En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

02.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

03.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

06.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

07.

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

01.

Les fonctionnaires contre l'État ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 10 heures 19 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 11 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 12 heures 10 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 13 heures 39 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 14 heures 57 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 15 heures 36 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 16 heures 10 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 10 heures 5 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 10 heures 53 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 11 heures 37 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 11 heures 59 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 14 heures 41 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 15 heures 15 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 16 heures 37 sec
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 16 heures 22 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 17 heures 12 min
© Mark RALSTON / AFP
© Mark RALSTON / AFP
A l'insu de notre plein gré

Les emojis de moins en moins rigolos, de plus en plus politiques

Publié le 08 février 2020
Les nouvelles générations d'émojis sont prises d'assaut par les études de genre.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les nouvelles générations d'émojis sont prises d'assaut par les études de genre.

Atlantico : A chaque année ses nouveaux émojis. Cette année 2020 signe l'apparition de nouveaux animaux, mais aussi et surtout de personnages "non-genrés", particulièrement attendus par les utilisateurs. Parmi eux, un homme avec un voile blanc, une femme en costume et noeud papillon....Qu'est ce que cela veut dire de notre société ? Aujourd'hui, l'utilisation des emojis est elle le vecteur d'un message politique ? 

Bertrand Vergely : Nous assistons aujourd’hui à la troisième phase du mariage pour tous. La première a été le mariage. La seconde, les enfants et la famille. Maintenant, une troisième phase a commencé : celle de la prise d’assaut des esprits et des mentalités par le biais de la théorie du genre.

Jusqu’à présent, nous avons connu un monde fondé sur le couple homme/ femme pour se marier et pour faire des enfants afin de reproduire l’humanité. Aujourd’hui, trois groupes idéologiques ont décidé d’en finir avec ce qu’ils appellent un certain modèle d’humanité : le mouvement gay militant, le féminisme radical et l’ultralibéralisme.

S’agissant des militants gays, voulant que l’homosexualité rentre désormais dans les mœurs comme une sexualité tout à fait naturelle ceux-ci ont mis en place un système qui est présentement couronné de succès. Désormais, avec le mariage pour tous, la PMA et bientôt la GPA, le couple homosexuel est un couple comme un autre, capable en théorie de faire des enfants comme les hétéros. Il faut dire en théorie, parce que les choses ne sont pas si simples.

On pourrait dire que tous les couples se valent si deux hommes et deux femmes pouvaient faire des enfants entre eux. Or, ils ne le peuvent pas. Pour faire un enfant, le couple homosexuel a besoin que le couple homme-femme existe, deux hommes ne pouvant pas faire un enfant sans l’utérus, les militants gays le savent. Ils ont beau avoir obtenu le mariage, la PMA et potentiellement la GPA, deux  hommes ne peuvent pas avoir un enfant sans l’utérus d’une femme  et deux femmes sans le sperme d’un homme. Réalité gênante, celle-ci signifiant que le couple homme-femme demeure le couple fondateur incontournable de l’humanité.  Qu’on le veuille ou non, il n’y aura jamais égalité de couples entre homos et hétéros, le couple homo étant une sexualité alors que le couple hétéro est le fondement non seulement de la sexuation mais surtout de la reproduction de la vie ; l’égalité dont ils rêvent passe mal parce qu’elle ne peut pas passer. D’où leur nouvelle stratégie fondée non plus sur le combat politique afin d’obtenir des droits, mais sur la culture, la pensée et les mentalités.

Imaginons que demain, ce ne soit pas la loi qui reconnaisse aux homosexuels des droits égaux aux hétéros mais la société entière en vertu de sa façon de penser. Imaginons que demain, tout le monde se mette à penser que le couple homosexuel est un couple comme un autre et surtout que le couple hétérosexuel ne jouit d’aucun caractère incontournable. Le tour est joué. Bien mieux qu’avec le droit et la politique. L’homosexualité militante a vraiment gagné.

Pour parvenir à ce changement les choses ont commencé par le fait de voir dans le trio père-mère-enfant un modèle culturel bourgeois, terriblement conservateur, voire fasciste. Puis, la lutte idéologique s’est accélérée avec la théorie du genre expliquant que le sexe n’existe pas. C’est un genre fabriqué par la culture et notamment par des injonctions performatives du style « Sois viril » ou « Sois féminine ». D’où le projet de supprimer le sexe afin de le remplacer par le genre avant de supprimer le genre afin de faire advenir un monde où il n’y aura plus ni sexe ni genre parce que l’on aura décidé d’être ce que l’on veut comme on se sent.

Aujourd’hui, à travers les émojis représentant un homme avec un voile de mariée et une femme en smoking, on n’est plus dans la théorie du genre mais dans le transgenre. Curieusement, on revient à la différence sexuée homme-femme sur le mode trans. Ce qui n’est pas bête. Imaginons que demain tout le monde devienne trans. Le couple originaire homme-femme est vraiment supprimé. En même temps, constatons le, cette situation est tout simplement tragique. Pour en arriver là, faut-il que l’on soit mal ! Faut-il que l’on ne sache plus quoi faire pour abolir le couple homme femme !

Les gays militants sont soutenus dans leur combat par le féminisme radical qui rêve d’abolir le patriarcat et par l’ultralibéralisme qui milite pour le libre choix généralisé comme mode de régulation du monde. Là aussi faut-il que le féminisme radical soit mal en point pour vouloir à la fois éliminer la virilité et accepter que celle-ci refasse surface sous la forme de femmes transformées en hommes. Faut-il que le libéralisme soit lui aussi mal en point pour croire que le libre choix peut avoir raison de la différence des sexes et du couple originaire homme-femme. D’une façon générale, faut-il que les mouvements de libération aillent mal pour en arriver à diffuser la théorie du genre et du transgenre à travers images totalement infantiles pianotées sur un portable.

En 1978 Vaclav Havel a pressenti l’effondrement du communisme à travers un marchand de légumes faisant de la propagande révolutionnaire au milieu de ses poireaux et de ses patates. Quand on mélange propagande et choux fleurs pour changer les mentalités on est dans un AVC moral et intellectuel. Les contorsions qu’utilise la théorie du genre pour changer les mentalités via les émojis relèvent du naufrage intellectuel et moral.

Nos emojis sont-ils réellement le reflet de notre société ou une caricature de celle-ci ? 

Les émojis sont plus qu’un reflet de notre société et plus qu’une caricature dans le cas qui nous occupe. Ils sont le reflet d’une certaine façon de prendre le pouvoir idéologique dans le monde qui est le nôtre. Quand on veut s’emparer des esprits, il y a une façon commode d’y parvenir : procéder d’une façon décontractée, décomplexée, ludique et humoristiques. Ainsi, ramenons le couple homme-femme à un couple trans dans lequel l’homme est une femme et la femme un homme. Faisons cette réduction en passant par un biais enfantin manipulant pub et BD. Le tour est joué. En prenant les choses à la légère, on les rend banales et naturelles. Qui va oser s’insurger contre le couple trans à la sauce émoji ? Personne. Qu’un malheureux s’y essaie : il va immédiatement se faire rembarrer en apparaissant comme un sinistre imbécile dépourvu d’humour. Si bien que pour ne pas être taxé de « vraiment pas drôle» , il va laisser passer. Aujourd’hui, ce sont les émojis qui deviennent trans. Demain ce sera autre chose, sur un ton toujours aussi décomplexé, décontracté, ludique et humoristique. Le couple trans devenant un couple sympa, marrant, mignon, drôle, celui-ci va être banalisé. Étant banalisé, les militants de la cause gay, du féminisme anti-patriarcale et de l’ultra-libéralisme s’imagineront ainsi avoir gagné.

Finalement, pouvons-nous passer outre les emojis? Sont-ils de simples logos virtuels ou détiennent-ils un rôle plus important ? 

Les émojis font désormais partie de notre vie quotidienne. Pas un SMS sans que l’on y rajoute un ou plusieurs émojis. Ce sont des soutiens affectifs permettant de survaloriser émotionnellement le message que l’on entend faire parvenir. Avec les émojis on accède au niveau de la métalangue.

Dans la bande dessinée Lucky Luke, l’un des personnages est un muletier qui, quand il parle à ses mules, les injurie. Pour représenter les injures le dessinateur n’a plus recours au langage parlé mais à des images représentant du feu, des éclairs, de la foudre. Le lecteur comprend fort bien que le muletier ainsi représenté est un personnage très primitif, très fruste, très sauvage.

Les émojis relèvent de l’écriture populaire, enfantine et ludique. Dans le cas qui nous occupe, à savoir la théorie du genre et du transgenre, on a affaire à une intrusion dans le langage populaire, enfantin et ludique, d’éléments proprement politiques et idéologiques qui ne sont plus du tout populaires, enfantins et ludiques. On est dans la propagande au sens pur qui utilise des canaux de communication courants afin d’envoyer des messages subliminaux. Ce qui est l’exemple même de la stratégie totalitaire afin de s’emparer du pouvoir et des esprits.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 09/02/2020 - 13:51
Cloette
La ''famille nucléaire'', que l'on retrouve en Asie, est une notion venant de Confucius : Bouddha ne s'est jamais interessé à cette question.
En fait, le prince Siddartha Gautama a abandonné son épouse et son fils, pour aller méditer quelques années dans la forêt.
La situation sociologique en Chine est très peu documentée.
Par contre, le Japon et la Corée du Sud sont connus pour leurs taux élevés de suicides et leur faible natalité.
Ce sont les cathos intégristes qui sont devenus une secte !
La famille élargie est très vivace dans les communautés antillaises en métropole.
Décidément, vous êtes incorrigible : pour vous, les tahitiens sont des ''humains inférieurs'' !
Ganesha
- 09/02/2020 - 13:20
JG
Bien entendu, je ne dispose pas de l'influence, et encore moins de l'autorité, pour imposer un nouveau modèle familial.
Je me limite à constater que, depuis 50 ans, la façon d'élever et d'éduquer les petits français a complètement changé.
Votre article est américain… et en anglais.
Il semble que 3.000 adultes ont été interrogés : pour 175 d'entre eux, leur mère avait eu une expérience lesbienne, 73, leur père une aventure homosexuelle.
Incontestablement, il faudra beaucoup plus d'autres études, et françaises, avant d'arriver à des conclusions définitives.
Dans mes commentaires, je prends toujours grand soin d'établir une distinction très nette entre le message de Jésus-Christ ''Aimez-vous les uns les autres'', et les incroyables et répugnantes dérives dans lesquelles s'est enfonçée l’Église Catholique.
JG
- 08/02/2020 - 20:17
@Ganesha
Je ne comprends pas bien votre agressivité à l'égard des chrétiens...et des catholiques en particulier ("perversion barbare et délétère). Que celle ci ne soit pas exempte de fautes- l'Eglise Catholique n'est composée que d'hommes et qui sont très loins d'être tous des sains- cela n'enlève rien au message du Christ, qui - excusez nous - est un message de tolérance et d'amour, peu présent dans les autres religions - voire totalement absent.
Quant à vos opinions sur le fait que les enfants ne vont pas plus mal dans des familles où les "pères se succèdent", j'aimerais qu'elle soit étayée par des études scientifiques un peu sérieuses et non pas par votre avis qui n'engage que votre propre personne.
Permettez moi de douter : 19% des enfants élevés dans des familles homosexuelles sont suivis pour des problèmes psychiatriques contre 8% pour les enfants élevés dans des familles "classiques" de parents non divorcés et je cite mes sources, scientifiques : (Regnerus M, How different are the adult children of parents who have same-sex
relationships? Findings from the New Family Structures StudySocial Science Research 41 (2012) 752–770)