En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 12 heures 57 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 13 heures 35 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 18 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 21 heures 4 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 15 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 21 heures 37 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 20 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 16 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 14 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 20 heures 57 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 12 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 27 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 19 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 23 min
Tocqueville, un théoricien pour notre époque

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

Publié le 26 janvier 2020
Pour l’essayiste qui publie Le monde selon Tocqueville, la France s’enfonce dans un climat de guerre civile froide alimenté par le face à face entre un État centralisé et sclérosé des citoyens en quête de sens et perdus dans leur individualisme.
Nicolas Baverez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Baverez est docteur en histoire et agrégé de sciences sociales. Un temps éditorialiste pour Les Echos et Le Monde, il analyse aujourd'hui la politique économique et internationale pour Le Point.Il est l'auteur de Lettres béninoises et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour l’essayiste qui publie Le monde selon Tocqueville, la France s’enfonce dans un climat de guerre civile froide alimenté par le face à face entre un État centralisé et sclérosé des citoyens en quête de sens et perdus dans leur individualisme.

Atlantico.fr : Au vu de ce qu'il s'est passé récemment (intrusion de manifestants au siège de la CFDT, Taha Bouhafs qui tweet la localisation d'Emmanuel Macon au théâtre des Bouffes Parisiens, la montée de la violence en France etc.), que pensez-vous de la situation actuelle ? Qui est vraiment responsable entre ceux qui s'adonnent aux pires passions françaises de l'égalitarisme et les élites qui ne savent pas défendre le libéralisme ?

Nicolas Baverez : La France se trouve aujourd'hui au point de rencontre de deux crises : le décrochage qui lui est propre, qui a commencé à la fin des années 1980 et renvoie au cycle des Quarante piteuses, et l'onde de choc populiste qui touche l’ensemble des démocraties. Les racines de la colère des peuples sont la déstabilisation des classes moyennes, la montée des inégalités entre les individus et les territoires, le désarroi identitaire, la montée de la violence et de l’insécurité. Les peurs s'accumulent. Des peurs sur l'économie et la mondialisation, sur la société numérique et les robots, sur l'islam et l'immigration, sur le déclin des Etats-Unis et le basculement du leadership mondial vers la Chine. La France renoue ainsi avec la configuration dont Tocqueville souligne le danger, caractérisée par un Etat autoritaire et centralisé, des citoyens atomisés et enfermés dans leur individualisme, et dans le vide politique ainsi créé, une spirale de violence exacerbée par la fascination pour la radicalité.

Vous expliquez que l'hyper concentration du pouvoir et l'extrême centralisation de l'Etat nourrissent la crise démocratique (p. 56). Selon vous, la France doit-elle repenser son système politique ? Le fédéralisme peut-il être une solution ?

Nicolas Baverez : Tocqueville ne se contente pas d’isoler et expliquer les difficultés de la France à acclimater la liberté politique. Il avance aussi un certain nombre de solutions, notamment à la lumière de l’expérience américaine, tout en soulignant la spécificité des cultures et de l’histoire des nations. La racine des maux français est à chercher dans l’hypertrophie de l’Etat, qui s’incarne dans la religion de la dépense publique et de l’impôt, ainsi que dans la faiblesse de la société civile. Je ne crois pas que le fédéralisme soit la solution. En revanche, il est certain que le réengagement des citoyens dans la décision politique, le renforcement des contrepouvoirs, la réhabilitation de l’Etat de droit, la décentralisation, la baisse des prélèvements et des dépenses publics sont autant de remèdes à la crise française. Ils impliquent de renverser l’esprit des institutions en faisant des citoyens et non pas de l’Etat les garants ultimes de la nation et de la démocratie.

En parlant de cette violence, avec l'avènement des réseaux sociaux, la haine qui y est propagée, mais aussi avec les restrictions de la liberté d'expression, la France a-t-elle basculée dans la tyrannie de la minorité ?

Nicolas Baverez : Il est certain que la liberté d'expression est aujourd’hui gravement menacée. Et ce de plusieurs manières. D’abord par l’islamisme qui entend faire prévaloir la loi religieuse sur celle de la République sur les territoires dont il prend le contrôle et qui ne se fixe pas de limites dans l’utilisation de la violence comme l’ont montré les attentats contre  Charlie Hebdo ou le Bataclan. Mais aussi par certains groupes minoritaires qui mobilisent les réseaux sociaux et recourent à la violence pour imposer leur point de vue à la majorité par la force. Et ce en saturant l’espace public et en annihilant toute opinion dissidente. Aux Etats-Unis,  le New York Times a fermé ses colonnes aux dessins de presse et aux caricatures. En France, la représentation des Suppliantes d’Eschyle à la Sorbonne a été interrompue par l’intrusion violente de manifestants se réclamant de l’antiracisme, Sylviane Agacinsky a été menacée et interdite de parole à Bordeaux en raison de son opposition à la GPA, des étudiants et des enseignants ont déchiré le livre de François Hollande à Lille - renouant avec les autodafés nazis des années 1930 -. Cette violence endémique qui crée un climat de guerre civile froide s’explique par la désintégration de la société mais aussi par la faiblesse de l’Etat de droit et la complaisance, voir l’encouragement à la violation de la loi. Cette tyrannie des minorités, qui entendent ériger par la force leurs conviction en loi générale et en vérité absolue,  est par ailleurs nourrie par les réseaux sociaux qui favorisent l’enfermement communautaire et assurent l’impunité aux propose haineux.

Comme le souligne Tocqueville, la démocratie peut aller soit vers la liberté, soit vers la tyrannie et la servitude. Pour maintenir la liberté, il faut évidemment garantir le suffrage universel ; mais il convient également de disposer de contrepouvoirs qui fonctionnent, d’un Etat de droit efficace, d’un état d'esprit qui assure que la majorité n'opprime pas les minorités et que les minorités reconnaissent la légitimité de la majorité. Viktor Orban, théoricien de la démocratie illibérale  en Hongrie, nous montre comment le populisme corrompt la démocratie en s’appuyant sur le seul principe de l'élection pour la transformer en plébiscite au service d’un homme fort qui concentre tous les pouvoirs puis supprime les libertés.

Il est certain que la liberté d'expression est aujourd’hui gravement menacée. Et ce de plusieurs manières. D’abord par l’islamisme qui entend faire prévaloir la loi religieuse sur celle de la République sur les territoires dont il prend le contrôle et qui ne se fixe pas de limites dans l’utilisation de la violence comme l’ont montré les attentats contre  Charlie Hebdo ou le Bataclan. Mais aussi par certains groupes minoritaires qui mobilisent les réseaux sociaux et recourent à la violence pour imposer leur point de vue à la majorité par la force. Et ce en saturant l’espace public et en annihilant toute opinion dissidente. Aux Etats-Unis,  le New York Times a fermé ses colonnes aux dessins de presse et aux caricatures. En France, la représentation des Suppliantes d’Eschyle à la Sorbonne a été interrompue par l’intrusion violente de manifestants se réclamant de l’antiracisme, Sylviane Agacinsky a été menacée et interdite de parole à Bordeaux en raison de son opposition à la GPA, des étudiants et des enseignants ont déchiré le livre de François Hollande à Lille - renouant avec les autodafés nazis des années 1930 -. Cette violence endémique qui crée un climat de guerre civile froide s’explique par la désintégration de la société mais aussi par la faiblesse de l’Etat de droit et la complaisance, voir l’encouragement à la violation de la loi. Cette tyrannie des minorités, qui entendent ériger par la force leurs conviction en loi générale et en vérité absolue,  est par ailleurs nourrie par les réseaux sociaux qui favorisent l’enfermement communautaire et assurent l’impunité aux propose haineux.

Comme le souligne Tocqueville, la démocratie peut aller soit vers la liberté, soit vers la tyrannie et la servitude. Pour maintenir la liberté, il faut évidemment garantir le suffrage universel ; mais il convient également de disposer de contrepouvoirs qui fonctionnent, d’un Etat de droit efficace, d’un état d'esprit qui assure que la majorité n'opprime pas les minorités et que les minorités reconnaissent la légitimité de la majorité. Viktor Orban, théoricien de la démocratie illibérale  en Hongrie, nous montre comment le populisme corrompt la démocratie en s’appuyant sur le seul principe de l'élection pour la transformer en plébiscite au service d’un homme fort qui concentre tous les pouvoirs puis supprime les libertés.

Il est certain que la liberté d'expression est aujourd’hui gravement menacée. Et ce de plusieurs manières. D’abord par l’islamisme qui entend faire prévaloir la loi religieuse sur celle de la République sur les territoires dont il prend le contrôle et qui ne se fixe pas de limites dans l’utilisation de la violence comme l’ont montré les attentats contre  Charlie Hebdo ou le Bataclan. Mais aussi par certains groupes minoritaires qui mobilisent les réseaux sociaux et recourent à la violence pour imposer leur point de vue à la majorité par la force. Et ce en saturant l’espace public et en annihilant toute opinion dissidente. Aux Etats-Unis,  le New York Times a fermé ses colonnes aux dessins de presse et aux caricatures. En France, la représentation des Suppliantes d’Eschyle à la Sorbonne a été interrompue par l’intrusion violente de manifestants se réclamant de l’antiracisme, Sylviane Agacinsky a été menacée et interdite de parole à Bordeaux en raison de son opposition à la GPA, des étudiants et des enseignants ont déchiré le livre de François Hollande à Lille - renouant avec les autodafés nazis des années 1930 -. Cette violence endémique qui crée un climat de guerre civile froide s’explique par la désintégration de la société mais aussi par la faiblesse de l’Etat de droit et la complaisance, voir l’encouragement à la violation de la loi. Cette tyrannie des minorités, qui entendent ériger par la force leurs conviction en loi générale et en vérité absolue,  est par ailleurs nourrie par les réseaux sociaux qui favorisent l’enfermement communautaire et assurent l’impunité aux propose haineux.

Comme le souligne Tocqueville, la démocratie peut aller soit vers la liberté, soit vers la tyrannie et la servitude. Pour maintenir la liberté, il faut évidemment garantir le suffrage universel ; mais il convient également de disposer de contrepouvoirs qui fonctionnent, d’un Etat de droit efficace, d’un état d'esprit qui assure que la majorité n'opprime pas les minorités et que les minorités reconnaissent la légitimité de la majorité. Viktor Orban, théoricien de la démocratie illibérale  en Hongrie, nous montre comment le populisme corrompt la démocratie en s’appuyant sur le seul principe de l'élection pour la transformer en plébiscite au service d’un homme fort qui concentre tous les pouvoirs puis supprime les libertés.

Comment se fait-il que la France, avec des penseurs de la liberté aussi importants que Tocqueville, semble être devenue allergique à la liberté ?  

Nicolas Baverez : Il faut se replonger dans l'histoire de notre pays pour comprendre cette allergie paradoxale à la liberté. La France a participé à l’invention de la liberté moderne avec les principes de la souveraineté et de l’universalité des droits de l’homme, aux côtés de l’Angleterre qui établit l'Habeas Corpus et des Etats-Unis qui actèrent la Constitution et la séparation des pouvoirs. La France possède une tradition intellectuelle libérale aussi remarquable que méconnue. Sur le plan philosophique, cette filiation rassemble Montaigne, Montesquieu, Condorcet, Constant, Tocqueville, Elie Halévy, Raymond Aron et Jean-François Revel. Sur le plan économique, elle s’appuie sur Jean-Baptiste Say, Frédéric Bastiat, Léon Walras - qui a dû quitter la France car ses travaux furent très mal accueillis -, ou encore Jacques Rueff. Pourtant, au plan politique, aucun parti libéral n’a réussi à s’implanter durablement en raison du poids de l’Etat et de la défiance entre les citoyens. Les idées libérales ont joué un rôle majeur dans les phases de modernisation accélérée de notre pays. Mais, à l’exception de la IIIème République, elles ont été mises en œuvre par des pouvoirs autoritaires, notamment lors du Second Empire ou des débuts de la Cinquième République, qui ont été marqués par une politique de l’offre très efficace, avec un niveau historiquement élevé de l’investissement public et privé.

Il faut enfin rappeler qu'il existe trois grandes traditions libérales : le libéralisme politique à la française, l'utilitarisme anglais (Bentham, Mill) et le libéralisme libertarien américain (Ayn Rand). La tradition libérale française se distingue par le primat donné au politique et à la liberté, érigée en valeur suprême. Elle est donc tout sauf un économisme. Dans l'esprit du libéralisme français, c'est l'économie qui est au service de la politique et non l'inverse. C’est d’ailleurs en cela que Tocqueville a réussi à penser les crises de la démocratie comme le chaos du monde du XXIème siècle. Il explique que la première menace pour la démocratie est intérieure, quand les citoyens sont prêts à renoncer à la liberté par passion pour l’égalité ou par recherche de la sécurité. Il rappelle que le socle politique et sociologique de la démocratie est constitué par les classes moyennes et que leur déstabilisation ouvre d’immenses espaces aux passions collectives et aux démagogues. Il pointe le danger des hommes forts, qui concentrent tout le pouvoir et estiment que la liberté est si excellente qu’ils doivent en avoir le monopole et en priver les citoyens. Enfin Tocqueville démontre que les sentiments nationalistes et la foi religieuse sont les passions politiques les plus puissantes. Ce sont elles qui sont au principe des démocratures et du djihadisme qui se présentent aujourd’hui comme des alternatives à la démocratie qu’ils désignent comme leur ennemi prioritaire.

 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 26/01/2020 - 23:23
Un peuple mosaïque.
Le peuple n'est plus structuré par grande masse mais, comme les marchés, est segmenté en petites niches étudiées et suivies par des politiciens marketing. L'atomisation de la société et l'individualisme exacerbé transforment les peuples en micro- minorités qui se mobilisent chacune sur des agendas minuscules qui monopolisent les médias et les politiques. Au départ, ces minorités se constituaient sur leurs intérêts économiques et financiers, maintenant ce sont des enjeux ethniques, sexuels..Ces minorités thématiques peuvent s'agglomérer pour faire masse au sein de domaines plus vastes orchestrés politiquement ou plus ou moins spontanés. La "majorité" politique devient de plus en plus une confédération de minorités avec une plate-forme commune qui offre des " produits" électoraux censés satisfaire chaque micro marché, un peu comme une grande entreprise qui propose une panoplie de produits que pas grand chose ne relie, pas même la production qui peut être sous sous-traitée et externalisé.
JG
- 26/01/2020 - 21:29
Comme d'habitude, les économistes ne voient la politique que par
le biais de ....l'économie et sont incapables de rendre hommage au souverainisme (on n'ose même plus dire nationalisme sous peine de se faire traiter de nazi...), comme si c'était devenu un gros mot.
Pourtant Baverez arrive à formuler l'agression de deux maux qui n'ont rien à voir avec l'économie et qu'il analyse assez bien : le danger de l'islamisme et celui de la tyrannie des minorités mais il ne va pas jusqu'au bout...
Il faudrait lui suggérer de lire Jean Claude Michéa qui analyse très bien l'apparition de la tyrannie des minorités par le triomphe du libéralisme libertarien anglo-saxon. A partir du moment où seul l'individu et non plus le bien commun compte, chaque individu se revendique du droit "d'être respecté pour ce qu'il est" au détriment du bien des autres et c'est donc ceux qui crient le plus fort ou disposent des plus forts appuis médiatiques (les LGBT par exemple qui sont légions dans les médias) qui font passer leurs revendications minoritaires pour des priorités (en quoi doit on légiférer sur mariage pour tous, PMA et de la GPA...qui ne concernent que 3% de la population ???) au détriment des attentes de la majorité (sécurité identitaire et sociale...).
Ganesha
- 26/01/2020 - 18:48
Gerint
Entièrement d'accord avec vous !