En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 35 min 9 sec
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 2 heures 6 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 2 heures 8 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; La maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 14 heures 17 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 16 heures 48 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 18 heures 39 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 19 heures 14 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 1 heure 37 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 2 heures 6 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 14 heures 36 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 18 heures 11 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 18 heures 52 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 19 heures 44 min
© Giovanni ISOLINO / AFP
© Giovanni ISOLINO / AFP
Pensée magique

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

Publié le 30 novembre 2019
Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire aux retraites, estime qu'il faudra accueillir 50 millions d’étrangers pour équilibrer le système de retraites au niveau européen.
Arnaud Lachaize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Lachaize est universitaire, spécialiste de l’immigration. 
Voir la bio
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire aux retraites, estime qu'il faudra accueillir 50 millions d’étrangers pour équilibrer le système de retraites au niveau européen.

Atlantico : Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire aux retraites, a répondu aux questions 80 jeunes vendredi à Créteil. Selon certains observateurs sur les réseaux sociaux, il aurait notamment déclaré : "On aura besoin de 50 millions d’étrangers pour équilibrer le système au niveau européen." D'un point de vue purement démographique, cet argumentaire se tient-il ?

Arnaud Lachaize : Cette déclaration renvoie à l’idée selon laquelle l’immigration peut être une réponse au déficit démographique de l’Europe, au vieillissement de la population et qu’elle est nécessaire à la survie des systèmes de retraites des Européens. Un rapport de la division des populations de l’ONU, intitulé « Replacement migrations », publié le 20 mars 2000, estimait que l’Europe continentale, en incluant la Russie, devrait accueillir 2,1 milliards de migrants en cinquante ans pour permettre de maintenir à très long terme un ratio populations actives/inactives, compatible avec le maintien du niveau des pensions de retraite. Puis leurs auteurs s’étaient ravisés et avaient déclaré que par ce rapport, ils voulaient monter l’absurdité de compter sur l’immigration pour financer les retraites des Européens.

De fait, l’idée a pourtant fait son chemin, pas seulement sur les retraites, mais sur les besoins en population active. Le chiffre de 50 millions d’étrangers dont l’Europe aurait besoin correspond à ceux qui sont avancés par le patronat allemand. Il découle du déclin démographique de l’Allemagne où le taux de fécondité de 1,5 enfant par femme, depuis des décennies, entraîne une chute naturelle des populations. Le rayonnement industriel de l’Allemagne conjugué à son déclin démographique, pousse le patronat de ce pays à réclamer avec insistance à son gouvernement une large ouverture aux migrations.

Philippe Crevel : Les retraites sont financées par les cotisations sociales ou par les revenus via les impôts. Le ratio cotisants / retraités est essentiel pour l’équilibre des régimes de retraite. Ce ratio se rapproche de 1,4 cotisants pour 1 retraité au sein de nombreux pays. Les pays européens sont entrés dans un processus de vieillissement rapide de leur population. La proportion des plus de 65 ans par rapport à la population âgée de 15/64 ans passera de 30 à 50 % de 2018 à 2050. La population active est en baisse pour la zone euro depuis 2017. Pour endiguer ce mouvement, il faudrait une forte arrivée de population immigrée.

La France malgré un taux de fécondité supérieure à la moyenne européenne est également confrontée au problème du vieillissement de sa population. Notre pays comptait au 1er janvier 2019 66,9 millions de personnes dont 6,2 millions d’immigrés. La population active française s’élève à 29 millions et le nombre de retraités est de plus de 16 millions contre moins de 5 millions en 1970. D’ici 2070, il y aura 25 millions de retraités quand la population active atteindra 31 millions. Dans les années 60, le rapport de cotisants par rapport aux retraités était de 4 pour 1 quand aujourd’hui il est de 1,7, il sera de 1,4 d’ici 2050.

 Pour retrouver la situation des années 80, il faudrait augmenter que la population active atteigne d’ici 2070 46 millions de personnes ce qui signifierait un apport de près de 16 millions de personnes. A défaut d’un rebond sans précédent de la fécondité dans les prochaines années, l’apport de l’immigration constitue l’autre solution. A titre de comparaison, l’Allemagne, depuis le début des années 2010, a enregistré l’arrivée de 4 millions d’immigrés pour une population totale de 82,7 millions d’habitants.

Pourquoi est-ce oublier que, plus qu'une pure question démographique, la question est aussi celle du nombre d'actifs ? De ce point de vue là, y a-t-il un chômage plus important chez les populations immigrées ? Quel est l'effet de l'arrivée d'une population étrangère sur le chômage national par ailleurs ? 

Arnaud Lachaize : Le taux de chômage des populations immigrées extra-européennes est en effet nettement plus élevé que la moyenne, autour de 20% selon les statistiques de l’INSEE, particulièrement en France mais aussi dans une moindre mesure dans le reste de l’Europe y compris en Allemagne. Les raisons sont multiples : les problèmes linguistiques et l’absence ou l’insuffisance des qualifications ou de l’employabilité d’une partie des nouveaux arrivants.

En situation de plein emploi, les choses se présentent sûrement différemment.  La France est dans une situation différente de l’Allemagne. Son taux de fécondité est meilleur (1,9) partiellement en raison de la fécondité des populations issues de l’immigration. Son industrie est en fort déclin (1 million d’emplois détruits en 10 ans), son niveau de chômage reste massif avec 3 à 5 millions de sans emplois. Ce qui est peut-être vrai pour l’Allemagne, le besoin de recruter à l’étranger, ne l’est pas du tout pour la France. Le raisonnement à l’échelle de l’Europe n’a aucun sens compte tenu des disparités entre Etats.

On peut aussi parler de la montée de la pauvreté en France, avec 9,2 millions de personnes sous le seuil de pauvreté selon l’INSEE. Comment dans ces conditions, alors que la France ne parvient pas à offrir un travail et des conditions dignes pour ses habitants, pourrait-elle assurer correctement l’accueil des nouveaux arrivants ?

Nicolas Goetzmann : Selon une approche basique, il suffit de considérer que l’arrivée d’une population sur le territoire apporte une source potentielle de travail supplémentaire. L’offre de travail augmente, ce qui constitue en l’espèce un "choc de l’offre". Théoriquement, une telle hausse de l’offre de travail permet au pays d’accueil d’accroître son potentiel de croissance, comme tout accroissement démographique. Plus de travail, plus de consommation, l’effet est naturellement positif sur le PIB du pays d’accueil. Mais pour la population "native", cette augmentation de l’offre de travail peut s’apparenter à une plus forte concurrence sur le marché de l’emploi. Pourtant, la pratique est plus complexe, et celle-ci dépend notamment du niveau de qualification des nouveaux arrivants. 

En septembre 2014, le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII) publiait une lettre intitulée "L’immigration en France, quelles réactions des salaires et de l'emploi ?", écrite par les économistes Anthony Edo et Farid Toubal. Ainsi, et pour la France, tout d’abord, le constat : "Les données de l’INSEE indiquent que la part des immigrés dans la population active est passée en France de 7 % en 1990 à 10 % en 2010. Cette augmentation cache de fortes disparités selon le niveau d’éducation. En vingt ans, la part des très qualifiés parmi les actifs immigrés a pratiquement triplé, de 10 % en 1990 à 28 % en 2010, tandis que celle des faiblement qualifiés a fortement reculé, de 67 % à 39 %"

Si selon les auteurs, l’immigration intra-européenne n’a que peu d’effets sur le marché de l’emploi, la situation des immigrés extra-européens est différente : "Immigrés et natifs d’un même niveau de qualification peuvent se distinguer en termes d’attentes vis-à-vis du marché du travail. En effet, si la référence des immigrés en matière de salaire et de conditions de travail est celle de leur pays d’origine (où les conditions d’emploi sont généralement moins bonnes), ils peuvent être, dans leur pays d’accueil, plus enclins que les natifs à accepter des salaires faibles et des conditions de travail difficiles. De plus, les immigrés peuvent être tenus à une forme d’"hypercorrection sociale" qui réduit leur propension à revendiquer une amélioration de leur condition"

Or, et étant donné que les salaires français sont en prise avec une forte rigidité, l’effet de cette augmentation de l’offre de travail ne va pas voir de véritables effets sur ces mêmes salaires, mais plus directement sur le taux d’emploi des natifs : "Lorsque les salaires sont rigides, l’ajustement porte sur le taux d’emploi. Nos résultats indiquent qu'une hausse de 10 % de la part des immigrés dans une classe de compétence dégrade d'environ 3 % le taux d'emploi des natifs ayant des caractéristiques individuelles similaires : âge, formation, expérience sur le marché du travail." "Les entreprises ont tendance à substituer aux natifs des immigrés lorsque ces derniers sont amenés à accepter de moins bonnes conditions d’emploi."

Cependant, de tels effets négatifs, sur les salaires ou sur l’emploi, ne sont pas une fatalité. Il appartient donc aux pays d’accueil d’adapter leur politique économique à la situation. Et c’est là que la situation particulière de l’Europe d’aujourd’hui intervient. 

Au sein même de l’Union européenne, et plus particulièrement de la zone euro, les contextes divergent. Alors que l’Allemagne est confrontée à une baisse de sa démographie, voyant ainsi sa population active diminuer dans le temps, et donc son offre de travail, l’immigration peut permettre de compenser la situation. De plus, étant donné que le pays est en situation de plein emploi, l’intégration des nouveaux arrivants sur le marché de l’emploi est largement facilitée. La situation est inversée en France. Le déséquilibre y existe déjà, et une nouvelle augmentation de l’offre, sans soutien de la demande, ne peut conduire qu’à une pression supplémentaire sur le marché de l’emploi. Bien que l’absorption d’une population étrangère, représentant quelques centièmes de la population totale, ne semble pas être en mesure de modifier la situation économique du pays, les tensions sociales pouvant naître d’une telle situation de concurrence sur le marché de l’emploi sont autrement plus problématiques. La nécessité d’une baisse du taux de chômage en est le passage obligé. Ainsi, la réponse à donner à cette situation en termes économiques est opposée entre les deux pays.

Philippe Crevel : Au sein des pays de l’OCDE, en 2018, leur taux d'emploi des immigrés est de 68,3 %, se rapprochant de celui des personnes nées dans le pays, Leur taux de chômage est passé de 9,4 % à 8,7 % entre 2017 et 2018 et assez proche de celui de l’ensemble de la population active. En France, en revanche, le taux de chômage des immigrés est de 14,6 %, soit plus de 5 points supérieurs à celui de l’ensemble de la population.

Le taux de chômage est encore plus élevé pour les enfants d’immigrés témoignant des problèmes d’insertion.

De manière générale, n'est-ce pas oublier aussi que l'intégration des populations immigrées présente un surcoût ? Et surtout que l'intégration est un défi culturel ?

Arnaud Lachaize : Maurice Allais, prix Nobel français d’économie estimait que le coût initial de l’intégration d’un immigré équivaut à quatre années de son salaire une fois employable. Les échecs de l’intégration s’expliquaient selon lui, par l’absence d’une politique ambitieuse de financement de l’accueil des populations migrantes. De fait, cette hypothèse n’a pas été sérieusement démontrée et d’ailleurs, nul n’est en mesure d’avancer des chiffres qui fassent autorité sur le coût réel de l’intégration qui varie sûrement en fonction de la personnalité des nouveaux arrivants et de leur niveau d’employabilité.

A vrai dire, le question n’est pas principalement économique, elle est d’ordre politique, culturel, identitaire. Jusqu’où une nation est-elle prête à faire une large place à des populations nouvelles qui ne partagent pas nécessairement les mêmes modes de vie, valeurs et croyances, ou conceptions de la religion ? En Allemagne, par exemple, 38% des enfants de moins de 5 ans, en 2016, avait au moins un parent immigré (rapport SOPEMI). A l’inverse, dans quelle mesure les populations migrantes ,globalement, sont-elles déterminées à s’adapter à la culture du pays d’accueil ? Une étude réalisée en 2016 par la fondation Concorde établissait que 24% des Musulmans vivant en France ne se reconnaissaient pas dans les valeurs de ce pays. Derrière l’objectif du « vivre ensemble », les différences de culture sur lesquelles viennent se greffer les phénomènes de fragmentation urbaine – les cités ghettos – l’échec scolaire, le chômage massif, une violence endémique qui ronge ces quartiers à forte densité de populations issues de l’immigration. Ces phénomènes risquent de se traduire, sur le long terme, par une poussée massive du vote anti-immigration dans toute l’Europe, y compris en Allemagne. M. Delevoye se trompe lourdement. Il faut traiter cette question autrement que par le seul biais de l’économie. 

Philippe Crevel : De nombreuses études soulignent que l’apport de revenus générés par les immigrés par leur travail est supérieur aux coûts. Le travail des immigrés donne lieu à cotisations sociales et à impôt. Certes, les prestations sociales représentent une part non négligeable des revenus des immigrés, autour de 25 % mais ce poids est la conséquence des faibles revenus. Il est identique pour les résidents français ayant des revenus équivalents.

La France connait un déficit d’actifs dans certains secteurs, services de proximité, restauration, hôtellerie, informatique. Dans la restauration et l’hôtellerie, l’économie française est confrontée à de nombreux emplois vacants. Les professionnels de ces secteurs recourent fortement à l’emploi immigré ou aux travailleurs détachés. Pour l‘informatique, la question de la formation est fondamentale. Au-delà de l’adéquation entre offre et demande de travail, la problématique de l’insertion et de l’acceptabilité des immigrés se pose en France comme ailleurs.

Chaque vague d’immigrés a généré, en France, des tensions. Des pogroms à l’encontre d’Italiens ont eu lieu en France à plusieurs reprises avant la Première Guerre mondiale (notamment massacre des Italiens d'Aigues-Mortes est une suite d'événements survenus les 16 et 17 août 1893, à Aigues-Mortes). La vague actuelle est rapide et concerne des personnes ayant des cultures plus éloignées qu’auparavant de la culture nationale.

Le système éducatif français qui visait à former une élite a été ébranlé par la massification de l’enseignement. Censé être la clef de voute du creuset républicain, il est à la peine face à des enfants aux références diverses. La disparition des corps intermédiaires traditionnels et les difficultés rencontrées par les forces de l’ordre d’assurer le respect des lois au sein des banlieues contribuent à la communautarisation et à la marginalisation d’une partie de la population.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vu de très loin
- 04/12/2019 - 10:22
André Pelouze je vous rejoins sur ce terrain...
Oui, pendant qu'on se déchire sur l'immigration ou la natalité (qui touche à l'affectif), peu de gens voient que la réponse serait si simple si nos politiques avaient fait leur boulot ces dernières décennies : créer des emplois.
Guy-André Pelouze
- 02/12/2019 - 15:25
Delevoye manie-t-il la provocation pour s'allier Martinez? (3)
Venons en aux prédictions de ceux qui ont creusé un stock de dette de 2400 milliards. L'immigration ne pourra pas payer les retraites par répartition. Il y a plusieurs raisons qui soutiennent cette thèse.
1/ le travail et la création de valeur se transforme à une vitesse jamais vue dans l'histoire. Mettre les oeufs de la retraite à couver dans le panier des charges sociales est très risqué. C'est déjà le cas aujourd'hui.
2/ La France accrochée à son modèle social et sa classe politique qui en vit n'ont pas été capables de faire travailler les personnes issues de l'immigration dès que l'industrie a été sabordée par la dépense sociale. C'est à dire après 1980. Ce ne sont pas les macroneries qui y changeront quelque chose. Ainsi les immigrés que nous laissons entrer sont au chômage à un taux qui est le double de la population autochtone. Ils ont donc beaucoup moins de probabilité d'avoir un travail et de payer des cotisations suffisantes pour les futurs retraités (https://www.statista.com/statistics/761176/jobseekers-immigration-status-france/).
3/ Le fond du problème n'est pas la démographie c'est la croissance.
Guy-André Pelouze
- 02/12/2019 - 15:12
Delevoye manie-t-il la provocation pour s'allier Martinez? (2)
Pour le système abondé par l’impôt (la répartition) il ne peut y avoir de rupture d’égalité entre les Français: Un euro cotisé dans n’importe quelle branche professionnelle doit conduire à la même rente, on se demande comment notre Constitution ou ses gardiens ne l'ont pas réalisé. Détrompez vous ce n'est pas encore en vue. Le projet macronien consiste à s'accaparer tout de suite ce que les épargnants de certains régimes ont accumulé (au détestable motif de l'égalitarisme des conditions) et à renvoyer les régimes bonifiés par encore plus d'impôt (régimes baptisés spéciaux par corruption des mots) à une disparition lointaine.
Comble de la répartition religion d'état, Delevoye en appelle à l'immigration pour solutionner le "déficit démographique". Cette équation nous est imposée sans nous demander notre avis depuis trop longtemps. Elle est fausse et ne révèle que l'agenda immigrationniste de la classe politique et de l'OMS. Les immigrés qui viennent en France dans le chaos migratoire actuel ne sont pas choisis. Dans leur grande majorité ils ne choisissent notre pays pour venir y créer de la valeur mais en raison de son état providence. J'en fait grief à cette même classe politique.