En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 7 heures 4 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 10 heures 56 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 12 heures 2 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 13 heures 13 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 14 heures 4 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 16 heures 13 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 16 heures 46 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 18 heures 25 sec
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 7 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 10 heures 37 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 11 heures 30 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 12 heures 30 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 13 heures 41 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 15 heures 3 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 17 heures 12 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 17 heures 48 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 18 heures 25 min
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Monnaie

La fin des pièces rouges, oui. La fin des centimes, non !

Publié le 03 février 2020
Les pièces de un et deux centimes pourraient bientôt complètement disparaître de la circulation. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, envisagerait de ne conserver que les pièces de cinq centimes afin de réaliser des économies.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les pièces de un et deux centimes pourraient bientôt complètement disparaître de la circulation. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, envisagerait de ne conserver que les pièces de cinq centimes afin de réaliser des économies.

Il faut se méfier des « petits chiffres ». On se souvient peut-être, c’était en 2018, de la hausse de 6 centimes par litre du diesel et de 3 pour l’essence. Il s’agissait de faire « converger leurs prix jusqu’en 2022 et de lutter contre le réchauffement climatique ». C’étaient assurément d’excellentes raisons techniques, mais prises quand le prix du pétrole et l’insatisfaction sociale montaient : les « gilets jaunes » étaient nés.

Aujourd’hui, il s’agit de la fin des pièces rouges ! Celles de 1 et 2 centimes, rouges parce que faites de cuivre (coûteux) sur un « cœur d’acier » (cela ne s’invente pas), sont (ou seraient) dans le collimateur de la Commission européenne. C’est la deuxième fois depuis 2013 : la tentative avait échoué. La revoilà. C’est en effet, selon  le Süddeutsche Zeitung,  un des projets d’Ursula von der Leyen, de supprimer les pièces de un et deux centimes d’euros. En fait, les pièces étant de compétence nationale, il s’agirait plutôt de trouver des règles d’arrondis communes en zone euro pour n’utiliser que les pièces de 5 centimes. Cela permettrait bien sûr de faire des économies, sachant que l’Italie a déjà cessé d’en frapper depuis 2018.

Cette proposition de la nouvelle Commission européenne était déjà celle du Comité d’Action Publique 2022, français, publiée en juin 2018 (la 16ème sur 22). Il s’agissait, en fait, d’aller vers une société « zéro cash ». Ceci devait être d’autant plus aisé que la proportion des transactions réglées en espèces est plus faible en France que chez d’autres européens : 55% de leur nombre en France, contre 89% en Italie, 75% en Allemagne et 60% au Royaume-Uni. En plus, la démarche serait graduelle, passant par l’acceptation obligatoire des paiements dématérialisés (par carte bancaire, téléphone, virement) pour tous les achats, sans montant minimum. Pourrait ainsi se mettre en œuvre la réduction progressive de « la circulation d’espèces vers une extinction complète. On pourrait commencer à court terme par mettre fin à la circulation des pièces de 1 et 2 centimes, comme cela a été fait en Irlande, en Finlande et en Belgique par exemple » écrit le Rapport.

Alors, quand décider, sachant que la zone euro devra d’abord aider pour les règles d’arrondi mais que la décision d’arrêt sera française ? Si l’on ne fait que de l’économie sur le coût des pièces, la question est vite tranchée, mais il faudra convaincre les banques, les commerçants (et les taxis) d’accepter les petits règlements en carte. En 2013, la Commission européenne avait estimé que depuis 2002, la frappe des pièces de 1 et 2 centimes avait coûté 1,4 milliards d’euros à la zone euro, net de la valeur créée, sachant que la pièce de 1 centime coûte 1,2 centimes à frapper, hors coûts de transport et de stockage. Donc on surprime la frappe à Pessac, sachant que l’on aura à faire face alors à deux réactions : celle des ouvriers de l’usine, celle des syndicats de salariés et des associations de consommateurs qui craindront les arrondis à la hausse, la perte maligne de pouvoir d’achat et la remontée subreptice de l’inflation.

Mais il s’agit encore là d’économie « objective », pas « d’économie ressentie », la seule qui compte. C’est comme pour la température, quand le vent souffle. Et le vent politique est décisif : « l’effet arrondi » risque d’être important chez le consommateur, quand l’inflation remonte à 1,5% et que les ménages pensent qu’elle continue. Le risque peut paraître unitairement faible, mais il est surtout multiplié. En effet, il y a énormément de ces petites pièces en zone euro : 36 milliards de 1 centime (donc pour 0,36 milliard d’euros) et 28 de 2 centimes (pour 0,56 milliard), sur un total de 135 milliards de pièces, pour une valeur de 30 milliards. Elles représentent 3% de la valeur des pièces en zone euros, mais 47% de leur nombre !

Attention : dans une enquête de 2016, la Banque centrale européenne s’était déjà inquiétée de ces piécettes. 37% seulement des répondants déclarent qu’ils n’utilisent pas ces pièces reçues dans leur rendu de monnaie : elles finissent dans une boîte ou se perdent. Mais c’est donc que 63% déclarent les utiliser pour des paiements ultérieurs ! Et l’on pourrait penser que les pourcentages de réponses les plus élevés se retrouvent pour des pays « pauvres » : c’est vrai pour la Lituanie (84%), la Lettonie (82%), le Portugal et l’Estonie (78%), mais vient ensuite la France ! 63% des Français déclarent garder les pièces de 1 ou 2 centimes qu’on leur rend pour leurs futurs paiements. N’empêche, en octobre 2017, 58% des Français sont pour la suppression. Vrai, pas vrai ? Ou suppression,mais sous quelle condition ?

Le risque haussier des arrondis est-il excessif ? Pas du tout. D’abord, rien ne sera possible sans une règle européenne pour les arrondis, claire, expliquée et vérifiée. Mais, dans une France où l’inflation remonte, l’Insee a bien vu, lors du passage à l’euro, que les effets d’arrondis poussent à des hausses d’autant plus ressenties que les achats sont fréquents : + 0,3 point sur le pain et la pâtisserie, + 1,5 pour  les cafés. L’Insee ajoutait que « l’effet arrondi » était légèrement baissier pour les gros appareils électroménagers, mais on ne paye pas un aspirateur avec des pièces de 1 et 2 centimes ! Attention à la baguette et au petit noir : ce sont les prix que les Français connaissent.

En fait, une solution serait de distinguer le centime pièce du centime compte : on paierait une baguette 0,87 euro de 250 grammes, non pas arrondie à 0,85 ou 0,90 (!), mais par carte, téléphone, pay pal… sans qu’il soit possible au commerçant de refuser la transaction. Et expliquons simplement : la pièce d’un centime coûte déjà plus cher à faire que sa valeur, mais plus encore il s’agit de la chercher, de la compter, de la ranger dans le porte-monnaie ou dans la caisse ! Prenons un coût horaire à 10 euros, soit pour 3600 secondes : 4 secondes, c’est donc 1 centime d’euro, le temps passé soit à le chercher, à le compter, à le ranger… Le temps passé à utiliser la pièce nous coûte bien plus qu’elle ne vaut ! Donc comptons avec précision, au centime, et utilisons de plus en plus les moyens modernes, à la seconde pour payer. Alors tout ira plus vite et moins cher : on aura de moins en moins besoin de pièces et de billets, sans inflation ni contrainte. L’argent, c’est du temps !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tatouzou
- 04/02/2020 - 00:19
Big brother?
Mme von der Leyen met en avant des économies de bouts de chandelles pour essayer de supprimer progressivement les paiements en espèces mais propose sans hésiter de cramer des centaines de milliards pour de coûteuses danses de la pluie et imposer des normes irréalistes qui vont créer chômage et misère au prétexte de lutter contre un supposé impact climatique anthropique..

Décidément ceux qui nous gouvernent sont prêts à raconter n'importe quoi pour nous embobiner..
moneo
- 03/02/2020 - 16:24
HUM
c'est juste une mauvaise blague pour, avec le même raisonnement ,arriver à terme à supprimer les espèces ...toutes les espéces....ceci signifie que lorsque ce projet aura abouti votre liberté aura diminué et que votre argent sera impossible à sortir des banques ..... c'est déja presque le cas puisque les banques ne distribuent plus d'argent ;qu elles vous renvoient aux DAB qui eux mêmes sont limités dans le temps et pour les sommes. Donc vous pouvez transférer à ...une autre banque mais pas dans votre poche . ça excite les banques et les gouvernements... Pour l' instant des citoyens européens comme les Autrichiens ont l habitude d utiliser des billets. et ce sera difficile de leur faire passer la pilule mais c'est le but final cette histoire de pièces...
zelectron
- 03/02/2020 - 12:43
Pourquoi pas
et que nous donne -t-on en échange ?