En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; La maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 4 min 6 sec
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 1 heure 48 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 2 heures 17 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 14 heures 47 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 18 heures 22 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 19 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 46 min 3 sec
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 2 heures 17 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 2 heures 18 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; La maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 14 heures 28 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 16 heures 59 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 18 heures 50 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 19 heures 25 min
© Patricia De Melo MOREIRA / AFP
© Patricia De Melo MOREIRA / AFP
Huawei

5G : le modèle occidental au pied du mur ?

Publié le 30 janvier 2020
Derrière les débats sur le choix du gouvernement britannique de travailler avec Huawei sur la 5G, la lancinante question de la capacité des entreprises occidentales à tenir la distance face à la puissance de feu déployée par la Chine en R&D (recherche et développement).
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Derrière les débats sur le choix du gouvernement britannique de travailler avec Huawei sur la 5G, la lancinante question de la capacité des entreprises occidentales à tenir la distance face à la puissance de feu déployée par la Chine en R&D (recherche et développement).

Atlantico.fr : La question de laisser l’entreprise chinoise Huawei investir le marché de la 5G crée un profond débat au sein des démocraties occidentales. Le soutien du gouvernement chinois a permis à Huawei d’investir jusqu’à 12 milliards de dollars en 2017 dans la 5G, 3 fois plus qu’Ericsson qui culmine à 4,1 milliards de dollars. 

Mais plutôt que de priver Huawei, moins cher et plus concurrentiel que les autres infrastructures mondiales, de s’emparer du marché, l’Europe et les Etats-Unis ne devraient-ils pas plutôt créer un environnement économique favorable à leurs entreprises, comme Nokia (Finlande), Ericsson (Suède), pour combler le vide laissé par Huawei, via le financement dans la recherche et le développement ?

Michel Ruimy : En principe, l’Union Européenne (UE) n’envisage pas d’exclure l’entreprise chinoise du développement de la 5G en Europe. Elle préfère simplement fixer des règles strictes afin de ne pas être discriminante et ce, d’autant plus que Huawei a, tissé des liens robustes avec des partenaires européens. Reste désormais à connaître ces règles strictes. Huawei pourrait, par exemple, être interdite d’équiper certains secteurs clés de l’Europe. 

La situation présente remet sur le devant de la scène la définition d’une stratégie européenne en matière d’innovation. Il est tentant de penser à la recherche et le développement (R & D) afin de créer un environnement favorable à l’essor des entreprises européennes. Mais pour cela, il faudrait que la R & D soit une priorité de l’Union européenne. Car même si les Etats membres de l’UE dépensent environ 300 milliards d’euros par an depuis plusieurs années, de grandes disparités existent entre les pays. Cette stabilité dans les dépenses pourrait, en outre, se révéler préjudiciables pour l’Europe dans la course planétaire à l’innovation. L’un des indicateurs régulièrement évoqués pour mesurer l’effort de R & D est un objectif de 3% du Produit intérieur brut européen qui devait être atteint pour… cette année. Or, ce but, qui avait déjà été fixé au sommet de Lisbonne (2000), devait être atteint... en 2010 ! 

Avec le retard pris, la place de l’Europe dans la course à la recherche et à l’innovation ainsi que la compétitivité de ses entreprises pourraient se détériorer davantage sur la scène internationale si aucune action n’est engagée. Reste qu’au-delà de l’enjeu sécuritaire, il convient aussi de s’assurer que notre retard en ce qui concerne notamment la 5G ne soit pas trop important.

Huawei prévoit $10-$20 milliards d’investissements dans la recherche et le développement de la 5G. Il y a-t-il un danger à laisser le marché de la 5G entre leurs mains ?

La technologie 5G permet le développement d’une nouvelle génération de réseaux, conçue pour établir l’Internet des objets, soit une mise en réseau global de tous les appareils connectés. En 2025, près de 35 milliards de ces objets pourraient être en fonction, ce qui signifie une explosion des données collectées de nos bracelets, nos brosses à dents, nos compteurs d’énergie, nos véhicules, transmises aux sociétés de télécommunications grâce au débit surpuissant de la 5G. Pour ce faire, la 5G produit des ondes plus puissantes sur une nouvelle bande de fréquences, 100 fois plus élevées que les émetteurs actuels des tours de téléphonie cellulaire 3 et 4G, ce qui permet une collecte de données, à la fois, beaucoup plus massive, beaucoup plus précise à une vitesse de traitement et de transmission hautement plus rapide. 

Dans ce contexte de technologie ultraperformante de collecte et de partage de données, le leadership actuel de Huawei soulève une problématique de souveraineté et de sécurité nationale, avec la crainte de fuites de données sensibles via la 5G. En effet, Huawei est soupçonné, par certains pays, d’espionnage au profit de la Chine… ce que l’entreprise dément avec véhémence. 

Le danger est l’emballement de la guerre technologique Chine - Amérique qui va renforcer le nationalisme et les soutiens par chaque empire de ses champions. Il y aura de moins en moins de concurrence dans le numérique, si tant est qu’il y en a eu une. 

De plus, et peut-être surtout, la qualité des applications futures va dépendre des accès aux données. La Chine et les Etats-Unis ont sur ce terrain la même approche - totalement ouverte - tandis que l’Union européenne veut, au nom des libertés, laisser chaque citoyen propriétaire de ses données. Inventer des applications était difficile. Demain, dans ces conditions légitimes mais handicapantes, ce sera pratiquement impossible.

Devant le retard des européens, sous quelle coupe souhaitons-nous être ? La réponse ne peut se faire uniquement en termes de gains mais également en termes de risques de dépendance et, au final, en termes de souveraineté. L’Europe a-t-elle les moyens de réagir vite en mettre en œuvre une politique industrielle commune appropriée ?

La question de la 5G met en relief les difficultés qu’éprouvent l’Europe à mener une politique industrielle commune. Les institutions doivent-elles évoluer afin d’être plus réactives aux bouleversements économiques à venir ?

De la reconquête dépendent la sauvegarde de milliers d'emplois qualifiés dans les filières et les autres secteurs transformés par le digital. Dans les années 1990, l’industrie allemande avait « raté » l’apparition de l'informatique dans l’économie. Ce pays ne fabriquait aucun ordinateur, ni microprocesseur. Mais, Daimler, BMW et VW avait réagi en intégrant les puces mieux que leurs concurrents. Aujourd'hui, cette stratégie qui consiste en la banalisation de l’achat de composants électroniques comme celle des pneus n’est plus possible car la valeur ajoutée numérique occupe désormais une place trop importante : les logiciels de conduite autonome (ou semi), les datas sur les clients… prennent le pas sur le design ou la tenue de route. Ils sont devenus des arguments décisifs de ventes. 

Par ailleurs, Huawei est au cœur des tensions qui opposent les États-Unis et la Chine en matière de technologie. Pour l’instant, l’Europe va devoir choisir : empêcher Huawei de pénétrer le marché européen revient à légitimer la position des États-Unis, l’autoriser revient à permettre à la Chine de s’y installer durablement. 

Cependant, la première alternative offre l’opportunité d’initier une industrie technologique susceptible, à terme, de rivaliser avec les deux autres géants. L’Europe doit choisir l’Europe. À cet égard, Ursula von der Leyen, la nouvelle présidente de la Commission européenne, a fait du numérique l’une de ses priorités. Thierry Breton, le commissaire en charge de ces sujets, souligne à juste raison que la souveraineté numérique passe par le contrôle, par les Européens, de leurs propres données. Mais, l’Union est malheureusement hésitante et la politique industrielle opiniâtre qu’il conviendrait d’engager n’est pas une idée partagée par tous. 

Rendez-vous avec la 6G ? Pourquoi pas… Il faudra toutefois tenir compte des mesures de rétorsion de la Chine, qui a déjà prévenu qu’elle prendrait - et on sait qu’elle n’hésitera pas – de telles initiatives.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 30/01/2020 - 16:00
L'Europe est fautive de sa faiblesse depuis des décennies
Il n'y a même pas deux pays européens qui ont pu s'entendre sur la conception et la fabrication des composants électroniques ! Jalousies et frilosités nationales, concurrences acharnées, aveuglement tout court ? Dans les années 70, il ne restait réellement indépendante que l'informatique anglaise, celle qui heureusement travailla jadis sur Enigma puis sur le premier ordinateur scientifique à mémoire virtuelle (Ferranti). Elle était aussi ancienne qu'IBM (qui ne s'appelait pas encore IBM !) Depuis, l'électronique s'est améliorée et les composants ne furent fabriqués qu'en Asie ou aux USA. L'informatique britannique a dû se tourner vers un Japonais qui savait construire ces composants sophistiqués et fut bientôt absorbée par la Pieuvre asiatique. Nous sommes réduits à l'état de mendiants, à sauvegarder ce qui nous reste de notre souveraineté.
zelectron
- 30/01/2020 - 14:39
la 5G AVANT de terminer les installations de la FIBRE ?
Alcatel-Lucent à été liquidé grâce à K(r)on depuis nous sommes sans réponse
assougoudrel
- 30/01/2020 - 10:47
La faute à qui?
Aux occidentaux eux-même. En France, la faute est aux politiques qui ont massacré les PME; combien d'entreprises familiales, présentes depuis des générations, ont dû fermer boutique, ou délocaliser, à cause de l'ISF? Les gouvernants occidentaux ont permis à la Chine de s'enrichir, tout en appauvrissant leur propres pays. Ils ont donné du tout cuit aux chinois; ils ont accepté l’inacceptable et, a présent, ils se retrouvent derrière comme les couilles d'un verrat. "Se débrouiller, n'est pas un pécher" (proverbe antillais).