En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

07.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 11 heures 45 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 13 heures 23 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 11 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 18 heures 18 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 19 heures 22 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 20 heures 15 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 20 heures 39 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 21 heures 19 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 21 heures 43 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 12 heures 16 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 17 heures 57 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 18 heures 33 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 2 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 20 heures 29 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 13 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 21 heures 44 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Vers un jeudi noir : les syndicats espèrent se refaire une santé… et se “venger” des Gilets jaunes

Publié le 04 décembre 2019
Les syndicats officiels ont été tellement dépassés par la vague des gilets jaunes pendant presque un an, qu’ils cherchent désormais à récupérer leurs adhérents en provoquant un choc social.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les syndicats officiels ont été tellement dépassés par la vague des gilets jaunes pendant presque un an, qu’ils cherchent désormais à récupérer leurs adhérents en provoquant un choc social.

Si les gilets jaunes ont été sponsorisés par les casseurs pour se fabriquer une notoriété internationale, les syndicats officiels espèrent une mobilisation très importante pour démontrer qu’ils n‘ont pas perdu leur pouvoir d’influence.

Ce jeudi noir sera donc noir de chez noir, parce qu’il est voulu et organisé par la totalité des syndicats existants. De la CGT à la CFDT, en passant par la CFTC et FO sans parler de toutes les organisations plus professionnelles, les syndicats de la SNCF, de la RATP, des personnels de l’aéronautique, des fonctionnaires du système de santé, des enseignants, des médecins et même des avocats. Ne parlons pas des commerçants et des artisans.  

A priori, toutes les organisations qui gèrent de près ou de loin un système de retraite, tous les salariés ou indépendants qui peuvent avoir un souci ou une inquiétude à propos de leur retraite peuvent se retrouver dans le rue. Ça peut donc faire du monde. Ça peut effectivement bloquer la totalité du pays à partir du moment où les fonctionnaires seront mobilisés. 

Le catalyseur de ce mouvement est donc la retraite et le projet de réforme du gouvernement.  Officiellement, tous les syndicats ont une raison de s’opposer au changement. Mais comme les raisons avancées sont différentes et tellement contradictoires, le mouvement peut difficilement déboucher sur une situation qui favoriserait un compromis. Tout le monde ou presque souhaite une réforme, mais chacun à sa propre réforme en tête. 

Certains syndicats sont radicalement opposés à tout changement qui reviendrait sur certains avantages acquis. D’autres vont faire descendre leurs adhérents ou sympathisants dans la rue pour des raisons de principes, idéologiques ou purement corporatistes. 

Bref, on va assister à des mouvements importants, un blocage du pays, des manifestations nombreuses parce que les organisations syndicales vont avoir envie de se compter et de montrer la réalité de leur force.  

Les syndicats sortent d’une année très éprouvante qui a complètement bousculé leur organisation et remis en cause leur propre existence. La brutalité du mouvement des gilets jaunes qui a démarré l’année dernière les avait pris de court. Les gilets jaunes ont occupé les ronds-points, ils ont inventé une forme de protestation sympathique au départ, pour ensuite se donner des rendez-vous hebdomadaires dans les centre-villes où ils ont souvent été utilisés et dépassés par des bandes de casseurs. La violence et les dégâts ont donné à leur mouvement un air de révolution populaire et surtout une publicité internationale que la grande majorité ne souhaitait pas.   

Les gilets jaunes ont agité des idées, des projets et beaucoup d’utopies, mais n’ont jamais réussi à s’organiser pour les présenter. Ils ont été courtisés par la classe politique de tout bord et par les syndicats de toutes les couleurs mais aucun n’a pu les récupérer ou les digérer.

Ce qui est indiscutable, c’est que le mouvement des gilets jaunes a mis en évidence de vraies et nouvelles fractures socio-économiques dans la société française, de vrais clivages sociologique et géographiques. 

Mais ce qui est vrai aussi, c’est que la mobilisation est restée très relative. Lors des derniers week-ends, le nombre de manifestants ne dépassait guère les 30 000 manifestants et encore, en totalisant la France entière.  En gros, l’équivalent de deux Parc des princes les soirs de match du PSG. 

Ce qui est vrai encore, c’est qu’au plus fort de la crise en décembre de l’année dernière, le nombre total des manifestants dans la rue avoisinait les 300 000, c’est à dire l’équivalent de deux stades de France les jours de concert de Johnny Hallyday. D’ailleurs, les obsèques du rocker avaient attiré plus d’un million de Français sur les Champs-Elysées, presque autant que les grandes manifestions contre les réformes d’Alain Juppé. 

Les gilets jaunes ont donc réussi à prendre le pouvoir dans la rue et à s’assurer une présence assourdissante dans les médias. 

Pour les syndicats, cette réalité là était insupportable. Ils savaient et sentaient le malaise social mais ils étaient incapables de le canaliser et de le porter. Pourquoi ? Tout simplement parce que les appareils syndicaux sont affaiblis dans leurs organisations par leur lourdeur et leur logique de pouvoir interne. Ils sont affaiblis par leur mission de co-gérants du modèle social paritaire. Les syndicats sont minés par des bases d’adhérents trop étroites. 

Occupés qu’ils sont à gérer les organisations sociales, ils en deviennent complices et co-responsables des dysfonctionnements, ils en oublient que leur vrai pouvoir de dépend pas seulement du nombre de sièges qu'ils occupent à l'assurance maladie ou à l’Unedic mais dépend surtout du nombre d’adhérents qui leur font confiance. Comme le dit Nicole Notat, l’ancienne secrétaire générale de la CFDT, un syndicat doit être désirable c’est a dire utile à ses adhérents qui sont ses clients. 

Toute la séquence des gilets jaunes leur a montré qu‘ils n’étaient pas désirables c’est à dire pas capables d’attirer tous ceux qui avaient des revendications à porter. 

Le premier objectif de la journée de jeudi va être de mettre le maximum de monde dans la rue et si les manifestations atteignent le million de participants, avec la plupart des services public de transport bloqué, la journée sera perçu comme un succès. Surtout si cette journée se déroule sans violence et sans casse dans les centre-villes. 

Si les syndicats gagnent ce pari, ils auront montré leur capacité à mobiliser dans l’ordre et donc à retrouver leur contre-pouvoir de négociation avec le gouvernement. Et oublier l’épisode des gilets jaunes. 

Reste à savoir quel pourra être le contenu réel de la négociation qui aura lieu dans les semaines qui vont suivre. Parce que le niveau de la demande est élevé et les types de demande sont très disparates. Entre ce que demandent les cheminots et ce que défendent les avocats, le fossé est énorme. 

D’une certaine façon, le succès de la journée va offrir aux syndicats un levier de responsabilité. Encore faut-il que le gouvernement le saisisse et l’utilise pour trouver un compromis. Encore faut-il que le président de la République tienne compte du fait qu’il existe des contre-pouvoirs et qu’il en a besoin pour tenir en équilibre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 05/12/2019 - 08:18
Au train où vont les choses
On est pas prêt d'avancer.
Pharamond
- 04/12/2019 - 13:37
Un Etat...
La réponse fut donnée il y a peu par quelqu'un qui n'est plus aux responsabilités: "je suis à la tête d'un Etat en faillite"