En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

02.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

03.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

06.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

07.

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 12 heures 33 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 14 heures 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 14 heures 23 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 15 heures 52 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 17 heures 11 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 17 heures 49 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 12 heures 18 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 13 heures 6 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 13 heures 51 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 14 heures 13 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 16 heures 54 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 17 heures 29 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 18 heures 14 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 18 heures 35 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 19 heures 26 min
© Francois Mori / POOL / AFP
© Francois Mori / POOL / AFP
Feu sacré

Hormis Emmanuel Macron, y-a-t-il encore des candidats ayant VRAIMENT envie d’être président dans le pays ?

Publié le 09 février 2020
Avec la crise de défiance des citoyens envers les hommes politiques, les mouvements sociaux actuels et les partis politiques qui ne veulent pas le pouvoir une fois qu'ils en ont l'opportunité, il semblerait que la fonction présidentielle n'est plus aussi prisée qu'auparavant.
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec la crise de défiance des citoyens envers les hommes politiques, les mouvements sociaux actuels et les partis politiques qui ne veulent pas le pouvoir une fois qu'ils en ont l'opportunité, il semblerait que la fonction présidentielle n'est plus aussi prisée qu'auparavant.

Atlantico : Existe-t-il une crise de la fonction présidentielle en France ? Si oui, à quoi est-elle due et à quoi ressemble-t-elle ?

Maxime Tandonnet : Oui il y a une très grave crise de la fonction présidentielle en France. Dans la philosophie de la Ve République instituée par le Général de Gaulle et Michel Debré, le président de la République est le chef de la nation, au-dessus de la mêlée, impartial, chargé de fixer un cap au pays, de le représenter à l’international, garant de sa sécurité et de son intégrité territoriale. Il délègue au Premier ministre et aux ministres le gouvernement du pays au quotidien et la direction de la majorité. Son autorité repose sur la confiance du peuple. Un président de la République impopulaire est inconcevable. Il est illégitime. Quand un chef de l’Etat perd le contact avec le peuple, il pose la question de confiance à travers un référendum. Et s’il échoue, il démissionne. On voit bien que la fonction présidentielle n’a plus rien à voir avec cette conception. Le chef de l’Etat, surtout avec le quinquennat adopté en 2000, est devenu bien au contraire un super-Premier ministre, médiatisé à outrance et papillonnant d’un sujet à l’autre en donnant l’illusion de s’occuper de tout à la place du Gouvernement. De temps en temps, il se met en retrait pour laisser le Premier ministre assumer les catastrophes (taxe carbone, réforme des retraites). Mais personne n’est dupe. Considéré comme l’unique responsable de la situation du pays, il devient extrêmement impopulaire, voire détesté. Depuis François Mitterrand, en dehors des périodes de cohabitation, les présidents sont tous plus impopulaires les uns que les autres. C’est une anomalie évidente.  

Y a-t-il encore des candidats ayant véritablement envie d'être président ? Qu'est-ce que cela dit de nos hommes politiques ? De notre société ?

Il n’y a pas de candidat, à ma connaissance, qui ait la notion de ce qu’est un président de la République, c’est-à-dire un sage, visionnaire, impartial, une autorité morale incarnant l’unité nationale, la permanence et le destin de la France tout en déléguant au Premier ministre et à une majorité élue sur un programme politique le pilotage au quotidien du pays. Nous en aurions pourtant bien besoin en ces temps chaotiques et troublés. En revanche, sans doute il y a-t-il beaucoup de candidats à la succession de M. Macron qui rêvent de s’installer sous les dorures de l’Elysée pour faire à peu près la même chose que lui c’est-à-dire le coup d’éclat permanent en vue d’occuper le paysage médiatique et de préparer la réélection. Des candidats potentiels, il n’en manque pas. Le problème c’est que, sauf surprise, produits du déclin de la culture politique, ils n’ont pas la capacité intellectuelle de concevoir ce que doit être la mission authentique du chef de l’Etat : le protecteur des Français et l’homme du long terme, plutôt que le feu follet bavard et virevoltant que les Français ne supportent plus. 

Est-ce propre au système politique français ? Comment palier à cette crise de la fonction présidentielle ?

C’est une spécificité française en effet, une sorte d’autocratie virtuelle, impuissante et déconnectée de la réalité et du peuple. On ne peut pas le comparer au système américain qui est une fédération pourvue d’un puissant Congrès.  En Europe, le régime politique classique est parlementaire, reposant sur une ou deux assemblées qui contrôlent le gouvernement (en Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Italie). Certes, aucun système n’est parfait et tous ont leurs défauts. Le présidentialisme français est particulièrement pervers et explique en partie le déclin du pays sur le long terme. Il repose tout entier sur l’élection d’un personnage c’est-à-dire sur une image médiatique aisément manipulable, et non sur un choix de société ou un projet collectif. Il repose sur l’émotion de la foule médiatisée et non sur l’intelligence et le bon sens populaire. L’élection législative, qui ne fait qu’entériner la présidentielle, a perdu tout intérêt et toute portée. Ce personnage élyséen est ensuite obsédé par la mise en œuvre de quelques promesses démagogiques et sans cohérence qu’il a inventées pour être élu. En effet, il lui faut prouver qu’il a réalisé ses promesses aussi absurdes soient-elles, pour être réélu, ce qui est son obsession permanente. Pendant cinq ans, il peut faire et dire absolument n’importe quoi, quitte à se rendre insupportable, à provoquer la violence et le chaos, sans risquer la moindre sanction. Ce système, qui substitue la vanité d’un personnage au sens du bien commun de la nation est proprement scandaleux et indigne de la démocratie française. Il contribue au recul de la France.  Il n’y a pas besoin de changer la Constitution et d’ouvrir le grand chantier mégalomane d’une VIe République. Il suffirait d’appliquer la Constitution de la Ve avec un président impartial et un Premier ministre qui gouverne sous le contrôle du Parlement. Il faudrait que l’Assemblée nationale soit élue avant le chef de l’Etat pour rendre au Parlement sa souveraineté et restaurer un Premier ministre digne de ce nom. Il faudrait aussi mettre fin à l’expérience délétère du quinquennat et restaurer un septennat, sans réélection possible, pour rendre au président de la République sa mission de garant de l’unité nationale, de la paix civile et de l’intégrité du territoire au-dessus de la mêlée, de boussole dans la tourmente. Et restaurer la confiance populaire dans le chef de l’Etat. 

Propos recueillis par Edouard Roux

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier62
- 09/02/2020 - 22:10
Un problème de valeurs
L'un des meilleurs articles que j'ai lus récemment. Le problème essentiel à mon avis est que les idées des politiciens de l'élite sont devenues anti-nationales. Leur but n'est plus que la France continue d'exister en tant que telle, alors que c'est leur mission officielle et que c'est ce qu'ils prétendent faire. Leur but réel est à l'opposé , à savoir que la France se dissolve dans un ensemble mondialisé, multi-culturel et métissé où toutes ses caractéristiques en tant que nation auront disparu. Le problème, maintenant, va être de savoir si l'opinion aura suffisamment évolué pour devenir lucide et se décider en 2022 à une véritables alternance, pour sortir du long naufrage que nous réserve "l'élite" (ou plutôt l'anti-élite !). J'ai un peu de mal à être optimiste...
pierre de robion
- 09/02/2020 - 22:10
Comme dit l'autre...
j'écris ça, j'écris rien! Mais merci de nous permettre de purger notre bile!
evgueniesokolof
- 09/02/2020 - 18:48
Oui
AJM a raison , c'est bien synthétisé . J'ajouterai simplement une remarque même si elle n'est pas propre à la France: personne ne se soucie de la désindustrialisation, du retard pris en matière de nouvelles technologies réellement productive ce qui exclue les "ballivertes" ....La seule réponse fournie (en dehors des tenants du libéralisme de droite ou de gauche)est le protectionnisme, comme s'il s'agissait de ressusciter Boussac, lequel protectionnisme va se briser politiquement sur le renchérissement du prix des importations lequel s'ajoute aux coûts liés aux normes écolos, sanitaires et sécuritaires! on est mal barré et....ce n'est pas uniquement un problème de régime politique!