En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 13 heures 20 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 13 heures 57 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 41 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 21 heures 26 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 37 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 21 heures 59 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 42 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 17 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 36 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 21 heures 19 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 34 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 49 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 41 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 45 min
Atlanti-Culture

"Amertume Apache, Une aventure du Lieutenant Blueberry" : Le renouvellement d’un mythe

Publié le 18 janvier 2020
Dominique Clausse pour Culture Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Clausse est chroniqueur pour Culture Tops
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

Amertume Apache, Une aventure du Lieutenant Blueberry
Dessins : Christophe Blain, Scénario : Joann Sfar et Christophe Blain
Editions Dargaud, 64 pages, 14,99 €

RECOMMANDATION

ExcellentExcellent

THÈME

Me voici de nouveau confronté à l’exercice périlleux qui consiste à chroniquer la reprise d’un héros mythique par de nouveaux auteurs. Après Astérix, Spirou ou Blake et Mortimer, c’est au tour de Blueberry de connaître une nouvelle vie, écrite par Joann Sfar et Christophe Blain.

Pour ceux qui ne connaitraient pas ce célèbre personnage, rappelons qu’il est né en 1963 dans les pages du magazine « Pilote », des mains talentueuses du prolifique Jean-Michel Charlier (à qui on doit un nombre incroyable de héros de Bande dessinée de ces années-là) et du multiple Jean Giraud (également connu sous le pseudonyme de Moebius). Depuis cette date, Blueberry a vécu de nombreuses aventures, toujours sous la conduite du duo Giraud / Charlier, puis de Giraud seul, après la disparition de Charlier.

Blueberry est un officier de l’armée américaine, dont les aventures prennent place juste après la guerre de sécession. Dans les premiers albums, il est le anti-héros classique de western, insubordonné, rebelle, plus proche des indiens que de ses collègues militaires. Puis avec le retour à la vie civile, il évolue vers un personnage de héros plus classique et plus flamboyant.

Sfar et Blain reviennent aux sources de l’histoire : on y retrouve le Blueberry soldat de garnison, comme il l’était dans le tout premier album de la série, « Fort Navajo ». Mais ils créent également un nouvel univers dans lequel ils mettent en place leur propre imaginaire. Blueberry se retrouve, par hasard, au centre d’un conflit opposant des adolescents cruels et inconscients à des Apaches en quête de vengeance. On suit les aventures d’un Blueberry plutôt dépassé par les évènements tragiques qui se déroulent sous ses yeux, et qui va tenter, tant bien que mal, de colmater les brèches.

POINTS FORTS

Du coup, les deux points forts de cette bande dessinée sont assez inattendus.

D’abord, cette posture de Blueberry, un peu looser, crée une ambiance nouvelle. On s’était habitué, au fil de ses nombreuses aventures, à une image très forte du héros, sûr de lui et maître de son destin. Sfar et Blain prennent le risque de revenir à l’esprit du début, en poussant très loin le mythe du anti-héros. Malmené en permanence, Blueberry enchaîne les déconvenues. Il est d’abord maltraité par une adolescente en furie (magnifique création que cette sulfureuse Bimhal), puis battu au pistolet par un automate (lui, l’as de la gâchette), et la troupe qu’il conduisait se fait massacrer par des indiens. N’en jetez plus ! Comme, en plus, l’histoire ne se termine pas avec ce premier tome, on reste vraiment sur ce sentiment d’impuissance. Et la bonne nouvelle, c’est qu’on aime cela ! 

Ensuite, Blain réussit la performance rare de garder son style graphique très caractéristique, et de l’adapter aux codes de la série. Lorsqu’on commence à découvrir l’histoire, on a un peu de mal à rentrer dedans, déstabilisé par ce dessin très différent de celui de Giraud, mais cette gêne se dissipe très vite, et comme par miracle, on retrouve le plaisir de la lecture d’un Blueberry, comme si Blain avait trouvé une alchimie entre l’esprit de Giraud et son propre talent.

POINTS FAIBLES

Il y a deux façons de découvrir cette BD. Soit vous faites partis des rares lecteurs à ne pas connaître Blueberry, et vous plongerez dans un western bien conduit et haletant, soit, plus vraisemblablement, vous êtes un amateur de ces aventures, et vous allez affronter les deux obstacles évoqués précédemment : un héros désacralisé et un univers graphique nouveau. Cela pourra en rebuter certains.

EN DEUX MOTS ...

RETOUR AUX SOURCES ET VENT DE LIBERTE

La reprise par Blain et Sfar du héros Blueberry illustre superbement la richesse de de l’univers artistique propre à la Bande Dessinée. Ce sont deux mondes à priori opposés qui se rejoignent ici. Blueberry représente une forme de classicisme, issu de la mouvance propre à Charlier, et qui se caractérisait par des récits d’aventures épiques (outre Blueberry, Charlier a créé Buck Danny, Jean Valhardi, Tanguy et Laverdure ou encore Barbe-Rouge). De leur côté, Blain et Sfar sont des représentants d’une nouvelle BD indépendante, plutôt en rejet de ce classicisme, dans la mouvance d’auteurs comme Lewis Trondheim ou de maisons d’édition comme « l’Association ».

Ces deux univers n’avaient à priori que peu de chance de se rencontrer, et même une synthèse graphique paraissait inimaginable. C’est pourtant ce tour de force que réalisent les deux auteurs, et cet album pourrait être une belle contribution au décloisonnement de la Bande Dessinée.

L'AUTEUR

(d’après Wikipedia)

Enfant d'instituteurs, Christophe Blain est formé à l'École municipale supérieure des arts et techniques (EMSAT) de Paris puis à l'École supérieure des beaux-arts de Cherbourg-Octeville.. De son service national effectué dans la marine à bord de la frégate Tourville, qui l'a fortement marqué, il ramène un carnet de dessins publié chez le même éditeur en 1994 sous le titre Carnet d'un matelot. Celui-ci reçoit le Prix Jeunesse Gabier du Salon du Livre Maritime de Concarneau. Outre les carnets de voyage, Blain commence à illustrer de la littérature d'enfance et de jeunesse à partir de 1995. C'est en rejoignant ensuite l'Atelier des Vosges qu'il s'intéresse véritablement à la bande dessinée. Il y rencontre David B., scénariste de sa première série créée en 1997, Hiram Lowatt et Placido, ainsi que Joann Sfar et Lewis Trondheim pour qui il dessine à partir de 1999 les quatre premiers tomes de la série Donjon Potron-Minet. Il réalise aussi les dessins de la série Socrate le demi-chien, créée en 2002, toujours en collaboration avec Joann Sfar. Ces expériences lui permettent de se lancer comme dessinateur et scénariste avec l'album Le Réducteur de vitesse en 1999 et les séries Isaac le pirate en 2001 et Gus en 2007. En 2010, il commence une nouvelle collaboration avec Abel Lanzac, pseudonyme du diplomate Antonin Baudry, pour les deux tomes de la série Quai d'Orsay.

Joann Sfar est issu d'une famille juive (séfarade) algérienne du côté de son père et ashkénaze ukrainienne du côté de sa mère. Sa mère Lilou est chanteuse et son père André Sfar est avocat engagé dans la lutte contre le néonazisme. Après des études aux lycées Masséna et Honoré-d'Estienne-d'Orves, Joann Sfar effectue un cursus philosophique à l'université Nice Sophia et y obtient une maîtrise. Il termine sa formation à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. En 1994 Joann Sfar publie ses premières planches à l'Association rejoignant ainsi Jean-Christophe Menu, Stanislas, Mattt Konture, Killoffer, David B., Mokeït et Lewis Trondheim avec qui il collaborera par la suite. Ces auteurs font partie de la nouvelle vague d'auteurs de bande dessinée française des années 2000 qui revendique une liberté formelle en cherchant à s'éloigner des formats classiques franco-belges. Dans les années 90 il rejoint l'atelier Nawak avec d'autres auteurs de l'Association, puis l'atelier des Vosges avec des auteurs comme Frédéric Boilet, Marjane Satrapi, ou Christophe Blain avec qui il collabore (Donjon, Socrate le demi-chien). À partir des années 2000 Sfar rencontre un succès grandissant à la fois populaire et critique (plusieurs prix à Angoulême) qui lui permet de se lancer dans de nombreux projets en parallèle de son activité d’auteur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
culture, bande dessinée
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires