En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

04.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

05.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

06.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

07.

Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 10 heures 11 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 11 heures 32 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 12 heures 11 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 13 heures 13 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 16 heures 34 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 17 heures 8 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 17 heures 51 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 18 heures 32 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 10 heures 44 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 11 heures 51 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 12 heures 30 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 16 heures 4 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 16 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 16 heures 39 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 16 heures 57 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 18 heures 9 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 18 heures 52 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Pas encore ça...

Etude Pisa sur les résultats scolaires : cette autonomie qui manque à l’enseignement français pour redresser la barre

Publié le 03 décembre 2019
Les résultats de l'étude PISA seront publiés dans la journée par l'OCDE. Pierre Bentata a réalisé une étude pour l'institut économique Molinari, étude qui évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre dans le système éducatif français, et les résultats scolaires et l'insertion professionnelle, en comparant la France à d'autres pays.
Pierre Bentata
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bentata, Fondateur de Rinzen, cabinet de conseil en économie, il enseigne également à l'ESC Troyes et intervient régulièrement dans la presse économique
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les résultats de l'étude PISA seront publiés dans la journée par l'OCDE. Pierre Bentata a réalisé une étude pour l'institut économique Molinari, étude qui évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre dans le système éducatif français, et les résultats scolaires et l'insertion professionnelle, en comparant la France à d'autres pays.

Atlantico : Vous évoquez l'inefficacité des dépenses d'éducation au regard du classement PISA. Compte tenu du résultat, qu'est-ce qui coûte plus cher en France que chez nos voisins européens ? 

Pierre Bentata : D'abord, l’administration qui représente une part non négligeable de la dépense d’éducation. Sur les 45 milliards d'euros alloués au primaire, 37,1 milliards sont destinés directement à l'enseignement, le reste représentant des frais annexes. Même chose pour le secondaire, avec 60 milliards d'euros, mais seulement 49,4 milliards pour l'enseignement. Le poids des dépenses de fonctionnement est très significatif. 

Mais au-delà de cet aspect purement financier, l'inefficacité - certes relative - de notre système tient surtout au caractère centralisé de l'éducation nationale, qui rend difficile toute adaptation de l'enseignement aux spécificités des élèves, selon leur origine sociale, culturelle et géographique. 

Vous estimez que la clé de l'efficacité est l'autonomie et la responsabilisation des enseignants et des établissements. Pourquoi ? Comment la mettre en œuvre ?

C'est en effet l'une des principales découvertes de l'étude. Ce qui explique l'efficacité d'un système d'éducation - notamment lorsqu'on s'intéresse à l'enseignement des savoirs fondamentaux - tient principalement au degré d'autonomie des enseignants. En effet, dans les pays les plus efficaces, les enseignants ont une grande latitude dans le choix des méthodes d'enseignement et parfois même dans le choix des contenus. En contrepartie, ils sont mieux suivis, ayant souvent un mentor qui les accompagnent pendant plusieurs années.

Concrètement, cette plus grande responsabilisation des enseignants leur permet d'adapter leurs cours en fonction des besoins et des capacités des élèves. Sur le plan social, le rôle de l'enseignant est davantage valorisé qu'il ne l'est en France. En conséquence, les meilleurs étudiants se tournent vers des carrières d'enseignants, ce qui n'est que rarement le cas en France. 

Bien évidemment, pour pouvoir mettre cela en place en France, il faudrait aussi donner une très grande autonomie aux établissements, aussi bien dans le choix des recrutements que dans les modalités d'évaluation des enseignants. Et en parallèle, il faudrait permettre aux parents d'élèves de choisir l'école de leurs enfants. Redonner de l'autonomie aux enseignants et revaloriser leur profession implique de responsabiliser davantage les établissements et les parents d'élèves. 

Vous évoquez également le manque de lien entre le monde professionnel et l'éducation nationale. Comment la France pourrait s'inspirer de ce qui se fait à l'étranger sur ce point ? 

Ce constat est mieux connu des études sur l'efficacité de l'éducation et de la formation. Les pays qui fonctionnent le mieux sont ceux dans lesquels les branches professionnelles sont invitées par les organismes de formation à définir les compétences clés et les savoirs nécessaires pour une insertion professionnelle efficace. Il ne s'agit pas de « privatiser » la formation, mais bien de permettre aux entreprises de faire part de leurs besoins et de bénéficier de leur expertise.

Dans le cas français, l'absence d'interactions entre la formation et le monde de l'entreprise se traduit par une très forte inadéquation des compétences. Notre marché du travail est l'un de ceux où il y a le plus de personnes exerçant des professions pour lesquelles elles n'ont reçues aucune formation.

Or, cette situation est pénalisante en termes de productivité mais aussi de motivation, car elle signifie que beaucoup d’actifs ont aujourd'hui un travail qui ne correspond pas à leur premier choix. Pour éviter cela, nous pourrions largement nous inspirer de l'organisation allemande favorisant la création de contenus de formation en collaboration avec les branches d'activités locales. Cette façon de faire a le double avantage d'adapter les formations aux besoins des entreprises et de renforcer l'attractivité des entreprises locales, dans un contexte de métropolisation et de désertification de certaines zones économiques. 

L'efficacité des dépenses d'éducation par pays est influencée par de nombreuses caractéristiques de la population concernée. Est-ce que le système français ne pâtit pas de réalités qui dépassent la question des moyens mis en oeuvre (inégalités sociales plus importantes, fractures territoriales, déresponsabilisation des parents, etc.) ? Peut-on tout demander à l'école ? 

Bien sûr, les difficultés ne s'expliquent pas uniquement par l'éducation et il ne s'agit pas de tout demander à l'école. En revanche, la fracture territoriale, tout comme le relatif désengagement des parents ne sont pas des spécificités françaises. Ce sont des phénomènes qui touchent toutes les économies développées et notamment les pays occidentaux. Et concernant la lutte contre les inégalités sociales, il s'agit justement de l'une des principales missions de l'école française. Aussi, considérer que les inégalités expliquent les défaillances de l'éducation nationale revient à considérer qu'elle a déjà failli.

Or, ce que montre l'étude est justement qu'il y a de l'espoir. Des améliorations sont possibles, à condition de prendre exemple sur ce qui fonctionne à l'étranger, au-delà de toute querelle idéologique et de tout dogme. C'est à ce prix que l'éducation nationale pourra à nouveau remplir ses deux missions fondamentales de "garantir un socle commun de connaissances, de compétences et de culture" et assurer "un avenir personnel et professionnel" pour "préparer à la citoyenneté".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Forbane
- 03/12/2019 - 07:46
Pardon
Pour les fautes, je fais baisser la France dans PISA!
Forbane
- 03/12/2019 - 07:43
« considérer que les
« considérer que les inégalités expliquent les défaillances de l'éducation nationale revient à considérer qu'elle a déjà failli. »
comment explique-t-on que des « pauvres » issus de l’immigration asiatique souvent non francophone, ou que des filles des «  quartier » issues de l’immigration africaine réussissent mieux pour les premiers et presque aussi bien pour les secondes que les «  de souche », alors que les garçons issues de l’immigration africaine francophone échouent nettement plus? Problème de l’education nationale ou d’education???