En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 12 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 15 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 8 heures 56 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 11 heures 48 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 15 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 6 heures 37 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 7 heures 41 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 16 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 17 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 20 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
© Crédit Agathe Poupeney
© Crédit Agathe Poupeney
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

Publié le 05 décembre 2019
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

"Le Prince Igor" 

d'Alexandre Bordone 

DIRECTION MUSICALE : PHILIPPE JORDAN
Mise en scène : BARRIE KOSKY

 

INFOS & RÉSERVATION
OPÉRA DE PARIS - BASTILLE
PLACE DE LA BASTILLE, 120 rue de Lyon
75012 Paris
Tél. : 08 92 89 90 90
https://www.operadeparis.fr
En alternance jusqu’au 26 décembre

 

RECOMMANDATION
En priorité


THÈME
Inspiré d'événements historiques décrits dans la plus célèbre chanson de geste de la littérature slave, le poème épique médiéval Le Dit de la Campagne d’Igor, Le Prince Igor de Borodine relate le récit de la capture d’un prince russe par l’envahisseur Polovtsien venu des steppes orientales.

Nous sommes dans la ville de Poutivl en 1185. Avant de partir au combat contre l’envahisseur, le Polovstien Kontchak, le Prince Igor confie ses terres et les siens à Galitzky, le frère de sa femme Iaroslavna. Mais, tandis qu’on annonce la défaite et la capture d’Igor par le khan Kontchak,  Galitzky sombre dans la débauche et se livre à de monstrueuses orgies en compagnie de la soldatesque de son beau frère. Dans le camp polovstien, c’est la liesse. On chante et on danse pour célébrer la victoire. Igor, lui, désespéré de ne pas avoir su défendre son peuple de l’envahisseur, se morfond. Lorsque son vainqueur Kontchak vient lui proposer de devenir son allié, l’orgueilleux guerrier refuse. Pour le distraire, Kontchak organise une fête gigantesque. 

Mais voilà qu’Igor, apprenant la mise à sac de sa ville, décide finalement de s’échapper. Sa femme, Iaroslavna court à sa rencontre.Tous les habitants de Poutivl l’acclament et le traitent en sauveur...

 

POINTS FORTS
– L’oeuvre, d’abord, monumentale, épique, ambitieuse, qui questionne sur le patriotisme, les enjeux du pouvoir, les ravages de l’occupation, la solitude des vaincus, le sens du devoir. Borodine ayant disparu avant de l’achever musicalement (il est également l’auteur du livret), Rimski-Korsakov et son élève Gazonov l’avaient terminée. Il en résulte qu’on peut prendre des libertés pour la monter. Ici, le prologue est donné au premier lever de rideau, à la place de l’ouverture  traditionnelle, jouée plus tard, en remplacement du troisième acte, purement coupé dans cette production (sauf le monologue d’Igor, réinséré dans le quatrième acte) à cause de son absence d’intérêt sur le plan dramaturgique.

– Cette « proposition » qui dynamise l’oeuvre et la rend cohérente a été concoctée par Philippe Jordan. Est-ce parce que cet immense chef s’est tellement impliqué dans ce Prince Igor? En tous cas dans la fosse, il fait des merveilles. Souffle, rythme, nuances … son orchestre sonne magnifiquement, restituant toutes les couleurs de cette si riche partition. 

– Les choeurs, qu’il dirige aussi, fermement, de sa main de velours sont prodigieux.

– Au niveau vocal, on est gâtés. A l’applaudimètre, ce sont les dames qui gagnent, notamment la soprano Elena Stikhina, qui offre à Iaroslavna ses aigus radieux et son indéniable talent d’actrice, notamment aussi, la mezzo Anita Rachvelishvilli dont les graves souverains et l’engagement physique font qu’elle rend mémorable sa Kontachkovna. Cela dit, côté messieurs, la distribution  est également formidable.Dans le rôle titre, carrure d’athlète, voix profonde, douce et riche, la basse Ildar Abdrazakov est un prince Igor aussi sensationnel que spectaculaire. Mais tous les chanteurs seraient à nommer.

– Mise à part la scène de la salle de torture, dans un décor forcément sinistre, visuellement, cette production est splendide, surtout dans son dernier tableau qui se déroule sur un tronçon d’autoroute perdu dans la brume et qui évoque les films de Kaurismaki. Quant aux fameuses danses polovtsiennes  chorégraphiées par l’autrichien Otto Pichler , elles soulèvent aussi l’enthousiasme du public.

 

POINTS FAIBLES
C’est un point faible qui est plutôt une simple remarque. Que l’action ait été transposée à aujourd’hui est une excellente idée. Le metteur en scène justifie d’ailleurs ce choix à chaque seconde avec une intelligence prodigieuse. Mais quelques signes dans les décors et les costumes auraient pu rappeler à quelle époque se déroula cette épopée. Mise à part la scène du début qui se déroule sous la coupole mordorée d’une Église orthodoxe ornementée d’une magnifique croix de néon, rien ici en effet ne rappelle la Russie médiévale. Armés de Kalachnikov, les hommes, Igor compris, sont en treillis et rangers et la prison du prince ressemble à une salle de torture de film noir. C’est certes, très signifiant, jamais tiré par les cheveux, mais on ne sent pas le « poids » de l’Histoire.   

 

EN DEUX MOTS 
On avait attendu avec une grande impatience l’entrée au répertoire de l’Opéra de Paris de ce monument de l’art lyrique russe qu’est le Prince Igor. Le plaisir offert par cette production a été à la hauteur de l’attente. Dopé par la direction brillantissime de Philippe Jordan, porté par un plateau d’une qualité vocale et théâtrale exceptionnelle, soutenu par la mise en scène  à juste titre résolument contemporaine, ce spectacle mérite tous les dithyrambes. Comme presque traditionnellement, la première n’a pas dérogé aux huées. Ces dernières ont été adressées au metteur en scène, une partie du public n’ayant visiblement pas pu digérer la transposition de cette oeuvre médiévale au XXI° siècle, pourtant la seule façon de donner à comprendre la pérennité des questions qu’elle pose.

 

UN EXTRAIT
« Comme Boris Godounov de Moussorgski, Le Prince Igor  est un opéra politique parmi les plus évocateurs de l’âme du peuple russe. La Russie y est évoquée dès le prologue à  travers les cloches, les chants religieux orthodoxes et les choeurs qu’on entend avant le départ d’Igor. Ces moyens musicaux sont significatifs d’un patriotisme que l’on rencontre également dans l’opéra de Moussorgski, notamment lors de la scène du couronnement. Eugène Onéguine de Tchaïkovski pourrait compléter cet ensemble d’oeuvres qui, avant d’être des opéras, sont des poèmes occupant à part égale une place spéciale dans la culture russe » ( Philippe Jordan, directeur musical de l’Orchestre national de l’Opéra de Paris).

 

L'AUTEUR
Né à Saint Pétersbourg le 31 octobre 1833, Alexandre Borodine, fils naturel du riche propriétaire terrien, Louka Guedianov, fut déclaré comme étant l’enfant d’un de ses serfs, Porfiri Borodine.  Très tôt, le petit Borodine manifeste des dons pour la musique et étudie notamment la flûte et le solfège. Plus tard, il entame pourtant parallèlement des études de médecine et de chirurgie à l’Académie de Saint-Pétersbourg, puis se spécialise. En 1856, il devient médecin militaire, tout en continuant à composer. C’est alors qu’il rencontre Modest Moussorgski qui deviendra son ami. A Heidelberg où il s’installe comme médecin chimiste en 1859, il fait la connaissance de sa future compagne, Ekaterina Protopova, une pianiste de talent. De retour à Saint-Pétersbourg, il intègre le Groupe des Cinq qui revendique une musique basée sur des traditions populaires russes, avec entre autres, Moussorgski et Rimski-Korsakov. Sa nomination en 1864, comme professeur en titre de chimie à l’Académie ne va pas empêcher ce scientifique ni de devenir critique musical, ni de composer. Si ses deux premières oeuvres sont des échecs, la création du poème symphonique Dans les steppes de l’Asie centrale redorera son blason. Il composera une trentaine d’opus, mais n’écrira qu’un seul opéra, le Prince Igor, dont la composition s’étalera sur dix huit ans. A sa mort, le 15 février 1887, cet ouvrage monumental étant inachevé, Rimski-Korsakov et Glazounov l’achèveront. Celui qui se définissait lui même comme un compositeur du dimanche, deviendra par  la grâce de ce seul opéra, l’un des compositeurs russes les plus emblématiques de la seconde partie du XIX° siècle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires