En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

05.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 2 heures 15 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 2 heures 30 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 2 heures 44 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 3 heures 36 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 3 heures 45 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 17 heures 35 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 18 heures 31 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 2 heures 22 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 2 heures 33 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 3 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 16 heures 37 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 18 heures 10 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 20 heures 27 min
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
Vers l'inconnu

Immolation d’une lycéenne de Seine Saint-Denis : mais dans quel monde sommes-nous en train de basculer ?

Publié le 26 novembre 2019
Une élève s'est immolée par le feu hier dans son lycée, à Villemomble en Seine-Saint-Denis. Cet acte radical rappelle celui de l'étudiant de 22 ans devant le Crous de Lyon le vendredi 8 novembre.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une élève s'est immolée par le feu hier dans son lycée, à Villemomble en Seine-Saint-Denis. Cet acte radical rappelle celui de l'étudiant de 22 ans devant le Crous de Lyon le vendredi 8 novembre.

Atlantico : L'immolation par le feu de ces deux jeunes fait appel à une symbolique qu'on croyait réservée à des pays connaissant de graves crises politiques ou sociales (Tchécoslovaquie, Viêt-Nam, Tibet). Qu'est-ce que cette mise en scène dit de la crise rencontrée par ces jeunes gens ?

Bertrand Vergely : Quand, par le passé, des bonzes se sont immolés par le feu au Vietnam, ce geste avait pour but de protester contre la guerre. Quand Gandhi faisait une grève de la faim son message était de dire : « Ce que vous faites est en train de me tuer ». Pour les bonzes, il s’agissait alors de dire aux Américains et au gouvernement du Vietnam du Sud qui avait appelé les Américains à la rescousse : « Ce que vous faites est en train de me brûler ». Lors de l’intervention des Russes en Tchécoslovaquie, quand un jeune étudiant tchèque Yann Palak, s’est immolé par le feu, son geste a consisté à dire aux Russes : « Votre intervention est en train non seulement de me brûler mais de nous brûler ». Dans le cas de cette jeune fille, il y a, semble-t-il, trois éléments. 

Venant de Seine Saint Denis, elle a certainement souffert des conditions de vie difficiles qui sont celles de ce département. Alors que, pour dire leur révolte, les garçons sont tentés de se radicaliser religieusement et d’aller faire le djihad, elle s’est suicidée. Le suicide a remplacé l’attentat. 

En outre, non seulement elle s’est immolée par le feu, mais elle s’est défenestrée qui plus est dans son lycée. La charge symbolique est lourde. 

L’immolation par le feu ramène à l’immolation par le feu de l’étudiant lyonnais le 8 Novembre afin de protester contre  sa précarité. La défenestration fait penser à ces femmes qui sont soit défenestrées par leur conjoint ou qui se défenestrent afin d’échapper à la violence de ces mêmes conjoints.  Symboliquement, par ce double suicide par le feu et par la défenestration, cette jeune fille a cherché à signifier une protestation contre la précarité dans laquelle sont les jeunes ainsi que contre la violence qui est faite aux femmes. 

Elle a voulu à dire quelque chose de sa révolte, de sa précarité, et de son vécu de jeune femme. Avec le sentiment d’être une victime innocente immolée par la société sur l’autel de la dureté et de l’indifférence elle a, en quelque sorte, immolé cette immolation elle-même. 

Quand on se suicide on cherche toujours à tuer quelque chose qui vous tue. Ici, cette jeune fille de Seine Saint Denis a, semble-t-il, cherché à sacrifier une violence qui lui donnait le sentiment cuisant d’être une sacrifiée dans le monde d’aujourd’hui. 

Bien sûr, ceux qui commettent ces actes sont généralement identifiés comme des gens fragiles psychologiquement. En résolvant leur crise personnelle par un geste à portée politique, n'interrogent-ils pas la notion de sens collectif ? 

En Mai 68 les jeunes se sont révoltés parce qu’ils ne voyaient pas où était leur place dans la société qui se bâtissait alors. Aujourd’hui, la question se repose à nouveau sous une autre forme. 

Les jeunes s’interrogent : quelle place pour nous dans le monde de demain ? Les perspectives sont sombres. Le capitalisme est extrêmement dur. S’insérer dans le marché de l’emploi devient de plus en plus problématique. 

Tout un monde vit de petits boulots en petits boulots, de contrats précaires en contrats précaires, de CDD en CDD, de formation en formation. Dans ce climat d’instabilité comment espérer pouvoir bâtir quelque chose de durable ? Toute une jeunesse est condamnée au statut de travailleur pauvre qui a un emploi et qui ne s’en tire pas. Hier, il y avait l’espoir de pouvoir corriger le capitalisme avec l’espérance communiste. Aujourd’hui, cette espérance n’existe plus parce que le communisme a disparu, parce que ce qui domine le monde n’est plus la droite conservatrice réactionnaire mais un progressisme décomplexé adepte des nouvelles technologies et  d’une la liberté totale qui se traduit par des rapports humains totalement cyniques. 

C’est au nom du jeune beau, dynamique, performant, bien dans ses baskets, que les jeunes sont acculés à la précarité.  Plus le monde est dur, plus il se pare aux couleurs de la jeunesse et de son dynamisme. Plus il se pare aux couleurs de la jeunesse et de son dynamisme, plus il est impitoyable à l’égard des jeunes eux-mêmes. 

Les mouvements sociaux qui ont cours se demandent comment faire cesser la violence qui s’abat sur le monde. Ce ne sont plus des lois qu’ils réclament mais de l’argent. Témoin cette affiche placardée  sur les murs de Paris après la manifestation contre les violences fates aux femmes et réclamant 1 milliard d’euros. Affiche tragique, fondée sur un chiffre fétiche témoignant de l’impasse dans laquelle se trouve une volonté de justice totalement désemparée. 

Quand on n’entend pas dire que seule la violence est en mesure de changer les choses, on en appelle à l’argent. On veut pouvoir taper sur l’État et le gouvernement accusés d’être responsables de tous les maux tout en désirant qu’ils soient bien là afin de payer.   

Ce qui se passe interroge le sens collectif parce qu’il n’y a pas de sens. Le sens c’est l’âme qui nous manque et ce qui nourrit l’âme. Il n’y a pas d’âme et on ne nourrit pas son âme. D’où le désarroi collectif. Où est notre âme ? Qu’avons nous fait d’elle ?  Qu’est devenue la nourriture de l’âme ? 

La politique consiste à donner une âme à la cité, disait Platon. On ne s’occupe que des corps en créant un monde  de corps sans âme. Là est le problème numéro un de notre époque. Il a beau y avoir partout des hommes et des femmes admirables qui dans l’invisible tiennent la boutique, il n’en demeure pas moins que la température morale, spirituelle et tout simplement humaine de notre temps est glaciale. Alors que la France a un potentiel incroyable de chaleur et de beauté humaine elle grelotte de froid. Alors quelle a un talent monstre et tout pour être heureuse, elle s’apprête à se diviser comme jamais 

Le catastrophisme peut-il être une des causes de ce type d'actes extrêmes ? 

La France est un pays d’une richesse culturelle et intellectuelle phénoménale. Partout, tous les jours, quantité d’actions culturelles sont faites de façon admirable par les communes, les villes, les départements, les régions. Pour entendre parler de choses belles, sublimes et inspirantes il n’y a qu’à tendre la main.  Pourtant la seule chose que l’on retient : ce sont les mauvaises nouvelles, les crimes, les abus sexuels et les viols. 

Les bulletins d’information des radios nationales ne cessent de nous donner des nouvelles d’individus dont on n’a aucune envie d’avoir des nouvelles. Certes, si on veut que les choses aillent mieux il faut oser regarder les choses en face et dire ce qui ne va pas. Néanmoins, cela suffit-il à expliquer le flot de nouvelles dont on a peine à les appeler nouvelles tant, tel un disque rayé, elles répètent en boucle la litanie du mal. 

Ceux qui dispensent sur les ondes un flot de nouvelles toutes plus glauques les unes que les autres pensent-ils vraiment à améliorer le genre humain en disant ce qui ne va pas ? Ne pensent-ils pas plutôt faire sensation en appuyant  là où ça fait mal ? Ne songent-ils pas de ce fait davantage à créer un climat anxiogène propre à assurer leur prise de pouvoir sur le mental collectif ? Et, quand ils le font, le comble ne vient-il pas de ce qu’ils ne s’en rendent même plus compte ? 

« Le mal est plus intéressant que le bien » disait James Ellroy, le grand écrivain américain de romans noirs, en visite récemment à Paris. Quand le mal est jugé plus intéressant que le bien quel espoir laisse-t-on au monde ? Quelle place donne-t-on à l’avenir ? Une jeune fille s’immole par le feu et se défenestre. Quand on célèbre le mal tout en s’indignant des violences faites aux femmes, quand on est ainsi  totalement incohérent, on tue l’avenir. Quand on tue l’avenir, les âmes fragiles ne voient pas d’autre solution que de se tuer en pensant tuer ce qui tue l’avenir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
VALKO
- 27/11/2019 - 08:30
Dire le mal : oui sous condition
L’auteur a bien cerné la problématique, j’adhère à son analyse; une remarque toutefois concernant dire le mal : je ne crois pas qu’il faille arrêter de dire le mal à condition que soient mises en places des actions correctives du mal et de manière déterminée ferme et résolue peu importe les contestations et arguments avancés ; pour ce faire les institutions et le politique pour le bien du plus grand nombre doivent suivre et c’est là que le bas blesse et blessera encore longtemps à la tournure que prennent les décisions claudiquantes de ce gouvernement et au rythme où vont les choses . Ce qu’il faut arrêter de faire mais c’est peut être ce que l’auteur a voulu dire in fine , c’est qu’il faut arrêter de dire le mal si ce n’est que pour d’en repaître et ruminer si on n’enclenche pas d’action concrète et immédiate d’urgence de changement ! Cela s’appelle de la psychopathologie de la vie quotidienne , c’est au niveau individuel un symptôme de dysfonctionnement psychique type névrose en psychanalyse ou trouble de la personnalité et comportement en neurosciences ! Cela est transposable au niveau collectif aussi
TPV
- 27/11/2019 - 06:13
@tubixray
Oui comme vous dîtes.
Le problème est certainement que les études et surtout la fin de celles ci marquent la fin de l'enfance, par définition assistée ou soutenue par la famille le parent ou de plus en plus les aides de l'Etat. En l'absence de travail et donc de revenu arrive alors le grand vide conjugué à la fin de toute aide.
Comme dit dans de nombreux postes comment en sommes nous arrivés à pousser trop de jeunes vers études et métiers inutiles ou en fait inexistants.
La réponse est facile à trouver.
assougoudrel
- 27/11/2019 - 04:14
Drôle de monde, en effet
D'un coté on nous parle d'une gamine qui s'immole et de l'autre un koala mort à cause d'un incendie; il n'y a plus de barrière.