En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 23 min 37 sec
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 1 heure 36 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 2 heures 51 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 3 heures 47 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 55 min 3 sec
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 2 heures 1 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 3 heures 47 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 3 heures 47 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 3 heures 47 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 3 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 14 heures 49 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Révoltes

Les années 2010 ou la révolte des peuples occidentaux contre leurs élites. Certains ont réussi, d’autres moins...

Publié le 29 décembre 2019
Durant ces dix dernières années, nombreux ont été les peuple occidentaux qui ont essayé, avec plus ou moins de réussite, de se rebeller contre leur élite.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Durant ces dix dernières années, nombreux ont été les peuple occidentaux qui ont essayé, avec plus ou moins de réussite, de se rebeller contre leur élite.

28 avril 2010: le début du déclin des travaillistes britanniques

 

Nous sommes le 28 avril 2010, à 200km au nord de Londres, à Rochdale, dans un bastion électoral des travaillistes. Gordon Brown, qui a succédé à Tony Blair à Downing Street, se présente pour la première fois aux électeurs pour se voir confirmer le poste de Premier ministre. Les travaillistes sont au pouvoir depuis 1997 et les sondages donnent Brown gagnant malgré son manque de popularité. Au moment où il se dirige vers sa voiture, Brown rencontre Gillian Duffy, une électrice fidèle du Labour, une fonctionnaire municipale à la retraite. Le hasard fait qu’elle vient de faire ses courses et croise le Premier ministre en campagne: de façon inopinée Gordon Brown se voir soumis à un feu nourri de questions. Madame Duffy lui demande comment le gouvernement va s’y prendre pour résorber la dette publique; elle lui demande comment ses petits-enfants vont pouvoir faire des études correctes à l’université avec le déclin du nombre de bourses; elle lui demande comment il entend garantir le financement du NHS, le système national de santé. Pour finir, elle lui demande pourquoi il est interdit, dans le débat public, de parler d’immigration. « Tous ces Européens de l’Est qui viennent travailler ici, d’où viennent-ils? ». Gordon Brown sourit, dit quelques mots faussement empathiques sans répondre aux questions puis retourne à sa voiture. Il demande alors à l’un de ses conseillers ce qui a pris à l’équipe de le laisser filmer avec « cette femme ». Le conseiller, qui n’a pas entendu le dialogue, demande ce qu’a dit Madame Duffy: « Oh! J’ai eu droit à tout. Une vraie réac. Elle s’est présentée comme ayant toujours été travailliste. Il y a de quoi s’esclaffer ». Gordon Brown avait juste oublié qu’il portait toujours le micro cravate de Sky News, allumé....

Le Brexit n’est qu’un révélateur de la coupure entre les peuples et leurs élites

Les élections de 2010 sont passées dans l’histoire comme les « élections de Gilian Duffy ». Deux semaines plus tard, les travaillistes perdaient la majorité absolue. Les conservateurs et les libéraux-démocrates constituaient une coalition pour gouverner. Il fallait se remémorer cette histoire pour comprendre la déroute du parti travailliste aux élections de décembre 2019. Le Labour n’a jamais tiré les leçons du désastre du 28 avril 2010. Le Brexit ne doit pas être considéré seulement pour lui-même mais comme un révélateur d’une crise bien plus profonde. Il y avait à Rochdale, des centaines, des milliers d’électeurs travaillistes à penser comme Gillian Duffy. Ils ont voté pour la sortie de l’Union Européenne. En 2017, ils ont pu voter Jeremy Corbyn, en lui faisant confiance sur le fait qu’il appuierait les votes permettant la mise en oeuvre du Brexit. Corbyn n’a pas tenu parole et il a essuyé, en 2019, la plus grosse défaite jamais vécue par les travaillistes depuis la Seconde Guerre mondiale. Au contraire des travaillistes, les conservateurs ont compris qu’il se passait quelque chose de profond dans l’opinion publique britannique: selon un récurrent paradoxe britannique, ce sont deux anciens d’Eton, l’école privée des élites, qui auront organisé le Brexit: David Cameron, en tirant les leçons de la percée de Nigel Farage aux élections européennes de 2014 et en organisant le référendum de juin 2016; Boris Johnson en conquérant la majorité qui permettra, en 2020, de réaliser le Brexit. Au passage, le parti conservateur a vu se rallier à lui les électeurs de Rochdale et de toutes les terres travaillistes situées plus au nord, le fameux « mur de briques ». 

La révolte généralisée des peuples occidentaux 

En Grande-Bretagne, la révolte populaire déclenchée involontairement par Gillian Duffy a pu aboutir dans la mesure où une partie des élites a écouté le désarroi populaire. Mais qu’en a-t-il été ailleurs? La révolte populaire est en effet générale en Occident: c’est là que les classes moyennes et la classe ouvrière ont été les plus atteintes par les conséquences du libre-échange généralisé, de la délocalisation de l’emploi vers les pays émergents et de l’idéologie de l’abolition des frontières. De même qu’en 1979, l’élection de Margaret Thatcher avait déclenché une vague de mise en cause, à travers l’Occident, de l’étatisme social-démocrate, de même le référendum britannique sur le Brexit a déclenché une vague conservatrice de mise en cause du monde sans frontières: quelques mois plus tard, l'élection de Donald Trump a été un choc pour l’intelligentsia occidentale, tout comme l’élection de Ronald Reagan en 1981. Ensuite, tout comme dans les années 1980, on a vu une série de basculements électoraux: en France, tout d’abord, où, comme lors de l’élection des socialistes en 1981, le pays semble se faire une spécialité de s’accrocher au monde d’avant. Emmanuel Macron, élu Président en mai 2017, est le dernier défenseur du monde sans frontières comme François Mitterrand était, à l’origine, le dernier des Mohicans socialistes en Occident. En Allemagne, le vieux monde des élites a reçu un sérieux avertissement lors des élections de septembre 2017, avec l’effondrement du SPD, l’affaiblissement de la CDU et la percée du mouvement conservateur et nationaliste à la fois qu’est l’AfD. En 2018, ce fut au tour de l’Italie de basculer, avec l’arrivée au pouvoir d’une coalition composée de la Ligue du Nord, conservatrice, et du Mouvement Cinq Etoiles, populiste. 

Les autre caractéristiques de cette révolte

Si l’on essaie de trouver un schéma commun à tous les pays dont nous parlons, on peut énoncer quatre caractéristiques : 

- la révolte des peuples a lieu partout. Son facteur déclenchant a été la crise de 2007-2008 et la manière dont les gouvernements de tous les pays se sont préoccupés de sauver le système bancaire, y injectant d’immenses liquidités, sans traiter la question du niveau de vie des sociétés. 

- Elle naît en effet partout des mêmes ingrédients: une baisse du niveau de vie des classes moyennes et populaires, tandis que les inégalités se creusent et une partie des classes supérieures consolide son emprise sur les leviers du pouvoir. Partout, on assiste à une désindustrialisation et une montée du chômage. La seule exception est l’Allemagne, qui a limité ces deux derniers phénomènes grâce à la mise en place d’une chaîne de production très précisément organisée entre la main d’oeuvre moins rémunérée de l’Europe Centrale et sa main d’oeuvre; et grâce à une absence de dévaluations compétitives au sein de la zone euro. Mais cela s’est fait aux dépens du reste de l’Union Européenne. 

- Loin de chercher à résoudre pratiquement la crise pour l’ensemble de la société, les élites néo-libérales ont eu partout le même réflexe: la fuite en avant dans l’idéologie individualiste, en la poussant à son paroxysme. L’insoutenable légèreté des élites se traduit par la multiplication des réformes sociétales, préoccupation d’une minorité très riche, soudain imposée à l’ensemble de la société comme le sujet central. C’est l’accélération de la politique d’immigration, tout à fait voulue, pour briser la résistance nationale des peuples: Tony Blair en avait fait la théorie, contre toute l’histoire du parti travailliste, et l’ancienne fonctionnaire municipale Gillian Duffy avait un bon instinct lorsqu’elle pointait cette question comme le problème central à Gordon Brown en 2010. Mais c’est sans aucun doute Angela Merkel et la CDU qui sont allées le plus loin dans cette direction, lorsque l’Allemagne a ouvert complètement ses frontières à l’automne 2015, durant trois mois, laissant entrer un million de personnes. Pour verrouiller leur emprise, les élites néolibérales font alliance avec l’extrême gauche et toutes ses théories, du gender aux études décoloniales en passant par le n-ième recyclage de Marx. Lors des élections législatives britanniques de 2019, le corbynisme représentait la quintessence de cette alliance. 

- la capacité à faire aboutir la révolte des peuples dépend non seulement d’une personnalité charismatique (Trump, Johnson, Salvini) mais aussi de la persistance d’une croyance à la nation dans une partie de l’élite. La grande force britannique est le maintien, au parti conservateur, d’un nombre important de souverainistes libéraux, qui ont empêché l’enterrement du Brexit à la Chambre des Communes. Trump sera sans doute réélu en 2020 dans la mesure où il a réussi à faire basculer le parti républicain de son côté. Au contraire, la France manque cruellement d’une élite conservatrice, capable de rassembler toute la droite: LR et le Rassemblement National se sont enterrés dans leur tranchées respectives plutôt que de faire vivre la synthèse que Nicolas Sarkozy avait formulée, en 2007, sans l’appliquer complètement. La droite espagnole, de même, est incapable de réaliser une synthèse entre libéraux-conservateurs et populistes. L’Italie a des élites divisées entre mondialistes et souverainistes. En 2015, lors de la crise de l’euro, la Grèce a souffert cruellement de la désertion de la plus grande partie de ses élites, refusant de soutenir le gouvernement Syriza dans son bras de fer avec l’Allemagne. 

La capacité ou non à répondre à la révolte des peuples conditionne la réussite nationale pour deux générations

L’existence ou non d’élites conservatrices capables de canaliser la révolte populaire est un enjeu essentiel pour les pays occidentaux car elle conditionne leur réussite pour une ou deux générations. La Grande-Bretagne de Boris Johnson s’apprête à redevenir la première puissance économique du continent. Que Trump soit réélu ou non, il a ouvert une telle brèche dans le consensus de Washington que les Etats-Unis, apparemment en déclin sous Obama, maintiendront leur domination mondiale, dans les années qui viennent, la Chine se condamnant elle-même, au contraire, par le basculement néo-totalitaire de Xi Jiping. La France et l’Allemagne vont décliner, au contraire, à la mesure de leur incapacité commune, à sécréter une nouvelle élite conservatrice. 

La décennie 2010 aura offert à toutes les sociétés occidentales l’occasion de changer de politique, de redevenir au paradigme national après trente ans d’illusions mondialistes. Toutes ne l’auront pas saisi. Malheureusement la France d’Emmanuel Macron fait partie des pays qui manque le train de l’histoire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Audois
- 04/01/2020 - 12:11
Orthographe...
Vous écrivez : "la France d’Emmanuel Macron fait partie des pays qui manque le train de l’histoire"
Ce serait mieux au pluriel !! la France d’Emmanuel Macron fait partie des pays qui ++manquent++ le train de l’histoire.
evgueniesokolof
- 31/12/2019 - 08:09
Tres bien
Monsieur Husson ! comme d'habitude...
Une seule chose me vient à l'esprit qui illustre le chemin à parcourir: il y a deux ans, on nous a enfumé avec un des trucs les plus pourris inventés par l'oligarchie bobocratique qui nous gouverne: Je veux parler de Nuit de Boue, emmenée par le sinistre Frederic Lordon, philosophe ubuesque ou sociologue de pronunciamento, qui a comme par hasard comme compagne Aude Lancelin qui joue les Sainte Jeanne d'Arc quand elle est virée de l'Obserfoireur et demande plusieurs centaines de milliers d'Euros d'indemnités à l'Ogre !!!,(ben oui elle bosse pas au SMIC quelle vulgarité!) Nuit de Boue qui veut lyncher Finkielkraut, lynchage pour lequel Lordure n'éprouve aucun regret! Eh bien NKM éprouvait de la sympathie pour Nuit de Boue,! tout est dit....
JG
- 30/12/2019 - 14:58
La France n'a pas encore touché le fond...mais 5 ans de plus
avec Macroléon premier et on y sera peut-être, à la crise majeure, les émeutes irrépressibles, voire la guerre civile qui balayera tout, dans une grande souffrance et avec beaucoup de morts, avec une période d'union nationale suivie d'une renaissance....Les circonstances faisant apparaître les grands hommes, peut-être verront nous un Napoléon, un De Gaulle (ou une Jeanne d'Arc) secouer le pays pour le sortir de sa fange....Sauf si l'immigration massive a modifié de fond en comble le profil démographique du pays, dans ce cas, il n'y aura plus qu'à crever la gueule ouverte ou l'arme à la main....ou émigrer comme le feront toutes les élites corrompues devant la violence, le courage n'étant pas ce qui les caractérise... (journaleux islamo-gauchistes, patrons mondialistes- immigrationnistes, politicards collabos)