En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 9 heures 32 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 11 heures 23 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 15 heures 6 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 16 heures 1 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 19 heures 38 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 21 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 21 heures 49 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 22 heures 24 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 10 heures 22 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 14 heures 25 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 15 heures 41 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 20 heures 47 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 21 heures 22 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 22 heures 6 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Les ambassadeurs : ces témoins-clés pour juger des conséquences et de l'impact du terrorisme pour la France et son image

Publié le 04 janvier 2020
Jean-Christophe Notin publie "Français, le monde vous regarde" aux éditions Tallandier. Dans ce livre, 32 ambassadeurs, de tous les continents, livrent leur point de vue sur la France qui les accueille. Extrait 1/2.
Jean-Christophe Notin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Christophe Notin est l’auteur de nombreux ouvrages tant sur la Seconde Guerre mondiale (La Campagne d’Italie, 2002 ; Leclerc, 2005), que sur les conflits récents (La Guerre de l’ombre des Français en Afghanistan, 2011 ; La Guerre de la France au Mali
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Christophe Notin publie "Français, le monde vous regarde" aux éditions Tallandier. Dans ce livre, 32 ambassadeurs, de tous les continents, livrent leur point de vue sur la France qui les accueille. Extrait 1/2.

Quand l’opération Serval fut lancée, le 11 janvier 2013, un des arguments du pouvoir politique fut le danger de laisser se créer un califat qui aurait hébergé et formé les auteurs de futurs attentats en France et en Europe. Les faits ont démontré, à partir du 7 janvier 2015 et du carnage dans les locaux de Charlie Hebdo, que la Syrie et l’Irak avaient supplanté le Sahel pour servir de cadre à cette macabre université du terrorisme. Les attaques du 13 novembre suivant ont souvent été assimilées au « 9 septembre 2001 français » tant les pertes furent nombreuses et l’émotion paroxysmique. Les ambassadeurs ont été aux premières loges pour juger des conséquences sur la vie du pays…

Alexandre Orlov (RUS) : Je me souviens très bien de l’attentat contre Charlie Hebdo. Ce jour-là, j’avais un déjeuner avec Rachida Dati à la Résidence. Un coup de téléphone l’a prévenue de l’attentat. Elle s’est excusée et est partie. J’étais presque en direct de cet attentat, c’était affreux ! 

Nikolaus Meyer-Landrut (ALL) : La journée qui m’a le plus marqué fut le 13 novembre. C’était un match France-Allemagne…

JCN : Vous étiez au stade ? 

Nikolaus Meyer-Landrut (ALL) : Oui. Avec le ministre des Affaires étrangères allemand et le président de la République française. J’étais à une place de monsieur Hollande. On a entendu les « boum », on s’est regardés, on n’a pas compris. On pensait que c’était peut-être un pétard… Je me rappelle que j’ai regardé dans le stade et j’ai vu qu’il n’y avait aucune fumée. Donc, j’ai dit à mon ministre Steinmeier : « Ce n’est pas normal, il se passe quelque chose… » Dès qu’il a eu des renseignements, le président Hollande nous a informés. Donc, probablement nous avons été parmi les premiers à l’être. J’avais à peu près 200 personnes de l’ambassade, collaborateurs et familles, dans le stade… Il y avait aussi 1 000 volontaires qui avaient aidé dans le crash de l’avion allemand dans le sud des Alpes (Crash du vol 9525 de ligne de la German Wings, le 24 mars 2015).

JCN : Vous étiez donc aux premières loges… 

Nikolaus Meyer-Landrut (ALL) : On a parlé avec le président Hollande pendant la pause. Il nous a demandé de rester. J’ai compris pourquoi, lui, il est parti. C’est peut-être le match de foot dont je me rappelle le moins… On était assis, on essayait d’en savoir plus, mais les portables ne marchaient pas bien, car sans doute les Français les ont brouillés un peu… Et on est partis cinq ou dix minutes avant la fin. Je voulais raccompagner mon ministre à l’aéroport pour qu’il parte, car on n’avait aucune idée de ce qui allait se passer…

JCN : Il est parti le soir même ? 

Nikolaus Meyer-Landrut (ALL) : Oui, il a pris l’avion comme prévu après le match. Ce fut certainement la journée qui m’a le plus marqué… 

Ehab Ahmed Badawy (ÉGY) : Je l’ai très mal vécue. Un choc. Après, on m’annonce le décès de deux citoyens égyptiens. Monsieur Salah Emad El Gebaly et une jeune femme franco-égyptienne, Lamia Mondeguer. Au Stade de France, un passeport égyptien a été retrouvé qui, selon les médias, appartenait au terroriste. J’ai dû intervenir pour signifier qu’il appartenait à l’une des victimes et non au terroriste qui avait fait exploser la bombe. Or il se trouve que la mère du détenteur du passeport, qui avait perdu son mari il y a une vingtaine d’années et se consacrait à l’éducation de ses deux enfants, était venue à Paris pour faire soigner l’un de ses fils atteint d’un cancer. Son frère avait décidé de se rendre au Stade de France pour voir le match… Malheureusement, il a été très grièvement blessé, et depuis cette date, sévèrement handicapé, il est en rééducation en France et subit de nombreux et douloureux traitements. Durant cet épisode dramatique, le jeune garçon atteint du cancer est décédé… Un drame qui m’a profondément bouleversé…

JCN : Une terrible fatalité… 

Ehab Ahmed Badawy (ÉGY) : Des jeunes hommes de 24 à 26 ans… La fatalité… 

Nikolaus Meyer-Landrut (ALL) : Nous, on a eu deux morts.

JCN : Vous l’avez su dans la soirée ? 

Nikolaus Meyer-Landrut (ALL) : Non, c’est toujours très compliqué. Il faut l’identification et l’information officielles des autorités françaises. 

Qëndrim R. Gashi (KOS) : Moi, j’étais ici en 2016, le 14 juillet, quand il y a eu l’attaque à Nice. C’était, au niveau émotionnel, peut-être un des jours les plus difficiles de ma vie depuis la guerre au Kosovo. Car vous voyez ce qui se passe, et vous n’avez pas la force de le stopper.

JCN : Comment avez-vous jugé la réaction des autorités françaises ? 

Nikolaus Meyer-Landrut (ALL) : L’ensemble de l’État a réagi de manière très efficace… L’action le soir même au Bataclan nous a impressionnés, je pense, à juste titre. C’était quand même une situation extrêmement compliquée. Et là aussi, on voit l’efficacité d’un État centralisé. 

Petr Drulák (TCH) : En Tchéquie, on suivait les attentats en France à la télé en continu avec sidération et solidarité…

Zhai Jun (CHIN) : Les attentats qui ont frappé la France depuis 2015 ont eu une résonance mondiale. Y compris en Chine. Nous avons compati au sort tragique qui a frappé les victimes innocentes. 

Anguel Tcholakov (BUL) : La chose qui m’a le plus impressionné, c’est qu’à aucun moment, pendant, et après les attaques terroristes, on n’a senti une augmentation de la xénophobie, de l’intolérance. Je crois qu’en termes métaphoriques, même dans un contexte d’émotions et d’épreuves extrêmes, finalement, les gens ont gardé un côté très humain. 

Oleg Shamshur (UKR) : Le comportement des Français était digne et normal, sans panique, j’ai beaucoup apprécié. 

Jean Galiev (KAZ) : Le monde entier a vu que la France n’avait pas peur et n’allait pas être soumise aux pressions des criminels. C’est ainsi et pas autrement qu’il faut agir. Je tiens à exprimer mon admiration pour le courage, l’unité et la solidarité des Français et mon profond respect à tous ceux qui ont protégé la population et assuré la sécurité au prix de leurs vies. 

Paulo Cesar de Oliveira Campos (BRÉ) : Personnellement, je me souviens que les deux, trois jours après les attentats du Bataclan, les rues étaient vides à Paris, les gens avaient peur, on ne savait pas comment réagir à ça. Est-ce que c’était terminé ou est-ce qu’il y en aurait encore ? Et pendant une semaine, ici, à l’ambassade, il y avait la police tout le temps, des bruits partout dans la ville… Il y avait un changement de société, la peur était très présente. 

Qëndrim R. Gashi (KOS) : Quand il y a eu l’attentat de Charlie Hebdo, j’ai assisté à Pristina, avec beaucoup de citoyens kosovars, à une manifestation de solidarité. Même les journaux kosovars avaient publié les caricatures de Charlie. J’essaie de comprendre cette discussion sur « Je suis Charlie » ou « Je ne suis pas Charlie ». Pour moi, c’est toujours clair. Quand j’ai dit « Je suis Charlie », c’était pour exprimer la solidarité avec le droit d’exprimer des pensées, parce que, moi, avant, je ne savais même pas ce qu’était Charlie Hebdo […]. L’Europe doit faire plus pour défendre le droit de critiquer. Autrement, un jour, on aura des problèmes… et nous en avons déjà ! Quand je dis « nous », ce n’est pas le Kosovo, mais tout le monde. 

Vanessa Lamothe Matignon (HAÏ) : Ce qui m’a marquée, c’est cette marche à Paris de tous les présidents et des dirigeants qui se sont retrouvés dans ce mouvement d’union presque international. J’y étais aussi et j’ai trouvé que c’était une image très forte, et que peut-être le monde gagnerait à être comme ça de façon plus régulière. 

Rolf Einar Fife (NOR) : Les deux attentats en Norvège, le 22 juillet 2011, notamment contre les jeunes sur l’île d’Utøya, nous ont marqués à jamais et ont contribué aussi à un très fort sentiment de solidarité avec les Français lors des attentats de 2015. Après les attentats du Bataclan et de Nice en particulier, le trottoir devant l’ambassade de France à Oslo a plus ou moins été submergé par les fleurs. Tout le monde est passé se recueillir. Ce fut très puissant.

JCN : Quelle lecture votre pays a-t-il-fait de ces attentats ? 

Nguyen Thiep (VIE) : Les Vietnamiens ont eu de la solidarité pour les Français. Mais, comment dire, au Vietnam, il n’y a pas vraiment de menace liée à l’Islam. C’est la question : parmi les terroristes, il y en a pas mal qui sont nés, qui ont vécu, qui ont grandi en France, dans les écoles françaises… 

Oleg Shamshur (UKR) : C’est plutôt un problème de politique interne. 

Petr Drulák (TCH) : Ces attentats donnent beaucoup d’arguments à ceux qui critiquent l’ouverture à l’immigration. Parce qu’on dit : voilà, regardez ce qui s’est passé en France, ce sont souvent les gens qui sont nés et qui ont grandi en France qui ont commis des attentats ! Et si la France a des problèmes avec l’intégration, elle qui a une expérience assez profonde des autres cultures, à quoi peut-on s’attendre chez nous ? Donc, l’expérience des attentats en France est quelque chose qui a durci en Tchéquie la position envers les migrations. 

Filip Vučak (CRO) : L’attitude de l’opinion publique croate envers les réfugiés et les migrants en 2015 était plutôt positive, mais après ce qui s’est passé en France et en Allemagne, on a eu peur. Il faut mentionner que pendant cette grande vague de migrants arrivés par la « route balkanique », environ 600 000 sont passés par la Croatie ! 

Juan Manuel Gómez-Robledo (MEX) : Je pense que les attentats de 2015 et ceux qui ont suivi en 2016 et 2017 représentent un tournant pour la société française. Les Français se sentaient très à l’abri et ils ont découvert malheureusement qu’ils pouvaient être la cible de l’extrémisme et d’une certaine forme d’islamisme radical. Ces faits ont beaucoup nui, hélas, à la manière dont la communauté musulmane est perçue en France et au traitement des dossiers très complexes des flux migratoires. 

Chem Widhya (CAM) : Le fondamentalisme cause un grand problème de cohabitation, accentué par la présence accrue de ceux qui y croient en France. Quand j’étais petit, les différentes croyances vivaient ensemble en harmonie, sans aucun problème. Je vous le dis en connaissance de cause car j’ai habité deux ans au Caire et il y a une communauté très importante de coptes qui ne dérangeait personne. C’étaient des frères et des sœurs. Ce n’est plus le cas. La mentalité des gens a beaucoup changé et c’est ça qui est inquiétant… 

Isabelle Hudon (CAN) : Nous n’avons pas réagi en cherchant des causes nationales à ces drames. Nul pays n’est à l’écart. C’est un phénomène mondial. Cela nous rappelle cependant chaque fois l’extrême fragilité du monde dans lequel on vit. En tout cas, je n’ai jamais entendu au Canada qu’on cherchait à expliquer les attentats dont souffre la France en raison de telle ou telle cause nationale… 

Pieter de Gooijer (PB) : ça fait peur aux Pays-Bas aussi. Nous n’avons pas d’histoire avec la Syrie comme la France. Mais nous y avons quand même des djihadistes, nous avons le problème du retour avec les enfants. Donc, [les attentats], ce n’est pas la conséquence de la politique de la France. Les Russes, les Américains, nous, les Européens, on a tous une mesure de responsabilité pour ce qui arrive là-bas… 

Anguel Tcholakov (BUL) : Je crois que c’est dû à votre engagement à l’étranger d’abord. Ensuite, à la valeur symbolique de la France et de la ville de Paris sur la carte du monde. C’est ce qui en fait une cible privilégiée. 

Hanna Simon (ÉRY) : La politique française est de plus en plus rejetée. Cela ne veut pas forcément dire que je soutienne ce point de vue.

Extrait du livre de Jean-Christophe Notin, "Français, le monde vous regarde", publié aux éditions Tallandier

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires