En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 9 heures 17 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 10 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 10 heures 42 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 12 heures 52 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 15 heures 6 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 15 heures 38 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 16 heures 45 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 17 heures 37 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 9 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 10 heures 27 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 11 heures 24 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 14 heures 55 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 15 heures 7 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 16 heures 40 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 16 heures 56 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 17 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 17 heures 43 min
© Reuters
© Reuters
Début de la fin ?

Pourrissement sur les retraites : mais qui saura réparer la démocratie française ?

Publié le 10 janvier 2020
Influences diverses et variées, peuple pas toujours écouté, passage de textes de lois en force... La démocratie telle qu'elle se présente aujourd'hui en France n'est plus fonctionnelle.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Influences diverses et variées, peuple pas toujours écouté, passage de textes de lois en force... La démocratie telle qu'elle se présente aujourd'hui en France n'est plus fonctionnelle.

Atlantico : Ce constat est partagé par Emmanuel Macron et les courants populistes, mais chacun échoue à la faire revivre. Pourquoi, tout en multipliant les solutions hommes politiques et courants politiques diverses ont-ils échoué à donner un nouveau à la démocratie ?

Edouard Husson : Cela commence toujours de la même façon, quel que soit le pays. Le sentiment d’appartenance à l’élite l’emporte sur l’envie de débattre au sein des élites. Les milieux dirigeants, au fond, ne mènent plus que des débats factices. Progressivement, par réaction, il se crée un populisme qui est l’exact miroir de l’élitisme. La droite et la gauche disparaissent, au moins comme forces politiques organisées. En France, c’est l’adhésion à l’Europe qui a joué ce rôle-là. En 1978, Jacques Chirac s’oppose vigoureusement à l’Europe fédérale que Valéry Giscard d’Estaing a en tête. D’ailleurs, en 1981, Giscard perd, à la fois parce qu’il a voulu faire la politique de la gauche sur les questions de moeurs et parce qu’il s’est affirmé comme un président mondialiste, qui voulait abolir les débats politiques au profit d’un grand rassemblement au centre. Emmanuel Macron n’a rien inventé, il n’est que le dernier des giscardiens. Auparavant, nous avons assisté à l’abandon par François Mitterrand de son programme social-démocrate au profit de la doctrine monétariste de Giscard et Barre, qu’il avait combattue avant 1981. Perdant par deux fois sa majorité à l’assemblée, le président Mitterrand décide de cohabiter avec Jacques Chirac puis avec Edouard Balladur. Les droite et gauche dites de gouvernement sont progressivement sorties de l’affrontement entre elles. La montée du Front National qui se voulait « économiquement de droite, socialement de gauche et nationalement de France », selon l’expression de Jean-Marie Le Pen, est le miroir tendu à la droite et à la gauche, quand elles ne veulent plus débattre entre elles. Le système de non-débat au sein des élites s’aggrave sous Jacques Chirac et cela donne l’élection présidentielle de 2002, où Jacques Chirac, candidat des élites européistes et mondialistes affronte au deuxième tour Jean-Marie Le Pen, candidat populiste.  Le cycle se reproduit de 2002 à 2017: Nicolas Sarkozy essaie de reconstruire la droite mais n’en prend pas complètement les moyens; François Hollande, pour l’affronter en 2012, offre une parodie du mitterrandisme de sa jeunesse en matière de fiscalité, de déclarations contre la finance etc... Et puis les deux présidents se remettent au centre et tout cela finit par un nouvel affrontement entre le candidat des élites et la candidate du peuple. Pour le plus grand profit des élites, qui arrivent toujours à disqualifier le populisme. 

Emmanuel Macron pensait que donner davantage la parole aux citoyens résoudrait une partie du problème. L'échec est cuisant, pourquoi cette solution ne fonctionne-t-elle pas ?

A partir du moment où les élites ne savent plus débattre en leur sein, elles sont incapables, en général, d’organiser un débat public ! Le fameux « Grand débat » de Macron est une caricature: il a monologué pendant des dizaines d’heures devant des auditoires triés. Dommage que Castro soit mort: ils auraient pu jouer au jeu du plus long discours. On remarque d’ailleurs une tendance du président de la République à prononcer des discours de plus en plus longs. Cela reflète l’essence du macronisme: à force de ne plus débattre entre eux, les partis de gouvernement en finissent par souhaiter ne plus perdre de temps à des débats factices en leur sein et n’avoir plus qu’un seul parti ! Regardez la manière dont beaucoup de membres de LR n’aspirent qu’à une seule chose: trouver un accord électoral avec LREM. Les hésitations ne tiennent plus qu’à des conditions de tactique électorale ou d’opportunisme. La réforme des retraites a réveillé des discours d’opposants au sein de LR. C’est uniquement parce qu’Emmanuel Macron apparaît affaibli. Sur le fond, François Fillon voulait la même réforme des retraites qu’Emmanuel Macron. Elle aurait été sans doute mieux préparée, c’est tout.  Ce n’est pas le seul sujet sur lequel Les Républicains sont à peine distinguables de la majorité présidentielle. Sur les sujets dits « sociétaux », il y aurait matère à une opposition radicale et systématique. Si la droite ne défend plus la famille, elle se prive d’un puissant moyen de défendre la liberté individuelle. Malgré cela, la droite, depuis Giscard, vote une réforme individualiste après l’autre. 

Que faire pour raviver la démocratie ? Recréer du lien direct, est-ce la solution ? 

La france n’est pas seule dans la situation que je viens de décrire, d’une incapacité des élites à débattre en leur sein. L’Allemagne d’Angela Merkel est atteinte du même mal: la Chancelière en a même fait son slogan: « Il n’y a pas d’alternative ». En retour, elle a dû assister à la montée d’un parti populiste, l’AfD, dont l’acronyme signifie précisément « Alternative pour l’Allemagne ». Le résultat, c’est une forte abstention, un effondrement des sociaux-démocrates, une Chancelière incapable de faire passer une réforme de fond jusqu’à la fin de son mandat  en 2021. Ce qui vient de se passer en Grande-Bretagne nous montre à l’inverse la voie du renouveau démocratique. Les conservateurs de Boris Johnson ont assumé qu’il y ait un débat au sein des élites, sur le sujet par excellence, celui de l'appartenance du pays à l’Union Européenne. Au contraire, le Labour de Jeremy Corbyn a refusé d’assumer une position claire sur ce sujet: les travaillistes ont perdu une grande partie de leur électorat populaire au profit des conservateurs. Je ne crois donc pas que la question soit celle de la démocratie directe. Le référendum britannique de 2016 avait été on ne peut plus clair, pour souhaiter la sortie britannique de l’UE. Les trois ans qui ont suivi nous ont montré que le problème ce sont les élites quand elles refusent le débat en leur sein. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 12/01/2020 - 20:27
Productivité importée .
Sur la productivité elle ne peut que croître lentement car nous sommes surtout une économie de service ( fameux exemple du coiffeur) mais en plus notre économie étouffe sous une ribambelle de normes écologiques et autres qui réduisent la productivité:
- Investissements de mise aux normes un peu partout qui coûtent très chers sans rien rapporter.
- obligation morale de " vivre ensemble" et de parité qui conduisent de plus en plus à faire des recrutements qui ne sont pas les plus efficaces.
- Suivi et contrôle obligatoires d'une multitude de données et d'indicateurs : indicateurs sociaux, respect de critères environnementaux, conformité et sécurité financière ( considérables dans le secteur financier) , risque juridique considérablement accru comme aux USA, réglementation européenne, obligations fiscales renforcées ...tout ceci nécessite l'emploi d'une quantité considérable de personnes qualifiées , coûteuses et non directement productives.
En fait les progrès de productivité constatées sont largement des progrès importés par le biais du prix bas des produits en provenance de pays où la productivité industrielle continue à augmenter beaucoup.
jurgio
- 10/01/2020 - 17:59
Le gouvernement a brassé les cartes
mais nous avons toujours les mêmes à distribuer ! Un tour de passe-passe manqué. On pouvait s'attendre à une tendance à la répartition pour se retirer peu à peur de la gangue de la répartition qui ne fonctionne que si le monde ne devait jamais changer. Une reforme qui n'en a plus l'air et qui conforte les bastions dont la perte est le seul souci de Martinez, Soviet et Cie. Sans compter les distraits de la rue qui n'ont pas encore remarqué que rien n'a changé, sinon que nous sommes passés à un cumul de trimestres à un cumul de points. Ce que vaudra leur point est pour l'instant de la compétence de madame Irma.
evgueniesokolof
- 10/01/2020 - 17:23
Ganesha
Il faut toujours raisonner en termes de productivité: il en résulte que 25 heures par semaine c'est possible si la productivité augmentant disons d'un tiers à minima on peut créer la même richesse avec moins de travail! Mais c'est là que le bât blesse car , une bonne partie de la population est conne et inemployable à cause du désastre éducatif! Ceux la devront travailler zero heures!!!! tu me suis? Et si tu ne me suis pas et bien regarde ton cas!!!! Tout ce que tu racontes c'est du flan , ta productivité tangente le zéro!!! Alors imagine une économie où seraient clonés les Ganeshas! le cauchemar!!!! Il parait que c'est sur quoi travaille la CIA: transformer les iraniens en Ganeshas!!!!plus de danger: c'est Allah qui envoie les missiles!