En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 7 heures 9 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 10 heures 11 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 11 heures 2 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 12 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 14 heures 19 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 17 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 17 heures 40 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 18 heures 13 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 7 heures 34 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 10 heures 36 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 14 heures 4 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 14 heures 37 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 16 heures 3 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 16 heures 39 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 17 heures 36 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 18 heures 32 min
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

Publié le 22 novembre 2019
Jean Ruhlmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Ruhlmann est historien et maître de conférences en histoire contemporaine à l'université Lille III et à Sciences Po Paris. Il est également l'auteur de Ni bourgeois Ni prolétaires. La Défense des classes moyennes en France au XXe siècle ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

"Suite française" 

De Irène Némirovsky
Mise en scène : Valérie Lemoine et Stéphane Laporte
Avec Florence Pernel (la bru), Béatrice Agenin (la belle-mère), Guilaine Londé (la vicomtesse), Samuel Glaumé (l’officier Bruno von Flack), Emmanuelle Bougerol (la servante), Cédric Révollon (le paysan).

 

INFOS & RÉSERVATION
La Bruyère
5 rue La Bruyère
75009 Paris
Tél. : 01 48 74 76 99
http://www.theatrelabruyere.com
A partir du 10 septembre, du mardi au samedi 21 heures.

 

RECOMMANDATION
Bon


THÈME
• Alors que la campagne de France vient de s’achever par une cinglante défaite face au Reich, les prisonniers de guerre se comptent par centaines de milliers et quelque part en province, une sorte de gynécocratie s’est installée : la femme du maire, une vicomtesse confite en dévotion, pratique la charité sans négliger ses intérêts bien compris ; dans une maison bourgeoise, une jeune femme, mal mariée et privée d’enfants, subit la raideur et la jalousie d’une belle-mère qui aime inconditionnellement son fils Gaston, fait prisonnier. Les deux femmes se déchirent sous les yeux de la servante.

• Tout ce petit monde vit dans l’attente des nouvelles et du retour du chef de famille absent, jusqu’à l’arrivée dans la maison réquisitionnée par les vainqueurs d’un officier allemand, lequel ne laisse pas insensible une femme délaissée et si peu considérée par sa belle-famille. Les positions des un-e-s et des autres vont-elles évoluer ?

 

POINTS FORTS
• La remarquable prestation de Béatrice Agenin dans le rôle d’une belle-mère toute en paradoxes, qui parvient à dépasser son intransigeance, sa sévérité et sa jalousie initiales. 

• Deux personnages, interprétés par Guilaine Londez (la vicomtesse) et Emmanuelle Bougerol (la servante), offrent, par leur potentiel comique, une respiration bienvenue dans un huis clos saturé de tensions (amour vs raison ; occupants vs occupés ; belle-mère vs bru ; femmes vs hommes, etc...).

• Les relations entre femmes sont rendues avec une grande finesse. On aperçoit, dans le personnage de la belle-mère, pourtant aux antipodes du caractère volage de la mère de Némirovsky, les comptes que l’auteure règle avec la figure de sa propre mère, oublieuse de sa fille.

 

POINTS FAIBLES
• On peut trouver un peu trop retenue l’interprétation de la bru proposée par Florence Pernel, ce qui déséquilibre la pièce, alors que son personnage y est central.

• J’ajoute ce que l’une de mes excellentes collègues me faisait remarquer sur les costumes : les conditions de pénurie de l’Occupation ne semblent pas affecter les toilettes de ces dames, qui se présentent sur scène assez pimpantes avec des tenues parfaitement assorties, chaussures comprises, à un moment où on en rapiéçait avec des semelles de bois...

 

EN DEUX MOTS 
• Cette variante contemporaine du Silence de la Mer, écrite par une femme, montre bien comment, en dépit de la force des sentiments, les circonstances de la guerre rendent irréconciliables occupants et occupés. 

• La place des femmes, au moment où les hommes sont soit au front soit prisonniers, est au cœur de cette pièce, qui témoigne des déséquilibres engendrés tant par l’absence (Gaston) que par l’irruption (l’officier Bruno von Flack) des hommes et des recompositions qui s’ensuivent.

 

UN EXTRAIT
« Elle ne reviendra pas. » (la belle-mère à propos de sa bru)

« Je travaille sur de la lave brûlante » (Irène Némirovsky à propos de Suite Française)

 

L'AUTEUR
• Irène Némirovsky, née à Kiev en 1903, fut éduquée dans le culte de la langue française et par une famille qui la révolution bolchevique victorieuse. Installée en France, elle devint une figure du tout-Paris littéraire dès la fin des années 1920, auteure de romans remarqués, tels que L’Ennemie, Le bal, David Golder. Mais la guerre éclate alors que ses démarches de naturalisation n’ont pas encore abouti.

• Contrainte à la clandestinité, puis arrêtée parce que juive sous l’Occupation, elle est mise à mort peu après sa déportation, qui eut lieu fin juillet 1942. Irène Némirovsky eut cependant eu le temps d’écrire entre 1940 et 1942 cette Suite française, partie d’une vaste fresque inachevée. Le texte a été préservé par ses filles, puis édité par Denoël il y a une quinzaine d’années ; son vif succès littéraire lui valut le prix Renaudot, décerné à titre posthume en 2004.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires