En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Aux origines du virus
Chine : des marchés d’animaux sauvages auraient réouvert
il y a 16 min 53 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chanson bretonne, L’Enfant et la Guerre, Deux contes" de J.M.G. Le Clézio : l’émotion des souvenirs d’enfance. 2 contes sensibles et subtils

il y a 1 heure 47 min
light > France
Manœuvres militaires
Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement
il y a 5 heures 46 min
Avec modération
Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique
il y a 7 heures 43 min
light > Culture
"Magie" du confinement
J.K Rowling lance un site Internet dédié à Harry Potter en cette période de confinement
il y a 9 heures 5 min
pépites > International
Bilan présidentiel
Coronavirus : Donald Trump révèle qu'il a été testé une nouvelle fois et qu’il est toujours négatif
il y a 11 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
"Restez chez vous" pour sauver des vies
Le gouvernement a un message clair : "ne partez pas en vacances" et "respectez le confinement"
il y a 13 heures 2 min
pépites > Education
Calendrier bouleversé
Jean-Michel Blanquer révèle que les épreuves du bac 2020 et du brevet seront remplacées et validées par le contrôle continu
il y a 13 heures 54 min
décryptage > France
Face à la crise

L’incapacité bureaucratique française face au Covid-19

il y a 14 heures 53 min
décryptage > International
Le bon vieux temps ?

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Siècle des Quatre Empereurs" de Rémi Kauffer : un formidable récit historique, une gigantesque fresque humaine et une épopée haletante

il y a 1 heure 28 min
pépites > Santé
Données des Ehpad communiquées
Covid-19 : plus de 6.500 morts en France, selon les derniers chiffres dévoilés par Jérôme Salomon
il y a 5 heures 12 min
pépite vidéo > Economie
Leçons de la crise
Jacques Attali estime que "commencer à parler" maintenant "du déconfinement est une plaisanterie du 1er avril"
il y a 6 heures 43 min
pépites > Santé
Recommandations
Covid-19 : l'Académie de médecine se prononce pour le port obligatoire du masque, même pour les modèles "alternatifs"
il y a 8 heures 33 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir se noircit et quand le bleu devient plus bleu : c’est l’actualité toujours pas déconfinée des montres
il y a 11 heures 17 min
pépites > France
Polémique
Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse
il y a 12 heures 26 min
pépites > Justice
"Bombe" sanitaire
Coronavirus : les prisons françaises comptabilisent 6.266 détenus en moins depuis le début du confinement
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Politique
Contagion

Abjurez le libéralisme et vous serez sauvé !

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Economie
Ralentissement

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Science
Prouesse

Super décodeur : une machine réussit désormais à traduire des ondes cérébrales en phrases

il y a 16 heures 19 min
© Reuters
© Reuters
Sommet des 70 ans

OTAN, l’alliance militaire qui (contrairement aux apparences) allait mieux que l’Occident

Publié le 03 décembre 2019
Le sommet de l'OTAN de Londres 2019 s'ouvre aujourd'hui, 3 décembre. Alors que l'OTAN fête son soixante-dixième anniversaire, l'Organisation semble ne jamais avoir été aussi bousculée.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le sommet de l'OTAN de Londres 2019 s'ouvre aujourd'hui, 3 décembre. Alors que l'OTAN fête son soixante-dixième anniversaire, l'Organisation semble ne jamais avoir été aussi bousculée.

Atlantico : Emmanuel Macron a évoqué début novembre la "mort cérébrale" de l'OTAN. Dans les faits cependant, est-ce que certains membres de l'OTAN semblent prêts à prendre le risque de la dissolution effective de l'OTAN ? Assiste-t-on à une crise de plus ou à un moment décisif qui pose la question de la survie de l'atlantisme ? 

Cyrille Bret : L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) est régulièrement annoncée comme moribonde depuis 1991. En effet, créée en 1949 par les Etats-Unis et les démocraties occidentales pour contrer l’expansion du communisme en Europe, l’OTAN a vécu une grave crise au moment de la disparition de l’URSS et de l’alliance militaire menée par celle-ci, le Pacte de Varsovie. Durant les années 1990, l’OTAN a réussi à survivre à la fin de son ennemi mais au prix d’une révision complète de sa vocation stratégique. Elle est intervenue en Bosnie en 1995 pour veiller sur les accords de Dayton. Et elle est intervenue au Kosovo contre le gouvernement serbe d’alors. Les années 2000 n’ont pas remédié à cette crise de vocation : l’OTAN s’est déployée en Afghanistan contre le terrorisme international en 2003, en 2008 au large de la Somalie contre la piraterie et en 2011 en Libye contre le régime Kadhafi. Ce n’est que depuis 2014 que l’Alliance a repris une vocation stratégique historique pour contrer la reconstruction des forces armées russes.

Aujourd’hui, l’OTAN est sous le feu roulant des critiques : dépassée et trop onéreuse pour le président américain, elle ne répond plus aux défis stratégiques actuels pour le président français. Pourtant, plusieurs facteurs concourent à la maintenir en vie. Le premier d’entre eux est l’attachement des anciennes démocraties populaires (Pologne, Roumanie) à l’Alliance : celle-ci constitue leur assurance-vie face à la Russie en Europe. Le deuxième facteur est la faiblesse militaire de l’Union européenne qui n’est pas encore dotée de capacités d’interventions aussi rassurantes pour ces Etats que l’OTAN. Enfin et surtout, les Etats-Unis ont beau souligner les limite de l’OTAN, ils y sont attachés car il s’agit d’un instrument de structuration essentiel pour leur action extérieure. La crise actuelle de l’OTAN est comme les précédentes : elle paraît menacer sa survie alors que l’Alliance est encore vigoureuse.

Si l'organisation n'existait plus, quelles seraient les conséquences pour la sécurité de ses membres, notamment européens, en l'absence d'Europe commune de la défense ? Comment se réorganiseraient, au regard de ce qui existe aujourd'hui, les puissances et les "leaderships" ?

La disparition de l’OTAN résulterait tout à la fois d’un retrait américain de l’Organisation et d’une désaffection des Européens pour elle. Comme tous les bouleversements géopolitiques, la fin de l’OTAN créerait des risques mais également des opportunités. Le système de sécurité collective de l’Europe occidentale serait déséquilibré car les Etats-Unis sont le premier contributeur au budget et aux effectifs de l’OTAN. Ils sont également essentiels à plusieurs capacités clés dans le domaine des drones, des satellites et des transports de troupe. A court terme, les Etats d’Europe occidentale seraient affaiblis par le retrait américain et la disparition des structures militaires permanentes. Cela pourrait ouvrir un espace pour la Russie qui chercherait assurément à peser davantage en Europe, en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient. Toutefois, à plus long terme, la disparition de l’OTAN pourrait également constituer une opportunité pour les Européens. Laissés à eux-mêmes face aux risques géopolitiques des espaces baltiques, méditerranéens, centre-asiatiques, ils pourraient développer une conscience et des outils stratégiques bien plus développés qu’aujourd’hui. La disparition de l’OTAN pourrait révéler la nécessité d’une organisation militaire proprement européenne forte.

Toutefois, cette prise de conscience ne serait pas automatique et la fin de l’OTAN ne signifierait pas que les Européens prendraient nécessairement en main leur propre défense. D’une part, les Américains pourraient être tentés de renforcer leurs liens bilatéraux avec plusieurs pays clés, comme la Pologne, la Roumanie et les Etats baltes. Ceux-ci ne pourraient pas trouver intérêt au développement de la défense européenne. D’autre part, plusieurs pays européens pourraient être tentés de composer avec la Russie en l’absence d’OTAN. Ainsi, la Hongrie, la Bulgarie ou la Turquie, en l’absence d’OTAN pourraient s’engager dans une voie de compromis avec la Russie qui ne conduiraient pas à une Europe de la défense. Enfin, il conviendrait que les opinions publiques, les électeurs et les contribuables européens soient prêts à assumer le coût financier, politique et humain d’un renforcement de leurs capacités de défense. Aujourd’hui, l’OTAN n’a pas de remplaçant évident en Europe. Mais c’est la présence de l’OTAN qui, paradoxalement, restreint les chances de développer une puissance militaire européenne.

Qu'est-ce qui fait encore tenir l'OTAN ? Est-ce l'existence d'un destin occidental commun, le sentiment d'un devoir historique ou un simple calcul stratégique réaliste ?

Contrairement à ce qu’on entend à l’est et à l’ouest de l’Europe, nous ne vivons pas une « nouvelle guerre froide ». Les affrontements en Europe sont moins idéologiques que dans les années 1940-1991 où l’OTAN assumait sa vocation historique. Ce que je veux dire, c’est que l’OTAN n’est plus soudée par une communauté de valeurs opposées à celles du communisme. Les deux blocs ont disparu et, avec eux, les visions du monde qui les soudaient. Du point de vue des valeurs, l’OTAN d’aujourd’hui, à 29 membres, est bien plus hétérogènes. Elle comprend bien sûr les démocraties occidentales. Mais elle comprend également la Turquie, dont la trajectoire est aujourd’hui divergente de celle des pays d’Europe occidentale. De même, l’OTAN comprend le Canada qui n’a pas de communauté de destin avec l’Europe même s’il partage un héritage culturel avec elle. 

La résurgence apparente de la mission de l’OTAN en 2014 avec la manifestation de la puissance russe en Crimée et en 2015 en Syrie n’a pas remédié à la crise de vocation de l’OTAN. En l’absence d’ennemi clairement identifié, l’OTAN réunit ses membres sur des bases plus floues qu’un destin commun. Par exemple, l’OTAN n’est plus la meilleure enceinte pour l’influence américaine. L’administration Trump préfère largement le dialogue bilatéral pour construire un réseau en Europe : l’attachement des pouvoirs publics polonais à la relation bilatérale est plus profond encore que l’attachement à l’OTAN. 

Aujourd’hui comme depuis 1991, l’OTAN est dans une situation paradoxale : elle est en crise car la solidarité entre les 29 alliés n’a plus de socle idéologique indiscuté. Mais elle est vivace car aucune solution de remplacement n’est encore prête.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Monde2Bestfriend
- 04/12/2019 - 07:28
Le retour dans l'OTAN, ce n'est pas Sarkozy!
Parmi les nombreux bobards destinés à salir le seul président potable que l'on ait eu depuis 45 ans, il y a cette histoire du retour dans l'OTAN que Chirac lui n'aurait pas approuvé. C'est totalement mensonger. Le retour dans l'OTAN a été initié dès la fin des années 90 avec Chirac à l'Elysée et Jospin à Matignon. Le processus s'est poursuivi jusqu'à la fin de la présidence Chirac et lorsque NS est arrivée à l'Elysée, il n'a en effet rien fait contre. Mais NS a toujours été hostile à la Turquie, contrairement à Chirac, et c'est clair que si la Turquie n'est pas exclue de l'organisation, on peut se demander ce que l'on y fait encore!
Monde2Bestfriend
- 04/12/2019 - 07:28
Le retour dans l'OTAN, ce n'est pas Sarkozy!
Parmi les nombreux bobards destinés à salir le seul président potable que l'on ait eu depuis 45 ans, il y a cette histoire du retour dans l'OTAN que Chirac lui n'aurait pas approuvé. C'est totalement mensonger. Le retour dans l'OTAN a été initié dès la fin des années 90 avec Chirac à l'Elysée et Jospin à Matignon. Le processus s'est poursuivi jusqu'à la fin de la présidence Chirac et lorsque NS est arrivée à l'Elysée, il n'a en effet rien fait contre. Mais NS a toujours été hostile à la Turquie, contrairement à Chirac, et c'est clair que si la Turquie n'est pas exclue de l'organisation, on peut se demander ce que l'on y fait encore!
Paulquiroulenamassepasmousse
- 03/12/2019 - 17:18
L'OTAN à été créé pour s
L'OTAN à été créé pour s'opposer au au bloc de l'Est. Aujourd'hui ces ennemis n'existant plus L'OTAN doit redéfinir des objectifs, et accueillir la Russie mais surtout virer la Turquie qui comme tout bon pays musulman fout le bordel partout où il passe.