En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 17 min 27 sec
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 49 min 10 sec
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 2 heures 18 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 3 heures 57 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 14 heures 20 min
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 14 heures 52 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 17 heures 22 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 34 min 39 sec
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 3 heures 5 min
décryptage > France
Question prioritaire

La sécurité, bien partie pour être la clé de 2022… et certains prennent une longueur d’avance

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 14 heures 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 14 heures 32 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 15 heures 46 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 18 heures 7 min
© DENIS CHARLET / AFP
© DENIS CHARLET / AFP
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

Publié le 18 janvier 2020
Le taux du livret A passera de 0,75 à 0,5% le 1er février 2020, par application de sa nouvelle règle de calcul.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le taux du livret A passera de 0,75 à 0,5% le 1er février 2020, par application de sa nouvelle règle de calcul.

0,5 % : c’est fait. Le taux du livret A passera de 0,75 à 0,5% le 1er février 2020, par application de sa nouvelle règle de calcul : moyenne semestrielle du taux d’inflation et des taux interbancaires à court terme, avec un taux plancher à 0,5%. La banque de France nous aide : la moyenne semestrielle du taux ressort à -0,42% de juillet à décembre 2019 et le glissement annuel moyen sur 6 mois de l’inflation (hors tabac) s’établit à 0,87%. La moyenne de ces deux indicateurs est ainsi : (0,87% - 0,42%)/2 = 0,23%. Donc le taux du Livret A doit passer à 0,25%, la moitié de ce qui a été retenu !

0,25 !!! On y serait sans « coup de pouce » ? Heureusement, la nouvelle règle n’est donc pas si « bête » que cela, puisqu’elle ajoute : « avec un taux plancher à 0,5% ». Or, on lit souvent dans les médias que le gouvernement a pris le risque de baisser le taux du « Livret A » en pleine période de manifestations sur les retraites, gilets jaunes et à 4 mois de élections municipales. Ce serait donc de sa part une incurie politique rare, sauf que la décision utilise le taux plancher. On imagine d’ici le tollé, avec un taux à 0,25% ! En fait, les autorités ont appliqué la règle, en prenant le risque politique d’obéir à une équation, plutôt que de politiser toute décision sur le Livret A, en rouvrant la question de son taux. «La mesure proposée permettra la construction de 17 000 logements de plus ou la rénovation de 52 000 autres » ajoute la Banque de France, pour prévenir autant que possible les critiques portant sur le risque de décollecte venant de responsables du financement social.

1,75% : c’est ce qu’aurait donné la règle précédente (2016) ! Selon elle, le taux du Livret A aurait été donné par le chiffre le plus élevé entre : l’inflation des douze derniers mois plus un quart de point (1,5 + 0,25 = 1,75%) et la moyenne arithmétique entre l’inflation des douze derniers mois (0,87%) et le taux bancaire à trois mois (-0,42%), soit 0,23% = (0,87 - 0,42)/2), donc 1,75%. Mais 1,75% aurait déclenché un cataclysme dans le logement social et les PME qui bénéficient de ces crédits ! C’est bien pourquoi la nouvelle règle voulait surtout « remédier au cas particulièrement exceptionnel d’une inflation très supérieure aux taux monétaires ». Exercice à moitié réussi : le saut des taux par indexation directe à l’inflation a été évité, mais pourquoi cette baisse ?

-0,42% pour les taux courts : voilà la grande nouveauté, attribuable à la politique monétaire de la Banque centrale européenne ! C’est elle qui a fait baisser les taux à 0% et le taux interbancaire à -0,42% pour faire repartir l’économie, puis l’inflation vers 2%. Mais voilà que l’inflation se réveille plus vite que la croissance. Cet effet de ciseaux entre inflation qui repart et taux interbancaires négatifs fait plonger les taux au-dessous du « plancher » ! Et ces taux très bas de la BCE devraient durer cette année, donc prolonger les taux du Livret A à 0,5%. Pourquoi ne pas l’avoir dit ? Le grand écart inflation-taux aurait été explicable. Est-ce pour protéger la BCE ou plutôt pour continuer à déterminer par des règles de calcul nos deux totems économiques : Livret A et SMIC ? Ne vaut-il pas mieux, en effet, que les politiques utilisent le capital économique qui leur reste à (bien ?) faire des réformes plutôt qu’à prendre des coups semestriels (Livret A) ou annuels (SMIC) ?

Donc personne n’est fou : il s’agit toujours de protéger de l’inflation, mais sa montée subite en France, après la chute des taux bancaires a créé un cas « anormal », souhaitons-le temporaire, à résoudre par plus de croissance.

Quelles leçons tirer de tout cela ?

Leçon 1 : les règles ne prévoient pas tout, mais c’est mieux que de tout politiser à leur place.

Leçon 2 : la Banque centrale européenne est entrée dans le Livret A.

Leçon 3 : il faut à peu près connaître les règles de calcul du Livret A et des autres taux réglementés pour agir plutôt que pour se plaindre. Comme le taux du Livret A vient pour moitié de la BCE, il restera bas.  Mais le taux du livret d’épargne populaire (LEP), c’est 1% (hors impôts et prélèvement sociaux) pour les ménages modestes (30 645 euro pour deux parts), soit potentiellement 40% des Français. C’est pour eux !

Leçon 4 : attention aux intox. Le Livret A ne « vole » pas 3 milliards d’euros l’an à ses détenteurs par écart entre son taux et l’inflation : il est défiscalisé, liquide, sans frais et sûr.

Leçon 5 : les détenteurs de Livret A se plaignent, mais restent. C’est leur « habitat préféré » pour une épargne liquide, « au cas où ». En 2014, face à la baisse des taux de l’époque, 51% des Français interrogés disaient qu’ils allaient continuer d’épargner, mais sur d’autres supports, 38% qu’ils ne changeraient pas, 10% qu’ils consommeraient plus. Aujourd’hui, les Livrets A n’ont jamais été aussi remplis !

Leçon 6 : les politiques se déchainent sans savoir. Ce n’est pas une « spoliation des ménages qui bossent » (Dupont Saint-Aignan). Ce n’est pas non plus seulement une baisse d’un euro par mois pour un dépôt moyen de 4800 euros (députée de la majorité Sophie Errante qui préside la commission de surveillance de la Caisse des Dépôts) : c’est un dépôt sciemment peu rémunéré, liquide et sûr, qui permet 250 milliards de financement social et 350 milliards de crédits aux PME. On ne peut monter le taux du Livret A et baisser les taux de ce qu’il finance !  

Leçon 7 : les défenseurs des consommateurs ont râlé sans plus. Aucun n’a voulu le rétablissement de la règle ancienne qui aurait fait basculer l’épargne vers le Livret A, au détriment des bons du trésor, fait s’effondrer le logement social et nombre de PME. Il s’agit d’un équilibre instable.

Leçon 8 : libre aux détenteurs de livrets d’aller aussi en bourse. Il y a autant en actions cotées qu’en Livret A ; 300 milliards. Mais la bourse qui est montée de 24% en 2019 et a beaucoup distribué de dividendes avait baissé de 11% en 2018. Elle bouge.

Leçon 9 : le Livret A n’est pas « populaire ». C’est le LEP, comme son nom l’indique qui l’est (Livret d’épargne populaire). Ce qu’on ne dit pas, c’est que 11% du nombre de Livrets (fin 2018) sont à plus de 19 125 euros, soit la moitié des encours. Leurs détenteurs doivent avoir leurs raisons.

Moralité : le Livret A est l’emprunt perpétuel français qui arrange tout le monde

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires