En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

Nintendo : des bénéfices en baisse en attendant une nouvelle console

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 16 min 55 sec
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 1 heure 11 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 1 heure 57 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 5 heures 10 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 5 heures 57 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 7 heures 48 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 8 heures 26 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 9 heures 49 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 38 min 45 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 1 heure 32 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 2 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 3 heures 17 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 6 heures 23 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 9 heures 11 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 9 heures 50 min
© FRED TANNEAU / AFP
© FRED TANNEAU / AFP
Contre-intuitif

Les Français : plus confiants et plus manifestants à la fois. Comment comprendre ?

Publié le 02 décembre 2019
Selon l’Insee, la confiance des ménages dans la situation économique augmente. Et pourtant, la mobilisation du 5 décembre s'annonce très suivie.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l’Insee, la confiance des ménages dans la situation économique augmente. Et pourtant, la mobilisation du 5 décembre s'annonce très suivie.

Le 5  décembre promet dans les rues. Mais, selon l’Insee, au cours du mois de novembre, la confiance des ménages dans la situation économique a augmenté à nouveau, après deux mois de stabilité. S’inscrivant à 106, l’indicateur qui la synthétise gagne en effet deux points, bien au-dessus de sa moyenne de longue période : 100. Alors, comment comprendre ce mélange de colères et de confiance ?

Enquête d’abord : celle de l’Insee indique une remontée de la confiance des ménages jusqu’au niveau atteint à la mi-2007, juste avant la chute due à la crise de 2008, ou encore à celui de 2017, juste avant la dégringolade due aux « gilets jaunes ». Depuis lors, la confiance des ménages a remonté, encore une fois, la pente. Le « niveau de vie passé » des Français s’est amélioré, leur « niveau futur » aussi. La crainte du chômage reflue un peu. L’inflation passée et future est aussi en baisse. Bref, cela va mieux dans les têtes, selon les enquêtes économiques.

Chiffres ensuite : cela va mieux, aussi, dans les données « dures ». Avec 0,3% de croissance au troisième trimestre, 1,3% sur l’année contre 0,5% pour l’Allemagne et 0,3% pour l’Italie, la France est la première des grandes économies de la zone euro. Son taux de chômage, à 8,6%, se réduit lentement, mais l’emploi privé augmente de 54 000 au troisième trimestre, de 263 000 sur un an. Le pourcentage des 15-64 ans en emploi monte : 64,2% en 2016, 64,7% en 2017, 65,4% en 2018. Bref « les choses » vont mieux, mais c’est chiffré, loin, abstrait.

En effet, sur la scène politique, la  cote d’Emmanuel Macron baisse. Elle passe en octobre à 33% d’opinions favorables contre 36% en septembre, tout comme celle du Premier ministre (de 34 à 33%). Selon Ipsos, ceci « s’explique peut-être en partie par un climat économique et social qui reste incertain et par les intentions gouvernementales perçues comme floues qui entourent la réforme des retraites à venir ». En revanche, les favoris des Français ne sont plus dans la politique (Nicolas Hulot avec 54% d’opinions favorables ou Jack Lang avec 42%). Les opposants de droite sont assez bien vus (Nicola Sarkozy avec 36%, puis Xavier Bertrand avec 32%), un peu mieux que ceux de gauche (Martine Aubry avec 29%, Jean Cazeneuve avec 27%). Seul, le membre du gouvernement Jean-Yves Le Drian tire son épingle du jeu, avec 36% d’opinions favorables.

Et pourtant, au début des discussions sur les retraites, les Français étaient majoritairement favorables à la démarche du gouvernement, quitte à pâtir de grèves. Ce devait être le prix à payer. Mais voilà qu’ils y sont aujourd’hui majoritairement défavorables ! Que s’est-il donc passé ces dernières semaines. Que s’est-il donc passé après tous ces mois d’études, de colloques, de réunions avec les populations et les syndicats ? Certes, les Français sont en large majorité d’accord sur le point de départ : tout euro cotisé doit donner droit à la même pension. On aura reconnu ici l’effet de nos grands principes, aussi égalitaires qu’abstraits. Mais la mise en pratique est peuplée de difficultés : quid des « trop petites retraites », des carrières courtes, des femmes, des travaux pénibles, des caisses de retraite de certaines professions bien gérées, et autres…  Alors les Français trouvent que c’est vraiment compliqué, confiscatoire, pas assez préparé, et se disent que ce n’est pas la peine de supporter des grèves de trains et de métro pour un projet aussi imprécis. Pour autant, les Français ne sont pas contents de la SNCF : « L’entreprise publique qui reprenait trimestre après trimestre du poil de la bête dans l’opinion voit son image de nouveau plonger violement de 18 points… Un Français sur deux déclare avoir une mauvaise image de la SNCF. L’entreprise publique est une nouvelle fois 30ème et dernière de notre classement » écrit Claude Posternak, dans le dernier baromètre Posternak-Ifop. Depuis, on ne compte plus les propositions de nouvelles structurations de notre système de retraite, entre grands principes, contraintes et « piliers », alors que le gouvernement discute et recule. La pire des choses.

L’économie française va donc mieux, en tout cas mieux qu’avant et mieux que celles des grands voisins, mais les mécontentements montent, les manifestants sont omniprésents et s’apprêtent à se réunir… contre quoi ? A qui la faute ? Au capitalisme, au réchauffement climatique, aux GAFA, à Trump et Xi, aux syndicats minoritaires et politisés qui veulent garder leurs avantages, aux médias, ou à Emmanuel Macron ?

Au chef. Bien sûr il n’est pas coupable, mais sans doute responsable d’avoir voulu trop faire, trop seul, en sous-estimant les oppositions et leurs capacités de nuisance et de conviction, avec des dossiers trop mal préparés. Pour réformer, il faut un travail impeccable dans le détail, au courant des oppositions et donc bien expliqué et déminé. Le détail fait tout : personne n’a oublié les 5 euros d’augmentation des loyers des étudiants, le prélèvement sur les retraites avec la hausse de la CSG ou les cinq centimes du litre d’essence qui ont fait naître les « gilets jaunes ». Personne n’a oublié non plus la réforme constitutionnelle embourbée. Mais tout le monde a oublié le succès de l’opération « prélèvement à la source » et le fait que l’amélioration de l’emploi a quelque chose à voir avec les récentes lois de flexibilité et d’apprentissage.

Pour les Français, seul l’échec compte, annonciateur d’une éventuelle série perdante. Tout le monde comptera donc les manifestants du 5 décembre, en attendant la suite : grèves, manifestations, baisses des sondages, tensions entre candidats En Marche pour les municipales qui viennent, histoire de freiner davantage les réformes et de brouiller les pistes politiques, avant la présidentielle. Par hasard, par chance, les marchés financiers ne s’inquiètent pas du déficit budgétaire qui monte dans une France en croissance, ni d’une France championne de la dette privée. Les taux d’intérêt sont toujours au plus bas et les dettes montent, ceci permettant de financer une France privée pour qu’elle continuer d’avancer et une France publique en retard et qui freine.

Alors : les Français, à la fois plus confiants et plus manifestants, comment comprendre ? Réponse : ce ne sont pas les mêmes parties du cerveau qui sont chez eux à l’œuvre : optimisme et confiance, ou bien peur et aigreur, selon que l’on explique bien ou mal les réformes et leurs enjeux. Mais elles devront bien se réunir pour payer en cas d’échec, et moins pour les manifestants bien sûr !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 02/12/2019 - 17:59
les français aiment faire grève par procuration
en raison du surmoi marxiste qui gouverne ce pays depuis 1 siècle.
Cela la fout mal de ne pas être en faveur d'une grève quelqu'elle soit. Voir les gilets jaunes
35000 manifestants pr samedi , des tx de soutien à 60 pc ! On a cru rêver.
Un bon point de travail pour les sondeurs qui soient influencent les sondés , soit posent de mauvaises questions, soit doivent revoir en profondeur
la manière et le contenu des questions posées.
Evidemment , une fois que la moulinette médiatique (et ses journalistes ignares) passe là-dessus , il reste à venir "la grève du siècle".

clo-ette
- 02/12/2019 - 13:31
Il y a toujours une explication,
il suffit de la chercher .
Pharamond
- 02/12/2019 - 13:00
"Comment comprendre"? C'est
"Comment comprendre"? C'est le maboulisme ambiant, l'utopisme tragique!