En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

03.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 8 heures 11 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 9 heures 38 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 14 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 17 heures 55 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 18 heures 49 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 19 heures 44 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 20 heures 1 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 8 heures 55 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 15 heures 57 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 18 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 18 heures 44 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 19 heures 37 sec
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 19 heures 31 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 19 heures 49 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 20 heures 2 min
© Tolga AKMEN / AFP
© Tolga AKMEN / AFP
Tu veux ou tu veux pas ?

Brexit J-15 : après avoir poussé à la roue, l’Europe veut désormais ralentir la cadence

Publié le 15 janvier 2020
Le Royaume-Uni s'apprête à quitter l'Union européenne le 31 janvier prochain. L'Europe semble dorénavant inquiète de ratifier un accord qui serait fait à la hâte.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Royaume-Uni s'apprête à quitter l'Union européenne le 31 janvier prochain. L'Europe semble dorénavant inquiète de ratifier un accord qui serait fait à la hâte.

Atlantico.fr : Le 9 janvier dernier, les députés britanniques ont donné leur accord sur le texte qui permettra au Royaume-Uni de quitter l'Union Européenne le 31 janvier prochain. Et si, pendant les trois années de crise qui ont précédé ce feu vert, l'Europe faisait pression sur le Royaume-Uni pour un accord rapide, elle apparaît aujourd'hui inquiète de ratifier un accord qui serait fait à la hâte. Pourquoi un tel revirement de situation ? 

Jean-Paul Betbeze : Parce que c’est la promesse de Boris Johnson qui est à l’oeuvre, celle sur laquelle il a été élu – et qui lui a permis de gagner. Il a mené le jeu en se mettant en nette opposition  avec Jeremy Corbyn, qui voulait d’abord un programme très à gauche, avec hausses de salaires et nationalisations, suivi d’un second referendum reprenant la même question que le premier : « Le Royaume-Uni doit-il rester membre de l'Union européenne ou quitter l'Union européenne ? ». Le parti travailliste, en tout cas Jeremy Corbin, mettait l’accent sur le social, la majorité des électeurs sur la question du Brexit.

Donc, sauf grande surprise, Boris Johnson ne demandera pas, fin juin, à bénéficier d’un report d’un ou deux ans pour préciser les conditions techniques de la séparation. Il s’est lui-même lié les mains dans la loi qui est en train de passer et où il a interdit une telle demande. Il continue à avoir l’initiative.

Certes, on ne sait jamais : le diable est toujours dans les détails, qui ne manquent pas. Ainsi, il est aujourd’hui surtout devant la porte. L’Union européenne a en effet indiqué que l’accès aux zone de pêche britanniques était un prérequis pour ouvrir les négociations commerciales. « Vous devez toujours avoir un budget en cas de manque absolu de sens commun, a alors noté Boris Johnson, cela va sans dire - mais je suis très, très, très confiant » !
Donc le « revirement de situation » vient de la réalisation de la promesse johnsonienne, qui entend fonctionner comme un rouleau compresseur, après une large victoire électorale. Nous verrons pour la suite, mais il « a la main ».

Alors que la réflexion autour du Brexit a duré trois ans, en quoi signer un texte concocté rapidement pourrait-il être risqué ?

Risqué parce que le temps passé à discuter lève les questions, les loups, les lacunes. Ensuite, les problèmes non traités ne manqueront pas d’apparaitre. On peut penser que le long accord mutuellement approuvé, entre Royaume Uni et Europe, aura déblayé une bonne part du terrain. Mais on ne sait jamais.

Surtout, l’essentiel sera dans la mise en œuvre pratique de l’accord de séparation, dans les comportements. Les douaniers anglais chargés de surveiller les biens qui arrivent  à « leur » frontière, pour passer par l’Irlande du Nord et arriver en Irlande, donc aller dans le Marché commun, seront-ils efficaces ? Vont-ils bien vérifier les normes réglementaires, sanitaires… qui permettront ensuite leur libre circulation dans les 27 pays ? Leur vigilance ne peut-elle être moindre devant des produits asiatiques, voire britanniques ? 

Il y aura nécessairement des tensions et des conflits ? Comment les arbitrer ? Ceci peut-il conduire à une frontière en dur entre les deux Irlande ?

Outre la « sortie » dans 16 jours, quelles étapes cruciales demeurent ? 

En fait, les mouvements à venir seront cruciaux à observer, pour avertir au plus tôt les autorités politiques et éviter ainsi déconvenues et tensions. On peut ainsi penser que des entreprises pourraient installer des usines filiales dans un pays européen, à charge à elles de compléter le produit, qui deviendrait ainsi « européen ». La question sera celle de la valeur ajoutée proprement européenne, pour mériter le label. En matière de finance, les entités de la City n’auront pas le « passeport européen » leur permettant de déployer partout leurs activités. Elles vont donc s’installer dans un pays de l’Union, mais la question sera alors celle de vérifier les transferts de personnel et d’équipement propres à servir tel ou tel marché. Il est ainsi exclu qu’une « boutique », comme on dit en finance, installée par exemple à Lisbonne avec quelques personnes puisse servir l’union, ou bien que quelques bureaux loués avec des banquiers voyageurs, puissent partout faire des deals. La question sera également de s’assurer que les serveurs informatiques qui gèrent les transactions sont bien sécurisés, à défaut d’être installés en Allemagne ou en France.

En fait, il y aura des étapes, notamment fin 2020, mais l’essentiel sera la surveillance. « Les étapes », ce sera en fait tout le temps. Ce qui est la meilleure façon de renforcer le marché unique, avec plus d’installations importantes, et de calmer les ardeurs de ceux qui rêvent d’être les Singapours du système, pour ne pas dire des passagers clandestins.

On ne mesure pas vraiment ce que Marché commun veut dire, avec ses normes, qui protègent les conditions de vie de ses membres, donc aussi leur emploi. Acheter moins cher, à qualité et sûreté égales, implique que les conditions de production puissent s’adapter chez le producteur local, ou bien il monte en gamme ou bien il importe ! Ce n’est pas pareil, surtout pour l’emploi. Le libre-échange permet le mieux-être, mais à condition de combiner concurrence et surveillance, dans le cadre d’accords qui deviennent de plus en plus complexes. Ils intègrent droit du travail, écologie, droits de propriété notamment. Autrement, c’est perdu. Les Brexiteurs le savent, à nous de montrer que nous aussi. Le libéralisme est toujours exigeant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 15/01/2020 - 22:14
M'enfin?
evgueniesokolof, vous êtes pas gentil ! Il faut bien qu'il dise quelque chose ! Y avait rien , il a rempli une page blanche ! Pas facile je vous le garantis !
Loupdessteppes
- 15/01/2020 - 18:09
Trop drôle...
L'Europe patine, les Britons avancent... Prévisible...
evgueniesokolof
- 15/01/2020 - 13:44
En fait...
Il est venu pour raconter quoi Betbeze ?