En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 11 heures 23 min
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 15 heures 24 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 16 heures 25 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 17 heures 35 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 18 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 19 heures 24 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 21 heures 23 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 15 heures 5 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 15 heures 38 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 17 heures 3 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 20 heures 37 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 21 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 22 heures 15 min
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

Publié le 11 décembre 2019
Mounir Diawara et Rodrigue Quenum sont deux jeunes toulousains partis en Syrie combattre durant l'été 2013. En 2018, ils avaient été condamnés à 15 ans de réclusion en partie sur les bases de photographies où ils posaient accompagnés d'armes et d'une tête coupée. On a appris le 6 décembre dernier que leurs peines ont été réduites à 10 ans de réclusion.
Jean-Charles Brisard est spécialiste du terrorisme et ancien enquêteur en chef pour les familles de victimes des attentats du 11 septembre 2001. Il est Président du Centre d'Analyse du Terrorisme (CAT) 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Brisard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Brisard est spécialiste du terrorisme et ancien enquêteur en chef pour les familles de victimes des attentats du 11 septembre 2001. Il est Président du Centre d'Analyse du Terrorisme (CAT) 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mounir Diawara et Rodrigue Quenum sont deux jeunes toulousains partis en Syrie combattre durant l'été 2013. En 2018, ils avaient été condamnés à 15 ans de réclusion en partie sur les bases de photographies où ils posaient accompagnés d'armes et d'une tête coupée. On a appris le 6 décembre dernier que leurs peines ont été réduites à 10 ans de réclusion.

Atlantico : Quels ont été les chefs d'accusations qui ont mené à la condamnation de Mounir Diawara et Rodrigue Quenum ? Quelles ont été les motivations de la Cour d'assises pour justifier la réduction des peines en appel ? 

Jean-Charles Brisard : Mounir Diawara et Rodrigue Quenum étaient poursuivis devant la Cour d’assises spécialement composée pour participation à une association de malfaiteurs terroriste ayant pour objet la préparation d’un ou plusieurs crimes d'atteintes volontaires aux personnes. Ils encouraient donc trente ans de réclusion criminelle. Ils ont séjourné en Syrie deux mois et demi, intégrant d’abord les rangs de Jabhat al-Nosra, puis de l’EIIL (Etat Islamique en Irak et au Levant, prédécesseur de l’Etat Islamique). Les prévenus ont reconnu avoir été formé au maniement des armes et avoir participé à des combats, comme en témoignent plusieurs photographies sur zone, où ils apparaissent en armes et en tenue de combat. Une photographie de Rodrigue Quenum le montre tenant par les cheveux une tête décapitée et sanguinolente. Cet élément, pour les juges d’instruction, démontrait « sa participation volontaire et consciente aux exactions d'un groupe terroriste ».

La Cour d’assises, bien que reconnaissant leur culpabilité, a estimé qu’il convenait de tenir compte de plusieurs circonstances atténuantes, parmi lesquelles « la durée assez courte » de leur séjour en Syrie. Cette circonstance paraît peu pertinente, certains prévenus dans d’autres affaires n’ayant séjourné que quelques semaines en Syrie et, comme l’a rappelé la Cour de cassation en 2016, le simple fait d’appartenir à un groupement ou une entente ayant pour objet la préparation de crimes suffit à constituer l’infraction. La Cour estime également que leur séjour est « antérieur à l'appel au jihad global et aux attentats de l'année 2015 ». C’est également inexact, car en réalité dès 2013, ces organisations terroristes et leurs membres appellent à la commission d’attentats sur le territoire français. Le premier message de ce type remonte au 23 janvier 2013, avant leur séjour sur zone, dans une vidéo où un djihadiste français en Syrie appelle à frapper sur le territoire national.

La Cour d’assises perpétue l’idée (qui s’est avérée erronée) d’organisations ayant des ambitions purement territoriales et régionales sans aucune velléités terroristes. Il n’en est rien, bien au contraire, le projet du djihad global est présent dès l’origine, il est intrinsèque à ces organisations. La cour a également tenu compte de l’âge des prévenus, pour l’un (Diawara) elle mentionne son « très jeune âge lors des faits » alors qu’il a déjà 19 ans, pour le second (Quenum), elle tient compte du fait qu’il était majeur depuis peu. Enfin, elle tient compte de plusieurs autres circonstances atténuantes, comme les regrets exprimés à l’audience ou le rejet des thèses djihadistes par les prévenus, au total pas moins de cinq circonstances atténuantes dans un cas, et dix dans l’autre.

Les juges n'ont-ils pas sous-estimé les responsabilités et les risques liés à ces deux individus ? 

Ce qui est troublant dans cette affaire, c’est que l’appréciation des juges s’inscrit aux antipodes de celle des juges d’instruction et du Parquet qui réclamait 20 ans de réclusion criminelle pour les deux prévenus. On peut légitimement se demander s’il n’y a pas une forme d’angélisme ou de naïveté à l’égard d’individus qui adoptent tous le même système de défense, mais qui ont néanmoins volontairement et consciemment adhéré aux thèses mortifères de ces organisations terroristes et ont été formés au maniement des armes et des explosifs.

Peut-on voir ici un symptôme de la difficulté des agents publics à comprendre l'islamisme et ses enjeux  ?

Notre doctrine antiterroriste repose depuis 1986 sur le principe de la neutralisation judiciaire des individus et des réseaux terroristes. Elle implique, pour y parvenir, une cohérence et une crédibilité de toute la chaîne pénale, jusqu’au stade du jugement. Or plusieurs affaires récentes traduisent encore un déficit d’expertise s’agissant du phénomène djihadiste, de ses fondements et de sa dynamique. Khassanbeck Tourchaev, le « snipper de l’EI », qui a admis avoir été l’émir d’un groupe de combattants, a été poursuivi pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et condamné en novembre à 10 ans de réclusion criminelle avec deux-tiers de sûreté, alors même qu’il avait reconnu avec dirigé un groupe djihadiste, et qu’à ce titre il aurait pu être poursuivi pour direction d’un groupement ou d’une entente préparant des crimes, passible de la réclusion criminelle à perpétuité.

Autre exemple récent, celui de Mohamed Reda Ouharani, poursuivi en appel en novembre pour avoir rejoint l’EI en 2014 et projeté des attentats contre des cibles chiites au Liban puis en France sous la direction d’Abou Mohammed al-Adnani, à l’époque porte-parole de l’EI, qu’il a d’ailleurs rencontré personnellement. Il a été condamné en appel à 12 ans de réclusion criminelle sans période de sûreté, contre 10 ans en première instance. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Homme libre
- 12/12/2019 - 10:00
Angélisme ou dogmatisme?
Je suis sidéré par les décisions de justice en appel. Mais qu'est-ce qui motive ces juges à prendre de telles décisions? C'est quoi leur idéologie? A croire qu'ils refusent de voir la vérité en face.
Une photo avec une tête fraîchement tranchée, et on réduit les peines? Mais ils leur faut quoi? Qu'est-ce qui pourrait justifier à leurs yeux un jugement plus sévère?
Je suis dégouté. L'idéologie prédomine chez la plupart de nos magistrats, tous sortis du même moule. La conséquence est que notre démocratie est devenue d'une faiblesse affligeante face à ces monstres. Et ils le savent, eux qui réclament d'être jugés en France. On comprend bien pourquoi.
Il y aurait du ménage à faire dans cette caste des intouchables! Et revoir le fonctionnement de notre justice, qui est devenu un pouvoir à part entière, au point d'impacter les élections.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 11/12/2019 - 21:34
Faut bien aider un peu les
Faut bien aider un peu les futurs cadres de la future République Islamique de France......
tubixray
- 11/12/2019 - 19:38
juges collabos
Quoi de plus normal que faire preuve de mansuétude pour ces barbares qui méritaient de périr là ou ils ont commis leurs crimes.
Ces juges de la honte sont complices du terrorisme islamique, ils nous livrent à ces bourreaux.
Penser que ces deux déchet humains respirent noter air et que dans 5 ans (environ) ils pourront nous massacrer gaillardement ... j'en suis révulsé.