En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 44 min 24 sec
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 4 heures 1 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 4 heures 36 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 15 heures 22 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 18 heures 36 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 19 heures 49 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 21 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 22 heures 29 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 4 heures 50 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 16 heures 17 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 19 heures 17 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 20 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 22 heures 20 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 22 heures 47 min
© Matt Dunham / POOL / AFP
© Matt Dunham / POOL / AFP
Avenir du Brexit

Discours de la Reine : ce complexe exercice de la souveraineté du peuple britannique dont pourrait pourtant s'inspirer nombre de démocraties européennes continentales

Publié le 20 décembre 2019
A l'occasion du discours de la reine Elizabeth II au Parlement, Boris Johnson a placé le Brexit au coeur de son programme de politique nationale.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion du discours de la reine Elizabeth II au Parlement, Boris Johnson a placé le Brexit au coeur de son programme de politique nationale.

Quand les cultures politiques anglaise et française divergeaient déjà....

Le 23 janvier 1264, le roi Henri III d’Angleterre demanda au roi de France, saint Louis, de bien vouloir arbitrer le différend qui l’opposait aux barons du Royaume.  Depuis le début du XIIIè siècle et la Grande Charte de 1215 se posait la question de l’association des principaux seigneurs du Royaume aux décisions royales. En 1248, Henri III avait dû accepter les « provisions d’Oxford », version renouvelée de la Magna Carta, puis, incapable de rétablir définitivement la paix dans son royaume, il avait fait appel à Saint Louis. Ce dernier rendit un verdict qui déplut aux barons anglais, puisqu’il donna raison à Henri III contre eux. 

L’épisode d’Amiens montre, si on le prend au sérieux, combien les cultures politiques de la France et de la Grande-Bretagne ont divergé dès le Moyen-Age. Ecouté de toute l’Europe, devenu arbitre de bien des conflits par la confiance qu’il inspirait, Saint Louis, pourtant, déçut l'opinion du Royaume d’Angleterre. Tandis que s’imposait dans le Royaume de France la a conception du roi concentrant les pouvoirs entre ses mains, interdisant ou neutralisant les féodalités, de l’autre côté de la Manche avait commencé une longue lutte pour l’équilibre entre les pouvoirs. 

La monarchie capétienne puis la Révolution ont tendu à créer un pouvoir central fort, sans contrepoids parlementaire; les rois de France ont suivi avec plus ou moins de bonheur le modèle de Saint Louis, celui du roi défini par sa capacité à incarner la justice intérieure et l’équilibre européen; la Révolution remplaça la justice royale par l’idéal « liberté/égalité ». Puis de Gaulle trouva un nouvel équilibre: celui entre un président fort et la démocratie directe; avant que ses successeurs ne dérivent, progressivement, vers un autre système, celui d’un pouvoir exécutif inséré dans le cadre de l’Union Européenne. Au fond, il n’est pas très étonnant que, par contraste, la Grande-Bretagne, qui a inventé le parlementarisme moderne, de la « Grande Charte » de 1215 à la Glorieuse Révolution de 1688, se soit sentie mal à l’aise dans un système européen absolument pas fondé sur l’équilibre des pouvoirs ou le parlementarisme. Autant les chefs de l’Etats français successifs, depuis Giscard, ont trouvé dans l’idéal européen un lointain écho de la justice royale et un substitut aux idées révolutionnaires; autant la Grande-Bretagne a toujours voulu conserver un système de « check and balance »: elle n’est pas entrée dans l’euro, a toujours cherché des dérogations aux dispositifs européens globaux et finit, aujourd’hui, par rejeter complètement l’Union Européenne. 

La liberté enracinée dans la tradition

Nous avons assisté, ce jeudi 18 décembre 2019, à la répétition d’un rituel pouvant paraître banal aux connaisseurs de la Grande-Bretagne mais au fond étonnamment chargé de sens dans le contexte du Brexit. Les Lords se sont installés dans leur Chambre haute, revêtus de leur habit parlementaire. Puis on a amené dans l’enceinte de la Chambre la couronne royale, avant que la Reine elle-même n’arrive, appuyée sur le bras du Prince de Galles, ne s’asseye sur le trône. Alors on est allé annoncé aux membres de la Chambre basse que la Reine attendait les membres des Communes pour annoncer la politique de son nouveau gouvernement. Et l’on a vu Boris Johnson, Premier ministre et Jeremy Corbyn, chef de l’opposition officielle se diriger vers la Chambre haute, dans une gentille cohue, avant de se placer au fond de la Chambre des Lords et de rester debout - à la différence des membres de la Chambre haute - pour écouter le discours de Sa Gracieuse Majesté. 

Cette dernière a prononcé d’un ton très neutre un discours relativement bref qui ne faisait qu’énumérer les objectifs du gouvernement Johnson. La priorité de « mon gouvernement » a expliqué Elisabeth II, est de sortir de l’Union Européenne. Ensuite « mes ministres » travailleront à l’établissement d’un accord de libre-échange avec l’Union Européenne. Puis la souveraine de 93 ans a énuméré les mesures prévues pour le National Health Service, pour l’investissement dans l’éducation, pour les infrastructures, tout en promettant que ses ministres travailleraient dans le cadre d’une fiscalité raisonnable. En moins de dix minutes, tout était fini: la Reine avait prononcé dans les années 1970, un discours du Trône qui annonçait l’entrée dans la Communauté Economique Européenne. Un demi-siècle plus tard, la même souveraine voit son pays ressortir de cette Communauté devenue fédérale et idéologique depuis les années 1990. 

Celui qui avait fait aboutir tout cela, Boris Johnson, se tenait debout au fond de la salle. Le contraste entre la mine renfrognée de son adversaire battu, Jeremy Corbyn et le sourire tranquille du Premier ministre confirmé était évident. Mais la mise en scène immuable de la cérémonie était là pour rendre visible la force d’un système qui s’appuie aujourd’hui sur les deux piliers de la souveraineté du peuple et de la « reine en son parlement ». Bien entendu, la Reine n’a plus d’influence politique directe, les Lords ont beaucoup perdu de leur pouvoir suite aux réformes institutionnelles de Tony Blair, le suffrage universel rend très différente la relation entre la Reine et son Premier ministre, comparée à ce que pouvaient être les relations entre la reine Victoria et Benjamin Disraeli dans les années 1870: l’homme de Downing Street n’est plus du tout le chef d’une faction aristocratique, il tire sa légitimité du peuple. Et c’est bien le peuple britannique qui a décidé, lors du référendum de 2016 comme lors des élections générales du 12 décembre, que la Grande-Bretagne devait sortir de l’Union Européenne. Mais il reste que les institutions britanniques rendent visibles comme aucun autre système politique moderne combien, selon la formule de Chesterton, la tradition est la participation des ancêtres défunts à la démocratie. 

La force des institutions de liberté 

On comprenait hier que l’Union Européenne ne s’est pas cassée les dents seulement sur l’indiscipline d’un parlement turbulent ou son incapacité à soumettre définitivement une bureaucratie nationale. La souveraineté britannique est une réalité complexe. Le Parlement est bien le lieu d'exercice de la souveraineté mais il n’est pas à lui seul cette souveraineté. Le parlement n’est rien sans la Reine et le Premier ministre tire une partie de son autorité du fait qu’il est « Premier ministre de sa Majesté », reste des luttes des siècles passées entre les rois et leurs barons. Aujourd’hui le système a marié la légitimité dynastique et la légitimité démocratique. Le Premier ministre et le parlement tirent leur autorité aussi du suffrage universel. Chacune des deux composantes est essentielle: la couronne maintient l’unité du royaume et de ses nations.  

L’incapacité de l’Union Européenne à faire échouer le Brexit témoigne de la vitalité mystérieuse des institutions britanniques, enracinées dans la liberté et l’état de droit. Par une ironie de l’histoire, l’actuel président français est originaire d’Amiens, la ville où Saint Louis rendit son arbitrage favorable au roi d’Angleterre. En 1264, le roi de France, le roi d’Angleterre et ses barons parlaient au moins une langue commune, celle de la chrétienté; même si les langues politiques respectives divergeaient évidemment. Aujourd’hui, le président français doit bien constater, par contraste, qu’il n’a jamais parlé de langue commune avec des Britanniques qu’il a toujours sous-estimés. Ce n’est pas seulement que le président français soit encore plus loin que le roi de France du XIIIè siècle de comprendre la langue du parlementarisme. C’est aussi qu’il n’a même pas eu le réalisme politique de se dire qu’il fallait ménager la puissance britannique au lieu d’appeler à sa punition. Mais tout se tient: la force inattendue de la Grande-Bretagne vient précisément de ce que ses institutions de liberté sont bien plus fortes, actuellement, que celle des nations du continent. Emmanuel Macron et le reste de l’Union Européenne ont pensé en termes de PIB cumulés et d’outils technocratiques. Or la Grande-Bretagne, certaine de son état de droit, adossée à l'immense puissance financière des Etats-Unis et partageant leur culture de la liberté politique, a fait mentir tous les pronostics. 

C’est cela aussi que signifiait la cérémonie d’ouverture d’un nouveau parlement, hier 18 décembre 2019.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

06.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 20/12/2019 - 19:33
les marrons
Bojo a tiré les marrons du feu, et Macron est un peu marron .
J'accuse
- 20/12/2019 - 16:50
Manoeuvres plus politiciennes que démocratiques
Certes le peuple a fini par être entendu, mais sans BoJo, le parlement aurait réussi à lui imposer la non-application de sa volonté de Brexit, avec le désir de l'annuler à terme, en plein accord avec les continentaux et Bruxelles.
Sans la dernière dissolution, le charisme et le savoir-faire de Johnson ajoutés à la nullité idéologique de Corbyn, le Brexit serait toujours un vœu pieu. N'oublions pas non plus que le référendum avait à l'origine été organisé par un PM opposé au Brexit, qui ne l'aurait jamais fait s'il avait pensé que le "leave" l'emporterait.
Les politiciens ont été pris à leur propre jeu et ont perdu la main; BoJo a sorti les marrons du feu.
On appellera ça la démocratie...