En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 3 heures 44 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 6 heures 1 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 7 heures 34 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 9 heures 16 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 11 heures 38 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 11 heures 59 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 12 heures 23 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 12 heures 46 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 13 heures 3 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 13 heures 24 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 4 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 7 heures 16 sec
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 8 heures 46 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 11 heures 49 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 12 heures 3 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 12 heures 48 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 13 heures 21 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 13 heures 44 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Atlantici Litterati

François Baroin : la voix et le chemin

Publié le 24 novembre 2019
François Baroin publie "Une histoire sentimentale : notre République par les villages et les villes" aux éditions Albin Michel. Annick Geille revient sur cet ouvrage.
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Baroin publie "Une histoire sentimentale : notre République par les villages et les villes" aux éditions Albin Michel. Annick Geille revient sur cet ouvrage.

François Baroin aime la littérature. Après  « Journal de crise » (Lattès 2012  ) - la catastrophe des subprimes, par le patron de Bercy qu’était alors l’auteur ; puis, « Un chemin français » ( Lattès, 2017), entre autres essais, le maire de Troyes (réélu dès le premier tour depuis 1995), président de l’Association des maires de France publie aujourd'hui « Une histoire sentimentale » ( Albin-Michel) . Une déclaration d’amour  à la France des territoires, des villes et régions fières d’être ce qu’elle  sont, en  leurs signes particuliers. En parcourant les bourgades de nos pères, François Baroin construit l’histoire et la géographie de  la République, non pas à partir de ces ors et palais, mais par le terroir. « Ce n'est pas l'État qui a créé nos symboles, mais chacun d’entre nous »,  affirme l’auteur ; «  venus de tous ces horizons qui les ont forgés, ces Français ordinaires donnent  chaque jour du sens à notre République ».  Alors que s’aggrave partout la fracture territoriale,  et que la centralisation parvient en France à son paroxisme, François Baroin  ne croit qu’en ces élus « qui composent  notre humanité républicaine ».  Il dresse le bilan de ces initiatives locales, qui « font non seulement progresser les territoires concernés, mais notre pays tout entier ». Un essai fervent, aimant, brillant,  rédigé sans « nègre »  mais avec  cette générosité qui, d’après Camus, est toujours l’apanage de l’intelligence. 

François Baroin  voit dans la France d’aujourd’hui la patrie de tous ces lieux « pétris de beauté et d’harmonie ».  La terre à nulle autre pareille des villages de nos pères. Nos racines,  nos usages, en somme. La République s’incarne à la Mairie, par le buste de Marianne. Or, constate l’auteur, dès ses premières pages : «  notre pays connaît une déchirure terrible entre la nation et ses territoires »… Pour François Baroin,  ex benjamin du politique parvenu à imposer, avec une subtilité et une efficacité redoutables cette figure assez spectaculaire - de l’homme providentiel, la patrie, c’est l’espoir jailli de cette terre qui forme notre terroir ;  ces villages et villes de province forment dans nos inconscients collectifs cette France du paysage et des coutumes de jadis et naguère,  celle de toujours, en somme car François Baroin est un conservateur extrêmement adroit.« Nous savons ce que nous sommes, mais ne savons pas ce que nous pouvons être », rappelle Shakespeare  dans « Hamlet »  (1603). Sauf si nous sommes animés par une nécessité intérieure, qui lorsqu’elle advient, laisse entrevoir à celui -ou celle- qui a cette chance, un pouvoir de  transformation. Chez quelqu’un comme François Baroin, par exemple, l’on ne comprendrait rien à ce Prince qu’il est aujourd’hui- sa clairvoyance, l’astuce, la connivence avec les siens - si l’on oubliait l’omniprésence, fondamentale chez François Baroin, de la figure du père.  Homme d’honneur, d’affaires et de devoir, patron du Grand Orient de France, gentilhomme franco-français lecteur de Montaigne et, entre autres, du Cardinal de Retz ( « la fausse gloire et la fausse modestie sont les deux écueils que la plupart de ceux qui ont écrit leur propre vie n’ont pu éviter »), écrivain lui -même, Michel Baroin incarne le  surmoi de François Baroin.  La mort accidentelle de ce père tant aimé aurait pu tuer  dans l’œuf chez le fils prodige- qui lui ressemblait tant - toute évolution vers la grâce et la révélation de soi-même, si Jacques Chirac n’avait  pris l’orphelin sous son aile ;  évitant ainsi  à François Baroin de devenir le veuf de tout, tel que le peint José- Maria de Heredia : (« Je suis le ténébreux, le veuf, l’inconsolé, le Prince d’Aquitaine à la tour abolie, ma seule étoile est morte et mon luth constellé porte le soleil noir »…  etc.. ») Jacques Chirac sauva  le désir d’avenir de son protégé, et le sauva tout court, lui montrant le chemin. Ce fut la chance de  François Baroin  de pouvoir continuer d’écouter son désir, et de désirer un destin. 

Ce n’est pas un hasard si la voix de François Baroin- à nouveau privé de la figure du Père avec la mort de Chirac, mais qui n’a plus besoin de tuteur- témoigne de sa victoire sur le sort  et sur la mort des siens ( sa sœur périt sous ses yeux d’ un accident)… La voix de François Baroin est son signe particulier, sa chance. »Une voix dans le fracas du monde », dirait  -encore- Camus. Dès qu’on entend Baroin, on se met à écouter.  Il y a dans ce vibrato  singulier, cette tessiture distinguée mais sans chichis, des accents de vérité, de bonté vraie,  pas mal de second degré, et surtout,  via ces victoires sur le sort que je viens d’évoquer, une vérité.  Un supplément  d’âme ; cette  voix particulière, un peu voilée -si bien que l’entendant sur n’importe quelle radio, sur n’importe quel plateau, nous l’attribuons immédiatement à son propriétaire-,  est devenue une sorte de signature. Les Français la reconnaissent aussitôt. En littérature, c’est la même chose : sans voix, point de salut. Il y a des milliers d’auteurs ( biographes, essayistes, etc..) et peu d’écrivains. En politique, il est des milliers élus, mais peu d’aimés. Ce pourquoi , pour François Baroin, le timbre précède le sens mais l’appelle, car le maire de Troyes,  avec une telle voix, est forcément  un homme d’honneur donc de cœur. En règle générale, la voix est un marqueur. Le rire aussi. Chez François Baroin, ce timbre indique  le succès,  l’on ne sait quand ni comment, mais le succès. Baroin aujourd’hui ? Le chemin et la voix.

Les pires ennemies d’un auteur à succès sont parfois ses attachées de presse ( « les détachées de presse », selon un ami). Jamais je n’ai pu obtenir auprès  du service de presse de François Baroin  le moindre exemplaire d’ « Une histoire sentimentale ».  Ces « détachées de presse »,  avaient-elles un jour ouvert Atlantico,  pour découvrir -peut- être ?- un article  pas assez enthousiaste à leurs yeux ?  Pensaient-elles  alors, que tous les articles consacrés à  François Baroin dans Atlantico seraient toujours un peu tièdes ?  Les détachées de presse, en général ignorent tout des journaux et de ceux qui les font. Quoi qu’il en fût, personne ne rappelait, j’étais tricarde et le temps commençait à me manquer : je devais rendre mon papier. Je décidais donc de partir dans Paris à la recherche d’un exemplaire d’une « Histoire sentimentale ». Grelottant dans la nuit de novembre,  je me rendis dans toutes les librairies ouvertes  jusqu’à minuit. Las ! Partout, j’étais refoulée. L’ouvrage de François Baroin était partout épuisé. Voilà qui devrait amuser mon voisin de colonnes, Benoît Rayski, que je lis toujours avec délectation. 

Le lendemain, chez Cagliardini, rue de Rivoli -tout près du salon de thé Angelina, devant lequel la file d’attente semblait plus étirée et patiente que jamais -je pus -enfin me procurer  « Une histoire sentimentale » : il s’agissait du  dernier exemplaire. (avis aux –excellents-  commerciaux d’Albin-Michel).

Je commençai ma lecture dans  le taxi du retour. L’auteur avait gagné. Grand charme, phrases bien rythmées. La première page de François Baroin  était consacrée à… Michel Baroin (+). « J’avais quitté Paris pour le Morvan. Cela faisait des années que je n’étais pas retourné voir le village de mon père. Le Morvan et son entrelacs de petites routes qui se cachent  si bien entre les haies des champs encre préservées et les forets lui donnait cette fraicheur en été. » Baroin est comme son père, un écrivain. » C’est ce jour-là qu’une évidence m’a frappé. Cette culture diffuse : chacun d’entre nous connaît son terroir et sait en parler ».  Le conducteur me demanda ce que je lisais avec tant de passion, puis déclara que « Baroin était un type bien ». En couverture de l’ouvrage que se disputaient les parisiens, et qui résume le propos de  François Baroin : un détail de « La Liberté guidant le peuple » (cf. Delacroix), plus un aperçu de l’un des plus beaux villages de France :Candes-Saint-Martin. Bien vu, en effet. 

Le titre conforte l’impression flatteuse de l’ensemble. Cette histoire « sentimentale », c’est l’amour qui lie Baroin à sa patrie, vue non pas d’en haut et de loin, mais au ras des champs, des chemins, des  oliviers centenaires et autres villages et hameaux. La France de tous et de chacun. Belle idée que cette sentimentalité qui s’affiche alors  que les sentiments sont  jugés  dégoûtants, obscènes,  ce qu’avait prévu Roland Barthes. « Il faut recoudre le lien entre la République et les territoires »,  me disait l’auteur à l’oreille, pendant que je réglai la course, ravie, cette fois encore, d’aller travailler.

"Une histoire sentimentale, notre République par les villages et les villes" par François Baroin, Albin-Michel, 270 pages, 19,90 euros

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 25/11/2019 - 01:03
@Liberté 5
Qui vivra verra......mais, actuellement, la démocratie d'E.Macron c'est l'art de s'en passer alors et, sans état d'âme, je choisi BAROIN qui saurait s'entourer et choisir les bonnes personnes dans la dignité et non dans la violence. De +, il n'a aucune "casseroles"
Liberte5
- 24/11/2019 - 23:36
F. Baroin......
Un chiraquien pur jus, compatible avec E. Macron. Rien de plus. Ne pas compter sur lui pour redresser la France.
Vincennes
- 24/11/2019 - 21:50
@HOCHE
@HOCHE
Quand on voit l'attitude de Macron lors du Congrès (voir mon commentaire ci-dessous), je pense qu'il surveille le duo "BAROUIN/BLANQUER" (amis depuis toujours et qui se voient régulièrement), comme le "lait sur le feu" idem concernant les sondages qui montent côté Barouin et baissent côté Macron ......ce qui risquent de le rendre encore plus nerveux qu'à son habitude alors que Barouin respire la sérénité (tout ce dont les français aspirent et espèrent)