venues cette fois de la France profonde, ajoutant à l’accusation d'immobilisme politique celle de l’immobilisme social d’une oligarchie mêlant népotisme, favoritisme et corruption pour conserver son pouvoir. D’où le mythe du nécessaire « coup de balai », sinon de cette « Révolution » dont le candidat Macron avait fait le titre de son livre-programme.

La vérité oblige à dire qu’en 2020 nous sommes loin du bouleversement promis, et plus loin encore de ses effets escomptés. D'une part, si, effectivement, et notamment à gauche en raison de l'ancrage initial d’Emmanuel Macron, un certain nombre de « barons » politiques ont pu être écartés - certains tentant de se recycler, on s'en souvient, dans des pays étrangers -, on a cependant fait appel, au moins partiellement, à un personnel déjà présent dans « l’ancien monde » qu'il s'agissait de faire disparaître, un personnel qui lui semblait moins directement lié car plus effacé. Se sont ralliés par ailleurs, venus du centre et de la droite, des hommes sortis de l’arrière-scène politique qui estimaient leur temps venu et/ou regrettaient la sclérose de leurs formations d’origine. Pour autant, certaines méthodes semblent avoir perduré : il n'est que de voir le nombre de mises en examen, de démissions du gouvernement, ou les diverses « casseroles » traînées par tel ou tel politique pour comprendre que l'assainissement des mœurs promis avec l'arrivée de ce « nouveau monde » n'a eu lieu que très partiellement. Par ailleurs, les compétences de certains de ceux qui n'étaient peut-être pas des « seconds couteaux » par hasard ne leur ont pas permis pour l’instant de briller au firmament de la vie politique française.

Mais le vrai apport du « nouveau monde » allait résulter, nous annonçait-on, de ces personnalités issues de la « société civile » qui devaient irriguer la vie politique française. Là encore, plus de deux ans après, on reste peu convaincu. Peu convaincu par leur origine « civile » d’abord, car nombre d’entre étaient déjà membres de commissions, de conseils ou autres, et donc pas tout à fait étrangers à la vie politique. Peu convaincu ensuite que le « bouillonnement d'idées » des parlementaires de LREM se traduise dans les faits par autre chose qu'une discipline de groupe dont ne s’abstiennent, quand c’est secondaire, que quelques personnalités qui souhaitent attirer sur elles la lumière des médias. Peu convaincu enfin et surtout que certaines de ces personnalités n’aient pas apporté avec elles un certain nombre de conflits d'intérêts entre les domaines privé et public.

Pourquoi Emmanuel Macron rejette-t-il à ce point les idées du passé ? Quel message envoie-t-il aux générations précédentes (électeurs comme élus) ou à ceux qui font encore partie de l'"ancien monde" ?

Emmanuel Macron rejette les « idées du passé » parce qu'il n’est en fait que l’un des derniers avatars en date de ce que l'on peut appeler avec lui le « progressisme ». Cette idéologie du Progrès, selon laquelle il ne peut s'agir que d’avancer vers un avenir nécessairement meilleur, ici celui de la « mondialisation heureuse », ne saurait en effet être entravée dans l’édification pratique de sa construction théorique par aucun conservatisme. Et elle use pour cela volontiers, comme lors de la Révolution française, d’une politique dite de la table rase pour laquelle les institutions du passé, comme sa vision du monde, sont discréditées par cela seulement qu'elles existaient avant nous.

La différence d’Emmanuel Macron par rapport à d'autres révolutionnaires progressistes tient à deux choses. La première est que son projet n'est pas « révolutionnaire » au sens où on l'entend classiquement en France, c’est-à-dire lié à une idéologie socialiste, mais ici à l’ultralibéralisme de la mondialisation financière. Pour autant, dans les deux cas, il s'agit bien de faire table rase des institutions qui ont pu exister auparavant et constituer autant de contre-pouvoirs, lentement créés par l'histoire, contre le pouvoir central. Pour prendre par exemple les collectivités, il n’est rien de celles que nous connaissions, façonnés par l’histoire et dites « organiques », de la commune à la nation en passant par la région, que ce type de progressisme ne souhaite voir disparaître. Il le fait en les fusionnant dans des ensembles sans autre consistance qu’administrative, les communes disparaissant dans les intercommunalités, les régions dans des « grandes régions » et la nation dans l'Union européenne, toutes structures de plus en plus éloignées des citoyens et dont le pouvoir réel n’appartient plus à des politiques élus mais à une administration qui estime n’avoir pas de comptes à rendre.

La seconde différence du discours d’Emmanuel Macron d’avec celui d’autres révolutionnaires tient à son fameux « et en même temps », qui lui permet de vanter dans le même moment une chose et son contraire. Un discours qui a l'avantage de séduire tous ceux qui se limitent au plaisir d’entendre tintinnabuler quelques-uns de ces mots qui, comme la clochette du chien de Pavlov, les font saliver de joie. Mais à l'heure du choix politique le dirigeant ne peut pas retenir les modèles opposés, n'arrive pas même à faire des synthèses, et tranche en étant guidé par son seul objectif principal, ici celui du progressisme.

Or ce progressisme libéral, qui laisse face à face des monades individuelles isolées et un pouvoir, non pas de « technocrates » ou de « techniciens » qui décideraient seuls, comme on le dit parfois, mais bien de serviteurs d'une oligarchie financière, lance à ceux qui ne souscrivent pas à ses dogmes un message clair : se soumettre (il préfère dire « s’adapter ») ou disparaître. Ce qui est très loin des attentes d’une grosse part de la population, qui veut une sécurité - physique, économique ou culturelle - et ne souhaite pas voir s’effacer les cadres protecteurs dans lequel elle vivait.

Est-il possible de réparer cette casse entre "ancien monde" et "nouveau monde" ? Si oui, de quelle manière ?

Il est non seulement possible, mais nécessaire de sortir de cette division entre « ancien monde » et « nouveau monde », et il faut pour cela sortir des dogmes du progressisme pour réhabiliter ce qu’Emmanuel Macron définit comme son ennemi principal, même si sa dénomination peut changer au fil des discours (« nationalisme », « illibéralisme », « populisme »…), et qui est bien le conservatisme.

En rappelant d’abord que le conservatisme n’est nullement une pensée réactionnaire, qui viserait à revenir à un état antérieur, et qu’il n’est pas non plus un fixisme, qui viserait à empêcher tout mouvement de la société. Le conservatisme, tel du moins que le définit Edmund Burke au moment même de la Révolution française, a d’abord conscience de l’inanité de la table rase : « Nous pensons qu'une des grandes causes de ce progrès est que nous n'avons pas dédaigné le patrimoine de connaissance qui nous a été légué par nos aïeux » écrit-il dans ses Réflexions sur la révolution de France. Mais c’est pour en faire une base de départ, susceptible d’évolution, car, écrit-il encore, « Un État où manquent les moyens de rien changer manque des moyens de se conserver ». Le conservatisme place finalement la société et l'individu dans une perspective longue : on reçoit un héritage que l’on a vocation à transmettre - car nous ne pouvons le dilapider et interdire à ceux qui nous suivent de bénéficier des avantages qui nous ont permis de devenir ce que nous sommes.

Ce vœu est largement partagé. Les mouvements populistes que nous connaissons en Europe et ailleurs traduisent par exemple souvent une rupture entre un peuple qui voudrait conserver ses cadres d’appartenance et un pouvoir qui le lui interdit : pour reprendre la belle formule de Vincent Coussedière dans son Éloge du populisme, « le populisme, c’est le parti des conservateurs qui n’ont pas de parti ». Mais la séparation entre peuple et élite, théorisée par exemple par Christopher Lasch dans sa Révolte des élites, ne doit pas être absolutisée. Il ne faut pas confondre en effet les notions d’élite et d’oligarchie, et il est permis de se demander si, actuellement, une partie des élites françaises n’est pas en train d’entrer en résistance contre cette dissolution de tous les cadres – y compris et surtout celui d’une nation au service de laquelle elle est traditionnellement engagée – par le progressisme.

Et c’est sans doute ainsi que pourrait se terminer cette séparation entre un « ancien monde » qui n’a pas mérité le mépris dans lequel certains le tiennent ou la haine que d’autres lui vouent et ce monde forcément nouveau qui est celui de l’avenir. Autour d’un projet commun partagé entre un peuple souverain et l’élite – intellectuelle, artistique, politique, économique, artisanale, agricole, administrative… - chargée de l’incarner et de le représenter. Bien loin en tout cas de l’actuelle fuite en avant d’un progressisme qui mêle à son refus d’assumer ses devoirs de transmission d’un héritage sa peur d’affronter le réel qu’il a laissé se créer et sa soumission à de lointains intérêts.

Propos recueillis par Edouard Roux

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 09/02/2020 - 20:40
l'attrape nigaud
c'est d'avoir fait croire à la nouvelle répartition "ancien et nouveau monde", remplaçant celle de "droite et gauche", Macron étant le représentant du nouveau monde ! On n'a rien vu de neuf, pas non plus le charme de l'ancien , en réalité on est dans un entre-deux , zone sans charme .
Liberte5
- 09/02/2020 - 19:49
Article qui pose bien l'imposture de Macron.
E. Macron a un seul but diluer tout le tissu qui permettait au citoyen d'être au plus près des élus. Aujourd'hui l'administration a pris le pouvoir via les intercommunalités, les départements, les régions ,laissant aux élus le soin d'apparaitre en façade mais dont les pouvoirs se réduisent comme peau de chagrin . Nous assistons là à une prise de pouvoir à tous les échelons par la haute fonction publique. Ce coup d'état soft commencé depuis 30 ans nous conduit à un état illibéral. Si nous ne sommes pas dans une dictature, nous sommes ne sommes plus dans une démocratie.
gerint
- 09/02/2020 - 18:40
J’accuse
Entièrement d’accord avec vous. Et j’ajoute que la corruption du pouvoir ne diminue en rien