En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 35 min 15 sec
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 3 heures 38 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 3 heures 52 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 4 heures 16 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 4 heures 37 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 5 heures 10 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 5 heures 33 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 6 heures 2 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 56 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 1 heure 5 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 3 heures 27 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 4 heures 12 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 4 heures 35 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 4 heures 52 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 5 heures 13 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 5 heures 59 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 6 heures 40 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 7 heures 3 min
© Capture d'écran
© Capture d'écran
Atlanti Culture

Cinéma : "Le meilleur reste à venir" de Matthieu Delaporte et Alxandre la Patellière : Le retour du tandem gagnant du prénom avec une comédie portée par un duo de choc, Luchini-Bruel

Publié le 04 décembre 2019
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

"Le meilleur reste à venir"

De Matthieu Delaporte et Alxandre la Patellière

Avec Fabrice Luchini, Patrick Bruel, Zineb Triki, Pascale Arbillot...

RECOMMENDATION

Excellent

THEME

Tout commence sur un malentendu. Flambeur patenté et coureur de jupons invétéré, César (Patrick Bruel) fait une mauvaise chute. Ayant perdu sa carte vitale, il emprunte celle de son meilleur ami, Arthur (Fabrice Luchini). Quand ce dernier, médecin chercheur de son métier, psychorigide de son état, va chercher le résultat des radios, il apprend que César est atteint d’une tumeur incurable. Le choc est tel que, lorsqu’il rentre de l’hosto, ses explications sont tellement alambiquées que César comprend que c’est lui, Arthur, qui est mourant. Dès lors, chacun croyant l’autre gravement malade, ils vont multiplier entre eux les signes d’amitié et profiter du temps qui reste.

Entre ces deux inséparables, la vie va se mettre à pulser, la vie, avec ses débordements tous azimuts, ses  rires aux éclats, ses pleurs sans raison, ses conneries potaches, ses aventures sans lendemain, ses fuites en avant pour oublier. Cela, jusqu’au jour où le drame reprendra le dessus...

POINTS FORTS

-La première belle trouvaille du tandem Matthieu Delaporte-Alexandre de La Patellière est d’avoir pris comme point de départ de son scénario un quiproquo un peu à la manière d’un Francis Veber (L’Emmerdeur, Le Dîner de cons). D’entrée de jeu, cet artifice donne du peps au film.

-La seconde bonne idée est d’avoir bâti le scénario sur un duo de personnages aux antipodes l’un de l’autre, en l’occurrence ici, un pessimiste tatillon, et un exubérant au charme rigolard. Si la recette du tandem désassorti  n’est pas nouvelle, elle a fait maintes fois ses preuves (cf Laurel et Hardy, De Funès et Bourvil, Pierre Richard et Gérard Depardieu). ici encore, elle marche.

-La troisième  bonne idée est d’avoir confié ces deux personnages à  deux acteurs hors pair chacun dans leur genre, Fabrice Luchini et Patrick Bruel. Ces deux là, qu’on n’avait plus vu ensemble au ciné depuis près de 35 ans  (P.R.O.F.S de Patrick Schulmann), font une paire irrésistible dans leurs différences et leurs contrastes. 

POINTS FAIBLES

Quelques facilités dans les dialogues et des scènes un peu tirées par les cheveux, que les acteurs mettent à profit pour jouer en roue libre. C’est dommage. Cela retire de la sincérité au film.

EN DEUX MOTS...

Quelques facilités dans les dialogues et des scènes un peu tirées par les cheveux, que les acteurs mettent à profit pour jouer en roue libre. C’est dommage. Cela retire de la sincérité au film.

UN EXTRAIT

Le Meilleur reste à venir s’est construit sur notre expérience et notre quotidien. Nous n’avions plus 20 ans, nos enfants grandissaient, nous avions le sentiment de passer de l’autre côté de la montagne. Ce moment où tout s’accélère, où l’on comprend du jour au lendemain qu’on n’est pas immortel et qu’on ne vivra pas forcément la vie pleine d’aventures et de rebondissements qu’on avait imaginée » (Alexandre de la Patellière, réalisateur)

« Le temps qui nous reste et ce qu’on en fait, la perte, la nostalgie des rêves passés, tout cela revenait sans cesse dans nos conversations. On a décidé d’en faire un film » (Matthieu Delaporte).

LE REALISATEUR

Nés tous les deux en 1971, Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière  (fils de Denys de la Patellière) sont tous les deux scénaristes, dramaturges, producteurs et réalisateurs. S’ils travaillent parfois séparément, ils sont le plus souvent associés dans leurs aventures. Et cela leur va plutôt bien puisqu’à chaque fois, au théâtre ou au ciné,  leurs partitions à « quatre mains » se soldent par des succès. Le plus bel exemple est, en 2010, Le Prénom qui voyagera dans plus de 30 pays, et qu’ils adapteront ensuite pour le cinéma (plus de trois millions d’entrées). Parfois, le duo se partage les tâches. L’un écrit et l’autre produit et met en scène. Ce fut le cas, en 2006 pour La Jungle qu’Alexandre écrivit et produisit et que Matthieu réalisa.

Si le tandem se retrouve tous les jours depuis vingt ans à la même table de travail, il n’avait plus réalisé de film ensemble depuis Le Prénom. Pour Le Meilleur reste à venir, ils ont tout partagé : l’écriture du scénario et des dialogues, et la réalisation.

ET AUSSI

  • La famille Addams  de Greg Tiernan et Conrad Vernon – Avec, pour la V.F les voix de Kev Adams, Alessandra Sublet, Mélanie Bernier…

Bien à l’abri dans son manoir gothique où le serviteur est une main et où le majordome est affublé d’une tête de Frankenstein, la famille Addams , Morticia, son mari Gomez et leurs  deux enfants Pugsley et Wednesday, préparent une grande fête de famille pour célébrer « la Mazurka » de Pugsley… Mais voilà qu’une célèbre animatrice de télévision, de surcroît designer, se met en tête de récupérer leur manoir pour l’intégrer à un quartier préfabriqué, tout en couleurs pastel. A part Wednesday, dont l’adolescence est remuante et rebelle,  personne chez les Addams ne va être d’accord…

C’est bientôt Noël, et l’excentrique famille Addams est de retour. Mais pour la première fois – après quatre séries télé, trois films et une comédie musicale – dans un film d’animation! Chic, il est très réussi : histoire maligne et drôle, bâtie, mine de rien, sur le thème de l’acceptation de l’autre ; facture visuelle, raffinée, inventive et réjouissante, rythme, d’enfer ; musiques entrainantes et décalés… Conrad Vernon et Greg Tiernan (le duo de Sausage Party) a réussi son pari. Cette Famille Addams est vraiment marrante. Conçue tout public, elle devrait faire éclater de rire parents et enfants.

Recommandation : excellent.

  • It must be heaven  de Elia Suleiman – Avec Elia Suleiman, Vincent Maraval, Gael Garcia Bernal…

Depuis sa maison familiale de Nazareth, un cinéaste palestinien (Elia Suleiman lui-même) s’aperçoit que son voisin vient dans son jardin lui « emprunter » des fruits et des légumes, sans lui demander son avis. Il ne va pas en falloir plus pour que le cinéaste décide d’aller chercher « refuge » ailleurs. Mais où qu’il aille, à Paris ou à New York, il va s’apercevoir qu’en réalité, il reste un étranger partout, et que son pays le suit comme une ombre, l’empêchant de s’intégrer…

Pour répondre à la question : « Peut-on se sentir chez soi, ailleurs que… chez soi ? », Elia Suleiman a choisi le ton de conte burlesque et poétique. Chapeau vissé sur la tête, dégaine nonchalante et regard désabusé, il nous trimballe de ville en ville à la recherche de son paradis natal perdu. Ses tribulations le ramèneront à la case départ, mais nous, on aura assisté à un film délicieux et cocasse, joyeux mais mélancolique, presque sans parole, où le héros, qui évoque Jacques Tati, se sera amusé à dénicher le surréalisme du quotidien des endroits où il se sera arrêté. Au dernier festival de Cannes, It must be heaven était reparti avec la Mention spéciale du Jury. Il va représenter la Palestine aux Oscars.

Recommandation : excellent.

  • Seules les bêtes de Dominik Moll – Avec Laure Calamy, Denis Ménochet, Damien Bonnard…

C’est l’hiver en Lozère. ll a neigé dru sur le Causse Méjean, et les rares fermes qui y sont implantées en paraissent encore plus isolées. Une femme, venue de la ville, a disparu. Pour les gendarmes, l’enquête s’annonce d’autant plus difficile qu’en plus des conditions climatiques épouvantables, les gens du coin sont des taiseux. Cinq personnes sont liées à cette disparition, chacune a son secret, mais aucune ne soupçonne que cette histoire prend ses racines en Côte d’Ivoire, où des « cyber-arnaqueurs » piègent des européens en se faisant passer pour des filles en quête d’amour…

Après un détour par la télévision, Dominik Moll (Harry, un ami qui vous veut du bien, Lemming) est de retour sur le grand écran, avec un thriller glacé et angoissant dont il est un des grands spécialistes. Commencé comme une simple affaire de disparition à résoudre, Seules les bêtes, adapté du roman éponyme de Colin Niel, va ensuite se complexifier grâce à une intrigue aux nombreuses ramifications, à laquelle le réalisateur va encore ajouter l’étrangeté qui caractérise sa patte. Féminine (Laure Calamy, Valéria Bruni Tedeschi) comme masculine (Denis Ménochet, Damien Bonnard), la distribution est parfaite. Les amateurs de films noirs vont trouver là de quoi se régaler.

Recommandation : excellent.

  • Made in Bengladesh  de Rubaiyat Hossain – Avec Rikita Shimu, Novera Rahman…

Shimu, 23 ans, travaille dans une usine textile à Dacca, au Bangladesh. Face à des conditions de travail de plus en plus dures, et après la mort d’une amie, elle décide, avec ses collègues, de monter un syndicat. Malgré les menaces de la direction de l’usine, le désaccord de son mari et le désintérêt des autorités, elle va aller jusqu’au bout.

Née et vivant au Bangladesh, la réalisatrice Rubaiyat Hossain s’intéresse depuis toujours à la condition des femmes dans son pays. Dans ce film, le deuxième de sa jeune carrière, elle a voulu dénoncer les conditions de vie des ouvrières des usines textiles qui, penchées sur des machines à coudre dix heures par jour, six jours sur sept et pour des salaires de misère, n’ont le plus souvent que le droit de se taire. Inspiré par une histoire vraie, son film, très réaliste relève (presque) du documentaire. Il est édifiant, en plein dans l’actualité.

Recommandation: bon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires