En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

07.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 15 min 12 sec
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 4 heures 24 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 4 heures 42 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 5 heures 19 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 5 heures 54 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 6 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 18 heures 19 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 19 heures 7 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 58 min 9 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 5 heures 36 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Politique
Lâches, cyniques et/ou aveugles

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 18 heures 47 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 19 heures 39 min
© MICHEL EULER / POOL / AFP
© MICHEL EULER / POOL / AFP
Atlantico Business

Emmanuel Macron confirme « sa raison d’être » qui est de réformer la France pour éviter la « chienlit » et satisfaire ceux qui ont voté pour lui

Publié le 02 janvier 2020
Le président de la République reconnaît de fait qu'il existe un bras de fer entre le pouvoir politique, dont la mission est de produire le droit, et le pouvoir des minorités corporatistes qui veulent imposer leur loi.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République reconnaît de fait qu'il existe un bras de fer entre le pouvoir politique, dont la mission est de produire le droit, et le pouvoir des minorités corporatistes qui veulent imposer leur loi.

Le président de la République a principalement choisi de parler plus à ceux qui lui ont permis d’accéder au pouvoir qu’à ceux qui manifestent contre ses projets et il a raison. Et pour cause, il a pour lui la légitimité politique que lui donnent les institutions et le résultat des différents scrutins. Mais actuellement, tous ceux qui s’opposent à l'évolution qu‘il porte sont suffisamment nombreux et organisés pour le bloquer. C’est bien son problème et au-delà, le problème du pays. 

La modernisation nécessaire pour répondre à la nouvelle donne internationale et aux défis de la technologie crée tellement de mécontents et attaquent tellement de situations particulières et confortables que ceux-ci ne sont pas loin d’espérer pouvoir arrêter le mouvement. 

Le général de Gaulle appelait cela « la Chienlit ». Une situation très contradictoire où personne ne respecte plus aucun pouvoir et où tous les coups sont permis au profit des conservateurs qui souhaitent que rien ne change. Le général de Gaulle voulait changer la France dans le respect de l‘ordre et de la loi. 

Emmanuel Macron n’est évidemment pas le Général de Gaulle, la situation du pays est très différente, mais la France est à nouveau coupée en deux entre la France qui veut bouger et la France qui cherche à se protéger des risques et des incertitudes, plutôt que de les assumer pour s’y adapter. 

Le problème de la gouvernance ressort assez bien du discours délivré le 31 au soir par le président. Emmanuel Macron se retrouve paralysé (le mot n’est pas trop fort) par deux phénomènes qui sont d’ailleurs propres aux vieilles démocraties. 

Le premier phénomène est une remise en cause permanente de la légitimité politique par l’opinion publique et les composantes du corps social.  

Le deuxième phénomène est de s’affranchir des contraintes financières dans le développement de projets économiques et sociaux.

Premier phénomène, comment restaurer en permanence la légitimité politique quand le pouvoir élu démocratiquement sur la base d’un projet est en permanence remis en cause par l’opinion publique, les médias, les réseaux sociaux et les syndicats ? 

La démocratie aujourd’hui oblige les candidats au pouvoir à faire un certain nombre de promesses que l’opinion publique empêchera de réaliser une fois au pouvoir.

Il ne s’agit pas de s’interroger sur le bien-fondé des manifestations ou des mouvements sociaux, mais entre les gilets jaunes et maintenant différents syndicats, le modèle social français, est en risque de faillite s’il n’est plus en mesure de faire respecter la hiérarchie des pouvoirs. La gouvernance démocratique est issue d’un vote politique. L’exécutif tenu par Emmanuel Macron s’est installé aux manettes à l'issue de l’élection présidentielle et compte tenu d’une offre politique qui a été expliquée et reçue. Le pouvoir législatif a été lui-même élu pour apporter à l’exécutif un appareil capable de produire le droit. 

En théorie, les décisions prises par l‘exécutif et fabriquées par le législatif disposent d’une légitimité que donne la Constitution. Mais on s’aperçoit bien que cette logique soit théorique. 

Les partis extrémistes, de droite comme de gauche, réclament un jeu démocratique quotidien, et même une reconnaissance des pouvoirs minoritaires à imposer certaines lois contre l’avis majoritaire. Quand ça n’est pas la revendication d’organiser des referendum en permanence. 

Plus grave dans le domaine social notamment, la majorité des chefs syndicaux considèrent que la fabrication du droit social, est de leur seule compétence ; la CGT par exemple, nie à l’état le droit de présenter une loi réformant des pans entiers du droit social sans son accord. 

Et pour exercer ce pouvoir, contre la représentation politique, les syndicats ont recours à la grève dans des secteurs stratégiques comme les transports publics. 

On en arrive à des situations assez ubuesques puisque sur la question des retraites, les syndicats qui représentent moins de 20% du total de salariés, ou même les grévistes de la SNCF qui sont moins de 6000  (sur les 100 000 cheminots) réussissent à imposer des décisions à l'ensemble des salariés et même à l'ensemble de la population, puisque la SNCF transporte chaque année 80 millions de salariés. 

La gêne entrainée par la grève donne un pouvoir colossal aux incitateurs du mouvement de résistance sociale et du coup, tient lieu de légitimité qui s‘impose à la légitimité politique. Cette dérive est évidemment très dangereuse. 

Le deuxième phénomène qui risque de déséquilibrer la démocratie est alimenté par la tendance à s’affranchir des contraintes financières dans la prise de décision sociale par exemple ou dans la gestion des choix budgétaires. Le débat actuel sur les retraites a permis de souligner qu’il y avait des syndicats responsables et co-gérants du modèle social qui étaient prêts à ne pas prendre en compte la dimension financière. D’où le refus par beaucoup de syndicats de prendre de mesures budgétaires pour stabiliser définitivement la situation des régimes de retraites. 

Qu’il y ait débat sur les modalités du financement entre les cotisations, les retraites et l'âge de départ, c’est une évidence. Mais que les principaux partenaires sociaux s’opposent à toute mesure de rééquilibrage ou d’ajustement préalable à la réforme ne paraît pas responsable. Que les groupes de pression défendent leurs intérêts est évidemment légitime, mais qu'ils en arrivent à considérer que le rééquilibrage n’a aucune importance paraît très dangereux. 

Cette situation ne se limite pas seulement à la question des retraites. On la retrouve à tous les niveaux de la gestion de l’argent public, budget et affaires sociales. 

Tout se passe comme si l’État pouvait s’affranchir de la contrainte financière et ignorer qu‘il existe des murs de réalité qu'on ne peut guère franchir sans prendre le risque de céder un peu de liberté. 

Le refus de prendre en compte l’équilibre des coûts et des recettes est en général justifié par des arguments techniques assez convaincants : la baisse des taux d’intérêt, l’espérance d’une croissance future etc... 

Il s’explique surtout par le refus de prendre parti dans le débat budgétaire qui est pourtant au cœur du débat politique. 

Les partenaires sociaux seraient d’autant plus crédibles et d’autant plus forts s’ils prenaient leur part de responsabilité au niveau de la gestion financière. Or beaucoup ont baissé les bras en laissant à l’Etat le soin de trouver des ressources. Ils ont du coup abandonné une composante de la gestion paritaire à l'Etat. Dans l’assurance chômage, l’assurance maladie et la santé, aujourd’hui la retraite. Mais parallèlement, les partenaires sociaux revendiquent l’exclusivité de la construction du droit social. 

Le pouvoir politique, investi de cette légitimité politique que donne l’élection, est donc contesté dans son rôle de fabricant du droit de vivre ensemble, mais il est surinvesti dans la mission de chercher les ressources fiscales ou parafiscales pour payer la facture du droit social.

Aucun pouvoir politique démocratique ne peut accepter une telle situation qui le met en danger quotidiennement. 

Emmanuel Macron a raison de rappeler « quelle est sa raison d’être », parce que son vrai et seul rôle est de rendre le modèle français plus performant pour le plus grand nombre et pas de protéger la situation de ceux qui renoncent à s’adapter à cette évolution parce qu‘ils en ont peur et qui pourtant font beaucoup de bruit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
PATRICKALAIN
- 06/01/2020 - 10:22
Oui sur le fond mais non sur la forme
Monsieur Sylvestre , je respecte beaucoup vos opinions et j'apprécie vos articles
Dans celui ci comment ne pas être d'accord sur le fond mais par contre vous semblez ne pas tenir compte de la dimension humaine
Le pouvoir en place n'ignorait pas la situation ou alors c'est la le problème c'est la méconnaissance du fonctionnement actuel
si tel n'était pas le cas ce qu'on peut espérer ;toute résolution de problème passe par une méthode qui doit prendre en compte les participants et leur capacité à accepter les changements et c'est certainement la que les rôles sont inversés car c'est au gouvernement de s'adapter pour réussir et non pas attendre des syndicats et autres une compréhension subite
lasenorita
- 03/01/2020 - 17:59
Il a augmenté la chienlit et l'insécurité...
L'insécurité a augmenté en France:Macron donne les sous des contribuables français et la CSG des retraités aux terroristes musulmans qui arrivent,chaque jour,par bateaux pleins dans notre pays et ''sans autorisation''!..Ce vendredi un homme en djellaba a tué et blessé ''au hasard'' des ''innocents'' à Villejuif!Toute la France est devenue dangereuse!Macron a pleuré en regardant les grosses cylindrées des dealers musulmans(dans le film Les Misérables) mais il n'a pas versé une seule larme en apprenant que des centaines de petites voitures de Français modestes ont été brûlées,la nuit du Réveillon,par ces mêmes musulmans de nos cités...
ajm
- 02/01/2020 - 21:57
Faux débat sur un vrai sujet
En quoi Cirelli est-il un ripoux ? Il faut arrêter ces conneries melancho-mediapart. Blackrock n'en a rien à foutre de nos histoires de retraite. C'est un gestionnaire d'actifs ( près de 7000 milliards USD) dont certains clients ,parmi bien d'autres, sont des fonds de pension. Personnellement, je préférerai que ma retraite soit gérée par Blackrock plutôt que par Bercy en collaboration avec la CGT et la CFDT!! . Aux Pays-Bas la moitié des pensions de retraite sont versées par des fonds de pension et le retraité néerlandais est celui , en Europe, qui reçoit le plus. Les régimes par capitalisation ne sont pas nécessairement le nirvana que certains vantent mais ils sont loin d'être un enfer. En fait, un mélange des deux ( base répartition et complémentaires en capitalisation) serait sans doute optimum. La réforme de Macron ne va pas du tout dans ce sens: elle casse les régimes complémentaires du privé ( salariés et indépendants) pour tout mettre dans une super caisse de type SC, étatique et sous la coupe de Bercy, et ne prévoit strictement rien en capitalisation, y compris pour les cotisants au-dessus de trois plafonds de la SC ( cadres sup et professions libérales).